L’empire du creux

Les volumes sont dépendants de la lumière. Sur une feuille plane, on peut faire un dessin, une esquisse, un plan ; ou bien une peinture qui n’aurait pas besoin de figurer trois dimensions, une icône par exemple.

Mais si vous voulez figurer des volumes, votre ressource majeure est la distribution de la lumière sur l’objet, qui indique la position des surfaces en fonction de la source lumineuse fictive ; qui indique aussi les angles, ou les courbures des objets ; et, par les ombres portées des objets sur les autres, leur disposition réciproque dans un espace plus ample.

Quand les objets sont creux, la situation devient acrobatique.

Acte 1.

L’objet bleu à droite est un retable dans une chapelle latérale de la basilique Saint-Jean, à Toruń, en Pologne. Le retable n’a rien de touristique. On y a peint la date de 1810, et le nom de la corporation des porteurs.

Ołtarz bractwa tragarskiego 1810

Il comporte plusieurs étages, si l’on peut dire. En partant du bas, la partie dissimulée par l’autel ; puis une partie bleue comportant les supports des colonnes des côtés et ceux des statues. Au-dessus, l’étage des colonnes sur les côtés, des statues de l’ange à gauche et du David à la harpe à droite. Les statues sont plus amusantes que jolies, et évoquent les formes des porcelaines domestiques. Au centre, bien entendu, saint Christophe portant l’enfant Jésus.

Lorsqu’on regarde par dessous, on voit que les colonnes de part et d’autre supportent une sorte de ceinture en bois. On la voit mieux ci-dessous, malgré la puissante lumière de la fenêtre toute proche. La photo permet de comprendre que les deux statues de l’ange et de David n’ont aucun rôle dans la structure de l’ensemble ; ce sont les deux colonnes qui supportent la ceinture de bois, et les anges qui surmontent celle-ci.

Acte 2. Encore plus creux

Dans la même ville, mais dans l’église de l’Assomption (la montée au ciel de Marie), le baldaquin du chœur date du XVIIIe siècle. Il est repeint en doré et paraît tout neuf.

Vous avez une image de l’objet à droite. L’image donne une mauvaise idée, justement pour les raisons que nous explorons : il est difficile sur une image plate de “faire comprendre” ces volumes creux.

‘Creux’ n’est sans doute pas le bon mot ; mais ‘vide’ n’est pas mieux. Comment dire ?

On comprend beaucoup mieux cette étrange engin en se déplaçant, bien entendu : les angles se modifient. Cette fois-ci, commençons par le haut.

Le sommet de l’édifice est une couronne : une cercle d’où huit branches montent soutenir une boule supportant une croix. Mais au-dessous, il n’y a pas huit colonnes : seulement sept, pour que l’édifice soit ouvert côté public afin de laisser voir la partie mise en valeur, au centre en bas, une orbe rayonnante dont le centre comporte un ange recevant Marie à genoux.

L’édifice comporte en fait deux cercles imaginaires au sol. Du plus extérieur montent quatre colonnes se terminant par un quart de cercle supportant une ange arqué vers le centre.

Toutefois, si l’on regarde soigneusement, on s’aperçoit que ces anges viennent toucher le cercle de base de la couronne, sans le soutenir. Leur doigts tendus, et leur aile, viennent effleurer la couronne. En revanche, les trois autres colonnes, montant d’un cercle plus intérieur, se terminent par un support torsadé qui vient efficacement soutenir la couronne.

En bas, à taille humaine ou à peu près, on voit deux statues, celles de David à gauche et Aaron ou un grand prêtre à droite. Le roi David est reconnaissable à sa harpe, comme toujours, et le grand prêtre au tablier (l’éphod) où sont accrochées les douze pierres symbolisant les douze tribus. Les deux personnages, dans ce contexte chrétien, symbolisent sans doute la complémentarité de la royauté et de la religion.

Mais c’est moins l’iconographie ou le symbolisme de l’édifice, qui nous retient ici, que son vide. Le contraire de convexe est concave, et on comprend tout de suite. Mais en français, le contraire de “plein” qui vient à l’esprit est “vide”. L’inconvénient est que “vide” suggère qu’un récipient ou un ‘contenant’ pourrait être rempli, ce qui est encore moins le cas ici que pour le retable de l’église Saint-Jean.

Acte 3. Instruments sonores

Intrigué par cette difficulté, j’ai cherché d’autres exemples d’objets ou instruments qui définissent un volume qu’ils n’occupent presque pas. Et, pour ainsi dire, à l’intérieur desquels on voit, sans qu’ils soient transparents.

J’ai fini par trouver des exemples plausibles au Musée de la Musique à Poznań – une autre ville polonaise, pas très loin de Toruń. Les cuivres, par exemple, fournissent de nombreux exemples étonnants. Nous savons bien pourquoi : la hauteur du son dépend notamment de la longueur parcourue entre l’embouchure et le pavillon ; si l’on veut obtenir plusieurs notes différentes, il faut des tubes de longueurs différentes – comme pour les tuyaux d’orgues.

Comme on veut un instrument moins long qu’une trompe droite, on replie les tubes en les coudant. On obtient ainsi des formes amusantes. En me promenant dans le musée, je me suis aperçu que certains autres instruments présentaient, sous une autre forme, le même paradoxe d’un espace à la fois circonscrit et libéré.

La harpe birmane que vous voyez ci-contre est dans ce cas. Il y a, c’est vrai, une caisse de résonnance compacte en bas, comme dans les harpes d’Europe. Mais les cordes sont tendues entre la caisse et le manche, selon un dispositif caractéristique. On a donc bien, comme pour les trompettes et les cors, un espace qui réserve des vides.

J’ai trouvé un instrument de fantaisie qui pouvait satisfaire notre requête.

C’est un violon sans caisse de bois, mais pourvu d’un pavillon, comme un gramophone d’autrefois. J’ignore quel son cet instrument produit ! L’inventeur de l’objet a voulu souligner la ressemblance avec un violon en ménageant les deux parenthèses mimant le haut et le bas de la caisse, de sorte que l’espace de la caisse absente est aussi nettement indiqué qu’il est vide. Il est “pour la forme”.

Conclusion

J’ignore aussi jusqu’à quel point les formes étranges de certains instruments de musique, que ces formes soient fonctionnelles ou fantaisistes, répondent à l’interrogation que poursuit ce billet à propos des “espaces creux”.

L’intervention de la musique dans cette enquête “architecturale”, ou plus modestement “structurale”, n’est peut-être pas indifférente puisque, en effet, pour produire des sons, il faut une vibration libre, donc un dispositif qui ménage un espace.

NOTICES des images. (1) Un détail de la Mélancolie de Dürer. (2 et 3) La Bazylika katedralna Świętych Jana Chrzciciela i Jana Ewangelisty ou basilique des saints Jean Baptiste et Jean l’Evangéliste, à Toruń est un église à trois nefs pourvue de chapelles latérales. Photos octobre 2023. (4 à 7) La Kościół Wniebowzięcia Najświętszej Marii Panny, ou Eglise de l’Assomption de la Vierge Marie, dans la même ville. Photos de même date. (8 à 11) Poznań, Musée de la musique. Même date. L’instrument bizarre (11) est décrit dans le Musée comme un ‘phonofiddle’ de Stroviols, années 1930, et provient de Londres (GB).



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 30 octobre). L’empire du creux. Caramel. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7fq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search