La France, la vraie

En 1958, Jean Gabin a 54 ans et il est le personnage majeur dans 5 nouveaux films dans l’année, qui au total vont faire 22 millions d’entrées1; dont Les Misérables, où il est Jean Valjean, et le premier ‘Maigret’ fait pour Gabin, avec Michel Audiard aux dialogues et Jean Delannoy à la réalisation : Maigret tend un piège.

Le Gabin-Maigret que filme Delannoy est un vieux monsieur aux cheveux blancs, un peu enrobé, qui aspire à la retraite. Il est Commissaire Divisionnaire. Surtout, il s’exprime comme tout le monde, en français populaire normal, parfois en argot Maison. Les Français l’adorent.

Pourtant, le film n’est pas drôle. Il s’agit d’un maniaque qui tue des femmes dans le quartier du Marais. On y voit un peu le Marais en 1958 ; un peu plus le 36 et ses planchers, ses volumes intérieurs ; l’appartement des Maigret avec madame Maigret, le petit chauffe-eau au-dessus de l’évier et les canalisations qui vibrent quand on n’a pas réglé le robinet. Toute “une France” assez pauvre dont, deux générations plus tard, on se demande si c’est du cinéma.

Mais un film est-il “vrai” ?

A la fin, un résumé du film en 20 §.

Acte 1. L’intrigue

Le film suit l’idée principale du roman de Simenon qui porte le même titre2 : étouffé par sa mère qui lui rêve un avenir d’artiste, protégé par sa jeune épouse, Marcel Maurin est un homme-enfant, et il est impuissant. Il finit par se venger des femmes en les agressant dans la rue, à la nuit tombante ; il les tue et disparaît. Le film montre l’enquête, les artifices employés par Maigret pour débusquer le coupable introuvable ; puis le trio fatal : Maurin, sa femme, sa mère.

C’est le début du film (§1, 04′ 25). On est en août, devant le café Sévigné. Madame Juteau, la violoniste, va bientôt passer. Elle sera assassinée.
En 1958, Jacques Prévert a 58 ans. Jacques Réda a 29 ans.

Le film est plein de personnages. Côté police, on a Lagrume et Alfonsi, Simoni au commissariat du 4e, Maigret et ses inspecteurs, puis les bouchers, trois journalistes, Jojo le tombeur, le Directeur Guimard et le juge Coméliau – tous des hommes. Mais il y au moins autant de femmes : une journaliste, les quinze auxiliaires de police dont celle qui sera confrontée au tueur, Mme Maigret, une concierge et une voisine, les deux femmes de Maurin, les femmes des boucheries ; sans parler des victimes, dont la dernière à la fin, tuée par une femme.

Si l’on voulait peser les vices et les vertus des deux sexes, comme on fait naïvement parfois, les hommes ne sont pas choyés : Maurin le criminel puéril, Jojo l’homme-à-femmes, le Juge Coméliau distingué et ridicule, font une galerie pénible. Même l’inspecteur Torrence (Lino Ventura) se fait ridiculiser par une auxiliaire de police (23′ 02, §6).

Le roman de Simenon (écrit et publié en 1955) situe l’action à Montmartre. L’adaptation a choisi un quartier tout différent.

Une partie du 4e arrondissement de Paris, “le Marais”.
En bas, la rue de Rivoli devient la rue Saint-Antoine là où se trouve le M° Saint-Paul.
Les rues mentionnées dans les dialogues du film sont encadrées en jaune.
Le carré jaune en haut à droite, près de la Place des Vosges correspond au 22 rue de Turenne, l’emplacement supposé de la boucherie.

Après que Maigret l’a repéré et convoqué au 36 (§17), le coupable s’effondre, même s’il n’avoue rien. Il est maintenu à flot par sa mère et son épouse, qui s’affrontent à travers lui. Ce sont les femmes qui comptent. Entre ce fils infantilisé et sa mère bouffie de vanité, l’épouse intelligente reste aliénée à son mari. Maigret ne marquera le point final qu’en opposant, dans une scène au décor minimal, la mère et l’épouse. Mais ceci, c’est le deuxième volet du film.

Pendant la visite de Maigret chez Maurin fils, dans le 16e (§11),
quai Blériot au 10e étage, Marcel Maurin lui montre cette photo (48’ 27).
Il est le petit garçon regardant son papa (auj. défunt). A gauche, faisant le guignol, est Barberot l’actuel boucher. A droite, ce n’est pas madame Maurin (auj. Veuve), mais la jolie caissière, Mauricette.

Car l’essentiel, du point de vue de la structure de l’histoire, est ailleurs. Il est dans la superposition (au sens physique) de l’appartement Maurin au 4e étage à la boucherie du rez-de-chaussée, et dans le fait (social et psychologique) que la boucherie Barberot succède à la boucherie Maurin. Le père Maurin était boucher au rez-de chaussée, et c’est le commis Barberot qui lui a succédé ; car jamais la mère Maurin n’aurait voulu que son fils Marcel devienne boucher. La veuve, propriétaire de l’immeuble, haïssant le dégoûtant métier de son défunt mari (et la jolie caissière de la boutique), est installée dans les étages et a poussé son fils vers les Arts.

‘Madame Maurin ?’ (Lucienne Bogaert)

C’est donc le commis Barberot qui a repris l’affaire, mais il n’est pas propriétaire. Avec un mépris consommé, madame Vve Maurin dit : ‘Barberot n’est ni bon ni mauvais, c’est un boucher.’ (56′ 08, §12)

Mais elle a la clé de tout, et elle avait la petite clé du passage obscur par derrière, grâce auquel Maurin fils disparaît après ses crimes dans le quartier. Essayant de découvrir par où le meurtrier a disparu, les policiers tombent à chaque fois sur la boucherie Barberot, fausse piste et vraie piste à la fois. C’est qu’en bas, il y a la boucherie ; mais en haut, il y a la maman. C’est une astuce géniale.

Rappelez-vous : à la fin, un résumé du film.

Acte 2. « Y en a sous les bigoudis »

Quatre femmes ont été assassinées : le 1er mai, le 20 juin, le 10 juillet et (au début du film) le samedi 2 août3. Le roman de Georges Simenon, paru en 1955, a été écrit en juillet à Mougins. Mais dans le film, on est en 1957 : c’est marqué sur le France-Soir avec lequel Madame Maigret houspille son mari, qui prétend vouloir aller à la pêche parce qu’il est fatigué.4

A propos de l’enquête sur le 4e meurtre qui vient de se produire, Mme Maigret (Jeanne Boitel) demande : “Rien ?” Et Maigret, fatigué avec ses bretelles, répond : “rien”.

C’est Louise Maigret (§5) qui non seulement dispute son mari découragé, mais lui donne l’idée de départ : le meurtrier triomphe. Maigret se souvient alors d’un coup de fil insolite et découvre que c’est le meurtrier qui lui a téléphoné au soir du 4e crime. Il dit à sa femme « Ben dis donc, y en a sous les bigoudis » (17’ 43).

La formule peut paraître vulgaire et misogyne au public moderne ; mais c’est le public moderne qui doit réfléchir, comme Maigret. Car visiblement, ici la formule n’est ni l’un ni l’autre.

Sur l’intuition de sa femme, Maigret va construire un faux suspect et une reconstitution publique (§6), afin de pousser le meurtrier à se démasquer. L’événement, sans issue en apparence, va pourtant mettre en jeu deux autres femmes : l’auxiliaire de police (§9) agressée (mais saine et sauve au bout du compte) va arracher un bouton au vêtement du meurtrier, et l’inspecteur Lagrume (§10) va suivre une femme qui va se révéler essentielle.

Yvette Maurin (Annie Girardot), l’épouse, pendant la reconstitution. (§8)

Acte 3. « Même pâs »

C’est un film, Audiard aidant, où l’on parle sans manières. Bien sûr, les bourgeois comme le juge Coméliau, ou comme le couple Maurin jeune qui habite dans le 16e, ont une espèce de dialecte. On peut s’amuser du « c’est ébouriffant » du juge (§7)5. Ou de Maurin qui dit, quand Maigret demande à voir ses costumes (§11) « Tout ça est décidément plein d’imprévu. Enfin, rien de plus facile. Tenez, par ici je vous prie » (49’ 05). Comme c’est bien dit. Mais Maigret, qui est poli en public, peut être parfaitement dans le ton populaire chez lui :

J’ vais lui en foute, moi, du monsieur Maigret (17’ 54, §5 à la fin)

ou dans son bureau, comme à la fin avec Marcel Maurin, à propos de Mauricette :

On est entre hommes, faut voir les choses (93’ 52, §17)

Et, engueulant Lagrume :

Mais mon pauv’ vieux, personne peut blairer les flics, c’est vieux comme le monde. (27′ 18, §8)

Quand il parle à Jojo, avec qui Yvette Maurin a couché, il met moins les formes :

Alors avec ton palmarès, si ça s’arrange bien, t’ y vas déjà de la r’lègue, si ça s’arrange moins bien , t’y vas du cigare6. Comme tu joues, je joue. Tu prends les blancs ou les noirs ? (77′ 13, §15)

Gabin a aussi ce qu’on appellerait aujourd’hui « un accent ». La télé ayant imposé le parler pointu, les accents campagnards s’estompent et disparaissent, et même celui de Paris, alors qu’ils étaient si courants dans le Paris d’Après-guerre. La Seconde.

Un fait curieux aujourd’hui est le A bien ouvert. Quand Jules Maigret discute avec Camille Guimard, le Directeur de la PJ, ce dernier passe aux prénoms pour avoir la confiance de Maigret. Et à propos de ce projet de « reconstitution du crime » avec le faux coupable, il lui demande (20’ 57, §6) :

Jules, es-tu sûr de ton coup ? – Même pâs !

L’expression se répète, beaucoup plus tard et dans un contexte différent. Maigret est dans son bureau et parle avec Marcel Maurin. Il lui montre le bijou qu’il a récupéré chez Jojo le tombeur de ces dames, parce qu’Yvette Maurin l’avait donné à Jojo pour qu’il file à l’étranger7. Par ailleurs, à cause d’un costume disparu (avec bouton), les Maurin avaient prétendu qu’on les avait cambriolés. Maigret dit à Marcel Maurin, mine de rien, qu’il a retrouvé les voleurs8, et il lui montre le bijou (87’ 45, §17) :

Dites donc, entre nous j’ crois bien qu’elle s’en était même pâs aperçu. 

Maigret n’est pas le seul à « avoir un accent ». Maigret renvoie Mazet, le faux meurtrier, mais Lucas lui tend un message anonyme où Maigret perçoit immédiatement le vrai coupable, l’Orgueilleux qu’avait détecté madame Maigret. Il rappelle ses inspecteurs, change sa première idée et leur demande de sortir Mazet « avec les bracelets ». En les voyant sortir, un journaliste dit : « les bracelets, les enfants, ça sent l’inculpâtion » (25’ 33, §7).

A propos de « bracelets » (les menottes, bien sûr), lors de la première sortie du même personnage, Maigret avait dit « pas les cadènes » (19’ 56)9. C’est de l’argot, mais j’espère que c’est transparent pour tout le monde puisque ça vient du latin catena ‘chaîne’. C’est de l’argot Maison.

Acte 4. L’Âge d’or du peuple

Albert Simonin, auteur de nombreux textes qui deviendront des films10 et du Petit Simonin illustré (1957), commençait ainsi Le Savoir-vivre chez les truands (1965) :

Lucas à la PJ, avec les accessoires : calendrier effeuillable, radiateur à tubulures, téléphone perché, et sur le devant le cendrier genre Cinzano. J’oubliais la clope.

L’accordéon s’est tu dans les bals de barrière, le zinc du bar louche a cédé la place aux revêtements plastiques qui nimbent d’une lueur d’aquarium les tubes au néon.

Il rassure son lecteur : le truand est éternel. Il se peut bien qu’il ait eu raison. Le truand a changé de look, c’est sûr mais il est comme d’habitude : forcé d’être invisible, sauf aux gens du Milieu. Le Milieu crée la coutume, l’étoffe, l’habit. Mais ce n’est pas tellement le truand que le public aimait, en particulier dans Maigret tend un piège où, sauf Jojo le tombeur, comparse important mais peu essentiel, le Milieu est inexistant.

Car le parler populaire de Gabin, exalté par le talent d’Audiard, et qui a fait d’eux les personnalités les plus aimées des Français pendant vingt ans, c’était d’abord qu’on s’y reconnaissait. Les gens dans le film parlaient comme nous. La preuve, c’est qu’on comprenait tout.

Toute la nuit, l’inspecteur Lagrume, selon les instructions, a suivi quelqu’un qui se trouvait à la reconstitution du crime. En l’occurrence une jeune femme. Au petit matin il téléphone à Maigret : il s’agit d’une madame Maurin. Le boucher, à moitié endormi dans le bureau de Maigret, entend le nom et prononce “La mère Maurin, c’est une vieille vache !” Maigret vérifie que la propriétaire du boucher, au 22 rue de Turenne, est une madame Maurin. Il rejoint Lagrume pour aller voir au petit matin la jeune madame Maurin, dans le 16e. (§11)

Maigret : Allez, on y va.
Lagrume : Mais, il est à peine six heures, monsieur le Divisionnaire !
Maigret : C’est la meilleure heure pour aller à la pêche.
Lagrume : Mais on n’a pas de mandat, vous connaissez la loi !
Maigret : Moi oui, mais c’est pas chez moi qu’on monte. (41′ 38)

Bien sûr il y avait les bords de route. Quand Gabin joue Jean Valjean et parle comme Victor Hugo, on respecte, et l’Ecole publique nous a mis à la hauteur. Quand Gabin ou ses copains jouent les malfrats et causent argot façon Audiard, le public se marre parce qu’il perçoit très bien là où c’est trop. Les formules qui portent restent en mémoire.

Ces films-là soignent les engelures de tête.

Conclusion (paraît-il)

L’esprit de bon ton a grimpé avec les prétentions bourgeoises, à mesure que les Français qu’on voit devenaient moins pauvres. Il a passé de l’eau sous le pont depuis les années 50. On est content que ceux-là soient moins pauvres, bien sûr.

On se demande aussi si c’était du cinéma. Voila une bonne question.

Acte supplémentaire

A cause de la question posée en traître à la fin, me voici obligé de demander un droit de réponse.

A la question : est-ce que c’était comme ça en vrai ? on peut faire deux réponses emboîtées.

Réponse 1.

Si la vérité, c’est le roman de Simenon, la réponse est : non, le film a triché. Le roman de Simenon était beaucoup plus simple. Il commençait directement par le piège tendu par Maigret. Dès la première page, Maigret s’arrangeait pour que les journalistes réagissent à ses manœuvres avec un faux-coupable (un ancien de la PJ, mais qui s’appelait aussi Mazet), et on nous racontait ensuite longuement comment l’idée de provoquer l’orgueil du tueur lui était venue grâce à une conversation avec le professeur Tissot, célèbre médecin aliéniste, que lui avait arrangée son ami le docteur Pardon.

Il n’y avait donc, dans le roman, ni la scène avec Lagrume Place des Vosges, ni la 1re scène à la boucherie, ni la devanture du café Sévigné, ni l’assassinat de la violoniste dans le Passage des Rosiers (§1), ni les deux bornes d’appel de police, ni les appels téléphoniques avec Simoni (§1 et 2), ni Maigret sur place (§3), ni la scène au 36 avec la “rafle à Lagrume” (§4), ni la scène avec la cafetière en évidence au milieu de table de la cuisine, que Maigret rentré chez lui cherche partout, ni la conversation avec Louise Maigret, ni la réplique avec les bigoudis (§5).

Le roman de Simenon intellectualise tout. Il ramène11 la réflexion de Louise (qui repose sur sa lecture du France-Soir déjà nommé) dans la cuisine à une conversation entre grands de ce monde (Maigret et Tissot), dont on nous dit à la fois qu’ils sont des sommités mais, étant “fils de paysan”, des gens simples.

Nous avons déjà dit que Delannoy et Audiard (avec Maurice Arlaud) avaient transporté toute l’intrigue depuis Montmartre jusqu’au Marais, et en réalité le ‘Passage des Rosiers’ est en studio.

La seconde partie du film, après que Maigret a découvert de rôle de Maurin, “ressemble” un peu plus au roman. Mais dans le roman, la découverte repose uniquement sur le fait que Lapointe (il n’y a pas de Lagrume, dans le roman) trouve l’origine du bouton que l’auxiliaire de police a pu arracher à la veste de l’assassin. Du reste, c’est peut-être le point de passage avec le Marais car (p. 87)

La seconde adresse était celle d’un petit tailleur polonais qui logeait à un troisième étage rue Vanneau. Il n’avait qu’un ouvrier. Lapointe le trouva assis sur sa table, des lunettes à monture d’acier sur les yeux.

C’est ce tailleur qui va révéler le nom de Moncin (pas Maurin comme dans le film)12, boulevard Saint-Germain (et non Quai Blériot), à côté du métro Solférino.

La suite, le drame de ce Moncin qui s’est laissé coincer entre sa mère et son épouse, la rivalité des deux femmes, leur dialogue final “enfermées dans un bureau exigu” (p. 139) – tout cela “ressemble” davantage.

Réponse 2.

Est-ce que c’est quand même vrai ?

Rue des Rosiers, qui est vraie, il n’y a pas de “Passage des Rosiers”13. Il y a des passages, dont celui qui aujourd’hui mène au Jardin des Rosiers – Joseph Migneret, mais celui du film (06′ 29) est situé au n°68 rue des Rosiers, qui est le dernier numéro, à l’angle de la rue Vieille-du-Temple14.

Le pire est avec la fameuse boucherie. Dans le scénario d’origine, il y avait 3 boucheries, ensuite seulement deux. La première, quand Lagrume passe devant (03′ 37) est sous les arcades de la place des Vosges ; c’est celle où le meurtrier vole le couteau. Et quand Lagrume y passe (26′ 21) pour aller acheter “un petit bifteck”15, le fond d’écran évoque la Place des Vosges ; le boucher reconnaît le couteau ; il se retourne vers sa femme qui s’appelle Gilberte.

Maigret tend un piège, 33′ 06.

Le dialogue suivant, entre Lagrume et Maigret, laisse entendre que Lagrume l’a arrêté et a eu tort. Mais ensuite, la boucherie Barberot est sur un angle. Et le boucher, que la voix de Lagrume fait venir à sa grille (07′ 25), est différent. On le retrouve au 36. Interrogé, il dit être au 22 rue de Turenne ; on lui montre le couteau, qu’il ne reconnaît pas. Il existe aussi un angle au 22 rue de Turenne, autrefois détruit, puis reconstruit en 1929. Il ressemble à tout sauf à la boucherie Barberot.

Dont les prises de vue, d’ailleurs, donnent l’impression de beaucoup de choses, mais pas de la rue de Turenne. La scène extraordinaire à la Prévert (§12) où Maigret, fouinant dans le quartier de la boucherie Barberot, voit des gosses jouer dans des ruelles minuscules, s’y engage, découvre un petit peuple très pauvre, et trouve la “petite porte” dont il va demander la clé – c’est en studio.

Mais en réalité tout est vrai. C’est un très bon film.

Pour citer ce billet : François Jacquesson, "La France, la vraie", dans Caramel, le 12/10/2023. https://caramel.hypotheses.org/36706.

Résumé du film

§1-L’inspecteur Lagrume fait sa ronde dans le Marais, place des Vosges, puis va faire une pause au Café Sévigné. On a aperçu, de dos, un personnage qui a volé un couteau dans une boucherie de la Place des Vosges. Mme Juteau sort de chez elle avec son violon, passe devant le café, tourne le coin de la rue vers le Passage des Rosiers : on voit l’ombre de l’assassin qui l’agresse. Deux agents, marchant devant le Passage, voient quelqu’un s’enfuir. Ils le poursuivent. Les sifflets réveillent Lagrume endormi, qui rejoint la poursuite. (05’ 40)

§2-Un personnage qu’on ne voit pas brise la glace d’un avertisseur de police. Au commissariat du 4e arrondissement, Simoni prend la communication : le tueur du Marais vient de frapper à nouveau. Il prévient le central, et ajoute qu’on a demandé que Maigret soit prévenu. Le fuyard n’a pas été rattrapé. Lagrume est devant la boucherie Barberot (lequel apparaît brièvement) quand arrive un car de police : il y a un crime, la Criminelle est prévenue. Stupéfait, Lagrume monte dans le car. (08’ 07)

§3-Sur place, près du cadavre, le médecin donne à Maigret des indications. Lagrume les rejoint. Il trouve le couteau du crime. Maigret lui donne carte blanche. (10’ 11)

§4-Maigret arrive à son bureau, au 36 Quai des Orfèvres. Le couloir est plein de monde. Ce sont les gens du quartier que Lagrume a amenés pour vérifications. Arrivant près de son bureau, il voit Lagrume interroger le boucher Barberot. L’expert Moers dit qu’on ne tirera rien du couteau. Questionné par Maigret, Lagrume dit que ce n’est pas lui qui a demandé qu’on le prévienne. (12’ 55)

§5-Maigret rentre chez lui. Il veut se faire du café. Arrive sa femme. Il lui dit qu’un nouveau crime a été commis, qu’on n’a rien trouvé qui mette sur une piste ; qu’il est fatigué. Sa femme lui montre le dernier France-soir ; elle ajoute que le meurtrier doit être fier, plein d’orgueil. Maigret appelle le Central, puis le commissariat du 4e : Simoni lui dit que c’est l’homme qui a brisé la glace de la borne qui a demandé qu’on le prévienne. Maigret approuve sa femme, qui a vu juste sur le comportement du tueur. (17’ 54)

§6-Les journalistes affluent au Quai : Lagrume amène un prévenu. Le directeur de la PJ les suit de peu. Une fois qu’ils sont à l’intérieur, le dialogue nous montre qu’il s’agit d’une ruse. Le prévenu est censé faire croire que le tueur a été appréhendé. On l’emmène, il est photographié en mimant plus ou plus la folie. Le directeur et Maigret discutent dans son bureau. On apprend que 15 assistantes de police vont participer. La scène suivante nous montre Maigret expliquant l’opération aux assistantes. (23’ 43)

§7-On voit ensuite le juge Coméliau téléphoner à Maigret, qui le rassure. Le faux-prévenu est alors dans le bureau de Maigret à qui on présente un nouveau message anonyme, disant que le meurtrier n’est pas un fou. Maigret, qui comprend que le message vient du tueur, pense que le comportement du faux-prévenu est utile. Il annonce aux journalistes qu’il y aura une reconstitution. (26’ 20)

§8-Lagrume arrive dans la boucherie de la Place des Vosges, où l’on parle de la reconstitution. Lagrume, qui dépose le couteau du crime, fait semblant de le trouver là. Le boucher reconnaît son couteau, qui avait disparu. Lagrume emmène le boucher. Mais la scène suivante, dans une voiture, nous montre Maigret désapprouvant Lagrume. On arrive sur les lieux de la reconstitution, où chaque policier doit repérer un badaud et le filer. On amène le faux-prévenu. Lagrume repère une jeune femme à l’air triste. Elle s’en va, il la suit. (29’ 32)

§9-Peu après, une assistante de police est agressée par le tueur, au même endroit que le crime précédent. Elle le met en fuite, siffle. Elle a réussi à lui arracher un bouton. Mais le tueur, dans un pâté de maison, a réussi à s’enfuir. Maigret, furieux, ordonne qu’on fouille le pâté de maison. Il trouve la concierge de l’immeuble de Barberot, fait fouiller les étages et la cave. Il entre dans la boucherie déserte. A l’étage, il trouve Barberot endormi. Il le fait lever, l’emmène au Quai. (35’ 27)

§10-Pendant ce temps, Lagrume suit la femme qu’il a repérée. Dans une boîte, la Cucaracha, où elle trouve un homme ; devant l’hôtel Etoile dont elle sort avec l’homme. Jusque devant chez elle, dans le 16e, en taxi. Maigret est alors à son bureau, interrogeant Moers sur le bouton arraché. Il allait sortir, puis trouve Barberot endormi. A ce moment, Lagrume lui téléphone, et raconte qu’il a suivi une madame Maurin. Baubérot endormi réagit au nom : Maurin est celui de sa propriétaire. Maigret fait vérifier, puis répond au téléphone à Lagrume qu’il va le rejoindre. (40’ 57)

§11-Maigret et Lagrume montent chez les Maurin. Maigret explique à madame que ses histoires privées ne l’intéressent pas ; il voudrait voir le mari, qui dort. Marcel Maurin arrive, tout sémillant. Maigret lui dit que Barberot est suspect. Maurin lui montre la photo de la boucherie quand son père était le boucher. Maigret demande à voir les costumes. Il s’en va avec Lagrume. Les deux époux sont ensemble : Maurin fait une scène à sa femme : elle n’était pas cette nuit là où elle lui a dit. Elle le calme. (52’ 52)

§12-Maigret est dans le quartier, se promène, voit des gamins se poursuivre en suggérant deux issues. Il trouve un dédale de passages avec des petits métiers très pauvres. Découvre une porte, frappe. Barberot vient lui ouvrir avec la concierge. Il grimpe voir Mme Vve Maurin. (61’ 38)

§13-En redescendant, au téléphone, Janvier lui dit que Mme Maurin jeune a téléphoné aujourd’hui deux fois à ‘Monsieur Georges’. Maigret passe le voir. Jojo lui dit qu’il l’avait vue une fois auparavant. Comme Migret sort de l’hôtel, Mme Maurin arrive en auto ; elle le voit sortir ; demande au chauffeur de revenir Quai Blériot. (65’ 31)

§14-Pendant ce temps, Lagrume entre chez le tailleur Lavigne. Maigret chez lui, en pyjama, reçoit la visite d’Yvette Maurin. Elle s’en va après que Lagrume a étéléphoné que le bouton venait de chez Lavigne, un complet d’il y a trois ans. Les Maurin jeune au cinéma, le même soir ; avec Lapointe qui les surveille. (72’ 44)

§15-Un inspecteur chez les Maurin jeune : ils ont été cambriolés. Maigret arrive ; la serrure du placard à costumes a été forcée. Un des costumes aurait été volé. Maigret n’y croit pas. Il remarque chez madame un petit flacon du 1er mai, en provenance de la Cucaracha. Il le prend. Maigret retourne voir Jojo au ‘Etoile Hôtel’. Il faisait ses bagages : Mme Maurin lui a donné un bijou pour couvrir ses frais ; elle veut qu’il parte parce que son mari est au courant. Jojo avoue à Maigret que la 1re fois, le 1er mai, Yvonne était vierge ; que son mari est impuissant. A l’entrée de l’hôtel, Maigret téléphone à Lucas qu’on aille amener au Quai les deux Maurin jeune. (79’ 29)

§16-Au Quai on fait attendre les Maurin. On leur fait croire qu’il s’agit du cambriolage. Lucas commence l’identité, Lapointe continue. Maigret reçoit madame ; elle refuse de répondre. Maigret la renvoie chez elle. (86’ 21)

§17-La ‘chansonnette’ continue avec le mari : Torrence a pris le relai. Maigret reçoit Maurin. Il lui montre le bijou que sa femme avait donné à Jojo. A des questions sur le costume manquant, Maurin admet qu’il s’agissait d’un vieux costume. On lui fait signer une déposition, puis appeler sa femme. On signale à Maigret que la Vve Maurin est arrivée. Maigret met la conversation sur la clé de la petite porte, puis fait entrer la mère, qui lance des menaces contre Maigret ; elle sort. Maigret fait signer à Maurin un papier à propos de la lettre anonyme. Lagrume intervient : il a trouvé que le costume du bouton avait été fait en 1939 pour Emile Maurin, le père. Maigret continue l’interrogatoire, raconte à Maurin comment, le soir du dernier crime, le bouton ayant été arraché, il est monté par la petite porte chez sa mère, qui lui a donné un costume du père. Maurin se lève, en colère et désespéré. Il nie. (100’ 51)

§18-Dans la rue, une femme se fait tuer. Janvier au téléphone reçoit la nouvelle. Il va prévenir Maigret qui est avec Lucas et Maurin. Maigret fait appeler un médecin pour Maurin, et file avec Lucas sur les lieux du crime. Les blessures sont un peu différentes. Maigret envoie Lagrume chercher la mère, et Lucas chercher l’épouse. Elles arrivent au Quai. On les met dans la même petite salle sombre et vide. (102’ 53)

§19-Maigret reçoit un coup de fil de Coméliau. Il a maître Lieutard dans son bureau. Dans son bureau, il trouve un médecin et Lapointe avec Maurin ; il renvoie Maurin chez lui. Les journalistes sont dans le couloir. Il va trouver les deux femmes. Il leur montre qu’elles étaient au courant d’au moins un des crimes. Il explique à la mère qu’elle a fait de son fils « un demeuré ». Lapointe intervient : Maurin s’est fait ramener rue de Turenne. Maigret leur dit aux deux femmes qu’une des deux cette nuit a tué une femme rue de Jarente. La mère prétend que c’est elle. Maigret demande la couleur de la robe de la victime. C’est l’épouse qui répond, correctement ; c’est elle qui a tué pour tenter de sauver son mari. (109’ 11)

§20-Pendant ce temps, Maurin libéré va chercher la petite clé dans une cachette, ouvre la petite porte. Mauricette, qui faisait le ménage de la boucherie, est surprise de trouver une porte ouverte. Elle ouvre les rideaux de la boucherie. Elle découvre Marcel dans un coin, elle tente de fuir. Il prend un couteau. Elle s’évanouit. Dehors, Maigret survient avec Torrence et Lagrume. Pendant que les inspecteurs font le tour, Maigret convainc Marcel de lui donner le couteau. Le car de police et l’ambulance arrivent. Maigret s’en va. La pluie se met à tomber. (113’ 31)

NOTICES des images. (1) Jean Gabin joue Jules Maigret, chez lui, 17′ 36. (2) La devanture du Café Sévigné, où l’inspecteur Lagrume va venir s’asseoir. (3) Un plan annoté par moi. (4) la photo exposée chez Maurin fils ; il la montre à Maigret, qui comprend beaucoup de choses. (5) Maigret rend visite à la Vve Maurin, à 56′ 10. (6) Les Maigret à 14′ 57. (7) Madame Yvette Maurin, à 29′ 06. (8) Maigret a fait venir Marcel Maurin au 36, à 87′ 45? (9) L’inspecteur Lucas (André Valmy) au bureau à la PJ, en 24′ 21. (10) Michel et Audiard et Georges Simenon, 2020, Le Sang à la tête, Maigret tend un piège, Le Président, Scénarios présentés et édités par Benoît Denis, Ed. Institut Lumière et Actes Sud, 914 p., avec une postface de Bertrand Tavernier. Le dossier comporte une introduction substantielle qui s’efforce de reconstruire comment on est passé du roman de Simenon au scénario, en fonction des documents disponibles, le scénario complet plan par plan, le dossier de presse après la sortie du film. Ouvrage indispensable pour ces films-là. (11) L’actuel 20-22 rue de Turenne, photo octobre 2023. (12) Un moment du film, pour illustrer l’angle avec la boucherie Barberot. (13) Les deux femmes l’une avec l’autre, 102′ 50.

  1. Pour une population française de 45 millions environ. []
  2. Mais modifie beaucoup de choses : le lieu, les noms, beaucoup d’épisodes. Voir l’acte supplémentaire. []
  3. C’est Maigret qui le dit au Directeur Guimard, en 21′ 42. La liste est différente dans le roman de Simenon. []
  4. C’est d’ailleurs impossible, parce que le France-Soir est daté du 23 juillet, ce qui est possible, mais en 57, le 2 août n’était pas un samedi. []
  5. A 23’45. Le terme apparaît surtout dans les années 1830-1850 dans le contexte des théâtres et spectacles de variété. Il perd son élan ensuite et n’a plus après 1870 qu’un écho diminué. []
  6. Traduction pour les nouveaux : si ça s’arrange bien, tu y vas déjà de la relégation ; si ça s’arrange moins bien, tu joues ta tête. []
  7. Marcel Maurin n’a jamais pu coucher avec sa femme Yvette. Yvette, le 1er mai, couche avec Jojo après qu’il l’avait courtisée dans un troquet. Jojo révélera à Maigret qu’elle était vierge. Yvette revoit Jojo après la reconstitution, mais sans coucher avec lui. Jojo avouera à Maigret qu’il n’a pas pas pu parvenir à ses fins ce soir-là. La scène est à la fois pitoyable et hilarante. []
  8. Maigret sait fort bien que le cambriolage est une idée stupide des époux Maurin, et sait que si’il dit à Marcel Maurin qu’il a retrouvé les cambrioleurs, celui-ci, qui sait qu’il n’y a pas eu de cambriolage, va se trouvé “déstabilisé”. []
  9. Cette réplique n’est pas dans le scénario (p. 383), ce que souligne à juste titre Benoît Denis dans sa note, p. 639. []
  10. Albert Simonin (1905-1980) a écrit Touchez pas au grisbi (1953), mis en film par Jacques Becker l’année suivante ; Le Cave se rebiffe (1954), mis en film par Gilles Grangier en 1961 ; Du mouron pour les petits oiseaux (1960) porté à l’écran par Marcel Carné en 1962, avec Paul Meurisse. Parmi ses livres, Les Confessions d’un enfant de La Chapelle, 1977. []
  11. Evidemment il ne ramène rien, puisqu’il est antérieur au film. Mais c’est plus facile à raconter dans ce sens-là. Selon Delannoy, Simenon ne s’est pas beaucoup intéressé au scénario du film. []
  12. Dans un roman plus ancien de Simenon, Maigret et la vieille dame (écrit en Californie en 1949), au 1er chapitre Maigret se promène dans Étretat : “et, place de la Mairie, lut au-dessus d’une devanture blanche : ‘Pâtisserie Maurin – ancienne maison Seuret’.” []
  13. La ‘gentrification’ (c’est à dire la hausse des prix) du quartier est connue de tout le monde. Le quartier a été très pauvre avant-guerre (c’est pourquoi les immigrés juifs y avaient trouvé asile), et après. On peut lire les petits récits amusants de Cyrille Fleischmann, rassemblés dans plusieurs volumes, le premier en 1992, Rendez-vous au métro Saint-Paul, Ed. La Dilettante. La plupart ont lieu dans le quartier du film. Chez l’éditeur Parigramme, coll. Mémoire des rues, le volume d’Anna Radwan, 2015, Paris 4e arrondissement, 1900-1940 donne beaucoup de photos intéressantes. []
  14. A moins qu’il ne s’agisse d’un clin d’œil à l’ancien passage des Singes, qui allait jusque la rue des Guillemites. []
  15. Dans le scénario, Lagrume va présenter le couteau du crime dans deux boucheries différentes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search