Les bébés, au boulot !

Katchina. Poupée hopi.

Dans le dernier caramel nous avons dit que, dans de nombreuses langues du monde, « maman » se dit à peu près Ma ou Mama parce que c’est la première syllabe nette que les bébés parviennent à former ; et que les mères s’y reconnaissent.

Roman Jakobson n’était pas le premier à le constater. Il cite les recherches de l’anthropologue George Murdock. Celui-ci repère le fait fondamental : si les bébés disent souvent Mama parce que physiologiquement c’est plus simple, et qu’ensuite les parents s’en emparent pour en faire un mot… ce ne sera plus un mot d’enfant, mais un mot de parents !

Le mot, passé à la langue normale, va changer avec elle au cours des siècles. Il ne va plus ressembler du tout à ce que faisaient les bébés d’autrefois. Les nouveaux bébés, venant au secours des anciens, vont devoir monter au front !

Le bébé à la fin du film Rashomon de Kurosawa Akira, 1950.

Acte 1. Les bébés ne vieillissent pas

Voici le début de l’article de George Murdock en 19591 :

Des anthropologues et linguistes en grand nombre ont signalé une tendance universelle des langues, quelles que soient leurs relations historiques, à produire des termes similaires pour « père » et « mère » d’après des mots des bébés (on the basis of nursery forms). A mesure que les termes de parenté ordinaires se modifient, pour les sons et la composition, comme le reste de la langue, on voit se développer des formes difficiles à prononcer pour les tout jeunes enfants (very young children).

Il arrive alors que naissent des mots de bébé (nursery forms), produits hors du babil des enfants avec l’encouragement des parents. De temps à autre, dirait-on, ces mots-là viennent remplacer les mots d’usage. Comme leur forme phonétique résulte des possibilités très limitées des jeunes enfants, on voit apparaître des formes similaires, par convergence, dans des langues qui n’ont aucun rapport historique.

Ce paragraphe entier2 est soigneux et plein d’intérêt. Il décrit en réalité une sorte de cycle qui se répète.

On a des mots pour « père » et « mère » qui sont issus des mots des tout petits, adaptés et adoptés par les parents. Mais ce faisant, ces mots ont pris place dans le lexique de la langue, on leur a peut-être ajouté des suffixes et, si les habitudes de prononciation de cette langue changent avec les siècles, alors ces mots « perfectionnés » seront inaccessibles aux tout petits, qui seront incapables de les prononcer.

Les parents ne s’y reconnaîtront plus. On va alors re-adopter les mots des tout petits. Et puisque partout dans le monde les organes phonatoires des tout petits sont soumis à des contraintes analogues, on va retrouver des mots analogues dans les langues les plus disparates.

Michel et la petite Marie. Michel Boujenah dans ‘Trois hommes et un couffin’ de Coline Serreau, 1985.

Le raisonnement est simple ; il est fondé sur des faits facilement vérifiables – mais longs à amasser correctement ! Et il est subtil, car outre qu’il explique pourquoi “maman” s’appelle si souvent mama, il explique aussi qu’il y a souvent plusieurs mots en concurrence : le mot historique, qui a vieilli avec la langue et est devenu « compliqué », et le mot enfantin plus « simple » qui peu à peu le déplace et le remplace.

Acte 2. Exemples européens

Le français est un cas très net de ce cycle. Le mot « normal » est mère. Ce mot a changé au cours des siècles et il est l’évolution « régulière » du mot matre du latin. Les langues méridionales de l’Europe ont parfois conservé, du moins dans la langue surveillée, des formes plus proches encore du latin que ne l’est la forme française.

Les formes de la norme en castillan et italien sont pratiquement identiques au mot latin ancien. Le mot français a « écrasé » le son D (comme dans latin patre > fr. père) mais a gardé le son R. Le portugais a écrasé D et R. Ces quatre langues ont par ailleurs un « mot d’enfant » très vivant et à peu près identique. Quant au roumain, autre langue d’origine largement latine, il a remplacé le mot « correct » par le mot « d’enfant », qui est de ce fait devenu le mot « correct » à son tour.

En français, on n’en est pas loin. Normalement, celui qui dit maman est quelqu’un qui appelle SA mère, ou en parle en famille. Il est vrai qu’on peut demander à un petit enfant, classiquement égaré dans un grand magasin ou au fond d’un bois, « où es ta maman ? » parce qu’on veut se mettre à sa portée. Mais maman gagne du terrain. Il n’est pas rare qu’on l’entende employé par des adultes, et les publicitaires ne répugnent pas à transformer la Fête des mères en Fête des mamans, en espérant nous attendrir !

Quand Murdock évoquait la concurrence possible d’un mot ancien, vieilli par les siècles, c’est notre mère ; et quand il montre la pérennité du recours aux enfants, c’est notre maman. Il en va exactement de même en anglais, avec mother et mom ; en allemand avec Mutter et Mama – même s’il y a des variations possibles (Mutti, Mami).

Acte 3. Exemples exotiques

Dans la langue des Deori, une population de peut-être dix mille personnes vivant dans le Haut-Assam, dans le Nord-est de l’Inde, voici ce qu’on dit3 :

La variété est identique pour le « père ». Le terme externe est tchipa, parallèle de tchima. Les termes internes sont bang ou baba, affectueux bako et le terme d’appel est ba ! ou o ba !

Dans cette langue, le terme externe montre bien l’opposition entre Ma et Pa, un peu comme mère et père en français. Mais les termes internes offrent un yo maternel « déviant » !

Dans d’autres langues de la région, d’autres critères interfèrent. En shertukpen de Rupa (Arunachal Pradesh, Kameng district), par exemple, il existe un seul terme pour ‘mère’, ami, même pour les petits. Pour ‘père’, si l’on fait partie des clans supérieurs, on dit atchi pour son père ; mais sinon on doit dire abo. Cette distinction sociale se relâche. Curieusement, la distinction est chez les femmes au niveau des grands-parents : le grand-père est asu dans tous les cas, mais la grand-mère des clans supérieurs est abi ; sinon ayo.4

On a donc souvent deux termes, au moins pour l’un des deux parents. Cela correspond au scénario de Murdock, même si l’on constate que sont à l’œuvre plus de critères qu’il n’en signale ; en fait, les critères sociaux jouent sur la disponibilité de plusieurs termes. Cela montre aussi qu’il faut des enquêtes soigneuses, où l’on a acquis avec certains locuteurs un degré suffisant d’amicale confiance pour qu’ils vous expliquent ces distinctions, pas toujours faciles à décrire.

Car les locuteurs réagissent en fonction de la façon dont vous posez la question. Si votre interlocuteur comprend que vous lui demandez comment on dit ‘mère’, il va en général songer d’abord à sa propre mère, et distinguer par exemple la façon dont lui l’appelle, et comment lui en parle à d’autres puisque vous êtes là. Il ne pensera peut-être à la façon dont il parle de la mère de quelqu’un d’autre que si vous lui posez soigneusement la question ; plus encore si vous souhaitez savoir comme les autres désignent sa propre mère. Dans les histoires personnelles, les gens réagissent d’abord en fonction de soi. Nous aussi.

Quand je lui ai demandé comment on faisait au Japon, Sawako François a trouvé tout de suite un schéma intéressant (ci-dessous) qui décrit comment les gens d’âge lycéen appellent leur propre mère. Puis, à la suite d’une question de ma part, elle a ajouté que quand on grandit on utilise haha pour sa propre mère en parlant à autrui. Elle m’a écrit :

Quand on parle de sa mère à quelqu’un, on utilise 母 [haha], quand on est grand.

Je ne crois pas qu’elle ait songé que le ‘sa’ était ambigu5. Cela donne une petite idée des problèmes qui se posent quand on travaille sur ces sujets-là. Voici son schéma.6

Ce schéma montre la fréquence d’emploi de différents termes pour ‘(sa propre) mère’ chez des lycéens japonais. En haut, les réponses des garçons ; en bas celles des filles.

La partie verte à gauche, presque égale chez les filles et les garçons, désigne l’actuel terme poli, écrit お母さん okâsan. La partie rose au milieu, kâsan, est sans le préfixe poli du début, mais conserve -san à la fin. La partie bleu-violet, beaucoup plus utilisée par les filles que par les garçons, est mama.

L’explication détaillée réclamerait autre chose qu’un billet dans Caramel, bien sûr – et Sawako a bien voulu donner des explications dans une ANNEXE à la fin de ce billet. Mais cela montre de façon efficace qu’il n’y a pas « un seul mot pour chaque chose », encore moins pour chaque personne. Les langues sont des phénomènes réactifs, avec des enjeux affectifs, et qui peuvent porter des nuances démultipliées.  

Acte 4. Et les bébés, alors ?

Revenons maintenant à George P. Murdock. Il partait d’une observation : la fréquence dans les langues du monde de quelque chose comme Ma ou Mama pour désigner la ‘mère’. Il montrait, comme fera Jakobson avec des observations phonologiques l’année suivante, que cette fréquence s’explique par les contraintes propres aux bébés partout dans le monde.

Poupée katchina. Culture hopi.

Son idée ne s’arrêtait pas là. Il expliquait aussi que quand les parents « récupèrent »7 dans les premières formations différenciées des tout petits (après la phase classique plus ou moins générale de « babil ») cette formation relativement stabilisée, et en font un mot, alors ils intègrent ce mot à leur langue, et ce mot se trouve désormais sujet à toutes les variations qui formeront ou déformeront cette langue de siècle en siècle. On le voit très bien aussi en japonais.

En effet, le terme ordinaire pour ‘(son propre) père’ en japonais est chichi, et pour ‘(sa propre) mère’ est haha. Les spécialistes de l’histoire de la langue japonaise, en se fondant sur la façon dont on l’écrivait dans les premiers documents, ont montré8 que pour ‘père’ la forme ancienne était titi, dont chichi est un résultat. Pour ‘mère’ la forme ancienne était… papa, qui a ensuite évolué en phapha puis en haha.

Cela ne détruit pas le scénario de Murdock, qui n’a jamais dit que TOUTES les mamans s’appelaient Mama. Dans un autre article important9, Murdock a essayé de cerner statistiquement ce qu’on trouvait ; il savait bien qu’on trouve aussi d’autres formes, par exemple Pa ou Papa pour ‘maman’10, comme en géorgien ou en tulu dravidien. Son explication garde toute sa puissance : ce ne sont pas les bébés qui décident, ce sont les parents qui « entendent » dans les premières productions des enfants. Les enfants proposent, les parents disposent.

Et surtout cela vérifie son cycle de reformation. Dès qu’ils s’intègrent au lexique ordinaire, comme les papa et titi de l’ancien japonais, ils se trouvent pris dans l’évolution de la langue, arrachés à la bouche du bébé !

Conclusion

Mais les bébés se vengeront ! Les formes mama et papa qu’on trouve aujourd’hui chez les adolescents japonais sont des emprunts aux langues étrangères, qui à ce titre ont été combattues. Les petits Chinois aussi disent mama

Jakobson faisait remarquer11 qu’au fond, cela n’a pas d’importance. Ce qui compte n’est pas tant l’histoire linguistique du mot, mais l’apparition de la forme, sa résurgence. Comme une source revenue au bord des lèvres.

Art de l’ancien Japon. Fin de l’époque Yayoi (premiers siècles EC). Hauteur 42 cm.

ANNEXE. Sawako François raconte l’histoire des termes japonais.

(Je reproduis ce qu’elle m’a écrit, en ajoutant des notes et, entre crochets droits [ ], les translittérations ou explications utiles.)

L’origine de おかあさん [okâsan ‘mère’] & おとうさん [otôsan ‘père’]

おかたさま(御方様) ⇒ おかかさま ⇒ おかあさま ⇒ おかあさん
[okatasama (o-kata-sama) > okakasama > okaasama > okâsan]

おとうさま(御尊様) ⇒ おととさま ⇒ おとうさま ⇒ おとうさん
[otousama (o-tou-sama) > o-toto-sama > otousama > otôsan]

御方様 était un mot utilisé à l’époque d’Edo12 par le père de famille pour désigner sa femme. Si l’on peut traduire, cela signifie “cette personne-là”13. 御尊様 est une personne respectée (尊い = respectable).

La vérité, c’est que l’on ne sait pas (autant que je sache) comment les Japonais d’avant appelaient leurs parents dans leur vie quotidienne. Il faut attendre l’époque d’Edo pour trouver les descriptions du peuple ; on utilisait おっかさん, おっかあ, かかあ, かか [okkasan, okkaa, kakaa, kaka], etc pour la mère et おとっつあん, おとっさん, おっとう, おとう, とと [otottsuan, otossan, ottou, otou, toto], etc. pour le père. Le mot とと [toto] apparaît dans l’un des premiers dictionnaires écrits par les missionnaires portugais, en 1603. Il en reste très peu d’exemplaires, mais la BNF en a un, sur Gallica, regarde :

Le ‘Vocabolario da lingoa de Japam’, de Rodrigues, p. 264v.
TOTO. Pay. He palaura de que usao os minimos (père ; c’est un mot qu’utilisent les tout petits)

[Et un peu plus tard, mon amie Sawako m’écrit : “j’ai trouvé aussi pour ‘maman’, c’est page 29 ; tu as vu ?” Et elle ajoute : “Donc, les Japonais de 1600 disaient かか & とと [kaka & toto, pour ‘maman’ et ‘papa’]”. Elle était très contente. Et je la comprends ! Car c’est rare d’avoir des témoignages aussi anciens sur la langue familière.]

おかあさん [okâsan ‘mère’] & おとうさん [otôsan ‘père’] sont devenus main stream quand cette appellation a été utilisée dans un livre scolaire pendant la standardisation/nationalisation des matériels éducatifs en 1886.

ママ & パパ [mama & papa] ont été introduits par les aristocrates japonais qui avaient voyagé en Europe vers le début du XXe siècle. C’était l’une des choses qu’ils voulaient adopter de la culture occidentale, très à la mode dans la haute société de l’époque. Ces nouveaux mots ont provoqué une polémique. Le célèbre poète 高浜虚子 [Takahama Kyoshi (1874-1959)] en 1917 a déclaré : “パパ [papa] est ridiculement trop léger, on dirait qu’il s’envolerait au moindre souffle de vent !” (car, tu comprends, le père doit être bien solide en tant que le pilier de la famille) ; la poétesse féministe 与謝野晶子 [Yosano Akiko (1878-1942)] s’est énervée contre son contemporain en rétorquant : “De toute façon, nous avons tout importé des pays étrangers : les lettres, la loi et tant d’autres choses ! Alors pourquoi pas ?”

A l’aube de la IIe guerre mondiale, le ministre de l’éducation a tenté de faire revenir à おかあさん & おとうさん [okâsan & otôsan] en regrettant que la tradition se perde.

Mais après la guerre, ママ & パパ [mama & papa] ont vite gagné en popularité, comme on l’entend dans cette chanson “Bonjour, bébé !” de 1963 (à 0:34 : “はじめまして、わたしがママよ” [hajimemashite, watashi ga mama yo “bonjour, c’est moi (ta) maman.”].

Aujourd’hui, il y a toujours les 2 camps chez les Japonais, mais la tendance est que quand les enfants sont petits, disons jusqu’à la fin de l’école élémentaire, ils utilisent ママ & パパ [mama & papa] (60% à peu près, apparemment), et à l’adolescence puis à l’âge adulte, ils passent à おかあさん & おとうさん [okâsan & otôsan] car ça fait moins bébé, ça sonne plus sérieux. (cf. le schéma que je t’ai envoyé l’autre jour).

Une autre chose amusante à noter : les bébés japonais aussi commencent par les syllabes faciles à prononcer. Le premier mot que les bébés disent (ou que les parents déchiffrent) au Japon est sans doute んまんま nma-nma, qui veut dire “délicieux (うまい)” = “donne moi un truc bon à manger !” C’est en effet un mot aussi important que Maman ! Les bébés ne sont pas bêtes !

Pour citer ce billet : François Jacquesson, "Les bébés, au boulot !", dans Caramel, le 06/10/2023. https://caramel.hypotheses.org/36446.

NOTICES des images. (1) Source de l’image. (2) Kurosawa Akira, 1950, Rashomon. Ici à 77’12”. J’ai parlé de ce film dans un autre caramel ‘Rashômon, le mensonge vrai‘. (3) Cette image, ici recoupée, figure dans la bande-annonce du film. (4) Cette image, ici recoupée, vient d’un célèbre tableau de Georges de La Tour, ‘Le Nouveau-né’, peint vers 1645 et conservé au Musée des Beaux-Arts de Rennes. (5) Ce schéma géographique est fabriqué à partir de Google Earth. (6) L’estampe d’Utamaro est magnifique. Il en existe plusieurs, de ce peintre, de mère avec enfant. Voir Nelly Delay, 2018 (2004), L’Estampe japonaise, Ed. Hazan, p. 126-127. (7) Le schéma trouvé par Sawako. Sa source est ici. (8) Une autre poupée katchina, avec la source de l’image. (9) L’image provient d’un livre que j’ai chez moi : J. Edward Kidder Jr, phpto de Kenishi Ozawa, 1965, Japon, Naissance d’un art, Ed. Office du Livre, à Fribourg. L’image est p.156 et a pour légende “Cylindre portant un visage incliné, haniwa, Kamibushi, Sakai-machi, Sawa-gun, préfecture de Gumma. Cette pièce semble de tradition Yayoi. H. 42 cm. Civilisation des Grandes Sépultures, époque tardive. Institut d’anthropologie, Université de Tôkyô.” L’époque Yayoi se termine vers 250 EC. (10) L’image du Dictionnaire de 1603 est référencée en note, et (recoupée) provient de Gallica.

  1. George Peter Murdock, 1959, Cross-Language Parallels in Parental Kin terms, in Anthropological Linguistics I, 9, 1-5. []
  2. Le texte anglais est visible ici. []
  3. François Jacquesson, 2005, Le deuri, langue tibéto-birmane d’Assam, Ed. Peeters, coll. Linguistique de la Société de Linguistique de Paris. []
  4. François Jacquesson, 2015, An Introduction to Sherdukpen Language, Ed. Brockmeyer, coll. Diversitas linguarum. []
  5. Les pronoms peuvent aussi renvoyer à un terme qui va venir, et ici puisque le phrase est isolée du contexte il est parfaitement possible de comprendre le « sa mère » comme celle du quelqu’un. []
  6. Source du schéma. []
  7. Il écrivait carve out. []
  8. Voir John R. Bentley ‘Old Japanese’, dans Nicolas Tranter (dir.), 2017 (2012), The Languages of Japan and Korea, Ed. Routledge, coll. Language Family Series, 189-211, spécialement p. 211 table 7.15. []
  9. George Peter Murdock, 1970, Kin Term Paterns and their Distribution, Ethnology, IX, 2 (Apr. 1970), 165-208. []
  10. Jakobson en parle avec des exemples vivants dans son article de 1960, version fr. p. 127-128. []
  11. Jakobson, art. cit. p. 129 en haut. []
  12. Avant la réforme occidentalisante au Japon, à l’époque Meiji, dans les années 1880. []
  13. Le kanji 方, en chinois fāng ‘carré, côté, règle, principe’, est en japonais lu kata un terme poli pour ‘personne’. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search