Guerre des sexes et mal du neutre, 1.

  1. Le masculin « non marqué »

Parmi les débats tantôt bienveillants et tantôt acrimonieux au sujet de la féminisation des noms de métier, on voit resurgir la question du neutre. Dans un document qui a une vingtaine d’années, l’Académie avait utilisé une méthode classique en linguistique, afin de démontrer que le masculin était bon pour tout, ou ‘neutre’. Bien vite : fureurs et sarcasmes – non sans raison.

Marina Yaguello, 1978.

L’idée des rédacteurs du document était, semble-t-il, de justifier qu’on devrait toujours dire « le ministre » ou « le professeur », car le genre masculin ne vise pas que des personnes masculines, et qu’en somme un Manuel de l’apiculteur peut concerner les apicultrices. La réponse bravement allègre, parfois lyrique mais documentée1, qu’y fait Bernard Cerquiglini dans son livre de l’année dernière, Le Ministre est enceinte2, nous permet d’y renvoyer pour plusieurs aspects. Il montre sans difficulté qu’en effet le masculin sert souvent de générique (il évite le recours à la notion technique de marque) mais que cela n’empêche pas, si on le souhaite, de dire l’apicultrice ou la ministre quand c’est utile ; ou quand ne pas le faire serait ridicule.

Bernard Cerquiglini évite la terminologie du « terme marqué », qui remonte à Jakobson au moins, parce qu’elle a été employée par les rédacteurs de l’Académie, mais il n’a au fond aucune raison de s’en priver. Il est vrai – Académie ou pas – que si je dis As-tu vu passer quelqu’un ?, le « quelqu’un » a beau être grammaticalement masculin, il ne l’est pas en vrai. En revanche, si je dis As-tu vu passer quelqu’une ?, il est clair qu’il ne peut s’agir que de femmes. C’était avec un pronom indéfini. Le terme de quelque chose est masculin, malgré la chose : il est mis au rang des quantités indéterminées.

C’est vrai aussi parfois avec des noms. Si je dis Il y a du nouveau ! personne ne jugera que je suis contre la nouvelle ; je peux d’ailleurs demander s’il y a des nouvelles, mais le sens est un peu différent. Notre auteur concède que, même avec les noms d’emploi ou de fonction, ou plus généralement avec les groupes humains, le masculin puisse servir comme indéfini : les voyageurs, les employeurs, les spectateurs, sont des expressions par défaut : elles n’excluent pas les femmes. Il est donc vrai que, dans beaucoup de circonstances, le masculin (lorsqu’existe un féminin correspondant) est le terme « non marqué » : celui qui est employé par défaut. Si j’emploie le terme féminin correspondant (voyageuses, employeuses ou employeures, spectatrices), il implique spécifiquement des femmes ; c’est pourquoi on dit alors (dans ce cadre) que c’est le « terme marqué ». C’est le terme féminin, ici, qui est exclusif. C’est un peu comme avec le nom enfant : si vous dites un enfant, le sexe reste indifférent ; si vous dites une enfant, le nom est féminin et ne peut plus concerner un garçon. L’usage peut changer, sur ces points-là comme sur d’autres, mais voilà en gros l’usage pour l’instant.

2. Trois genres et deux genres

Cerquiglini remarque que, contrairement à qu’en disent certains, le masculin n’est pas neutre. C’est un jeu de mot, superposant deux emplois du mot « neutre ». Le premier emploi signifie « non significatif », « non impliqué » ou « égal », comme lorsqu’on critique l’opinion de quelqu’un en soulignant que cette personne n’est pas neutre. Mais le second emploi est d’ordre grammatical. Il existait en latin trois genres grammaticaux, traditionnellement appelés « masculin », « féminin » et « neutre » (=ni l’un ni l’autre). Les noms de « masculin » et de « féminin » remontent aux grammairiens grecs3, et visent l’emploi fréquent de ces deux catégories lorsqu’il s’agit de noms de personnes (pas de noms de métiers). Pour les noms de personnes, en grec ou en latin comme dans les langues slaves aujourd’hui, il existe plusieurs formes possibles pour les noms. On utilise une forme avec les personnes masculines, et une autre avec les féminines – de sorte qu’on a fini par donner aux formes elles-mêmes les appellations de « masculin » et « féminin », ce qui est une source de malentendus puisque, en latin comme en grec ancien ou en russe ou en bulgare, la plupart des autres noms utilisent aussi ces formes mais n’ont rien de masculin ou de féminin : il peut s’agir d’objets, de noms abstraits, de noms empruntés à d’autres langues.

Mais en latin comme en russe, il reste une 3e forme, qu’on ne pouvait appeler ni masculin ni féminin, car elle ne s’employait pas avec les noms de personnes. Les Romains l’ont donc appelée neuter, qui est le mot latin signifiant « ni l’un ni l’autre ». C’est la source du mot français neutre.

Bernard Cerquiglini commente alors un argument qu’on entend parfois chez les grammairiens. Certains disent : en français, comme dans la plupart des langues romanes, le « genre neutre » a disparu, parce que les anciens mots « neutres » (par exemple le mot latin templum) sont le plus souvent devenus des masculins (en français un temple). Ainsi, le « genre masculin » du français n’est pas « masculin » au sens sexuel. Et c’est pourquoi il est « neutre », par héritage aussi bien.

Notre auteur remarque alors que, si le « genre masculin », « neutre » par héritage, justifierait qu’on doive dire Madame le ministre, on oublie qu’en français actuel – laissons là le latin – il n’y a plus que deux genres, et que pour les personnes on aura tendance à interpréter le comme masculin, y compris sexuellement, et la comme féminin. L’argument est discutable, car pris sérieusement il signifie que tout nom de personne (l’auteur vise surtout les noms de fonction, de métiers, de groupes humains) devrait avoir le genre grammatical de son sexe – en ne tolérant pas d’emploi par défaut du « masculin ». On devrait alors toujours dire, non plus par exemple les citoyens, mais les citoyennes et les citoyens. L’auteur consacre un développement à ce sujet, et admet que l’expression doublée, stylistiquement souvent utile ou astucieuse, ne peut pas être systématisée sans lourdeur inutile. En outre, souvent possible à l’écrit, elle est souvent absurde à l’oral : chères et chers élèves.

Il faut concéder à toute langue sa part d’arbitraire, ce qui n’empêche pas de chercher à l’améliorer. Les genres des noms, en français, n’ont pas plus qu’en latin de motivation sexuée, même pour les animaux (on dit un cheval ou une vache, le plus souvent en visant les deux sexes de l’espèce) et même parfois pour les groupes humains (beaucoup de noms de profession sont au « féminin » en latin, alors même que les professionnels concernés sont des hommes). En français, la revendication de féminisation des noms de profession vient du fait que beaucoup de ces professions, à partir du XVIIe siècle notamment, ont été interdites aux femmes, et donc qu’on a longtemps empêché ou ridiculisé l’extension des suffixes simples et courants qui permettent aujourd’hui de dire utilement la présidente ou l’avocate, ou l’emploi des articles féminins devant les noms où le suffixe n’est pas évident, comme pour la ministre. L’usage moderne, dont tous les outils existaient déjà puisque les suffixes sont anciens, lève un verrou qui n’est pas tellement linguistique que social.


  1. L’auteur adore nous préciser les faits administratifs et est incollable sur les règlements. Il a en effet participé de près à une partie de ces affaires, comme il nous le rappelle ici et là. []
  2. Bernard Cerquiglini, Le Ministre est enceinte. Ou la grande querelle de la féminisation des noms. Seuil, Octobre 2018. []
  3. Voir https://www.academia.edu/35184514/Le_Masculin_va-t-il_lemporter_. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.