Le bruit de l’eau

L’eau se présente sous mille formes que mettent en valeur l’éloignement ou la proximité, la lumière et les reflets.

Mais aussi les sons. Nous ne sommes sans doute pas capables d’identifier à coup sûr l’eau par le seul bruit qu’elle fait : clapotis, écoulement, chute, pluie – ou même le silence de l’eau sur les choses.

L’eau a pourtant un son à elle – mais il change selon les langues. ‘Vada’ en russe (on écrit вода ‘voda’), ce qui est proche du water américain ! En japonais mizu, 水. En shertukpen, on dit ‘kho’ – mais cela se dit ‘pappa’ pour les tout petits enfants. Et en français nous avons ce trésor : le mystérieux eau, qu’on prononce O.

Acte 1. Le son

Comme vous le savez, le son, c’est la façon dont vous interprétez la vibration d’une membrane dans votre oreille (vos oreilles, si vous en avez deux), et cette vibration a été transmise par l’air autour de nous, à la vitesse de 340 m/s (il fait 16°C à Vincennes, et le temps est humide), un peu plus vite quand le temps est plus chaud.

La vitesse du son dans l’air. La température (en bas) influe sur la vitesse (à gauche). La couleur des traits indique si l’air est plus ou moins sec.

Il y a bruit dès qu’autour de vous une vibration se produit – et nos oreilles (d’accord, vous en avez deux) nous prouvent que beaucoup de choses vibrent. En français, la différence entre bruit et son est intéressante : le second suggère qu’on peut l’interpréter, le premier implique qu’on ne le peut guère. Mais nous disons un bruit de moteur et un chant d’oiseau. Dire un bruit d’oiseaux suggère des animaux qui s’agitent dans des arbres, par exemple. Ce sont plus que des nuances.

En Annexe, je propose un court exemple en dix langues.

Les gens qui s’occupent des sons sont les acousticiens. Il y a aussi les linguistes – mais ils ne s’occupent en général que de sons interprétables. Encore ce terme est-il trop large : un expert peut distinguer les “chants” de certaines grenouilles, ce que le linguiste normal ne sait pas faire. Donc soyons modestes et disons : le linguiste s’occupe parfois des sons produits par les gens qui parlent des langues quand le message possède une signification.

Grenouille agile (Rana dalmatina).

L’ennui, c’est que les sons des langues ne sont pas simples.

Le diapason n’a-t-il pas la forme de la lyre d’Orphée ?

Acte 2. Simples et moins simples.

Il existe des sons purs. Ce sont des vibrations identiques régulières. Un exemple classique est celui du diapason métallique qui, si vous le frappez gentiment, produit 440 cycles identiques par seconde.

Cette précision vient du fait que les musiciens européens, constatant pendant leurs concerts dans plusieurs pays que les façons d’accorder les instruments variaient, ont fini par décider d’un “La de référence”. Ils ont choisi le “la” du milieu du clavier du piano et (un peu comme pour le mètre étalon) ont décidé qu’on l’étalonnerait à 440 battements par seconde. Si les battements sont plus nombreux, en d’autres termes si la fréquence est plus grande, le son est plus aigu ; si c’est 880, on obtient le “la” à l’octave supérieure.

(1) Enregistrez le son produit par votre diapason familier. (2) Analysez cet enregistrement avec un logiciel ad hoc. Voici les résultats.

Durée : 3,6 secondes. L’aspect de barre verticale à gauche correspond au moment où j’ai frappé le diapason ; je l’ai ensuite approché du micro en le tournant : le micro stéréo a enregistré la variation d’intensité, mais la sonorité est stable. En haut sur fond blanc, la vibration dans chacune des deux entrées. En bas, le spectrogramme où les zones sombres (et les points rouges) repèrent les vibrations majeures et indiquent leur fréquence.

L’image ci-dessus montre, à gauche la zone verticale sombre qui correspond au moment où j’ai frappé le diapason et, avec un léger retard, le moment où je l’ai approché du micro. Après un léger gonflement, la vibration devient régulière longtemps. Cette régularité se voit aussi dans la tache horizontale sombre au-dessous : elle durait encore quand j’ai arrêté l’enregistrement.

Nous pouvons zoomer sur 1/10e de seconde :

Enregistrement d’un diapason : 1/10e de seconde.

En haut, la machine a visualisé les battements : on en voit 44. En bas le spectrogramme permet de situer le cœur de la zone sombre à 440 Hz, CQFD. Le diapason a été bien fait.

L’ennui, comme nous l’avons laissé entendre, c’est que les sons de la voix – et même de la voix humaine ! c’est moins “pur”. En tout cas moins pur que le diapason.

La Fontaine d’Aréthuse, à Syracuse.

Acte 3. Exemple de l’O

Soyons fidèle à notre exemple de l’eau1. Evidemment, les francophones savent qu’il existe DEUX sons O en français, le “o fermé” de dos ou pot, et le “o ouvert” de dors ou port. La différence est cruciale puisqu’elle permet de ne pas confondre fausse et fosse ou encore Beauce et bosse – les exemples sont nombreux, et vous en trouverez vous-même. Il est vrai que les prononciations diffèrent selon les régions, et différaient encore bien plus il y a un siècle.

Mais enfin, il est utile de nos jours de ne pas confondre les deux O. Notre O de eau est un “o fermé”, comme le sont du reste tous les O qu’on écrit au ou eau : bateau, cabillau, canaux, caniveau, radeau, rafiau, ruisseau : notez bien que je suis resté en mode aquatique !

le mot ‘beau’. Durée : 1/4 de seconde. Spectrogramme 0-2000 Hz.

L’image ci-dessus donne deux idées de la prononciation du mot beau par un francophone qui passait par là. On voit à gauche la partie où le B se met en place puis le “mur” sombre vertical qui marque le moment où la bouche s’ouvre quand le B est prononcé ; la voyelle O suit et est tenue un petit moment.

Pour repérer les voyelles, il faut en général chercher non plus une seule bande noire, mais deux, l’une au-dessus de l’autre, qui signalent deux fréquences utilisées en même temps. L’exemple ci dessous est celui du mot ‘photo’.

‘photo’ : 2 fréquences pour chacune des 2 syllabes. Durée : 0,4 seconde.

On voit les deux syllabes qui se suivent avec un intervalle très net entre les deux voyelles, qu’on repère facilement tant en haut avec l’expansion de la vibration qu’en bas avec les zones plus sombres. Les petits points rouges résultent du calcul des fréquences, fait par le logiciel Praat.

Il faut donc observer les fréquences des voyelles dans les zones sombres. La fréquence de base (celle que signale en outre le pointillé horizontal rouge) est vers 360 Hz pour pho-, un peu plus bas pour -to. On voit que l’autre fréquence, plus haut, monte dans pho- et descend dans -to ! C’est dû à l’influence des deux consonnes, car p “tire vers le bas” et t “vers le haut”2. La vie du linguiste n’est pas de tout repos…

On peut situer cette deuxième fréquence entre 1000 et 1200 Hz pour pho- et 1000 et 750 Hz pour -to. On s’aperçoit alors que nos voyelles ne dépendent pas seulement du fait qu’on est petit, grand, gros ou maigre ! Elles dépendent aussi de leur place dans le mot – mais la plupart du temps, on ne s’en aperçoit même pas, car le son physique n’est qu’un sol sur lequel sont disposés les objets perçus.

Acte 4. La carte du paysage français

Les linguistes qui s’occupent des prononciations des langues ont dressé des “cartes des voyelles”, pour la prononciation du français ordinaire actuel, en fonction des deux fréquences que chacune préfère.

L’auteur de cette “carte” a eu l’habileté de ne pas se contenter de points statistiques ; il a indiqué des zones, car nous venons de voir que “une même voyelle” n’est pas toujours située au même endroit exactement. Si vous situez sur cette carte les mesures données ci-dessus pour les voyelles de photo, à savoir la fréquence basse (340-360 Hz) selon l’étalonnage vertical , celle du dessus (750-1200 Hz) selon l’horizontal, vous trouvez qu’elles sont bien dans la zone du “o fermé”, pas très loin de la zone du “ou”, noté par U sur la carte.

Sur la carte, on voit que la zone du dessous, marquée du signe ɔ, qui est “o ouvert”, comme dans bosse ou port, a une première fréquence vers 500 Hz. Cela la rapproche de la zone des A, le a comme dans bateau ou barque et le ɑ comme dans bâche ou lâche.

Notre O de l’eau, de beau ou de photo fait en somme partie d’un paysage, puisqu’il est sur une “carte”. Ce n’est pas une carte géographique ou même topographique, sauf si l’on considère que c’est une façon de transposer une topographie de l’intérieur de la bouche.

Cette topographie montre, s’il le fallait, que notre “o fermé” a des voisins : U par ci, A par là et d’un autre côté le Ø qui est comme en danois (l’équivalent graphique du Ö en suédois et en allemand) notre son eu dans feu ou deux. Et bien sûr son voisin le plus cher ou son frère ennemi, le “o ouvert” de bol col comme corps donne dors fort et bien entendu : à babord et à tribord !

Conclusion

Les voyelles sont un peu comme les couleurs – il existe sur ce sujet une vaste et souvent distrayante littérature. Un des plus beaux récits que je connaisse sur le sujet est celui de Nabokov3.

S’il est vrai que la “carte des voyelles” est établie sur deux curseurs qu’on peut faire bouger en douceur et sans accroc, les voyelles qu’on repère dans une langue donnée “découpent” dans ce fond indéfini des régions particulières qui valent par leur différence, créant ainsi des reliefs tout à fait inattendus pour ceux qui parlent d’autres langues, et qui bien sûr ont créé quant à eux leur propres géographies.

Il en va de même des couleurs. Les physiciens peuvent autant qu’ils veulent jouer avec le curseur des longueurs d’onde puisque le prisme est continu. Mais dans la réalité des perceptions utiles, nous avons appris à le “découper” et c’est là l’important. Sinon, on n’y voit rien.

ANNEXE : mots du son en 10 langues ou dialectes :

J’ai fabriqué ce petit paragraphe en français, qu’ensuite l’outil DeepL a automatiquement traduit en 9 langues (écrites), que j’ai rangées par ordre alphabétique. Il va sans dire que ces traductions peuvent être corrigées ; disons que c’est une bonne base. Les mots importants ici sont (en français) : bruits, croassements, entendre, chants d’oiseau.

Les grands peupliers étaient pleins de bruits : le vent, les branches, les feuilles, les corneilles qui s’agitaient. Parfois les croassements qui s’élevaient pas masses confuses, et cependant on avait l’impression d’entendre chacune. C’était très différent des chants d’oiseau, dans le cerisier, le matin au lever du jour.

anglais (GB)

The tall poplars were full of noise: the wind, the branches, the leaves, the crows stirring. Sometimes the cawing rose up in confused masses, and yet you had the impression of hearing each one. It was very different from the birds singing in the cherry tree at dawn.

anglais (USA)

The tall poplars were full of noise: wind, branches, leaves, crows flapping about. Sometimes the cawing rose in confused masses, and yet it was as if we could hear each one. It was very different from bird song in the cherry orchard at dawn.

bulgare

Високите тополи бяха пълни с шум: вятърът, клоните, листата, враните, които се раздвижваха. Понякога крясъците се издигаха в объркани маси, но все пак имахте чувството, че чувате всеки един от тях. Беше много различно от пеенето на птиците в черешовото дърво на зазоряване.

espagnol

Los altos álamos estaban llenos de ruido: el viento, las ramas, las hojas, los cuervos agitándose. A veces los graznidos se elevaban en masas confusas y, sin embargo, uno tenía la impresión de oírlos a todos. Era muy distinto del canto de los pájaros en el cerezo al amanecer.

grec

Οι ψηλές λεύκες ήταν γεμάτες θόρυβο: ο άνεμος, τα κλαδιά, τα φύλλα, τα κοράκια που ανακατεύονταν. Μερικές φορές το κράξιμο υψωνόταν σε συγκεχυμένες μάζες, κι όμως είχες την εντύπωση ότι άκουγες το καθένα. Ήταν πολύ διαφορετικό από τα πουλιά που τραγουδούσαν στην κερασιά την αυγή.

italien

Gli alti pioppi erano pieni di rumore: il vento, i rami, le foglie, i corvi che si agitavano. A volte il gracchiare si alzava in massa confuso, eppure si aveva l’impressione di sentire ognuno di loro. Era molto diverso dal canto degli uccelli sul ciliegio all’alba.

japonais

背の高いポプラは騒々しかった。風、枝、葉、そしてカラスの鳴き声。時折、カラスの鳴き声が乱れ飛ぶが、そのひとつひとつが聞こえてくるようだった。夜明けに桜の木で鳴く鳥の声とはまったく違っていた。

néerlandais

De hoge populieren waren vol lawaai: de wind, de takken, de bladeren, de kraaien die zich bewogen. Soms steeg het gekras op in verwarde massa’s en toch had je de indruk dat je ze allemaal hoorde. Het was heel anders dan het gezang van de vogels in de kersenboom bij zonsopgang.

polonais

Wysokie topole były pełne hałasu: wiatr, gałęzie, liście, poruszające się wrony. Czasem krakanie wznosiło się w zdezorientowanych masach, a jednak miało się wrażenie, że słyszy się każdą z nich. Bardzo różniło się to od śpiewu ptaków na drzewie wiśni o świcie.

NOTICES des images. (1) Photo prise à Prague, dans les Jardins Vrtba, juillet 2022. (2) Ce diagramme sur la vitesse du son vient de cet article. (3) Cet enregistrement de grenouille provient d’un CD de Jean C. Roché, s. d., Mares et marais, Ed. Origins, coll. Les plus beaux sons de la Terre. (4) Giulio Caccini & Jacopo Peri, 2016, Li due Orfei, par Angélique (harpe) & Marc (chant) Mauillon, Ed. Arcana. Les deux compositeurs sont célèbres dans l’histoire de la musique pour avoir créé les premiers opéras. L’image montre un tableau de Bronzino, Cosme Ier de Medicis en Orphée. (5) Enregistrement d’un diapason ordinaire, celui qui figure sur l’image 3. (6, 7, 9, 11) Ces graphiques ont été réalisé avec le logiciel Praat, qui est d’accès libre. (8) Photo prise à Syracuse en oct. 2021. (10) Mon enregistrement du mot ‘photo’. (12) Ce schéma bien fait est celui de Michel Billières sur son site Au son du fle – FLE étant l’acronyme de “français langue étrangère”, une spécialité très fréquentée dans les universités française. (13) Les références du livre sont en note.

  1. L’eau, c’est bien connu des étrangers, a une orthographe suicidaire, d’autant qu’autrefois on écrivait eaue, pour simplifier puisque l’eau est du genre féminin. Ce féminin est bien normal puisque, si l’on va chercher l’orthographe encore plus ancienne, c’était ewe ou eve. Cette eve était la simplification de aigue, comme dans Aigues-Mortes, les ‘eaux mortes’ depuis que l’envasement de la ville a rendu le port impraticable. Et cette aigue ? Ce n’était que la simplification du mot latin aqua, que les Italiens ont beaucoup compliqué en l’écrivant acqua. []
  2. Ce phénomène a été mis en évidence par Pierre Delattre dans un article de Phonetica en 1968. Roman Jakobson et Linda Waugh ont repris son schéma dans un chapitre en l’honneur de Delattre, dans La Charpente phonique du langage, Editions de Minuit, 1980, p. 118. Traduction par Alain Kihm de The Sound Shape of Language, 1979. []
  3. Vladimir Nabokov, 1961, Autres rivages, Gallimard, trad. Yvonne Davet, p. 33-34 et la suite. Dans la version anglaise, Speak Memory, 1979 (1966 revised edition), Ed. Paragon Book, p. 34-35 et la suite. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (2 septembre 2023). Le bruit de l’eau. Caramel. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7fg


Une réflexion sur « Le bruit de l’eau »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search