Deux mots pour le dire

Deux mots qui veulent dire la même chose, sont des synonymes. Deux mots pareils pour des choses différentes, sont des homonymes1. Cela paraît clair. On a fait le tour de la question.

On en déduit que le plus simple, n’est-ce pas, c’est d’éviter l’un et l’autre, et d’avoir des mots différents pour des choses différentes. Très bien. Mais que faire du mot ‘chose’, alors ? Et du mot ‘mot’ ! Il existe un livre antique qui commence par cette question.

Acte 1. Le grand ancêtre

C’est un petit livre en grec, attribué à Aristote, et qu’on appelle Catégories. Il n’est pas facile à traduire, on va voir cela dans un instant. Rien qu’en français, il en existe trois traductions récentes, toutes trois bilingues grec-français ! Voici le début dans ces trois traductions, A, B, et C. Elles ont été respectivement publiées en 2001, 2002, 2007.

On s’écrie « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! » Mais il faut observer deux choses. D’abord, les trois textes sont des traductions en français d’un texte grec qu’elles veulent suivre de près – il est probable que si l’on demandait aux traducteurs d’exprimer eux-mêmes la question, ils s’exprimeraient autrement. Ensuite, si Aristote s’exprime avec des précautions qui rendent la traduction difficile, les raisons n’apparaîtront que plus tard – notamment quand on en viendra à la définition du « synonyme ».

De notre point de vue, je veux dire avec un vocabulaire moderne, on dirait quelque chose comme : « les choses homonymes sont des choses différentes qui portent le même nom ».

Pourquoi Aristote s’exprime-t-il de façon si bizarre ? En fait il n’oppose pas le mot (commun) et la chose (différente) ; il oppose d’une part le nom (commun) et d’autre part les descriptions (différentes) qu’on en ferait pour préciser les choses2. Il prend bientôt un exemple.

Le traducteur B nous laisse le mot grec, zôion, nous en verrons une raison plus loin ; les deux autres le traduisent par ‘animal’. L’exemple nous semble cependant bancal, puisqu’il compare un homme (véritable) et une image qu’on a faite de lui. Ce qui est traduit ici par ‘portrait’ ou ‘figure dessinée’ est le grec gegrammenon qui signifie aussi bien un dessin qu’une peinture. L’idée étant que si l’on demande à quelqu’un ce qui est représenté sur l’image d’un homme, il va dire ‘c’est un homme’ – de sorte que c’est vrai : le même mot ‘homme’ peut servir à la fois, s’il l’on veut, pour l’original et pour la copie. Il faut avouer que comme exemple « d’homonyme », c’est particulier.

Mais dans ce cas, on attendrait que le mot homonyme soit ‘homme’ (c’est lui, le même mot pour deux choses différentes)  – et non un mot zôion. Ce mot fait partie d’un groupe, noms, verbes, adjectifs, qui ont à voir avec « vie, vivre ». D’où la traduction plus haut par ‘animal’. Mais en grec le mot pour peintre – le peintre d’art, pas le peintre en bâtiment – est zôgraphos, c’est-à-dire ‘celui qui dessine ou peint des zôion’. Cela signifie : le peintre qui, au lieu de faire des plages colorées ou seulement des lignes, est capable de représenter des êtres vivants. Donc, quand Aristote choisit zôion comme exemple d’homonyme, il choisit un mot qui en effet suggère à la fois des ‘êtres vivants’ et une catégorie de ‘représentations’ – et dans cette catégorie il prend l’exemple de l’homme.

Acte 2. Au tour des synonymes.

Voyons maintenant les synonymes.

De même qu’auparavant, Aristote ne compare pas le mot et la chose, mais le mot (il dit le ‘nom’, en grec onoma) et la description ou, si l’on préfère, la définition. Et comme exemple, il reprend zôion mais cette fois en comparant deux sortes d’animaux : si je dis d’un homme et d’un bœuf : « oh, regarde, deux animaux ! », c’est amusant mais pas absurde puisque le mot de ‘animal’ ou, si l’on préfère, de ‘être vivant’ convient aux deux. Et à ce titre ‘homme’ et ‘bœuf’ étant en effet deux exemples parmi les ‘êtres vivants’, employer ‘être vivant’ pour l’un et l’autre est correct, et donc les deux choses sont de bons synonymes.

Acte 3. mots et choses.

Ce dernier point attire notre attention sur un fait fondamental, et étrange pour nous. Pour nous, les synonymes ou homonymes, ce sont des mots ; comme quand je dis ‘homme’ pour un homme véritable et son portrait ou son reflet dans la glace. Tandis que pour Aristote, ce ne sont pas des mots, ce sont des choses. Des choses, dont les noms ont telle ou telle propriété.

Evidemment, ‘chose’ ne convient pas très bien, c’est un peu trop concret, car la comparaison des noms (semblables) avec des propriétés apparaissant dans des descriptions (différentes ou semblables), cela peut s’appliquer à des ‘choses’ abstraites, à des mouvements, à des états d’âme, etc. Et si les trois traducteurs proposent ‘choses’ / ‘items’ / ‘objets’, c’est parce qu’en fait en grec il n’y a pas de nom ici : Aristote écrit ‘On dit homonymes, ce dont etc. (…) On dit synonymes, ce dont etc.’ – mais cette formulation devenait vite compliquée en français, et les trois traducteurs ont dû avoir recours à un nom un peu factice, utile mais embarrassant.

Il y a un autre point intéressant dans ce qu’on vient de parcourir, à propos de la comparaison entre des noms et leurs définitions. Aristote ne dit pas ‘les noms sont les mêmes’ (et les définitions sont les mêmes ou pas). Il dit ‘On dit homonymes ou synonyme, ce dont le nom est commun’ (et la définition est différente, heteros, ou la même, ho autos). Ce dont il part, c’est d’une classe de ‘choses’, classe identifiable par le nom ; puis il examine si les éléments de cette classe ont des définitions différentes ou la même.

Conclusion

Il est parfaitement vrai que, en français, nos mots synonyme et homonyme viennent de la langue grecque, et plus exactement de l’emploi qu’en ont fait des penseurs comme Aristote. Il est vrai aussi, comme on vient de le voir, qu’Aristote – en réalité – n’emploie pas ces mots comme nous le faisons aujourd’hui. Il n’est peut-être pas le premier à les utiliser, mais certainement c’est lui qui a donné, plus tard en grammaire, leur portée utile à ces distinctions entre synonyme, homonyme etc., même si la façon d’utiliser les contrastes entre ces mots a changé. Pour synonyme, il existe un exemple intéressant avant lui3.

Car synonyme et homonyme, ce n’est remarquable que de choses différentes, qui bizarrement portent le même nom, ou l’inverse. Cela donne des effets romanesques, quand des quiproquos se produisent. C’est ce qui a lieu dans la pièce d’Euripide, représentée en 412 AEC, qui s’appelle Hélène. Euripide utilise une légende qui voulait que Hélène, au lieu d’être enlevée par Pâris à son époux Ménélas, en provoquant la guerre de Troie, ait été enfermée en Egypte dans l’île de Pharos (oui, celle du Phare d’Alexandrie – mais il n’existait pas encore), tandis qu’un fantôme aurait joué son rôle à Troie. Mais après la prise de Troie, Ménélas est en fuite avec le fantôme qu’il croit être la véritable Hélène, et il débarque à Pharos…

Annexes.

Texte A

« Sont dites équivoques des choses qui ne possèdent qu’un nom en commun, alors que le formule correspondant à ce nom est différente. Ainsi dit-on animal à la fois l’homme et son portrait. Ces choses en effet ne possèdent qu’un nom en commun, alors que la formule correspondant à ce nom est différente. Car si l’on veut expliquer, pour chacune des deux, ce que c’est qu’être un animal, on fournira pour chacune une formule propre. En revanche sont dites univoques des choses dont à la fois le nom est commun et la formule correspondant à ce nom identique. Ainsi dit-on animal à la fois l’homme et le bœuf ».4

Texte B

« On dit homonymes les items qui n’ont de commun qu’un nom, tandis que l’énoncé de l’essence, correspondant au nom, est différent, par exemple on dit zôion à la fois de l’homme et du portrait ; [on les dit homonymes] car ils n’ont de commun qu’un nom, tandis que l’énoncé de l’essence, correspondant au nom, est différent : si en effet on doit donner [la définition] de ce qu’est, pour chacune d’eux, d’être zôion, on donnera pour chacun une définition propre. On dit synonymes les items qui ont le nom en commun, et dont ‘énoncé de l’essence, correspondant au nom, est le même, par exemple zôion [être animé] pour l’homme et pour le bœuf ».5

Texte C

« Sont dits homonymes les objets dont le nom seul est commun, alors que l’énonciation correspondant à ce nom est différente. C’est ainsi que l’homme et la figure dessinée sont animal ; en effet, ces objets ont seulement le nom en commun, alors que l’énonciation correspondant à ce nom est différente. Car si on doit rendre compte de ce que c’est, pour chacun d’eux, que d’être un animal, on répondra par une énonciation propre à chacun. Sont dit synonymes les objets dont le nom est commun, et pour lesquels l’énonciation correspondant à ce nom est la même. C’est ainsi que l’homme et le bœuf sont animal. ».6

NOTE sur les images. (1) L’image des yeux vairons, dans le bandeau en haut, provient de ce site, mais elle paraît se trouver à plusieurs endroits ; j’ignore de quelle personne il s’agit, et bien sûr je suis prêt à retirer l’image si la personne se trouve offusquée. (2) sous le 1er tableau, est le début des Catégories d’Aristote dans le manuscrit Coislin 330 (XIe siècle), à la BNF. On peut le consulter en ligne. Le début des Catégories est folio 17v. (3) L’édition du texte A, voir note 4. (4) L’édition du texte B, voir note 5. (5) L’édition du texte C, voir note 6. (6) Le début des Catégories dans le manuscrit Urbinas 35 (rédigé vers l’an 900) de la Bibliothèque Vaticane (dont on voit le « filigrane électronique »), folio 22. Le manuscrit est visible en ligne.

  1. Littré : « Qui a même nom. Grammaire : Mots homonymes, mots qui se prononcent de même, bien que l’orthographe ou l’origine du mot diffèrent. Chêne et chaîne sont homonymes. » []
  2. Son mot pour ‘description’, ‘formule’, énoncé (de l’essence)’, ‘énonciation’, est logos. []
  3. Euripide, Hélène, vers 495. []
  4. Aristote, 2001, Catégories, Ed., trad. et notes de Richard Bodéüs, Les Belles Lettres (C.U.F.), p. 2-3. []
  5. Aristote, 2002, Catégories, présentation, trad. et commentaires de Frédérique Ildefonse et Jean Lallot, Seuil (Coll. Points-Essais), p. 59. []
  6. Aristote, 2007, Catégories, Sur l’Interprétation, Introd. générale à l’Organon par Pierre Pellegrin. Introd., trad. notes et index des Catégories par Pierre Pellegrin et Michel Crubellier, Flammarion (coll. GF), p. 103. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.