Euthanasie

Les « réseaux sociaux » n’ont pas créé les mouvements d’opinion, mais ils leur ont donné une base plus large, plus mobile et moins facile à cerner. La presse, du quotidien au mensuel, connaît le sujet depuis longtemps.

Quand on essaie de sonder « l’impact » d’un mot comme ‘euthanasie’, les relevés dans la presse sont d’un grand intérêt. Ils n’écrasent pas la portée du mot, mais ils contribuent à montrer l’effet qu’il fait.

Observer l’emploi du mot, sa fréquence ou ses contextes, constater que sa signification se modifie, pose un problème de fond, qu’on peut résumer par une formule : le sens d’un mot se résume-t-il aux usages qu’on en fait ?

Acte 1. Euthanasie

Il faut d’abord bien saisir le sens ordinaire du mot, pour comprendre les méprises possibles, et fréquentes.  La définition du Robert est la suivante :

Usage des procédés qui permettent de hâter ou de provoquer la mort de malades incurables qui souffrent et souhaitent mourir.

Celle du Grand Larousse (p. 1747) distingue deux sens :

1. (Vieux) : mort douce, sans souffrance
2. Méthode qui procure une mort sans souffrance à un malade agonisant ou frappé d’une douloureuse maladie incurable.

Celle du Petit Larousse correspond à la deuxième, mais est rédigée autrement :

Acte d’un médecin qui provoque la mort d’un malade incurable pour abréger ses souffrances ou son agonie, illégal dans la plupart des pays.

Le Dictionnaire de l’Académie française (DAF) donne les deux significations, dont nous allons voir qu’elles sont toutes deux utiles :

(1) Mort, douce et sans douleur, survenant de façon spontanée, sans autre intervention éventuelle que l’administration d’analgésiques.
(2) Action destinée à donner la mort à un malade incurable qui demande ou a demandé que l’on abrège ses souffrances ou sa déchéance physiologique. Euthanasie active, administration de substances hâtant par elles-mêmes le décès. Euthanasie passive, suspension du traitement ou de la réanimation.

Le fait qu’il existe deux sens distincts, dont le premier est aujourd’hui peu connu, est dû à l’étymologie grecque du mot, puisque dans cette langue eu-thanasia signifie à peu près ‘bonne mort’.

Le Trésor de la Langue Française (TLF) en ligne donne deux définitions qui sont similaires à celles du DAF. Voici la deuxième :

Fait de donner délibérément la mort à un malade (généralement incurable ou qui souffre atrocement).

*

En 2011, dans une communication à l’Académie des sciences morales et politiques dont il est membre, ‘La Fin de vie et l’euthanasie’, le cardiologue André Vacheron rappelait les faits principaux et les commentait, puis donnait son avis.  Cette communication se trouve, partiellement transcrite, sur Canal Académies, où l’on trouve aussi un lien pour entendre la communication complète. Il dit qu’on doit distinguer deux catégories d’intervention :

(a) euthanasie dite passive – mais André Vacheron récuse cette description, avec le commentaire suivant « Il ne s’agit pas véritablement d’euthanasie puisque l’objectif est de soulager le malade et de laisser évoluer spontanément vers la mort une maladie incurable ». Trois cas sont énumérés :

1) L’administration d’analgésiques à doses élevées et croissantes qui peuvent accélérer le décès ;
2) La limitation ou l’abstention des traitements actifs ou de réanimation ;
3) L’arrêt des dispositifs de survie artificielle : par exemple le débranchement d’un respirateur ;

(b) euthanasie dite active, avec ce commentaire : « ce qui constitue un pléonasme puisque l’euthanasie est un acte délibéré pour provoquer la mort ». Deux cas :

4) L’aide au suicide assisté ;
5) L’injection d’une substance létale.

André Vacheron reprend la question à l’aide d’une autre description contrastive, en fonction de « la volonté de la personne concernée », selon que
(α) l’euthanasie est imposée « quand elle est subie par un sujet qui n’a rien demandé ». Et il ajoute : « C’est un meurtre avec préméditation » ;
(β) l’euthanasie est réclamée, et il ajoute « il s’agit d’un suicide assisté ». Il commente ensuite la difficulté qu’ouvre, au plan légal en particulier, la question du suicide assisté.

Il rappelle que le suicide, légalement, n’est plus considéré comme un crime depuis 1791.

Vous pouvez maintenant relire, si vous le souhaitez, les définitions données au début de l’Acte 1, et mieux en peser les différences.

Acte 2. De Wieland à Ambrose Bierce

L’importance de la première définition du DAF : « Mort, douce et sans douleur, survenant de façon spontanée (…) » apparaît à l’examen historique.

Gallicagramme n°1. Le mot ‘euthanasie’ dans la presse française entre 1800 et 2000.

Dans la presse française, le mot euthanasie fait une première apparition en 1805, en annonçant la publication en Allemagne d’un ouvrage où l’auteur prétendait pouvoir prouver la résurrection de sa femme. Un écrivain allemand célèbre, Wieland (1733-1813), qui avait eu connaissance de l’ouvrage, avait réagi avec trois petits dialogues, sous le titre général de Euthanasia.

Dans l’ouvrage de Wieland, le terme Euthanasia n’intervient qu’une seule fois, dans le dernier paragraphe, où notre auteur décrit la mort sereine de celui qui n’a jamais voulu faire le mal :

Celui qui est conscient du bien dans ces moments-là fait confiance à toute la nature, est sans crainte et sans souci pour l’avenir et attend avec calme et sérénité ce qui va arriver. Une telle âme, comme un enfant dans le sein de sa mère, s’enfonce avec confiance dans le giron de l’infini et s’endort ensuite sans s’en apercevoir, d’une vie dans laquelle elle ne se réveillera plus jamais. C’est là, chère Blandine, à mon avis, dans le sens le plus pur du mot, ce que mes anciens Grecs appelaient l’euthanasie, la plus belle et la meilleure façon de mourir (…)

Wieland a eu quelques ennuis, parce que ces dialogues suggéraient qu’il n’attachait pas d’importance à la survie de l’âme, essentielle pour le dogme chrétien. Wieland était aussi un traducteur important, notamment de Shakespeare (anglais), de Lucien (grec ancien), d’Horace et Cicéron (latin).

L’importance de l’idée de « mort douce » n’a certes pas disparu. Mais il est décisif de comprendre qu’elle était d’autant plus espérée que les analgésiques ont longtemps été à peu près inexistants ; d’où l’importance historique (et pas seulement littéraire) de l’opium. La morphine n’est isolée qu’en 1804, et il faudra plusieurs décennies pour que les différents produits soient bien connus ; ils ne deviennent injectables qu’avec l’invention de la seringue hypodermique (Charles Pravaz) en 1850.

Cela contribue à éclairer la position de l’écrivain américain Ambrose Bierce (1842-1914), en 1899, dans un petit article ‘Les Usages de l’euthanasie1. Cette fois, il s’agit nettement du deuxième sens du DAF, et de nos soucis contemporains. Bierce a 19 ans quand la Guerre de Sécession commence ; il s’engage et devient officier. L’expérience et le souvenir de la guerre, des massacres, des charniers, accompagneront tout au long de sa vie cet homme pétillant d’intelligence. Il réagit vivement à “l’interdit du suicide” que le christianisme a répandu et note par exemple, vers la fin de ses quelques pages :

Si, dans mon désespoir, je demande pourquoi je devrais continuer une vie de souffrance et que l’on n’a pas la politesse de me répondre, je ne suis pas obligé de croire et, faute de lumière, je peux être incapable de croire, que la réponse me satisferait si elle m’était donnée. Ainsi, le jeu ayant tourné en ma défaveur et les dés paraissant pipés, c’est à juste titre et raisonnablement que je peux sortir du jeu. C’est ainsi qu’un patient logique raisonnerait probablement s’il était incurable et souffrait beaucoup. Je m’avoue incapable d’apercevoir à quel endroit son argument est fallacieux.

Chacun comprendra à sa façon les deux pages complexes d’Ambrose Bierce sur ce sujet, mais il est clair qu’il pense qu’on doit parfois avoir le courage de donner le coup de grâce, qu’il écrit en français.

Acte 3. Fréquences et opinion

La question de l’euthanasie, de nos jours et peut-être toujours, reste un débat inaccessible aux solutions tranchées. Ce que montrent les périodes où l’on emploie le mot dans le Presse francophone, ce ne sont pas des solutions, mais des moments où, souvent à l’occasion de cas célèbres ou qu’on a rendus tels, le sujet « (re)devient chaud ». Voici d’abord des graphes donnant la fréquence, dans la Presse française scannée dans Gallica, des mots ‘vie’ et ‘mort’.

Gallicagramme n°2. Les deux mots ‘vie’ (en haut) et ‘mort’ (en bas) dans la presse française scannée dans Gallica, entre 1900 et 2000.

Grâce à l’outil Gallicagram, le balayage de la presse dans Gallica se fait pour l’ensemble de la presse scannée jusque vers 1950. Pour les décennies suivantes, le graphe (en violet ou rouge) se limite aux Archives du journal Le Monde. A un seul endroit, au moment de la Guerre de 14-18, la fréquence du mot ‘mort’ rejoint celle de ‘vie’. En fait, comme le montre un graphe plus précis pour cette zone, ci-dessous, ‘mort’ dépasse ‘vie’.

Gallicagramme n°3. Les mots ‘mort’ (en bleu) et ‘vie’ (en rouge) dans la presse française scannée dans Gallica, entre 1910 et 1930.

*

Revenons au cas du mot euthanasie. Le gallicagramme n°1, plus haut, montrait que la petite bosse au début du tracé, vers 1805, correspondait aux débats français suivant les publications de Wieland, où euthanasie avait le sens de ‘mort douce’. Sinon, les premiers pics brutaux datent de la fin des années 1940. On peut préciser.

Gallicagramme n°4. Le mot ‘euthanasie’ dans le journal ‘Le Monde’ entre 1945 et 1960. Les relevés sont cette fois mois par mois.

On observe un premier pic ponctuel en 1946, puis une zone plus longuement agitée en 1949-1950. Cette zone correspond aux débats faisant suite au rapport de l’Académie des Sciences morales et politiques du 16 nov. 1949, qui condamne l’euthanasie. Ce rapport évoque les dérives abominables dont les Nazis se sont rendus coupables. L’article du Monde rendant compte de ce rapport est ici. S’ensuit une zone de calme dans les débats, du moins tels qu’ils apparaissent dans la Presse.

Gallicagramme n°5. Le mot ‘euthanasie’ dans le journal Le Monde entre 1950 et 2020. Par année, avec un lissage ramené à 0.

Dans le cadre des documents qui sont nos sources ici, on voit “l’agitation” reparaître vers 1975, avec des pics relativement ponctuels ensuite, jusqu’aux fréquences plus massives commençant en 2000. Je laisse les historiens du monde contemporain expliquer par exemple le creux soudain de 2010, ainsi que la décroissance brutale de 2014-2015.

Il faut se garder d’interpréter ces graphes de façon trop simple : ils ne reflètent pas “l’opinion”, mais seulement “l’opinion relative” telle qu’elle est reflétée dans un journal particulier. C’est très différent, et pour deux raisons distinctes, qu’il est préférable d’expliciter.

C’est d’abord parce qu’il s’agit d’un seul journal, ici Le Monde qui a bien voulu laisser « fouiller » ses Archives. Un journal n’est jamais un « reflet » naïf d’une opinion qui serait monolithique. Les contributions dans le journal opèrent un certain tri dans les sujets d’actualité, même si le journal doit satisfaire les lecteurs qui, ayant d’autres sources d’information, vont vouloir entendre parler de ce qui les inquiète ou les intéresse.

Il y a une autre raison à laquelle il faut penser, c’est qu’il s’agit de presse quotidienne, très soumise à l’actualité courante. S’il se produit un événement politique ou sportif important ou (par hasard) une pandémie redoutée, le sujet ‘euthanasie’ a toute chance d’être “déclassé”. Il peut se faire que, lors d’un événement politique comme une élection, le sujet de l’euthanasie soit mis à profit par tel candidat ou ses opposants – mais ce n’est pas fréquent : le sujet est sérieux et délicat, peu propice aux débats vite conclus.

Conclusion

Les courbes des gallicagrammes – et c’est aussi une bonne raison de les avoir examinées d’un peu près – sont difficiles à interpréter simplement. Il peut très bien se faire, même si cette hypothèse est un peu cynique, que dans une période un peu creuse, où « l’actu » ne présente pas de drame exploitable ou de révélation formidable, on ressorte ce sujet douloureux. Le monstre du Loch Ness n’émeut plus grand monde, mais l’euthanasie, si.

Toutefois, avec toutes ces précautions, il reste que le retour fréquent d’un sujet, quand il est symptomatiquement pistable par un mot clé, marque un intérêt qu’il est difficile de créer de toute pièce.

Le “baromètre” de la presse est parfois une chaudière qui s’emballe toute seule, avec des conséquences potentiellement dévastatrices. Sur certains “sujets chauds” (mais parfois froids, ou tièdes !) on peut examiner ces emballements “partiellement autonomisés” mais répétés. Ils se diffusent comme une épidémie – mais c’est seulement une comparaison. Dans de tels cas, les mots sont à la fois des fait et des leurres.

Post-scriptum (14 juillet 2023) : Le journal Le Monde rapporte l’opinion de l’Académie Nationale de Médecine.

NOTICE des images. Tous les gallicagrammes ont été réalisés à l’aide de l’outil Gallicagram, conçu par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson. Voir ici. J’ai décrit certains des emplois possibles de cet outil dans un caramel précédent ‘L’Auto et le vélo‘. (1) ce portrait de Wieland, peint par Ferdinand Jagemann en 1805, vient d’ici. (2) Détail du portrait photographique (d’auteur inconnu) fait d’A. Bierce en 1892. Source de l’image.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 4 juillet). Euthanasie. Caramel. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7f5

  1. Dans les Tangential Views (Collected Works, vol. IX, 1911. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search