Cette douleur bizarre : origine du Lorem ipsum

Ce billet est dédié à Marion Wesely et François Pacaud

Je suis allé à une journée de formation Hypothèses. C’était très utile, et un des (améliorables) résultats est ce billet sous vos yeux. Mais aussi pour une de ces raisons imprévisibles, ces rencontres étranges alors que vous êtes dans un temple bouddhiste au fond de l’Himalaya. J’ai rencontré le lorem ipsum. Je ne connaissais pas.

Pour leurs explications et exemples sur les billets, leur disposition, les aménagements, les deux conférenciers utilisaient un texte qui était manifestement latin, mais pas latin. J’ai lu ensuite que le but de ce texte en latin est de fournir un texte privé de sens, pour éviter que le lecteur ne s’intéresse au contenu du texte, et se concentre sur la mise en page. Au lieu d’écrire par exemple UIGZF¨RHV IUHTÖNV£I ? OI¨JHERTBNV (au hasard sur le clavier), on avait écrit dans un latin super-bizarre.

Cicéron. Copie d’un buste antique. Musée du Louvre.

Je ne pouvais plus quitter le texte des yeux ; il était fait de mots partiellement ou entièrement latins, certaines phrases étaient presque correctes – et puis non. C’était fascinant. Je ne pouvais plus penser à la mise en page ni à toutes ces choses utiles. Je ne regardais que cet étrange message secret en latin impossible.

Comme j’avais appris le début par cœur, j’ai retrouvé la Chose ensuite sur la toile : par exemple sur l’article Wikipedia ‘Faux-texte’ (la version anglaise s’appelle ‘Lorem ipsum’1 ). On nous y explique que les imprimeurs du XVIe siècle utilisaient un texte de Cicéron2 bien connu qu’ils avaient sous la main pour remplir des pages dont ils voulaient juger l’allure.

Le texte de Cicéron examine, dans l’optique de la philosophie grecque d’Épicure, l’idée suivante : pourquoi acceptons-nous la douleur, sinon parce que nous envisageons qu’il en résultera un plaisir ensuite ?

Plus récemment, dans les années 1960 paraît-il, ce pavé de texte aurait été passé à l’écumoire, si je puis dire, et on n’en a retenu que des morceaux : ceux qui sont en rouge ci-dessous. On voit que ces extraits assez fantaisistes commencent au milieu d’un mot : lorem ipsum ‘cette [dou]leur’ !

Personne ne méprise, ne déteste, ne fuit le plaisir en tant que plaisir, mais en tant qu’il est suivi de grandes douleurs pour ceux qui ne savent pas en faire un usage calculé. Personne non plus n’aime, ne recherche, ne veut avoir en sa possession la douleur, en tant que douleur, mais parce que quelque fois des circonstances se présentent où la peine et la douleur sont un moyen de se procurer quelque grand plaisir. En effet, pour prendre de très humbles exemples, quel est celui d’entre nous qui ne s’impose pas quelque exercice physique pénible , rien que pour en retirer quelque sorte d’utilité ? Aurions nous le droit de reprocher à quelqu’un de vouloir avoir un plaisir qui ne comporterait aucune suite fâcheuse, ou d’éviter une douleur d’où ne naîtrait aucun plaisir ?

Traduction de Jules Martha. Les Belles Lettres, C.U.F., 5e édition, 2002.

Avec ces coupes, le texte latin devenait incompréhensible. Si c’est vraiment ce qui s’est passé, on est surpris que ce soit à l’époque où le latin est supposé être moins accessible à la plupart des lecteurs, c’est-à-dire à partir des années 1960, qu’on ait jugé utile de « saucissonner » le fameux texte pour éviter qu’on ne le comprenne. On est tenté de chercher d’autres causes à cette charcuterie. On peut proposer plusieurs autres hypothèses. La plus simple : le “saucissonnage” est plus ancien.

Nous allons voir qu’en effet le texte tronqué est plus ancien, et nous allons voir pourquoi.

La coupe initiale lorem ipsum, qui a laissé de côté la syllabe do, incite à envisager l’hypothèse d’une coupe de début de ligne, et quelques détails, comme les –m finaux fréquemment omis, suggèrent des abréviations traditionnelles. En cherchant parmi les éditions anciennes du texte de Cicéron, on tombe assez vite sur celle de Lucantonio Giunti, à Venise, qui publie le texte de Cicéron avec le commentaire de Pietro Marso (1442-1512)3 . Voici la double page qui nous concerne.

Cicéron. De Finibus, Edition Giunta, Venise.

On voit au centre, en plus gros, le texte de Cicéron, et autour, dans les marges si l’on veut, le commentaire de Marso. Le passage avec le Lorem ipsum apparaît en bas à droite de cette double page. Le voici en plus gros :

La flèche indique le début. Les numéros de ligne facilitent la lecture.
  • (1) la ligne 5 commence par lorem ipsum, à cause de la coupe du mot,
  • (2) le mot quia qui suit, lourdement abrégé, n’a pas été repris,
  • (3) de même ligne 6 pour quia nonnumquam, et d’autres cas ensuite
  • (4) ligne 7, les -m finaux de magnam aliquam sont traités ici par des abréviations classiques (les tildes au-dessus du -a),
  • (5) de même, ligne 8, pour nostrum exercitationem, et parfois ensuite,
  • (6) de même, ligne 11, pour la fin de consequatur,
  • (7) la version traditionnelle du Lorem ipsum s’arrête sur la dernière ligne de notre page ci-dessus.

Lucantonio Giunti (1457-1538) était un imprimeur bien connu4 . Né à Florence, comme l’indique son « logo » avec fleur de lis, il s’est installé à Venise en 1477. Avec des ouvriers typographes dont on connaît souvent les noms aussi, il a publié plus de quatre cents titres.

Le “saucissonnage” étrange du texte, qui le rend si mystérieux et attirant, n’est donc pas récent : il repose sur une édition ancienne. Il faudrait corriger les articles Wikipedia (dans les 9 langues !) qui affirment souvent que l’usage du Lorem ipsum tronqué date de son emploi par la firme Letraset ; ou qu’on n’a pas pu montrer qu’il avait existé auparavant sous cette forme tronquée.

La démonstration n’est pas absolue. La mise en page de Giunti peut avoir été copiée d’une édition précédente, mais c’est peu probable. La notice d’A.-A. Renouard sur « la Junte » (les Giunti), en appendice à son étude sur les éditions aldines5 signale l’importance de cette série en plusieurs volumes : « Longtemps, elle fut la principale édition, celle qui faisait autorité dans presque toutes les incertitudes du texte. De nombreuses et plus récentes réimpressions lui ont fait perdre cette prééminence. »

Il me paraît donc possible de conclure que, selon toute vraisemblance, et sous réserve des critiques bienvenues des spécialistes (qui nous diront peut-être que tout le monde le savait déjà !), le Lorem ipsum des typographes et des imprimeurs est issu de la mise en page de cette édition vénitienne. Quoi qu’il en soit, l’enquête est amusante, et je dois cet amusement aux deux conférenciers d’Hypothèses, Marion Wesely et François Pacaud : merci !

  1. Il existe 9 versions de cet article ; 8 ont pour titre ‘Lorem ipsum’, y compris la version en chinois. Seule la version française s’appelle ‘Faux-texte’ []
  2. Cicéron. De Finibus bonorum et malorum, I, 10 (§ 32-33). []
  3. https://play.google.com/store/books/details?id=Wk9mNNzNOP4C&rdid=book-Wk9mNNzNOP4C&rdot=1 []
  4. L’étude magistrale de Catherine Kikuchi, La Venise des livres, 1469-1530, Champs Vallon, 2018, le mentionne à plusieurs reprises. Voir la notice du Treccani : http://www.treccani.it/enciclopedia/giunti-lucantonio-il-vecchio_%28Dizionario-Biografico%29/ []
  5. Annales de l’imprimerie des Aldes, 2e édition 1835, vol. III, p. 321 sqq. Voir les pages 356-57. Cet ouvrage est visible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54938056/. []

9 réflexions sur « Cette douleur bizarre : origine du Lorem ipsum »

  1. Il n’y a pas que dans Wikipedia que l’on parle du Lorem ipsum, dans Hypothèses aussi à l’adresse https://enseignement-latin.hypotheses.org/5449 dans un billet intitulé “Lorem ipsum : nouvel état de la question paru”, le 3 juin 2012 dans un carnet de recherche intitulé La question du latin.
    Je vous invite à y aller voir comment différentes versions du Lorem ipsum trouvent leur origine dans un texte paru dans l’édition Loeb de 1914 et modifié pour faire une planche de Letraset pour fournir du faux-texte.
    Je prendrai simplement quelques exemples : les textes du lorem ipsum de Letraset et de Word, à la première ligne ajoutent à adipisci la finale typiquement de lange anglaise -ing. De même à la ligne suivante, quia non numquam, abrégé dans votre texte est rendu par diam nonnumy par Latraset les autres versions du Lorem ipsum étant des abréviations de Letraset dont l’usage de terminaisons anglosaxonnes marque bien son siècle d’origine, le 20e siècle.
    Par ailleurs, on trouve d’autres passages de Cicéron dans le Lorem ipsum de Letraset qui correspondent au début d’une autre page de l’édition de Loeb.
    Letraset est la version d’origine dont l’auteur est d’ailleurs connu et cité par la firme. Les autres versions du Lorem ipsum sont des variantes de Letraset.
    Qu’un texte latin soit incompréhensible est impensable avant le 20e siècle : dans mon billet, des spécialistes actuels signalent qu’on utilisait pour présenter des caractères d’imprimerie soit le français soit du latin tout à fait lisible de Cicéron (La première catilinaire).

    1. Magnifique, merci d’avoir signalé votre billet et votre importante recherche. Il était clair à cause du -ing que le “lorem ipsum” signalé dans (votre ?) article Wikipedia est issu d’une source anglaise, mais clair aussi que Letraset n’a pas inventé le texte latin. Je trouve solide votre argument des deux débuts de page Loeb car, vous voyez grâce à ces Vénitiens qu’une seule ne suffit pas : eux aussi coupaient “dolorem” en deux ! Je vous remercie d’avoir été, comme je le souhaitais à la fin de mon billet, de ces spécialistes du sujet. A vrai dire, ce que je trouve le plus intéressant dans cette affaire de “Lorem ipsum”, comme je l’ai indiqué d’emblée, ce n’est pas tant le texte de Cicéron que la façon dont il a été “barbouillé”.
      PS. Avez-vous une explication pour le pic de fréquence vers 1900, donc 60 ans avant Letraset, que vous montrez dans votre schéma ?

  2. Votre démonstration rencontre une difficulté : vous avez retenu une variante parmi bien d’autres du “Lorem ipsum”… qui n’est peut-être pas la plus ancienne. :-/

    1. Vous avez raison : il en existe plusieurs versions, qui varient notamment en longueur. Toutefois, celles qui commencent par “lorem ipsum” se terminent souvent par “id est laborum”, et tombent donc exactement dans le pavé de texte de la fin de page mentionnée – ce qui ne saurait être un hasard. Je vous invite donc à voir si (on ne sait jamais) la segmentation des versions auxquelles vous pensez n’auraient pas une explication similaire. Merci de votre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.