Code et traduction

Dans le précédent caramel, nous avons parcouru les premiers pas hésitants de l’expression ‘code (secret)’ : comment elle était née du rapprochement du mot ‘code’ au sens de ‘liste de règles’, comme dans Code de la route, et du fait que des règles pouvaient être secrètes.

En français comme en anglais, code secret a un vaste succès à partir du début du XXe siècle, et transforme l’usage du mot ‘code’, qui devient synonyme de système de chiffrement, plus tard encore de clef permettant un accès.

Plus généralement, nos attitudes montrent que souvent la traduction est vue comme un codage. C’est une erreur très ancienne et curieusement persistante, que notre exploration du terme ‘code’ permet de mieux comprendre.

A la fin du caramel précédent, nous étions en train de sonder les aventures de Sherlock Holmes. Nous pouvons désormais avancer à visage découvert.

Avec une note finale sur les traductions et les traducteurs.

Acte 1. Courage, Sherlock !

Les récits dont Sherlock Holmes est le héros ont été rassemblés par Conan Doyle en volumes, dans l’ordre suivant :

Nous avons testé la première occurrence dans la nouvelle The Gloria Scott, publiée dans le Strand Magazine en avril 1893, puis dans le recueil des Memoirs (1894). Notre conclusion était mitigée. L’expression secret codes s’y trouve avec l’emploi de ‘moyen de dissimuler une signification’. Mais pas avec  l’emploi de ‘message chiffré’ ou de ‘méthode de chiffrement’.

L’apparition incontestable du sens actuel a lieu en décembre 1903 dans The Dancing Men (‘Les hommes dansants’), republié ensuite dans The Return of Sherlock Holmes (1905). C’est d’autant plus évident que le code est figuratif : il s’agit de signes dessinés.

La publication originale dans le Strand Magazine, déc. 1903. Les contributions y étaient accompagnées d’illustrations. Ici, les illustrations “entrent dans le récit”.

Rappelons brièvement l’histoire. Un gentleman du Norfolk, marié depuis un an, a apporté à Holmes, à Londres, une série de dessins qui viennent de terroriser sa jeune femme. Elle avait expliqué à notre gentleman, avant de l’épouser, qu’elle avait eu un passé difficile, quoique jamais honteux, et qu’elle ne lui en parlerait jamais. Le mari est maintenant dans l’embarras : il aime sa femme, il la voit terrorisée, mais il ne peut pas lui demander de quoi il s’agit. Ces figures absurdes (ce terme revient fréquemment) de bonshommes ‘dansants’ semblent parvenir à sa femme depuis un mois.

Holmes explique à son client que si ces « hiéroglyphes » ont une signification systématique, on peut la découvrir mais que l’échantillon est trop court. Il lui recommande de retourner chez lui et de le tenir au courant. Quinze jours plus tard, le gentleman revient. Sa femme dépérit, mais il a pu collecter plusieurs autres dessins (les termes ‘codes’ ou ‘messages’ ne sont jamais utilisés à ce moment-là). Après son départ, Holmes semble faire des progrès dans l’interprétation des signes. Il expédie un télégramme dans le Norfolk, d’où on lui répond avec la copie du message le plus récent. Le lendemain de bonne heure, Holmes et Watson prennent le train.

Après les événements tragiques qui forment le cœur de cette histoire, Holmes a réuni le détective local et Watson. Il leur explique que :

I am fairly familiar with all forms of secret writings, and am myself the author of a trifling monograph upon the subject, in which I analyse one hundred and sixty separate ciphers, but I confess that this is entirely new to me.

Je connais bien toutes les sortes d’écritures secrètes, et suis l’auteur d’un modeste essai sur la question, où j’analyse cent soixante chiffres distincts, mais j’admets que je n’avais jamais rencontré celui-ci.

Il explique ensuite que si chaque figurine correspond à une lettre, on peut chercher leur fréquence. Dans la suite de l’explication, Holmes reconstitue pas à pas à la fois sa reconstruction de la valeur littérale des signes et du contenu de chaque message. Puis il montre à Watson le dernier des messages, celui qu’il a lui-même rédigé pour amener le meurtrier à se découvrir.

Sous la ligne des petits bonshommes, vous pouvez lire le mot code. C’est, en quinze ans d’aventures de Sherlock Holmes, la première qui corresponde au sens moderne de ‘code secret’. Nous savons pourquoi ce terme est encore si rare. Dans la citation qui précédait, il était question ‘d’écriture secrète’ (secret writing) et de ‘chiffre’ (cipher).1

Acte 2. Le cryptage

Sherlock Holmes vient de nous le rappeler : l’usage « d’écritures secrètes chiffrées » est bien antérieur à l’usage de l’expression ‘code secret’. Les cours de la Renaissance, en Italie du Nord, sont célèbres pour leur usage de codes secrets, peut-être parce que la connaissance de l’écriture se faisant de plus en plus commune, il fallait dans les cas confidentiels compliquer de plus en plus la lecture. Il existe de nombreux ouvrages qui racontent, avec plus ou moins de nuances historiques, l’histoire des codes secrets2, parce que le sujet demeure fascinant ; mais la plupart du temps, ils prennent comme évidente la notion de code – or, c’est justement ce qui nous intéresse.

L’expression ‘code secret’ a d’ailleurs continué de changer de sens. Car les formulations comme “Sèmoi” ou “Phiuzef3H” qui aujourd’hui permettent le démarrage de votre ordinateur ou l’accès à des “données” intimes (les anniversaires à ne pas oublier, votre accès à Hypothèses), ou le PIN (Personnal Identification Number) n’ont plus rien à voir avec un code qui permet de dissimuler la forme réelle d’une phrase ou d’un mot. Ce sont des substituts de signature, si l’on veut, ou plutôt l’équivalent de clés dans des serrures.

Le ‘code secret’ au début du XXe siècle, quand l’expression prend corps tant en anglais qu’en français, est un procédé systématique de substitution de signes qu’on peut inverser pour revenir au message initial. C’est ce que démontre l’usage qu’en fait Holmes dans l’histoire des ‘Hommes dansants’, puisque à la fin il fabrique lui-même un message qui permet de capturer le coupable.

Dans le cas des ‘Hommes dansants’, un signe correspond à une lettre. Tous les éclaireurs ou scouts savent que ce codage est rudimentaire, quoiqu’il le soit moins que la correspondance de la série alphabétique avec la série numérique.

On se trouve vite dans une rivalité technique entre codage et décodage (ou : cryptage et décryptage), car toute correspondance formelle entre un message d’origine et sa forme codée est d’autant moins secrète qu’elle devient plus fréquente, du moins quand la correspondance est régulière.

Au début du roman de Jules Verne De la terre à la lune (1865), où l’on va envoyer vers la lune un obus américain contenant un explorateur français (Michel Ardan – anagramme de Nadar), les Américains sont en deux factions : les partisans du boulet et ceux de la muraille. Verne explique avec sérieux qu’aux progrès du canon répondent ceux de la muraille, et inversement.

Acte 3. Traduire d’une langue à une autre

Un jeu pour les enfants.

Il existe aujourd’hui des « traducteurs automatisés »3. En fait, il en existe depuis la Guerre Froide qui a procuré des investissements importants, mais la puissance croissante des procédés électroniques a permis de tenir compte d’une quantité plus grande de nuances ou d’anomalies dans les langues concernées. Supposons que j’utilise deepL pour l’une des dernières phrases en anglais que j’ai citées, dans l’histoire des ‘Hommes dansants’ :

« If you use the code I have explained,” said Holmes, “you will find that it simply means ‘Come here at once.’ I was convinced that it was an invitation which he would not refuse, since he could never imagine that it could come from anyone but the lady. (…)

” Si vous utilisez le code que je vous ai expliqué, dit Holmes, vous constaterez qu’il signifie simplement “Venez ici immédiatement”. J’étais convaincu qu’il s’agissait d’une invitation qu’il ne refuserait pas, puisqu’il ne pouvait imaginer qu’elle vînt de quelqu’un d’autre que de la dame.

Le niveau de traduction est excellent, comme on peut le constater par l’usage en français du qu’il s’agissait de, la disparition justifiée en traduction du never anglais et l’intervention du subjonctif imparfait, qui est adéquate. Le seul point curieux, mais remarquable, est l’ambiguïté du vous constaterez qu’il signifie simplement, où le il dans ce cadre ne peut renvoyer qu’au mot code qui précède – ce qui est une erreur.

Bien sûr, l’erreur est due au fait que j’ai restreint le contexte puisque ce il renvoie à ce qui précède mon extrait (en anglais aussi pour le it), mais remarquez que le contexte utile, ici, est le message figuré qui précède : une image. Le lecteur qui a vu l’image interprète le pronom en fonction de l’image qu’il vient de voir, ce qu’aucune traduction automatique ne peut réellement faire (pour l’instant) puisque ce à quoi le pronom renvoie n’est pas du texte.

Les traductions automatisées fonctionnent grâce à ce que les hommes, souvent des traducteurs expérimentés, ont indiqué. Aucune machine n’a inventé le subjonctif imparfait ni les guillemets : ce sont des usages oraux ou écrits. On peut trouver des moyens d’équilibrer systématisation et finesse.

*

Les traductions automatisées peuvent être rusées. Par exemple, récemment dans Caramel nous avions le texte suivant :

Quand on veut dire « c’est moi qui l’a(i) dit ! », on dit en italien sono io che…, en allemand ich habe es gesagt, en chinois 是我说的 : bref, on emploie le pronom sujet – mais pas en français : au lieu d’employer « je », on doit dire « moi ».

C’est compliqué parce qu’il y a plusieurs langues, plusieurs écritures, et en français le texte courant et, entre guillemets, le texte cité. Or, le traducteur automatisé “décrypte” les divers niveaux et propose :

When you want to say “c’est moi qui a(i) dit!”, in Italian you say sono io che…, in German ich habe es gesagt, in Chinese 是我说的: in short, you use the subject pronoun – but not in French: instead of using “je”, you have to say “moi”.

La seule étrangeté est dans la disparition du pronom l’ dans “c’est moi qui l’a(i) dit”4 ; d’une façon générale, les pronoms sont des objets redoutables. Ces traducteurs automatisés ne peuvent “traiter” que (a) du texte ; (b) du texte dactylographié dans le bon sens, la reconnaissance optique ne s’appliquant à peu près que là ; (c) que certaines langues : quand les investisseurs sont intéressés, et quand il existe une “masse de données” suffisante5 – comme quand Holmes explique qu’avec un message de 15 signes, il ne peut pas faire grand chose.

Mais il y a un point crucial qu’on oublie, quand on rapproche la traduction du codage : on efface l’importance de l’oral, et on ramène tout à des formes préalablement écrites. Or, parmi les traducteurs, il y a celles et ceux qu’on appelle des ‘interprètes de conférence’, ou des ‘interprètes’ tout simplement, et qui traduisent quand même !

Je ne parle pas du fait que les traducteurs qui ont traduit plusieurs livres d’un auteur sauront les “contextes” bien mieux que les machines. Ni du fait, inverse en apparence, que quand j’explique dans une langue que je ne connais pas bien la Place de la Bastille à des touristes un peu perdus, on y arrive, avec de la bonne volonté de part et d’autre. Curieusement, les langues fonctionnent même avec les locuteurs qui “font des fautes”. Pour les machines, je suis moins sûr.

Acte 4. Le clou du code

Pour beaucoup de gens, la traduction est un modèle pour comprendre ce qui se passe quand on parle. Le raisonnement est le suivant : (A) si ‘pomme’ est comme ‘apfel’ en allemand, (B) c’est qu’ils correspondent à un même objet auquel on pense, (C) donc on a dans la tête un objet et c’est ensuite qu’on l’exprime selon les langues. Re-donc : quand on parle, c’est comme si on traduisait ce qu’on a dans la tête.

Dans un livre pour enfants.

Même si c’est faux, ce n’est pas stupide. C’est en gros ce que pensait Platon. Il pensait qu’il y avait d’abord les types des choses, dont les choses elles-même ne sont que les expressions. Et si nous pouvons désigner les choses par des mots, c’est parce que nous avons tous (comme intégrées en nous par un codage) les mêmes types : c’est ce qui fait que nous reconnaissons les choses, et que nous leur donnons les noms adéquats.

C’est un mélange de raisonnements et d’hypothèses. Dans plusieurs œuvres de Platon, notamment le Cratyle, il est question des mots et de leur signification. Platon raconte que si on sait bien écouter, certains mots (que Platon appelle les ‘noms premiers’)6 sont comme des codes qui contiennent leur signification. Bien sûr, cela ne marche pas à tous les coups7, mais Platon suppose que ces reliques où affleure la raison des mots sont comme des traces parlantes que parfois les mots sont des images de la vérité. Des images seulement car, dit-il, si les mots étaient les choses, nous serions les habitants d’un monde double :8

Tout serait double, sans qu’on puisse distinguer où est l’objet et où est le nom !

Le texte du Cratyle de Platon, dans le manuscrit Clarkianus 39 (f. 79r, en bas).

Il y a quelque chose d’inquiétant dans cette volonté que les mots soient adéquats par nature, pour deux raisons. Cela signifie d’abord que le monde n’est vrai qu’en grec, et dans le grec que parle Platon. Si les mots, selon Platon, disent les choses, ce ne sont pas les mots phéniciens, coptes ou gaulois, qui sont tous des barbares9, c’est-à-dire de pauvres gens qui balbutient sans savoir. Mais déjà au temps de Platon il existait des gens un peu moins nationalistes (ou linguonalistes !), bilingues ou non, qui trouvaient très bizarre que le monde ait été lucide en grec mais obscur en phénicien !

La seconde raison est que des observateurs futés avaient remarqué que traduire mot à mot versait dans le ridicule, et que les noms (le seul type de mot dont parle Platon) n’étaient qu’une des catégories utiles. Dès les derniers siècles AEC il y avait des débats à ce sujet : ce ne sont pas les mots seuls qui “donnent le sens”, mais aussi la façon dont ils sont agencés. En outre, il existe des “petits mots”10 comme de, à, pour, par, depuis, déjà, si, etc. qui ne “signifient rien” si l’on veut, mais dont on ne peut pas se passer… Voir les langues humaines seulement à travers les ‘noms’ a quelque chose de maniaque. Comme si, en regardant les portraits des gens, vous ne regardiez que leurs oreilles.

L’idée récente du “code secret” où, sous la forme la plus simple, un signe obscur = un signe clair, a redonné une vie à cette idée platonicienne qu’il y a quelque part un type (le message d’origine) qui est le modèle de la chose et dont le mot est comme une image (le message codé), de sorte que les mots et les choses codent de façons différentes des types identiques. Le lieu-commun contemporain est probablement moins “linguonaliste” : on considère que s’il existe quelque part un type, le mot correspond à la chose, que ce soit un mot français ou un mot algonquin.

Reste à expliquer, bien sûr, pourquoi le mot “algonquin” n’a pas le même sens pour un Français et pour un Algonquin !

Conclusion : le bon sens du code

Notre voyage à travers les significations du mot ‘code’, et en particulier notre examen de la gamme de significations qu’on peut symboliser par l’expression “code secret”, nous a montré combien l’idée de corrélation automatique ou programmée entre deux “objets” (un signe et un sens, notamment) faisait revivre des questions bien plus anciennes, et qui continuent de “travailler” nos contemporains même les plus jeunes.

On a souvent l’impression que les techniques modernes nous amènent dans un monde nouveau. Mais assez souvent, elles pédalent dans un océan ancien, qu’elles remuent. Si l’on est en vacances, c’est bien.

Deux NOTES. L’une concerne la traduction et les traducteurs. L’autre, comme d’habitude, les images qui accompagnent ou nourrissent ce caramel.

NOTE SUCCINCTE sur la traduction. Cet immense domaine, un des plus passionnants qui soient parce qu’il instruit non seulement sur les langues, mais aussi sur notre arrogance à croire que penser chez soi vaut pour le monde entier, est souvent un des plus négligés. Il existe des manuels de “traductologie”, mais on peut sans crainte déclarer qu’aucune discipline universitaire ne pourra rendre compte de l’ampleur du sujet, aussi longtemps que les gens n’ont pas expérimenté par eux-mêmes, en traduction “de conférence” ou en traduction écrite, littéraire ou non, les problèmes posés à plusieurs niveaux… et la joie “d’y arriver”. Les conseils sont utiles, mais les expériences personnelles sont les vrais vecteurs.

La vie des traducteurs, pigistes ou en poste, est rarement épanouie : les patrons de presse ou d’édition les considèrent souvent comme des serviteurs à la pièce, qui doivent rendre la copie au plus vite. Les traducteurs littéraires ont une vie parfois un peu meilleure, en fonction de la notoriété des auteurs qu’ils traduisent. Quelques exemples parmi d’autres sont Serge Quadruppani traduisant Camilleri, Jean & Marie-Noëlle Pastureau traduisant Claudio Magris ; les traducteurs des classiques contemporains comme Borges ou Calvino ; les traducteurs des prix Nobel – encore la gloire est-elle assez fugace. Il existe des traducteurs qui ont leur notoriété propre comme dans le cas de Pierre-Emmanuel Dauzat qui ressemble à celui d’Armel Guerne, ou d’Alexandre Vialatte ou de Marthe Robert traduisant Kafka. Mais d’une façon générale, les éditeurs les voient à peine mieux que des esclaves.

Ce sont pourtant ces gens-là, toujours dans l’ombre, qui nous apprennent le monde. En outre, plusieurs d’entre eux ont écrit des livres passionnants ; par exemple Diane Meur dans La Carte des Mendelssohn, 2016.

Beaucoup d’écrivains importants ont aussi été des traducteurs. C’est particulièrement vrai au Japon. C’est évident (je mets le prénom en premier) avec Sôseki Natsume (1867-1916), l’auteur qui ouvre la littérature japonaise d’aujourd’hui. Mais c’est tout aussi vrai avec Ryûnosuke Akutagawa (1892-1927) ou Kafû Nagai (1879-1959). Haruki Murakami (né en 1949) a aussi beaucoup traduit. Dans tous ces cas (il en a parfois été question dans Caramel), l’auteur et le traducteur sont le même homme.11

Il n’y a pas beaucoup d’histoires de la traduction. Une des plus utiles est celle de Michel Ballard, 2013, Histoire de la traduction. Repères historiques et culturels, Ed. De Boeck, coll. Traducto. Un instrument important est une série en plusieurs volumes : Histoire des traductions en langue française, Ed. Verdier, coordonnée par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson. C’est non seulement un répertoire commenté, mais une introduction érudite et souvent subtile aux rapports entre les langues, les gens et les curiosités.

Il existe aussi des livres publiés par des traducteurs célèbres parlant de leur métier, assez différents les uns des autres. Il y a le blog stimulant d’André Markowicz, un traducteur du russe en français.

Il y a aussi les traductions qui, peut-être, surpassent l’original. Un cas étonnant pour moi est celui de Madeleine Neige traduisant en français les romans de David Shahar ; ce n’est qu’une impression, et il faudrait beaucoup plus de compétence que je n’en ai. Mon professeur d’anglais autrefois pensait que la traduction de Jean Guiloineau, pour le Perroquet de Flaubert (1984) de Julian Barnes, valait au moins l’original, ou (je regrette beaucoup de n’avoir pas noté le détail de son opinion) qu’il avait su inventer une version française. Il existe de tels cas. Pour les littératures anciennes aussi.

NOTICES des images. (1) Extrait du message qu’on trouve au début du Voyage au centre de la terre, de Jules Verne (1864). Puisqu’il s’agit de runes, on ne saurait parler d’écriture secrète, mais la disposition spéciale des caractères, et le fait que la langue d’origine soit le latin, font de ce feuillet un message crypté. Le mot code est absent du roman. A propos du message illustré ici, le professeur Lidenbrock dit il faut trouver la langue de ce “chiffre”. Un peu plus loin, le neveu Axel, qui est le narrateur, dit il pouvait découvrir lui-même la clé du “chiffre”. Les guillemets sont de Jules Verne. (2) Le Strand Magazine, qui était un mensuel illustré, est accessible en ligne. Ici le vol. 26 (le 2e de 1903), p. 604. (3) Cette illustration du même récit, un peu plus loin dans l’histoire, est copiée d’une édition en ligne de la nouvelle. (4) Ce tableau de clés se trouve au musée de la ville de Saint-Denis, près de Paris ; photo août 2020. (5) Une illustration de Henri de Montaut pour le De la terre à la lune, de Jules Verne. (6) Une page d’un livre d’énigmes pour enfants. Aurore Meyer (texte) et Thérèse Bonté et Laurent Kling (illustrations), 2019, Super Jeux. Enquêtes et énigmes, Ed. Larousse, coll. Jeunesse, p. 63 (partim). (7) Extrait de : Andy Seed et James Weston Lewis, 2023 (2022 en anglais), A la poursuite des pilleurs de tombes. Un livre-jeu au cœur de l’Egypte antique, traduit de l’anglais par Aurélien d’Almeida, Ed. Glénat, coll. Jeunesse, p. 13. (8 et 9) Le passage traduit juste au-dessus du Cratyle de Platon, d’abord dans l’édition de Louis Méridier, 1961 (3e éd.), Platon, Cratyle, Ed. Les Belles Lettres, p. 125 ; ensuite dans le manuscrit Clark 39 (daté 895) de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, où notre passage se trouve en bas du folio 79r.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 23 juin). Code et traduction. Caramel. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7f3

  1. Bien sûr nous pourrions nous attacher à l’histoire passionnante du mot chiffre, cifre en ancien français, et du mot anglais cipher, tous deux issus d’un mot latin médiéval copié sur le mot arabe médiéval الصِّفْر, aṣ-ṣifr, qui signifiait ‘le zéro’. On sait que les voyageurs arabophones ont emprunté l’idée (pas le mot) en Inde. Voir Georges Ifrah, 1994 (1981), Histoire universelle des chiffres. L’intelligence des hommes racontée par les nombres et le calcul, Ed. Robert Laffont, coll. Bouquins, 2 tomes. Le ch. 24 (à cheval sur les deux tomes dans l’édition ‘Bouquins’) est en deux parties (a) ‘La civilisation indienne : berceau de la numération modernes’, (b) ‘Dictionnaire des symboles numériques de la civilisation indienne’ ; le ch. 25 est ‘Les chiffres et le calcul indiens en terre d’Islam’ ; ch. 26 ‘Les chiffres “indo-arabes” et les hésitations de l’Europe occidentale.’ On peut bien entendu n’être pas d’accord avec les généralisations de G. Ifrah sur “l’Inde” ou “l’esprit indien”. []
  2. Voir par exemple les pages de l’Aperçu historique ou chap. 3 (pp. 47-92) dans Pierre Vigoureux, 2016 (2006), Cryptographie. Libertés individuelles et codes secrets, Ed. Ellipses, coll. poche. Le livre de Simon Singh, 1999, Histoire des codes secrets. De l’Egypte des pharaons à l’ordinateur quantique, Ed. Lattès, coll. Le Livre de poche, est un classique du genre. Il a le défaut de privilégier les exemples familiers aux anglophones. []
  3. Le français traduction automatique est en général rendu en anglais par machine translation. C’est absurde puisque la machine n’est pas à l’origine de la traduction, mais compréhensible puisque cela met en valeur le point original, dans un contexte culturel où on veut souvent mettre en valeur la machine. Je préfère donc traduction automatisée, qui laisse comprendre que ce n’est pas la machine qui a tout fait. []
  4. Mon hypothèse est que l’omission du pronom est causée par le fait que la traduction automatisée ne lui a pas trouvé d’antécédent plausible : elle a “corrigé” le texte. Mais si je propose à DeepL ‘Je n’avais jamais vu un abruti pareil ; il faut le voir pour le croire’, il donne correctement (avec it et non pas him) : ‘I’ve never seen such an idiot; you have to see it to believe it.’ []
  5. Actuellement DeepL propose 30 langues, essentiellement dans la Communauté européenne. En dehors de l’Europe : chinois, coréen, indonésien, japonais, turc. Encore s’agit-il des langues contemporaines, car si vous demandez à DeepL pourquoi ils ne songent pas au français de Rabelais, au latin de Descartes, au sanskrit de Kalidasha, au japonais de Murasaki Shikibu, ou aux langues africaines (totalement absentes), ils vont sans doute expliquer que le rapport entre l’investissement et le “retour” n’est pas raisonnable. Je voudrais ajouter qu’en disant cela, je n’accuse personne. Je sais que beaucoup de gens qui travaillent dans la traduction automatique sont stimulés par le défi que représentent les “petites langues”. []
  6. Platon, Cratyle, 424b. []
  7. C’est en quoi Socrate (qui est comme la voix de Platon) diffère de Cratyle. Il essaie, dans un passage intéressant (431a et la suite), de convaincre Cratyle qu’il existe des noms erronés, de même qu’il existe des portraits erronés. []
  8. Platon, Cratyle, 432d. []
  9. Dans le Cratyle, cette question est évoquée brièvement en 425de. []
  10. Sur le rôle fondamental des ‘petits mots’ das les langues du monde, les lecteurs intéressés peuvent aller voir mon article ‘Le rôle des “petits mots” et leur histoire singulière‘. []
  11. Sawako François m’indique (12 juillet) qu’un autre personnage important parmi ces écrivains-traducteurs est Ogai Mori. Je cite ce qu’elle m’explique : “Il est de la dernière génération qui a reçu la solide éducation en classique chinois et le néerlandais, et l’un des premiers qui ont été envoyés en Europe. Étudiant en médecine, il a vécu quatre ans en Allemagne comme boursier du ministère des armées. La liste de ses traductions est longue : Goethe, Hofmannsthal, Ibsen, Rilke, Dostoïevski, Tolstoï, Andersen, Rousseau, Flaubert, Anatole France, Poe, Shakespeare… Ce sont le plus souvent des extraits, mais l’impact de ces traductions était considérable. C’est aussi lui qui a traduit le livret de l’Orphée de Gluck, qui était le premier opéra représenté au Japon, en 1903 !” []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search