L’Annonce et la Visite

Les peintres ont représenté les gens ensemble de bien des façons.

Dans la peinture d’inspiration chrétienne, il est intéressant de comparer deux dispositions parmi les plus connues : l’Annonciation et la Visitation.

Dans l’Annonciation, l’ange Gabriel et Marie se font face. Ils dialoguent mais ne se touchent pas ; pas d’intimité. Dans la Visitation, Élisabeth et Marie sont parentes, et toutes deux enceintes ; elles se touchent, s’embrassent. L’Annonciation est le contraire de la Visitation.

Peut-être cela nous influence-t-il encore, en deux modèles de conversation : le dialogue formel, et le dialogue amical. Et contribue à former la différence que nous faisons entre la confiance et la confidence.

Acte 1. L’Annonce dans son contexte

Ces histoires souvent détachées, l’Annonciation et la Visitation, font en réalité partie d’une seule histoire en plusieurs temps, dont il est intéressant de comprendre la combinaison. Je vais résumer pas à pas.

Présentons les principaux personnages, par ordre d’entrée :

Zacharie (Ζαχαρίας), prêtre au Temple à Jérusalem.
Élisabeth (Ἐλισάβετ), de la lignée d’Aaron, femme de Zacharie. Sera mère de Jean, dit Jean Baptiste, celui qui ‘annoncera’ Jésus.
L’ange (ἄγγελος ‘celui qui annonce’), dit aussi ‘l’ange du Seigneur’ ; un peu plus loin (1, 19) il donne son nom, Gabriel (Γαβριήλ). Il va apparaître à plusieurs personnages du récit.
Joseph (Ἰωσήφ), homme de la ‘maison de David’.
Marie (Μαριάμ), fiancée de Joseph. Parente d’Élisabeth. Sera la mère de Jésus.
Jean (Ἰωάννην), annoncé en 1, 13 ; il naît pendant le récit (1,57).
Jésus (Ἰησοῦν), annoncé en 1, 31.

Etape n° 1

L’annonce à Zacharie. Ghirlandaio à Santa Maria Novella (Florence), vers 1485-1490.
Au milieu de la foule du Temple, un ange (invisible pour les autres) vient parler à Zacharie.

Apparaissent d’abord (au temps d’Hérode, roi de Judée) le prêtre Zacharie et sa femme Elisabeth, descendante d’Aaron ; ils sont âgés et n’ont pas eu d’enfants. A un moment où Zacharie officie au Temple, un ange lui apparaît (« il fut troublé en le voyant et la crainte fondit sur lui ») qui lui dit que sa femme va avoir un fils, qu’ils devront appeler Jean. L’ange annonce qui sera ce Jean. Zacharie demande un signe, une preuve (« A quoi connaîtrai-je cela ? ») et l’ange Gabriel, pour le punir de son doute, le rend muet jusqu’à ce qu’il croie. Sa femme Élisabeth tombe en effet enceinte. (Luc 1, 5-25)

Etape n° 2

L’Annonciation : l’ange Gabriel et Marie. Barthélemy d’Eyck, peintre du roi René. Partie centrale d’un triptyque, vers 1440. Actuellement au Musée du Vieil Aix, Aix-en-Provence.

Six mois plus tard, l’ange apparaît à Nazareth à une jeune femme, Marie, descendante de David, qui est fiancée à un nommé Joseph. Entré chez elle, l’ange s’adresse respectueusement à Marie (« en le voyant, elle fut troublée par ces paroles »). L’ange la rassure et lui annonce qu’elle aura un fils qu’il faudra appeler Jésus. Il sera roi successeur de David. Marie objecte qu’elle « ne connaît pas d’homme ». L’ange dit que « l’Esprit sain surviendra sur elle », puis lui explique que sa parente Élisabeth a aussi eu un fils malgré son grand âge ; qu’elle en est à son sixième mois. Marie déclare qu’elle obéira au Seigneur ; l’ange la quitte. (Luc 1, 26-38)

Etape n° 3

La Visitation : Marie (à gauche) vient retrouver Élisabeth. Giotto, Eglise basse d’Assise, vers 1310.

Marie fait alors, accompagnée par l’ange, le voyage à travers la montagne vers Élisabeth.
Quand elle arrive, l’enfant sursaute dans le ventre d’Élisabeth.
Inspirée par l’Esprit Saint, Élisabeth bénit Marie avec éloquence. Celle-ci lui répond par un long éloge de la puissance du Seigneur.
Marie demeure avec Élisabeth environ trois mois, puis retourne chez elle. (Luc 1, 39-56)

Etape n° 4

Le temps de l’accouchement d’Élisabeth est arrivé. Huit jours après la naissance, au moment de la circoncision, on veut le nommer Zacharie comme son père. Mais Élisabeth veut l’appeler Jean, conformément aux ordres de l’ange. On demande l’avis du père, qui, muet, doit écrire sur une tablette « Jean est son nom », ce qui le libère aussitôt du sortilège : il peut de nouveau parler. Zacharie fait alors un discours d’éloge du Seigneur. (Luc 1, 57-80).

Zacharie, encore muet, écrit qu’il est d’accord avec Élisabeth sur le nom de son fils : Jean. Fresque de Ghirlandaio à Santa Maria Novella.

Suite de l’histoire

C’est alors seulement qu’intervient l’histoire du recensement, qui pousse Joseph et sa fiancée Marie à aller de Nazareth à Bethléem, où Marie va accoucher à son tour. L’ange, cette fois-ci, va aller prévenir les bergers (« ils furent saisis d’une grande crainte ») de la bonne nouvelle. Il leur donne le signe : le bébé sera dans une mangeoire. Les bergers vont à Bethléem et trouvent le bébé dans la mangeoire. Huit jours après la naissance, au moment de la circoncision, l’enfant est appelé Jésus « (nom) dont il fut appelé par l’ange avant qu’il fut conçu dans le ventre de sa mère ». (Luc 2, 1-21)

Acte 2. L’ange à tout faire

L’angle de prise de vue diminue l’ange !
Il “dit” : Ave gratia plena Dominus tecum ‘Salut Pleine de grâce, Le Seigneur (est) avec toi’.

Il est clair que tous ces événements, racontés uniquement dans l’Évangile de Luc, sont ordonnés avec soin. Deux groupes de personnages habitent à des endroits différents. Le premier groupe est Zacharie et Élisabeth à Jérusalem, avec l’ange qui intervient pour une “Annonce à Zacharie”. Le second groupe est Joseph et Marie en Galilée, qui au lieu d’être de vieux époux sont au contraire des fiancés, pas encore mariés ; avec une “Annonce à Marie”, qui est la plus célèbre des deux. Le lien est assuré par Marie qui, sur l’ordre de l’ange, va visiter sa parente.

Outre le décalage des lieux, la Galilée pour Marie et Jérusalem pour Élisabeth, il y a le décalage des dates, qui est soigneusement indiqué. Jean naît six mois avant Jésus. Mais les parallèles entre les deux femmes sont soigneusement soulignés aussi, d’abord par l’inversion des conditions puisque l’une est une vieille épouse et l’autre une jeune femme avant le mariage ; mais aussi par ce qui ressemble : le même ange apparaît au mari de l’une, puis directement à l’autre mais en lui donnant les indications pour rejoindre la première.

Le narrateur signale systématiquement que l’apparition de l’ange provoque un trouble, y compris plus tard chez les bergers (il n’y a pas de rois mages dans l’évangile de Luc). Dans tout le déroulé de l’histoire, c’est vraiment l’ange qui fait tout.

(1) Il va trouver Zacharie, lui donne des ordres, puis le punit pour avoir posé des questions. Voilà Zacharie muet, mais Élisabeth n’en est pas moins enceinte. Le mot ‘ange’ apparaît 4 fois dans cet épisode.

(2) Il va trouver Marie six mois plus tard (il donnera à Marie l’exemple de la maternité future d’Élisabeth comme un miracle, une preuve de l’oeuvre divine). Marie hésite aussi, mais elle n’est pas punie. Il est vrai qu’elle dit explicitement qu’elle est d’accord ; et elle va aussitôt rendre visite à sa parente. Le mot ‘ange’ apparaît 6 fois dans cet épisode.

(3) Il apparaît ensuite dans l’épisode des Bergers (Luc 2, 8-16), suivi d’une troupe d’anges.

(4) Le mot apparaît une dernière fois (Luc 2, 21) à la naissance de Jésus, quand sa mère lui donne ce nom de Jésus parce que c’est celui que l’ange avait prescrit.

Cet ange porte un nom. Il est à deux reprises nommé Gabriel, ce qui en hébreu ou en araméen signifie ‘Héros de Dieu’ ou ‘Homme de Dieu’. La première fois (Luc 1, 19), c’est lui-même qui donne son nom, afin d’impressionner Zacharie qui n’a pas l’air de lui faire confiance :

Je suis Gabriel qui me tiens devant Dieu

Cela signifie qu’il est, si je puis dire, l’homme de confiance de Dieu. La seconde fois que ce nom apparaît, c’est pour dire (Luc 1, 26) que

au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée dont le nom est Nazareth.

Le but est sans doute de bien faire comprendre que c’est le même ange qui a été envoyé d’abord au couple Zacharie & Élisabeth, ensuite à Marie.

Acte 3. Le dialogue à distance

Quoi qu’il en soit, nous l’avons vu, l’ange n’intervient pas sans provoquer une sorte de malaise, ou d’émotion. On ne nous dit pas quel aspect il a, et il est très peu probable que le narrateur ait pensé qu’il avait des ailes, car les anges n’ont pas d’ailes à cette époque-là1. Mais il est impressionnant. C’est une sorte de passe-muraille, qui peut aller partout presque instantanément, comme chez Homère les messagers des dieux, Hermès ou Iris.

Mais l’effet le plus sensible de son arrivée, c’est qu’il est à distance. C’est un homme de dialogue, cet ange, car il échange plusieurs répliques avec Zacharie, de même que plus tard avec Marie. Mais les peintres n’ont jamais vraiment rapproché l’ange et Marie. Ils ont même eu tendance à les poser l’un en face de l’autre, avec diverses variantes obliques pour qu’on n’ait pas que leurs profils2. Un exemple célèbre est l’Annonciation de Léonard de Vinci.

Léonard de Vinci : Annonciation. Vers 1475. Florence, Musée des Offices.

Même quand les peintres ont traité le sujet comme une scène d’intérieur, ce qui est fréquent, une distance respectueuse sépare les deux personnages.

Cela dit, Léonard esquive un problème qui jusqu’à son époque était central : il fallait représenter l’Esprit saint, issu de Dieu, qui venait de façon métaphorique féconder la Vierge Marie. En effet, pour les Eglises chrétiennes (avec des variations), le moment où l’Ange parle à Marie est aussi celui où elle tombe enceinte : elle accouchera neuf mois plus tard.

Melozzo da Forli. Annonciation.

On peut donc comprendre que les peintres aient pris soin de ménager une distance très nette entre les deux protagonistes de cette scène essentielle. Très souvent, un symbole les sépare. Chez Léonard, ce n’est plus que le point de fuite, mais dans le tableau de Barthélemy d’Eyck illustré en entier plus haut, c’est comme très souvent un vase de fleurs (ci-dessus). Très souvent aussi, c’est une colonne, un axe produit par l’architecture du lieu. C’est d’ailleurs le cas aussi chez Barthélemy.

En effet, bien souvent avant le XVIe siècle, il ne s’agit pas seulement d’un dialogue. C’est une scène à quatre personnages. Prenons l’exemple, beau et utile, du tableau de Melozzo da Forli (ci-contre) qui se trouve à Rome, au Panthéon. En bas, nous avons donc l’ange à gauche et Marie à droite (c’est la disposition de loin la plus fréquente), et l’ange porte ici un lys ; il n’y a pas de vase ou de bouquet. Mais surtout, en haut, Dieu le Père, en buste sur un nuage, vient d’envoyer une colombe, qui symbolise pour le peintre l’Esprit saint. Ce n’est pas tellement une scène à deux, mais une scène à quatre.

Dans le tableau de Barthélemy d’Eyck qui est à Aix-en-Provence, nous retrouvons ce schéma très fréquent : Dieu en haut envoie une sorte de rayon qui est l’Esprit saint. Celui-ci n’est plus figuré par une colombe mais par un humain minuscule. Un singe, minuscule aussi, perché en haut d’une colonne, regarde peut-être ce symbole spermatique qui s’approche.

La peinture de l’Annonciation s’est donc trouvée compliquée par des considérations théologiques sur cette étrange histoire de Marie mère vierge avec Dieu le Père. D’un côté nous avons un ange respectueux et distant (au sens propre comme au sens figuré), mais de l’autre une iconographie de la fécondation qui, pour être plus ou moins symbolique, n’en est pas moins très visuelle.

Il n’est pas étonnant (pour nous) que certains peintres de la Renaissance aient simplifié ce labyrinthe et l’aient ramené à une non moins étonnante confrontation : un dialogue. Un dialogue inégal, si l’on veut – mais un dialogue.

Sebastiano del Piombo. Visitation, vers 1518. Musée du Louvre.

Acte 4. La Visitation, un dialogue rapproché

Au contraire, l’épisode de la Visitation (quand Marie, avertie par l’ange, va rendre visite à sa vieille parente Élisabeth à Jérusalem) est représenté par les peintres comme une rencontre amicale : les deux femmes sont proches au sens propre comme au sens figuré. Très souvent elles se tiennent par les bras.

Ghirlandaio. Visitation, 1491. Musée du Louvre.

Le fait qu’Élisabeth reconnaisse la supériorité de Marie (“D’où me vient que la mère de mon Seigneur vienne vers moi ?”) est souvent indiqué aussi par les postures, légèrement ci-dessus dans le tableau de Sebastiano del Piombo, ou de façon plus évidente dans le tableau de Ghirlandaio, ci-contre à gauche.

Mais dans tous les cas, les deux femmes se touchent. Le mot français s’embrasser, dont le sens premier est ‘se tenir dans les bras l’un de l’autre’, convient parfaitement à la plupart de ces représentations figurées.

Albertinelli. Visitation, 1503. Musée des Offices.

Dans d’autres cas, de la même époque ou à peu près, les deux femmes s’embrassent au sens moderne du terme. Un exemple est la Visitation d’Albertinelli, au Musée des Offices à Florence (ci-contre une image un peu recoupée); on pourrait facilement en trouver d’autres.

Ce qui est curieux, c’est que rien dans le texte de l’évangile de Luc ne souligne ou même n’indique cette différence de comportement. On lit simplement que “[Marie], entrée dans la maison de Zacharie, salua Elisabeth” (ἠσπάσατο τήν Ἐλισάβετ), et qu’Elisabeth “entendit la salutation de Marie” (τόν ἀσπασμόν τῆς Μαρίας). C’est une formulation semblable à celle de l’Annonciation à Marie, où on nous dit que Marie se demande “quelle est cette salutation” (ὁ ἀσπασμός οὗτος). Du point de vue du texte de départ, même sous la forme latine que lui a donnée Jérôme (en latin : salutatio, salutare), il n’y a pas vraiment de raison de donner une intimité particulière à la rencontre des deux femmes.

La Visitation n’est pas un thème très ancien chez les peintres ou illustrateurs. L’un des tout premiers exemples est celui de Giotto (1310), illustré déjà plus haut dans ce billet, dans le parcours de l’Acte 1. Déjà, les deux femmes vont l’une vers l’autre avec une sorte d’intimité heureuse.

On constate d’ailleurs que Marie est très souvent à gauche, ce qui est la position de l’ange Gabriel quand il vient “annoncer” à Marie.

Conclusion

Toute cette histoire que raconte l’Évangile de Luc est comme une suite d’annonces successives : l’ange à Zacharie, l’ange à Marie, Marie à Élisabeth, et la suite. C’est pourquoi il est important de comprendre la succession des événements.

Mais dès que, comme les peintres, on isole les moments célèbres, il est difficile de ne pas voir que l’Annonciation de l’ange à Marie et la Visitation de Marie à Élisabeth sont construites sur un contraste. Gabriel et Marie sont distants, Marie et Elisabeth s’embrassent. En soi, cela paraît très naturel.

Pourtant, il faut se rendre compte que ces deux attitudes en contraste, ces deux postures, l’Écart contre le Contact, construisent aussi nos attitudes à nous.

NOTICES des images. (1) Filippo Lippi, vers 1463, Adoration de l’Enfant avec les saints Jean Baptiste et Romuald (détail), Musée des Offices, Florence. Photo juillet 2019. (2) L’Annonciation à Zacharie, Ghirlandaio, Santa Maria Novella. Photo septembre 2018. (3) Barthélemy d’Eyck, Annonciation. Photo mai 2023. (4) Giotto, Annonciation. Source de l’image. (5) Zacharie écrit le nom de Jean, Ghirlandaio à Santa Maria Novella, voir n°2. (6 à 8) Détails du tableau de Barthélemy d’Eyck, voir n°3. (9) Léonard, Annonciation. Source de l’image. (10) Bouquet du tableau de Barthélemy d’Eyck, voir n°3. (11) Melozzo da Forli, Annonciation du Panthéon. Source de l’image. (12) Détail du tableau de Barthélemy d’Eyck, voir n°3. (13) Sebastiano del Piombo, Visitation, Louvre. Photo mars 2018. (14) Ghirlandaio, Visitation. Source de l’image. (15) Albertinelli, Visitation. Source de l’image. (16) Giotto, Visitation d’Assise, détail. Voir n°4. (17) Image de la conclusion : Carlo Braccesco, Triptyque de l’Annonciation, fin XVe siècle, Musée du Louvre. Photo octobre 2018. Cette disposition, où l’ange annonciateur est lui-même sur le rayon de l’Esprit saint, n’est pas fréquente, et propose une variation intéressante. Ce tableau a été présenté en détail dans le caramel ‘L’Ange super-fast‘.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 24 mai). L’Annonce et la Visite. Caramel. Consulté le 23 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7ex

  1. Ce thème des ailes des anges a été abordé dans un autre caramel ‘L’aile de la nuit‘. []
  2. C’est un thème majeur du livre de Daniel Arasse, 1999, L’Annonciation italienne. Une histoire de perspective. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search