Sigmund et Clarimonde

Il sera question de l’imaginaire et de la critique qui essaie d’en faire quelque chose ; du docteur Freud et de Théophile Gautier, puis d’E. T. A. Hoffmann.

En tête de son livre sur les rêves, Freud avait placé un vers de Virgile où il était question des Enfers. Pour notre caramel, il vaudrait mieux écrire : « Clarimonde au palais Concini » !

C’est expliqué plus loin, bien entendu.

A la fin en annexe, une chronologie.

Les photos de Freud (comme c’est étrange) sont presque toujours la même : on la penche, on la recoupe, on en change la couleur et surtout : on enlève le cigare !

Acte 1. Le Dr Freud

Sigmund Freud a été haï par des gens sensés, dont le plus célèbre est sans doute Nabokov, qui l’appelait « le docteur Froid »1. Nabokov détestait la façon qu’ont certaines personnes de soulever leurs lunettes et de vous dire : « votre discours en cache un autre ». Nabokov pensait que c’est l’écrivain qui sait ce qu’il écrit, pas le critique. Il ne croyait pas aux « grilles de lecture ».

Dans sa Psychopathologie de la vie quotidienne (Zur Psychopathologie des Alltagslebens, 1901 puis des versions augmentées ensuite jusque pendant la 1re Guerre mondiale), Sigmund explique sa théorie des actes manqués – « les ratés du refoulement ». Selon lui, ce que nous nous cachons fait surface dans les « actes manqués ». Nous disons quelque chose, puis nous nous reprenons parce que ce n’était pas ça – mais selon Sigmund cette première version “manquée” avait un sens. L’idée n’était pas franchement nouvelle2.

On peut aussi suivre Nabokov : il n’existe pas de frontière entre le moi-caché et le moi-conscient. Ou plutôt: cette frontière n’existe que si l’on y tient, parce que dans la vie on la franchit tout le temps.

La proto-photo, prise vers 1921. Elle est de Max Halberstadt. Avec le cigare.

Sigmund (né en 1856, fume le cigare) avait peut-être affaire à une société plus coincée, où le mot de travers était anxiogène3, alors que Vladimir Nabokov (né en 1899) et Véra (née en 1901) étaient des gens heureux qui savaient qu’on plonge sans cesse, comme les Quarante Voleurs, ses doigts dans les trésors de soi.

Acte 2. Vie quotidienne, mit Abänderungen und Lücken4

Freud dit que la vie ordinaire est piquetée des témoignages d’un génie souterrain, l’Inconscient. Le médecin Sigmund estime que son devoir est d’éclairer ce qui est obscur, d’affronter l’obscurité des souterrains. Sa tentative lui apparaît comme un effort de la Science contre les Préjugés. Non sans raison il est souvent présenté comme un homme courageux.

Le cigare est remplacé par une métaphore graphique du discours.

Au début de la Traumdeutung ‘la Signification des rêves’, Sigmund Freud a inscrit cette épigraphe en latin : Flectere si nequeo superos, acheronta movebo ‘Si je ne peux pas fléchir ceux d’en haut, je peux émouvoir l’Achéron (l’Enfer)’. C’est une citation de l’Énéide de Virgile5. L’important est le clivage entre en haut et en bas. C’est ce qui indignait Nabokov, cette superstition d’un royaume des tréfonds.

Le linguiste est intéressé par la Psychopathologie de la vie quotidienne. Le livre commence par l’analyse de certains mots, et se poursuit par l’étude des lapsus où Freud trouve un peu courte la théorie d’un linguiste, Meringer6. Freud considère que ses lecteurs savent que le peintre des ‘Fins dernières’ dans la cathédrale d’Orvieto est Signorelli ; et il redresse avec gentillesse la citation latine (encore Virgile) tronquée d’un jeune homme qu’il rencontre en vacances. Son troisième exemple porte sur un long et curieux poème de Goethe, La fiancée de Corinthe, qui est une histoire de vampire. Toutefois, le collègue de Sigmund qui propose de le réciter se trompe à plusieurs reprises, et Freud veut lui expliquer ces bifurcations de la mémoire.

Ah, on a encore ôté le cigare.

Dans les récits de Sigmund, on voit l’oscillation entre forme et contenu. C’est au travers des erreurs sur les formes, les mots, les phrases, qu’on peut à son avis repérer les mouvements de fond. Les fausses citations ont un sens, parce qu’elles renvoient à autre chose qu’au sens des mots ; quand on oublie ou quand on se trompe, un autre « texte » affleure, qui en fait n’est plus de l’ordre du texte, mais d’autre chose. Comme si l’on entendait d’autres dieux chuchoter, quand on se trompe de souvenir.

Il y a dans ce théâtre médical, anatomique, un effort romanesque qui n’a sans doute pas échappé au plus tout jeune médecin. Son premier livre important, Die Traumdeutung (‘La Signification des rêves’) est de 1899 : Freud a 43 ans. La 1re version de la Psychopathologie date de 1901. Mais peut-être « l’Inconscient » ne soupire-t-il comme un fantôme que si l’on a d’abord décidé que le Conscient était enfermé dans un château hanté ?

Acte 3. Géo-psychologie des fantômes

Psychopathologie de la vie quotidienne, cela signifie : voyons comment notre vie ordinaire, qui est traversée de petits tracas étranges, peut nous faire comprendre comment d’autres choses sont en jeu, plus “profondes”.

Il existe une sorte de géographie culturelle des fantômes, qu’il faudrait bien sûr préciser. Au Japon ou en Chine, et aussi ailleurs à travers l’importance des rêves, comme dans le caramel ‘Chasse aux trésors’. Ces fantômes ont des préférences : en Europe, bien plus dans le Nord que dans le sud méditerranéen ; au Japon et en Chine beaucoup plus qu’en Inde. Le bouddhisme, à travers l’exploitation des jātakas, des ‘récits des vies antérieures’, manipule les morts avec une liberté confondante7. Le fameux Nosferatu roumain, il a fallu attendre le XIXe siècle pour lui donner un peu d’ardeur – et grâce à des auteurs anglais ou allemands. Dans le nord de l’Europe, les fantômes, vampires et cadavres déambulants manifestent souvent une terreur du corps qui se voit aussi dans la frayeur du contact et le souci constant de l’hygiène.

Dans les littératures de l’Antiquité classique, qui sont méridionales, le fantôme est rare. Dans le roman latin d’Apulée, les Métamorphoses ou l’Âne d’or, il s’agit moins de fantômes que de vivants transformés – en hibou, en âne. Les romans grecs les ignorent à peu près, alors qu’on y trouve des fausses mortes ! Pour sa morte-vivante de Corinthe, d’abord imprimée à la fin de son Voyage en Italie, Goethe a dû aller chercher chez un historien de l’époque d’Hadrien, Phlégon de Tralles. C’est aussi une source de La Morte amoureuse (1836) de Théophile Gautier, où le narrateur assez bavard nous dit de façon amusante : « J’ose à peine remuer la cendre de ce souvenir ». Nous allons en reparler plus loin8.

L’affiche d’Albin Grau pour le Nosferatu de Murnau, 1921.

Caramel est un carnet ; il répond au mot de Freud, Alltagsleben ‘la vie de tous les jours’. Le fait majeur est que, pour Freud, le rêve est le début de l’anormalité :9

Car le rêve se révèle être, à l’examen psychologique, le premier maillon dans la série de formations psychiques anormales dont, entre autres maillons, la phobie hystérique, la représentation de contrainte et la représentation délirante doivent nécessairement occuper le médecin pour des raisons pratiques.

Romuald, à genoux devant l’évêque, aperçoit Clarimonde.

Pour Freud et d’autres, semble-t-il, Traum est indétachable du trauma !

Acte 4. Clarimonde, es-tu là ?

Clarimonde est un personnage de La Morte amoureuse, une histoire de Théophile Gautier. Romuald, un jeune homme très pur va se faire prêtre. Il en rêvait. Voilà, c’est le grand jour mais – patatras ! – alors qu’il va prononcer ses vœux ultimes, il voit au balcon une créature de rêve. Elle le regarde. Il se dessèche, devient tout pâle. Prononce son vœu ultime dans une sorte d’explosion intime que l’auteur (par la voix du jeune homme devenu un vieux prêtre) décrit longuement. Un de ses amis prêtres le récupère hagard dans un couloir, mais bientôt10,  

Détail du portrait en pied de Théophile Gautier (1839, il a 28 ans) par Auguste de Châtillon (1808-1881).

Au détour d’une rue, pendant que le jeune prêtre tournait la tête d’un autre côté, un page nègre, bizarrement vêtu, s’approcha de moi, et me remit, sans s’arrêter dans sa course, un petit portefeuille à coins d’or ciselés, en me faisant signe de le cacher ; je le fis glisser dans ma manche et l’y tins jusqu’à ce que je fusse seul dans ma cellule. Je fis sauter le fermoir, il n’y avait que deux feuilles avec ces mots : « Clarimonde, au palais Concini. »11

Notre nouveau prêtre a trébuché sur le seuil de sa vocation. Il manque d’allant, se fait des idées noires12 :

Mais une heure passée devant un autel, quelques paroles à peine articulées, me retranchaient à tout jamais du nombre des vivants, et j’avais scellé moi-même la pierre de mon tombeau, j’avais poussé de ma main le verrou de ma prison !

Les visions les plus épouvantables l’assaillent13 :

Une jeune mère, sur le pas de la porte, jouait avec son enfant ; elle baisait sa petite bouche rose, encore emperlée de gouttes de lait, et lui faisait, en l’agaçant, mille de ces divines puérilités que les mères seules savent trouver. Le père, qui se tenait debout à quelque distance, souriait doucement à ce charmant groupe, et ses bras croisés pressaient sa joie sur son cœur. Je ne pus supporter ce spectacle (…)

Ce récit contient14, tout au début, une des premières formulations en Europe du thème du « papillon de Zhuangzi » (où A rêve qu’il est B, mais se demande s’il n’est pas B rêvant qu’il est A) :

Mon existence s’était compliquée d’une existence nocturne entièrement différente. Le jour, j’étais un prêtre du Seigneur, chaste, occupé de la prière et des choses saintes ; la nuit, dès que j’avais fermé les yeux, je devenais un jeune seigneur, fin connaisseur en femmes, en chiens et en chevaux, jouant aux dés, buvant et blasphémant ; et lorsqu’au lever de l’aube je me réveillais, il me semblait au contraire que je m’endormais et que je rêvais que j’étais prêtre15. De cette vie somnambulique il m’est resté des souvenirs d’objets et de mots dont je ne puis pas me défendre (…).

Un peu plus loin, quand il raconte le moment fatidique de ses vœux solennels,16 on trouve une parodie anticipée de la théorie de Freud sur le lapsus :

Freud en 1891. Il a 35 ans.

La cérémonie avançait cependant, et j’étais emporté bien loin du monde dont mes désirs naissants assiégeaient furieusement l’entrée. Je dis oui cependant, lorsque je voulais dire non, lorsque tout en moi se révoltait et protestait contre la violence que ma langue faisait à mon âme : une force occulte m’arrachait malgré moi les mots du gosier. C’est là peut-être ce qui fait que tant de jeunes filles marchent à l’autel avec la ferme résolution de refuser d’une manière éclatante l’époux qu’on leur impose, et que pas une seule n’exécute son projet.

La nouvelle de Théophile Gautier (parue en 1836, c’est une de ses premières créations de ce genre ; il y a travaillé la nuit, grâce au café17 ) nous laisse narquois : nous avons lu bien pire, depuis ! Les parfums enivrants qu’il distribue nous laissent tièdes, ou amusés. L’évocation sirupeuse des formes occultées de la défunte18 aurait quelque chose de bête…

Elle était couverte d’un voile de lin d’une blancheur éblouissante, que le pourpre sombre de la tenture faisait encore mieux ressortir, et d’une telle finesse qu’il ne dérobait en rien la forme charmante de son corps et permettait de suivre ces belles lignes onduleuses comme le cou d’un cygne que la mort même n’avait pu roidir.

s’il n’y avait aussitôt ce trait, qui précède une description parfaitement érotique :

et la mort chez elle semblait une coquetterie de plus.

Freud ne cite pas Théophile Gautier. Il était peut-être jaloux que les poètes aient tout dit avant lui ? Ou bien il ne lisait pas les poètes, même les contes d’Hoffmann ?19 Il a bien tort, mais on n’y peut plus rien.

Lithographie d’un certain Zajac représentant Wegener, acteur principal de ‘L’Etudiant de Prague’, film d’Ewers (1913) où le pauvre étudiant vend son reflet à l’abominable Scapinelli.

Acte 5. Le double du double

J’ignore si Freud, né en 1856 donc vingt ans après le conte de Gautier, connaissait l’histoire de Clarimonde, La Morte amoureuse ; mais il est certain qu’il connaissait les histoires d’E.T.A. Hoffmann, dont il parlera en 1919 dans Das Unheimliche (‘L’inquiétante Étrangeté’). Dans cet ouvrage-là20, Freud commente un conte d’Hoffmann, Der Sandmann (‘L’Homme au sable’) et moins longuement un roman du même auteur, Die Elixiere des Teufels (1815-1816, ‘Les Élixirs du diable’). Ce dernier roman est l’une des sources du conte de Théophile Gautier.

S’y trouve le thème rebattu (mais longtemps tabou, s’il ne l’est pas encore) d’un prêtre passionné par une femme21. Mais dans la nouvelle de Gautier en 1836, la présence bouleversante de Clarimonde au balcon de l’église, à l’instant des vœux solennels de Romuald, ne ressemble pas à l’apparition de la pénitente (Aurélie) qui dans le roman d’Hoffmann vient au confessionnal avouer son amour à Médard, moine depuis longtemps. Les accents sont différents et dans le roman foisonnant d’Hoffmann en 1816, les historiens (et Freud lui aussi) ont vu surtout le thème de la double personnalité, démultiplié dans le roman.

Le tracé beaucoup plus simple de la nouvelle de Gautier concentre les effets. Chez Hoffmann, quand la baronne coupable fait admettre au “capucin Médard” qu’il est en réalité son amant Victorin22, Médard sait bien qu’il n’est pas Victorin, qu’il a vu disparaître dans un gouffre en montagne ; et Médard n’a rien d’une âme pure : il veut ruser pour posséder Aurélie, la belle-fille de la baronne. C’est dans le resserrement du canevas chez Gautier que l’opposition se simplifie, que les contrastes s’affirment, et que nous voyons se mettre en place de façon lumineuse les thèmes qui seront ceux de Freud dans sa Psychopathologie – ces thèmes qui ont été soulignés dans l’acte précédent de ce billet.

Illustration de Laurens, gravée par Decisy, pour la nouvelle de Gautier. Romuald croit apercevoir Clarimonde dans son jardin.

Acte 6. Deux hypothèses

On peut faire deux hypothèses analogues, mais bien distinctes. La première s’amuse à poursuivre le thème du ‘Doppelgänger’, du Double, cher aux romantiques allemands comme à Otto Rank ou Sigmund Freud. On peut imaginer un double sillage tracé par Hoffmann. D’un côté, le sillage-Freud tâche de saisir les choses qui le passionnent, comprend l’importance de l’alternative des visages chez quelqu’un, dont l’un cache toujours l’autre.

Dans sa Psychopathologie de la vie quotidienne, quand il veut expliquer que non seulement les malades, mais que tous, nous promenons des “visages cachés” qui se révèlent de façon fugitive à l’occasion de lapsus ou d’oublis, Freud est confronté à une difficulté classique : alors toutes nos bévues, tous nos déjà-vus, sont déterminés ? le bienveillant hasard n’existe pas ? A la fin de son livre, quoiqu’il soit poursuivi par la tentation d’ajouter toujours d’autres exemples, Freud prend le problème à bras le corps. À propos de la détermination (et donc la sauvegarde du libre arbitre) il adopte une position retranchée23 :

Dans la vie psychique, il n’y a rien d’arbitraire, d’indéterminé24.

Il entend par là : seulement dans le cadre de la vie psychique. Dans notre vie “de tous les jours” il arrive bien des événements où nous ne pouvons rien ! Mais dès qu’il s’agit de ce que nous pensons, croyons penser, croyons ne pas penser etc. – alors, nous sommes coincés dans les échos de cette chose diffractée qui est nous.

Et l’autre côté, l’autre sillage laissé par Hoffmann, est que quand un écrivain invente une histoire, comme l’a fait Gautier, et qu’il cherche à mobiliser l’attention grâce à un parcours épuré, un dessin bien net, ses trouvailles sont analogues. Mais tout le discours compliqué de “l’analyste”, le dédoublement de visages qui en cachent d’autres, les reflets répercutant des reflets, la tentation des tréfonds à travers les tréfonds – tout cela se simplifie ; et l’on trouve Romuald le prêtre, sermonné dans sa cure de campagne par le moine Sérapion, et qui la nuit devient un prince débauché, où ni le prêtre ni le prince ne savent plus finalement qui ils rêvent et qui ils sont.

Conclusion

Maintenant, il y a une autre hypothèse (j’en avais annoncé deux, vous aviez oublié ? C’est bien curieux !), plus aventureuse et plus amusante. C’est qu’en réalité, Freud EST un écrivain romantique, même s’il ne le sait pas. Il est nourri de cette littérature “à la Hoffmann”. Comme les Romantiques eux-mêmes, il aperçoit à tous les étages de la vie, dans ses collections savantes (mais un brin disparates) de cas étiquetés, comment d’autres choses se manifestent que nos déclarations de principe, comment nos aveux se retournent comme des gants.

Il a essayé, pourrait-on dire, de donner à cette exploration la dignité de la science. Il a voulu laïciser les démons !

Annexe : éléments de chronologie (26 et 27 avril)

NOTICES des images (1) Ma version mirrorifique d’un morceau du portrait de Freud par Max Halberstadt. (2) Le même portrait, recoupé, penché, rougi, pour l’édition aux PUF (Presses Universitaires de France, 2e éd. 2012) de la traduction française par J. Altounian, P. Cotet, R. Lainé, A. Rauzy et F. Robert de L’interprétation du rêve. François Robert explique au début pourquoi, à son avis, il faut traduire le titre de cette façon. (3) L’article Wikipedia français (d’où j’ai pris cette illustre photo) présente SF comme “neurologue autrichien” ; c’est amusant. (4 et 5) Deux traductions différentes de la Psychopathologie. La première (Gallimard, coll. Folio, 1997) est de Denis Messier ; la seconde (Payot, coll. Classiques, 2001) est celle (la première, 1923) de Samuel Jankélévitch, révisée plus tard par Olivier Mannoni. (6) Contes facétieux du cadavre, 2011, Contes traduits du tibétain par Françoise Robin, avec la collaboration de Klu rgyal tshe ring, bilingue tibétain-français, Ed. L’Asiathèque. La photo de couverture a été un peu recoupée. (7) Affiche d’Albin Grau pour le Nosferatu, eine Symphonie des Grauens, de Murnau, sorti en 1922. Source de l’image. (8) Une des illustrations du conte de Gautier par Laurens et Decisy. Voir la notice n°13. (9) Le portrait en pied de Théo est au musée Carnavalet. Auguste de Châtillon est aussi l’auteur du portrait (1836 cette fois) de Léopoldine Hugo qui se trouve à la Maison de Victor Hugo, Place des Vosges, à Paris. (10) Cette photo de Sigmund Freud en 1891 se trouve aussi sur l’article Wikipedia. (11) Source de l’image. Le thème du Double a été une des joies de Freud et ses collègues, en particulier Otto Rank qui lui a consacré une étude en 1914. Une traduction française de S. Lautman (1932) est disponible sur le site de l’Université de Chicoutimi, au Québec. (12) Il existe plusieurs traductions des Elixirs du diable en français. Celle-ci, chez d’éditeur Stock, coll. La Bibliothèque Cosmopolite, est celle (1926) d’Alzir Hella et Olivier Bournac. (13) Paul-Albert Laurens (1870-1934), peintre et illustrateur, s’est occupé d’illustrer de nombreux auteurs : Pierre Louÿs, Anatole France (Thaïs, justement), Edmond Rostand, André Gide. Les aquarelles pour le conte de Gautier ont été gravées en couleur par Eugène Decisy pour l’édition de 1904. Se trouve à l’article Wikipedia pour l’un ou l’autre artiste. Cette édition se trouve en ligne sur Gallica.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 24 avril). Sigmund et Clarimonde. Caramel. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7es

  1. Quand ce n’était pas the Viennese quack ‘le charlatan viennois’. []
  2. Dans les versions ultérieures de la Psychopathologie de la vie quotidienne, où Freud expose des exemples de lapsus que ses collègues et lui ont collectionné, il souligne que Shakespeare s’est servi habilement du phénomène dans le Marchand de Venise, ce qui impliquait que ses auditeurs comprennent le mécanisme. Voir la trad. Jankélévitch-Mannoni (Ed. Payot), p. 129, ou trad. Messier, (Ed. Gallimard coll. Folio), p. 177. []
  3. Ses nombreux exemples de lapsus ou d’actes manqués ne dessinent que difficilement une sociologie, pourtant indispensable. Ses exemples viennent très souvent via des collègues, ou via lui-même, mais parcourent, tant chez les femmes que chez les femmes, des situations de timidité manifeste comme des situations de gauloiserie assumée. Les index qu’on trouve à la fin de l’éd. en coll. Folio sont utiles. []
  4. ‘Avec modifications et lacunes’. L’expression est au début du ch. 3 de la Psychopathologie : ‘On ne s’étonne généralement pas de ne pouvoir reproduire une formule ou une poésie qu’on a, quelque temps auparavant, apprise par cœur, sans y apporter des modifications et y commettre des lacunes’. (trad. Jankélévitch-Mannoni, éd. Payot p. 27. Trad. Messier, coll. Folio, p. 55. []
  5. VII, 312. Junon aperçoit qu’Énée et les siens sont toujours vivants, ce qui la rend furieuse. []
  6. Rudolf Meringer, qui est l’auteur avec Karl Mayer d’un essai, 1895, Versprechen und Verlesen. Eine psychologisch-linguistische Studie (‘Erreur dans le discours ou la lecture, étude psychologique et linguistique’). []
  7. Je pense aux vetāla, dont la traduction par ‘vampire’ reste discutable. Louis Renou avait traduit du sanskrit les 25 Contes du vampire, la Vetālapañcaviṃśatīkā, qui sont une partie de l’Océan des rivières de contes. Ces contes-là ont eu un grand succès au Tibet, et nous avons en français des témoignages traduits par A. W. Macdonald et plus tard (en édition bilingue) par Françoise Robin sous le titre Les Contes facétieux du cadavre, Ed. L’Asiathèque. []
  8. Ces mots sont au début du récit, attribué à un religieux de 66 ans. Voir ‘La morte amoureuse’. []
  9. Sigmund Freud, 2010, L’Interprétation du rêve, traductions sous la direction de François Robert, Ed. PUF, p. 15. Texte allemand : Denn der Traum erweist sich bei der psychologischen Prüfung als das erste Glied in der Reihe abnormer psychischer Gebilde, von deren weiteren Gliedern die hysterische Phobie, die Zwangsund die Wahnvorstellung den Arzt aus praktischen Gründen beschäftigen müssen. []
  10. Ed. Lemerre, 1897, p. 373. []
  11. L’allusion est au maréchal d’Ancre, titre que portait Concino Concini (1569-1617), mari très influent de la confidente de Marie de Médicis. Dans la nouvelle de Gautier, il sera de nouveau question de la demeure de Clarimonde, quand le jeune prêtre quitte la ville. L’histoire de Concini était bien connue depuis la pièce de Vigny, ami de Gautier, La Maréchale d’Ancre, jouée à l’Odéon en juin 1831. La pièce de Vigny servira de base au livret nouveau de Giovanni Prati, dont Alessandro Nini fera sa Marescialla d’Ancre, jouée en juillet 1839 à Padoue. []
  12. Ibid. p. 375. []
  13. Ibid. p. 376. []
  14. Ibid., p. 364. []
  15. La formulation se retrouve plus loin dans la nouvelle : “Tantôt je me croyais un prêtre qui rêvait chaque soir qu’il était gentilhomme, tantôt un gentilhomme qui rêvait qu’il était prêtre.” []
  16. Ibid., p. 369. []
  17. Voir l’édition de Michel Crouzet, dans la coll. Classiques Garnier, p. 293. Toute la notice de Crouzet est intéressante. []
  18. Ibid., p. 387. []
  19. Michel Crouzet explique que les thèmes essentiels de la nouvelle de Gautier se trouvent dans un conte d’Hoffmann, ‘les Élixirs du diable’. Les thèmes oui, certaines formulations curieuses, non. La question de l’échange des personnalités est évoquée (dans la trad. fr. citée, p. 141) : “Ainsi, lorsque je revivais en rêve les aventures du château, il me semblait que ce n’était pas moi qui les avais vécues, mais un autre, et cet autre était toujours le capucin Médard.” Mais il ne s’agit pas du “fondu enchaîné” alternatif décrit chez Gautier. Il s’agit d’une des nombreuses variations sur le dédoublement. Voir aussi p. 163 : “Soudain la porte s’ouvrit et une forme sombre entra, dans laquelle, à mon grand effroi, je me reconnus moi-même.” []
  20. Les deux petits livres, celui de Freud et celui d’Hoffmann, ont été réunis en français dans Sigmund Freud, 2019 (2011), L’Inquiétant familier (l’Inquiétante étrangeté), suivi de : Le Marchand de sable par E. T. A. Hoffmann. Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Ed. Payot, coll. Petite bibliothèque. []
  21. Anatole France le reprendra dans Thaïs, 1890. Le moine Paphnuce, après avoir converti Thaïs, célèbre courtisane d’Alexandrie, en devient violemment amoureux. []
  22. Trad. Hella-Bournac, p. 99. []
  23. Trad. Jankélévitch-Mannoni, p. 315 ; trad. Messier, p. 389. []
  24. Nun gibt es aber nichts Willkürliches, Undeterminiertes in Psychischen. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search