Le Petit Nicolas

Les prénoms sont un sujet qui rebondit comme un ballon. Tantôt galvaudés, tantôt insolents, tantôt insipides ! Pour le bon goût, quelle torture. C’est à vous empêcher d’avoir des enfants.

Un officier d’état civil a épinglé le prénom Hadès. La loi lui donne ce droit pour protéger l’avenir de l’enfant : le nom du dieu des Enfers serait peut-être dur à porter. La Justice a justifié les parents, qui ont dit ignorer le dieu des Enfers. Il existait aussi de précédents Hadès. Le petit bonhomme sera Hadès et sans souci. Si j’appelle ma fille Perséphone, tout le monde trouvera ça joli.

Quant au Petit Nicolas – nous allons examiner son cas de plus près.

Acte 1. Nicolas

La vogue du prénom Nicolas est très ancienne, mais son intensité a beaucoup varié. Du temps où le calendrier chrétien était la source des prénoms en France (avec les Grands hommes), Nicolas avait la cote car il a toujours été un saint très aimé. Cela dépendait bien sûr des régions. Les Anglais, qui l’appellent Santa Claus, ont donné son nom au Père Noël.

En France, saint Nicolas est aussi un vieux copain (à preuve Nicolas Flamel), mais longtemps en réserve. Voici les nombres des bébés nommés Nicolas pour toutes les années finissant par 1, de 1901 (317 Nicolas) à 2021 (316 Nicolas), en France :

Sondage décennal : les occurrences du prénom Nicolas en France

Une fois repéré le pic, nous pouvons tracer une courbe plus fine en nous concentrant sur la période de décollage :

Le prénom Nicolas entre 1952 et 1971

Goscinny sort, avec Sempé, le petit Nicolas en 1959. Il y avait eu une période préliminaire (1955-56) où Goscinny & Sempé avaient publié ensemble une BD dans le Moustique, un hebdo belge1 : 28 épisodes en 12 cases sous le titre récurrent Les aventures du petit Nicolas, par Sempé et Agostini. Le voisin Blédurt est déjà très présent (dans 7 épisodes), mais parmi les copains il n’y a qu’Alceste (une seule fois), et deux autres qui ne feront pas carrière, Jocelyn et Thimothée. Nicolas, déjà fils unique, y est le gosse remuant d’un couple pavillonnaire.

Nous sommes encore trop tôt pour avoir la télé – dont les Petit-Nicolas-ologues savent qu’elle n’apparaît que dans La Rentrée du Petit Nicolas, épisode « Ça y est, on l’a » publié dans Sud-Ouest Dimanche, puis en volume par Sempé et Anne Goscinny bien plus tard, après le décès de Goscinny en 1977.

Sempé racontera que c’est de la période Moustique que date le prénom Nicolas. Le rédacteur en chef lui demandait un prénom pour le gosse et il paraît que Sempé, regardant par la fenêtre et voyant un camion du caviste, aurait penché pour Nicolas. Mais dans l’entreprise de distribution fondée par Louis Nicolas en 1822, Nicolas est un nom, pas un prénom.

Le succès du Petit Nicolas remonte à une émission de télé. Les histoires paraissent dans Sud-Ouest Dimanche puis aussi dans Pilote, et sont rassemblées entre 1960 et 1964 dans 5 volumes chez Denoël. Sempé a raconté que le premier volume était passé inaperçu, et que le succès ne serait peut-être pas venu si les deux auteurs n’étaient « passés » dans Lectures pour tous, l’émission de Pierre Dumayet2 C’était après la publication de Les récrés du petit Nicolas. Goscinny a alors 35 ans, Sempé en a 29.

Sempé dans l’émission Lectures pour tous, en 1961.

Dans l’émission, nos deux auteurs expliquent des choses différentes, mais pas opposées. Sempé dit qu’il s’agit moins d’un enfant, Nicolas, que d’un groupe d’enfants. Il s’agit des enfants, ou d’enfants. Il suggère avec finesse qu’on peut pousser assez loin l’indétermination instructive, sans tomber dans l’effacement. Goscinny raconte que ces enfants ont des caractères – presque au sens de La Bruyère, qui les avait hérités de Théophraste. On a donc l’impression qu’il dit le contraire de Sempé.

Quand Dumayet demande à Sempé quels sont les lieux de l’action, il dit d’abord « les terrains vagues » – puis il se reprend et dit « L’école d’abord bien sûr, ensuite le terrain vague. » C’était donc une époque où le terrain vague était une évidence. On se dit rétrospectivement que c’est vraiment Sempé, cet aveu, cette façon de désigner l’étendue à travers les détails.

Image de Sempé dans ‘Je fume’. Le Petit Nicolas, p. 96-97.

Acte 2. Finies les vacances

Aujourd’hui, Nicolas est un prénom charmant, qui pour beaucoup de gens évoque le Petit Nicolas – référence agréable et ludique. A regarder les statistiques des prénoms, on constate que les épisodes parus en BD entre 1955 et 1956, où le gosse s’appelle déjà Nicolas, appartiennent à l’époque où Nicolas est connu mais sans plus ; caviste ou pas. En revanche, la période des épisodes de la pleine collaboration Goscinny-Sempé, 1960-64, et des albums, correspond exactement au décollage du prénom. Il semble difficile de nier que le Petit Nicolas a relancé le prénom Nicolas. Les histoires du Petit Nicolas, publiées régulièrement par les deux amis dans des magazines au début des années 1960, chaque année sont regroupées en albums, avec un succès croissant :

Les premiers albums

Et pour un temps, cela s’arrête là. Les histoires continuent d’être publiées dans les magazines, mais elles ne le sont plus en albums – du moins avant qu’Anne Goscinny & Sempé, vers 2004, quarante ans plus tard ! décident de reprendre en albums les histoires parues dans Sud-Ouest Dimanche. Cela donnera lieu dans la collection Folio Junior à cinq volumes publiés en 2004. Puis, en retrouvant les cartons de son père, Anne Goscinny peut continuer avec Sempé : trois volumes en 2006, enfin un volume en 2009. Aussi, Le Petit Nicolas. L’Intégrale en deux volumes (2022) que je signale dans la colonne à droite.

Après le décès (1977) de Goscinny

Le téléspectateur francophone des années 1960 pense aussi à Bonne nuit les petits ! – une émission phare, culte, bouddha ! C’était une émission de cinq minutes, à 19h20, en principe pour donner le signal : les petits, au lit ! Il y avait plusieurs personnages, Nounours et le Marchand de sable, bien sûr, mais aussi deux enfants. Ils s’appelaient Pimprenelle et Nicolas.

L’émission avait été conçue par Claude et Christine Laydu. Le premier épisode est diffusé le 10 décembre 1962 – soit un an après cette émission de Pierre Dumayet où apparaissaient nos deux compères. Les Vacances du petit Nicolas venaient de sortir. Mais attention ! Dans la première « saison », entre décembre 62 et juillet 63, les deux enfants se nomment P’tit Louis et Mirabelle (on a du mal à le croire). C’est pour la deuxième saison, passablement relookée, qui commence en octobre 1963 plus près de la rentrée des classes, que les deux enfants s’appellent Nicolas et Pimprenelle. Cette « saison » durera dix ans.

Regardons à nouveau notre courbe des bébés. En 1963, la courbe a déjà commencé à grimper. Il est probable que la notoriété du nouveau tout petit Nicolas a contribué au succès du prénom. Toutefois, les petites filles nommées Pimprenelle sont très rares, et surtout on n’en trouve pas avant 20023. C’est pourtant bien mignon. Même si le marchand de sable y a mis son grain de sel, c’est le Petit Nicolas qui a dû créer la mode, et sans doute contribuer aux choix de la deuxième saison.

De haut en bas : Nicolas, Clotaire, Agnan, Rufus et Joachim.

Acte 3. Les copains

Comme Sempé le soulignait, le Petit Nicolas avait des copains dont le prénom était assez bizarre. L’un d’entre eux s’appelle Eudes, un autre Maixent ; un autre Clotaire et un autre Rufus. Un autre s’appelle Agnan. C’est sans commentaire. Agnan !4

La plupart des livres (comme l’indispensable La Grande histoire du Petit Nicolas, d’Aymar du Chatenet, 2022) ou des sites s’efforcent de mentionner un par un les copains de Nicolas. En général, on en dénombre huit : Alceste, Clotaire, Geoffroy, Agnan, Eudes, Rufus, Marie-Edwige, Joachim ; j’ajoute Maixent, bien sûr. Il est possible de voir lesquels de ces prénoms étaient donnés dans les années 1960. Ici, je les ai rangés par ordre alphabétique.

Les copains devant l’actu

* On trouve d’autres orthographes. Geoffray (entre 1972 et 2011), Geoffrey (après 1953), Geoffroi (jusqu’en 1993), Geoffrey (après 1981) ; et Geo (entre 1911 et 2003). Ici, seuls les cas de Geoffroy sont pris en compte.
** Là aussi, parmi plusieurs orthographes comme Joachin (jusqu’en 1985), Joackim (après 1972), Joackym, Joacquim, Joaquim (après 1913), Joaquin (après 1903), je n’ai pris en compte que celle-ci.
*** Une dizaine de Rufus, mais dans les années 2000.

Chacun se fera les réflexions qu’il veut. Je n’en formulerai que deux. (1) Agnan existe, ou existait ! Peut-on penser que Goscinny a contribué à son extinction ? (2) Geoffroy et Joachim, à cette époque, sont en progrès, et Joachim après une relative « traversée du désert ».

Ces constats aident à comprendre la portée d’une réflexion célèbre de Sempé5 :

C’est très simple : le Petit Nicolas était déjà démodé au moment où nous le faisions ! Voilà pourquoi il est intemporel…

On a parfois reproché à Goscinny et Sempé une école qui n’existe pas. Evidemment. Le Petit Nicolas a obtenu la réussite humaine des grandes séries de contes. Mais par ailleurs, pour les Français, lui et ses copains et ses parents et les voisins etc. sont super-français.

Acte 4. Yiddish

René Goscinny, inventeur avec Jean-Jacques Sempé du Petit Nicolas, était l’enfant d’une famille juive polonaise. Ses parents, Stanislas et Anna, ont été naturalisés français deux semaines avant la naissance de René. Le mot goscinny, en polonais, signifie « hospitalier ». C’est sur la base d’un mot slave, gost’, tout proche du Gast germanique, et qui signifie « l’hôte ». René Goscinny est né en 1926 à Paris, 42 rue du Fer-à-Moulin, dans le 5e, dans une maison qui n’existe plus aujourd’hui. Quand il a deux ans, son père chimiste est envoyé en Argentine par son entreprise, et la petite famille s’embarque. René a passé son enfance et son adolescence en Argentine.

Plus tard, avec des amis dessinateurs, il a créé Astérix (avec Uderzo), Iznogoud (avec Tabary), Lucky Luke (avec Morris) et le Petit Nicolas avec Sempé. C’est un des géants de la culture française d’Après-Guerre. Il est un des auteurs français les plus lus dans le monde.

Il est, après Louis Pergaud (La Guerre des boutons, 1912), Alain-Fournier (le Grand Meaulnes, 1913) et, plus proche de lui, le Marcel Pagnol de La Gloire de mon père (1957), un des principaux chantres émouvants, astucieux et critiques de l’école publique. Le Petit Nicolas, inventé avec Sempé, a paru de 1956 à 1967. Dans cette aventure graphique, les souvenirs de Sempé ont aussi beaucoup compté.

En 2013, voici dix ans, quelques histoires du Petit Nicolas6 ont été traduites en yiddish par Sharon Bar-Kochva et Gilles Rozier, dans une collection où des histoires du Petit Nicolas étaient traduites dans diverses langues parlées en France. L’idée était à la fois naturelle et provocante. Elle était naturelle : quantité de petits élèves (filles ou garçons) dont les parents parlaient surtout le yiddish avaient grandi grâce à l’école de la République. Ils en étaient (eux et les parents) souvent très fiers. Il était donc naturel que, parmi les langues dans lesquelles on a traduit le Petit Nicolas, le yiddish trouve sa place. Le yiddish est une des langues de la France.

Mais d’un autre côté – comme pour toute traduction – l’idée était provocante. L’école publique est intimement liée à l’histoire française et plus encore à l’histoire de la langue française. De nombreux enfants dont les parents étaient arrivés en France pour de multiples raisons, à la suite des Provinciaux qui un siècle plus tôt étaient « montés à Paris » pour trouver du travail et avaient appris le français, s’étaient retrouvés confrontés dans la cour de l’école à des tas de copains bizarres. Maixent, Agnan, Nicolas, Louisette. Elle est chouette, Louisette. Cette histoire super-française, comment pouvait-on la « rendre » en yiddish – un dialecte allemand exotique qui s’était développé en Pologne et dans le nord de l’Europe ?!

L’école publique, cette si longue conquête, encore aujourd’hui âprement contestée, comment allait-on en rendre les mots, l’atmosphère ?

Acte 5. Quelques mots doux

Tous les lecteurs du Petit Nicolas connaissent le mot clé : c’est chouette. J’ai donc cherché dans les épisodes traduits en yiddish (on pourrait le faire dans toutes les autres langues où le Petit Nicolas a été traduit) comment le chouette original avait bien pu être “rendu”.

Je ne prétends à aucune compétence en yiddish, et vous allez voir que la “leçon” est accessible à tout le monde.

Ci-dessous, 4 exemples. On trouve (a) le morceau d’énoncé en yiddish, (b) l’original en français où, en gras, se trouve la partie en yiddish au-dessus ; (c) après le symbole “>” la translittération en caractères latins de l’expression qui nous intéresse.

Exemple 1 (Fr. p. 6, Yi. p. 10) : Le vendeur du magasin était très gentil ; il m’a fait essayer des tas de chaussures, en expliquant à maman qu’elles étaient toutes très chouettes… > gants fayne.

Exemple 2 (Fr. p. 7, Yi. p. 11) : Et puis, j’étais tout bronzé par le soleil ; j’étais très chouette. > sheyn vi gold.

Exemple 3 (Fr. p. 11, Yi p. 15) : A table, j’ai essayé de ne pas parler à papa, mais il m’a fait des tas de grimaces, et moi j’ai rigolé, et c’était très chouette. > ef un pif.

Exemple 4 (Fr. p. 11, Yi. p. 15) : Et ils ont une fille qui s’appelle Marie-Edwige, qui a mon âge, avec des cheveux jaunes et des yeux bleus très chouettes. > un sheyne bloye eygelekh.

Dans un premier temps, le résultat est étonnant : sur les 4 exemples de chouette, on trouve 3 traductions différentes. Si, faute de yiddish, vous connaissez l’allemand, cela vous sera apparu clairement : 1 fein, 2 schön, 3 ef und pif (!), 4 schön.

Vous pensez bien que mon propos n’est pas de criticailler les traducteurs ; bien au contraire ! Ils avaient devant eux un “gallicisme” notoire, assez limité dans son extension historique ou sociale. Il était impossible – par définition pourrait-on dire – de lui trouver un équivalent naturel. Or, le plus important était de conserver le naturel du ton, autant que possible. Ils ont donc adapté, en variant les solutions, non sans chercher de temps à autre une expression un peu pittoresque qui puisse rendre le “naturel” du ton de Goscinny.7

C’est lui (Nicolas) qui raconte l’histoire et il la raconte comme le raconterait un enfant, c’est-à-dire sans faire des mots d’enfant.

Acte 6. Prolonger le débat ? Théorie des traductions

Depuis deux mille ans, il existe un débat entre les traductions “mot-à-mot” et les traductions qui veulent rendre la signification. Le débat date des premières traductions de la Bible (hébraïque) en grec. Outre la traduction dite des Septante, il existe des morceaux, souvent très petits, de trois ou quatre autres traductions, de sorte que nous pouvons avoir une idée du débat et de ses implications.

Les uns voulaient que leur traduction soit en fait un code. Un code, c’est ce qui vaut dans les deux sens : vous passez de ABC à XBZ mais, si vous connaissez le code, vous pouvez décoder et restituer ABC à partir de XBZ. Si vous pensez que le texte (“sacré”) est d’abord un texte, avec des lettres significatives, une écriture essentielle, une traduction n’est envisageable que si, depuis la traduction, vous pouvez reconstituer exactement l’original. La traduction alors doit non seulement être “fidèle”, mais elle doit être “servile”, comme on dit.

Le problème bien sûr, est que ces traductions serviles sont à peu près incompréhensibles, et ne sont utiles que si (muni d’une autre traduction !) vous désirez apprendre la langue d’origine. Les traducteurs savent depuis longtemps que les bonnes traductions, celles qui font comprendre, ne peuvent pas être serviles ; elles doivent être adultes, libres. C’est pourquoi des esprits chagrins accusent les traducteurs d’être des traîtres : traduttore, traditore. Mais le reproche tombe de lui-même : le traître, ce n’est pas le traducteur qui prend des risques, c’est le suiveur servile qui n’en prend pas, et abandonne l’idée de faire comprendre.

Aussi, en cherchant à “rendre” un terme très singulier, très entre-soi, comme chouette, vous pouvez peut-être le remplacer par quelque chose comme “oiseau de nuit”, mais il est clair que vous allez égarer votre lecteur ! Il faut donc faire autrement, et c’est difficile.

Conclusion

Quand une oeuvre célèbre est beaucoup traduite, dans de nombreuses langues, chaque traducteur se trouve confronté aux singularités de l’oeuvre. Il est bien rare qu’elle n’en ait pas ; et souvent si elle est touchante, c’est justement qu’elle a su trouver ces aspérités qui retiennent.

Mais alors, par delà les auteurs, il faut saluer les traducteurs. Car il y a peu d’œuvres vraiment célèbres, vraiment grandes, qui ne doivent beaucoup de leur élan aux traductions.

NOTICES des images. (1) ‘Le Cirque’, dans Les Bêtises du Petit Nicolas. Intégrale, 1, p. 764. (2) Réédition du premier volume Le petit Nicolas, 2012 (1960). (3) et (4) sont tirés des statistiques de l’INSEE. (5) Edition en volume de la BD originale, 2017, Ed. IMAV, coll. Folio junior. (6) Intégrale, 1, p. 689. ‘Ça y est, on l’a’, dans La Rentrée du petit Nicolas. (7) Sempé dans l’émission de Dumayet, disponivle sur le site de l’INA ; voie la note. (8) Le petit Nicolas, 2012 (1973) das la collection Folio, p. 96-97. Dans l’Intégrale, 1, p. 90, Sempé a simplifié un peu le dessin. (9) ‘Excuses’, dans La Rentrée du Petit Nicolas, coll. Folio Junior, p. 52. (10) Edition en yiddish, 2013, p. 4, détail. (11) Aymar du Chatenet, 2022, La Grande histoire du Petit Nicolas. Les archives inédites de Goscinny et Sempé, Ed. IMAV. (12) Goscinny et Sempé, 2022, Le Petit Nicolas, l’Intégrale, vol. 1, Ed. IMAV, 853 p. (13) Sempé et Goscinny, 2013, Der kleiner nikola oif yidish / Le Petit Nicolas en yiddish, traductions de Sharon Bar-Kochva et Gilles Rozier, Ed. IMAV. C’est la traduction en yiddish des huit premières histoires de La Rentrée du Petit Nicolas. (14) ‘On va rentrer’, dans La Rentrée du Petit Nicolas. Intégrale, 1, p. 629. (15) ‘La Nouvelle’, dans La Rentrée du Petit Nicolas. Intégrale, 1, p. 702.

  1. La BD a été republiée dans la collection ‘Folio Junior’ en 2017 dans la collection de l’IMAV. []
  2. Emission du 13 décembre 1961. On la trouve dans les archives de l’INA. []
  3. Quelques exemples entre 2002 et 2014. []
  4. Le chroniqueur avisé que j’essaie de devenir prévoit d’aigres commentaires. Mais, chers lecteurs aigris, je sais qu’il existe de nombreuses communes en France qui ont pris le nom de saint Agnan, ou Agnant, ou Aignan. Il existe même plusieurs saints éponymes, dont saint Aignan d’Orléans qui défendit la ville contre Attila, ne vous fâchez pas. Ce mot Agnan provient (bien sûr) d’Anianus. Je recommande la visite au peu qui reste du lac d’Agnano ; et à divers volcans plus généralement. []
  5. Cité dans Aymar du Chatenet, 2022, La Grande histoire du Petit Nicolas, Ed. IMAV Editions, p. 66. []
  6. Les 8 premières histoires de la Rentrée du Petit Nicolas. []
  7. Citation de Goscinny dans l’émission citée. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search