Khinmey

Comme promis dans le précédent billet ‘Le dieu de couleur‘, voici quelques images du temple bouddhiste de Khinmey, à Tawang. Je les ai situées sur un plan du temple, pour ceux qui voudraient mieux comprendre l’iconographie, mais je n’ai aucune prétention personnelle à cet égard.

Comme je l’ai dit, l’organisation générale des peintures me paraît “traditionnelle”, au sens où l’équipe des peintres a épousé la norme en usage pour ces représentations ; le plus amusant (car Caramel mêle le sérieux avec bien d’autres choses !) est souvent dans les détails.

Ce billet est dédié à Pascale Dollfus, avec qui j’ai visité ce temple.

Tawang et Khinmey

La vallée de la rivière de Tawang, qui coule d’est en ouest et arrive (après le trait jaune) au Bhoutan. Le trait rouge au nord est la frontière chinoise. Tawang est au centre de l’image. Du haut en bas, l’image couvre moins de 40 km.

La vallée de la grande rivière locale, le ‘Tawang Chu’, a fait l’objet de querelles internationales. Elle mène au Bhoutan, tandis qu’un affluent, bien visible sur l’image ci-dessus, vient directement de Chine. En 1962, les combats entre troupes chinoises et indiennes ont fait de nombreux morts.

L’image (avec base GoogleEarth, comme la précédente) montre, à gauche sur son éperon rocheux, le site du grand monastère Gelukpa de Tawang, le plus célèbre ; à droite le site du monastère Nyingmapa de Khinmey. La distance à vol d’oiseau entre les deux est de 3,5 km. Le Grand monastère est à 3000 m d’altitude ; celui de Khinmey à 2600.

Le plus célèbre des monastères de Tawang, autrefois vaste commanderie lamaïque régissant pour le compte de Lhassa les territoires du Sud-Est, est celui que j’ai appelé ici le ‘le Grand monastère’, qui abrite environ 600 moines, et suit la forme ‘gelukpa’ du bouddhisme tibétain, celle du Dalaï lama. Le monastère dit Khinmey est plus modeste, avec 170 moines environ, et suit la forme ‘nyingmapa’.

Titre officiel du monastère de Khinmey

Plan des peintures.

Le schéma ci-contre, qui n’est pas à l’échelle, indique par des lettres les différentes parois peintes de l’intérieur du temple. Comme souvent, celui-ci est divisé en deux espaces : une sorte de vaste vestibule (parois A B C D), ici fermé par de larges baies vitrées, puis la grande salle, soutenue par deux séries de piliers de part et d’autre de l’allée centrale, au fond de laquelle se trouve la grande statue.

Vue de l’allée centrale, avec la statue au fond.

Les heures de visite sont en principe de 4h30 à 18h, avec une fermeture entre 12h et 13h30.

Le ‘Vestibule’

La partie gauche, A et B sur le schéma.

La partie gauche montre deux des Gardiens, le Bleu et le Blanc, et sur l’aile (en A) la Roue de la vie. La partie droite, ci-dessous, montre les deux Gardiens suivants, et sur l’aile (en D) l’image du mont Meru.

Partie droite, C et D du schéma.

Le Gardien Blanc, en B, était un des objets du “caramel” précédent.

Près du Gardien Jaune, en C.

Les murs E et F.

Le mur E, revers de façade, à gauche en entrant.

La paroi E, comme son symétrique P, montre l’agencement général. A deux figures majeures sont associées des figures annexes plus petites qui leur font plus ou moins des couronnes, sans qu’une frontière soit dessinée entre les deux groupes. Comme en P, la figure près de la porte est la plus importante et la plus impressionnante.

Le détail qui suit est la figure en bas à droite.

Après l’angle du mur vient la paroi F.

Paroi F. Le changement de luminosité sur la droite est dû à la fenêtre.

Les parois G et H

On voit à gauche, entre les fenêtres, les parois G et H, puis au fond, I et (de face) J. La photographie a été éclairée artificiellement, car la vue réelle est plus sombre. On aperçoit les banquettes où s’assoient les moines et deux tambours.
En bas à gauche de la paroi G. L’effet d’ombrage qui fait croire que le cadre ovale est en avant du paysage vert du fond est intéressant.
Un “paysage”, paroi H. La diversité des feuillages contraste (sémantiquement) avec la stylisation des rocailles.

Le fond du temple : I J K L

Paroi I, au centre en bas. Seul le “3e oeil” est ouvert. La créature n’a qu’une dent et un seul sein.
La paroi J, et les objets par devant.
Un détail (à droite) de l’image précédente. Les ombres portées sont réelles, et non pas figurées.
La statue au fond du temple. Les motifs qui l’entourent sont sculptés.
La paroi K, presque entière. J’ai coupé à gauche. Comme son symétrique, la paroi J, elle ne comporte qu’un seul personnage central.
Paroi K, en bas. A gauche de la statue de l’ascète émacié.
Monstres chevauchant, paroi K.
Paroi K

Souvent, nous sommes au rebord du “chromo kitsch”. Sur la frontière. Mais de quel côté ? Une chose est sûre : nous ne sommes pas dans une adaptation californienne du bouddhisme new-age, puisque ces images viennent “en direct de l’Himalaya”. Les photos ont été faites le 18 mars 2023. En vrai. Mais qui sait ?! Peut-être le maître d’oeuvre connaît-il San Diego mieux que vous ; c’est peut-être, à ses heures perdues, un adepte du surf à Hawaï ?

Parois M et N

Paroi M
Paroi M, en bas à droite.
Paroi M, en bas à gauche.

On ne sait pas ce qu’il faut admirer le plus : les pointes ou les courbes ? Les unes comme les autres semblent tracées au cordeau, avec une rigueur exemplaire.

Paroi N, en bas à gauche.
Paroi N, partie droite. On voit bien la partition des quatre images, même s’il n’y a pas de cases explicitement tracées.

Le retour : O et P

Parois O et P.

Il a été question de la paroi P dans le caramel précédent, notamment pour la partie droite près de la porte.

Paroi P, partie gauche.

Cette vue de la paroi P montre mieux le procédé de ‘patchwork’ des images, et donc la fonction de l’imagerie. Chaque représentation de divinité (si le mot convient) a son modèle qu’il faut appliquer, de sorte que les talents nécessaires à la fois sont distincts et se rejoignent. Ils sont distincts puisque sont distinguées la qualité de la reproduction de l’image et la pertinence de sa place dans la paroi : le détail avec sa fidélité et l’organisation du plan d’ensemble.

Mais le “plan d’ensemble” comporte aussi son aspect paysager, quand il faut combler les passages entre les images sur canevas, et un aspect esthétique quand il faut (autant que possible) équilibrer les masses colorées.

Conclusion

Ces images ont-elles une intention ? Oui et non. Elles en avaient, mais qui se sont “négociées” entre tradition et représentation. Qu’est-ce qu’on fait, quand on croit reproduire un modèle ? Et que fait-on, en répétant un rite, une prière ?

On peut, en deçà, se demander utilement si quand j’ai écrit “Elles en avaient.”, je ne matérialisais pas dans une espérance inverse la chose pour son espérance. Je veux dire : je prenais le désir d’authenticité ramené à la source pour une figure sublimée de ce qu’est une “source”. Le passé est un mirage, qu’on malmène.

Mais c’est bien utile.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 26 mars). Khinmey. Caramel. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7em

2 réflexions sur « Khinmey »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search