Sur la piste de Roméo

Au départ, un romeo, c’est un pèlerin qui va à Rome1. Roméo était de Limoges ; parti vers Rome, il meurt en route à Lucques (Lucca, en Toscane). On ne sait pas qui c’est, on décide de l’appeler ‘Romeo’. On lui rend un culte, son « nom » devient un prénom. Nous sommes au XIVe siècle. Le nom va bientôt changer de sens.

Shakespeare fait Romeo & Juliet. Il s’inspire d’un poème d’Arthur Brooke, The Tragical History of Romeus and Juliet (1562). C’est une traduction d’une histoire de Pierre Boaistuau ‘De deux amants dont l’un mourut de venin, l’autre de tristesse’ (1559).2

Or, Boaistuau traduit une des novelle italiennes de Matteo Bandello, ‘Giulietta e Romeo’ (1554). Lequel l’emprunte à son tour à Luigi da Porto, qui publia (1530) une Giulietta e Romeo.

Qui nous dira d’où vient Roméo ?

Acte 1.

Les noms des deux amants sont de Luigi da Porto, de même que la localisation de l’histoire à Vérone – quoique lui-même soit de Vicence. Vicence l’honore. Vérone l’adule, et montre aux touristes enthousiastes (beaucoup sont très jeunes) une Casa di Giulietta, pourvue du balcon nécessaire. Dans le passage qui y conduit, la Municipalité a fait poser des panneaux où chacun s’exprime.

Da Porto lui-même n’a pas tout à fait créé l’histoire. Les érudits ont repéré une nouvelle ‘Mariotto e Ganozza’ d’un certain Masuccio de Salerne (1467). A la fin de cette histoire, qui se passe à Sienne, Mariotto est exécuté et sa Ganozza meurt de peine.3

Mais comme il est difficile de s’émouvoir pour des héros qui portent un autre nom !

C’est Da Porto qui donne toute sa portée au thème des familles ennemies, les Montecchi et les Capuleti, noms qu’il est allé chercher chez Dante – et que Shakespeare adaptera en Montague et Capulet.

Acte 2.

Romeo and Juliet, la pièce de Shakespeare, a été créée au début de la décennie 1590. En moins d’un siècle (mais quel siècle !) cette historiette lamentable traverse l’Europe et, par bonne fortune, tombe dans l’escarcelle de ce Shakespeare qui piochait si souvent dans les histoires italiennes, comme Stendhal fera plus tard.

Le début de l’histoire de Da Porto ressemble au début de la Chartreuse de Parme. Chez Stendhal, le narrateur revient chez le chanoine de Padoue, dont le neveu se fait narrateur à son tour pour raconter ‘la Chartreuse de Parme’. Pour Da Porto, l’histoire commence sur la route d’Udine, et l’histoire vient d’un archer nommé Pellegrino :

« Distrait par des pensées, j’avais devancé de loin mes compagnons, je fus rejoint par Pellegrino. Comme s’il avait deviné mes pensées, il se mit à dire : « Voulez-vous toujours vivre dans la tristesse, parce qu’une femme cruelle (una bella crudele) vous aime peu ? (…) Je pourrais vous raconter une histoire arrivée dans ma ville, elle vous rendrait la route moins ennuyeuse et moins solitaire. »

On ne sait quoi dire à tous ces limiers qui ont su remonter la piste. Jusqu’à Luigi da Porto, elle est fraîche et nette. C’est lui qui a « donné les noms » définitifs aux héros, mais on a eu tôt fait de montrer que, après tout, l’histoire de Pyrame et Thisbé (chez l’auteur latin Ovide, où les deux amants communiquaient par un trou dans le mur des maisons mitoyennes) présente des attraits semblables : la haine des deux familles, la mort par erreur de l’un puis l’autre amant. Ovide situait l’histoire à Babylone !

Quand je repasse dans ma mémoire les aléas de ce drame, de refonte ou copie en traduction, de nom en nom, je pense aux Mythologiques de Claude Lévi-Strauss – cet immense parcours d’un mythe au suivant, pas à pas, du nord au sud des Amériques, où l’auteur montre que toutes les versions sont vraies dans leur fragilité, qu’aucune n’est plus vraie que les autres, et que finalement tout est une sorte vénérable d’illusion. Le mythe est un mensonge intemporel, qui revit dans chacune de ses fourberies.

Acte 3.

Leslie Howard et Norma Shearer dans ‘Romeo and Juliet’ de George Cukor (1936).

Mais il ne s’arrête pas là. West Side Story a été créé au Winter Garden Theater, Broadway, en septembre 1957. L’intrigue générale est copiée de Roméo & Juliette.

Le livret de West Side Story est d’Arthur Laurents (Brooklyn 1917 – Manhattan 2011), qui créait des thèmes nouveaux ou faisait des adaptations. Il avait adapté Rope pour Hitchcock4 à partir d’une pièce de Patrick Hamilton, 1929. Cette fois-ci, plus de Capulets. On a deux bandes de jeunes, les Jets blancs et les Sharks noirs. Tony, proche du chef de nos Jets trouve sur son chemin Maria, la sœur du chef de nos Sharks. Je mets « nos » des deux côtés pour n’avoir d’ennui avec personne5.

Les Jets blancs, ne sont pas si blancs, et leurs parents viennent d’un peu partout. Le rêve du melting-pot fait aussi des pots cassés, mais ce n’est pas vrai que dans ce pays-là. Les parents des Sharks sont portoricains. Tous ces migrants « ont fait l’Amérique », mais c’est facile à dire après, parce que pour l’instant, ce n’est pas clair. Heureusement, il y a ces Adam & Eve dans la jungle que sont Tony et Maria. Maria travaille dans un magasin de robes de mariée. A la fin, elle survit. Et il y a la musique de Bernstein.

Autre piste. S’inspirant de Pyrame & Thisbé et de Romeo & Juliet, Edmond Rostand écrivit en 1894 une pièce intitulée Les Romanesques, anglicisée plus tard en The Romancers. Cette pièce, sans doute pas la meilleure de Rostand, est adaptée en comédie musicale newyorkaise en 1960. Textes de Tom Jones, musique de Harvey Schmidt : The Fantasticks. Cette production est célèbre au moins pour deux raisons. Elle a tenu la scène 42 ans, au long de 17 162 représentations ; la première chanson est Try to remember, une romance veloutée insipide qui traîne tous les cœurs après soi.

NOTE sur les images. (1) et (4) sont des détails croisés d’un tableau de Poussin, Paysage d’orage avec Pyrame et Thisbé (1651), conservé au Städel Kunstinstitut à Francfort. (2), (3) et (7) sont des détails croisés aussi, en 2015, de la ‘Maison de Juliette’ à Vérone. (5) est Luigi da Porto, 2000, Roméo et Juliette (traduction de Jacques Soldanelle), Editions Climats, Castelnau-le-Lez. (6) vient de l’article Wikipedia anglais sur le film. En 1936, Leslie Howard tourna aussi dans The Petrified Forest, d’Archie Mayo, où il fit engager Bogart, dont ce fut le premier rôle important.

  1. Comme en français Romeux ou dans le village de Font Romeu, dans les Pyrénées catalanes []
  2. Le savant américain Richard A. Carr en fit en 1977 une édition. []
  3. Masuccio, Novellino, novella 33. Par exemple ici. []
  4. Le film d’Hitchcock, la Corde en français, est sorti en 1948. []
  5. Une version initiale voulait opposer une famille catholique italienne et une famille juive pendant la Pâque, dans le Lower East Side. Le projet tombe à l’eau mais refait surface cinq ans plus tard ; on a changé de quartier et de contexte. C’est toujours une bagarre. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.