Le linguiste et le politique

Certains éditeurs corrigent maintenant les livres anciens pour qu’ils ne choquent personne aujourd’hui. Excellente nouvelle. On va enfin pouvoir écrire n’importe quoi, puisqu’on sera corrigés.

En outre, la censure va procurer des emplois. Des d’experts vont essayer de saisir l’air du temps pour corriger nos audaces, puis d’autres experts analyseront les corrections pour savoir jusqu’où l’on peut ne pas aller trop loin.

Une réflexion sur les linguistes et la politique.

Acte 1.

Au XIXe siècle, certains « philosophes de l’histoire » ont conçu la diversité des cultures humaines comme le résultat de moments successifs dans une évolution unique. Tels peuples témoignaient d’une époque très ancienne, d’autres d’une époque plus récente, et d’autres enfin de ce qu’on pourrait appeler le front mouvant du progrès.

Les nomenclatures étaient diverses, une des plus communes étant celle du partage entre Sauvages, Barbares et Civilisés (Lewis Henry Morgan, 1818-1881). Les façons de concevoir cette diversité étaient diverses aussi, certains y voyant des races différentes, d’autres des parents proches que seule leur « condition » différenciait – et par “condition” on pouvait entendre l’état d’avancement technique et économique, ou des différences mentales moins faciles à surmonter.

Le parallèle entre l’état des ressources matérielles et le développement mental est un problème récurrent. De nombreuses personnes pensent que les pauvres sont plus bêtes (au sens fort de ce dernier terme), ou que ceux qui s’habillent à la mode sont plus cultivés. Les nuances dans l’appréciation du parallèle sont multiples mais très vivantes… malgré l’Abolition des privilèges dans la nuit du 4 août 1789 !

Léopold Morice, 1883, La Nuit du 4 août. Monument à la République, sur la place du même nom à Paris.

Dire qu’il n’existe aucun rapport encore les ressources « matérielles » et les aptitudes mentales est un soulagement un peu court, puisque cela justifierait (comme très souvent sur la planète) qu’on laisse les plus pauvres végéter en pensant que de toute façon, les plus malins « s’en sortiront ».

La doctrine républicaine en France, au temps de Jules Ferry par exemple et depuis lors largement caractéristique de la Gauche française, est différente. Elle estime que les ressources économiques ne dictent pas les aptitudes, et qu’il faut chercher dans toutes les classes de la société, afin d’éduquer les plus vifs d’esprit en leur procurant des conditions de vie meilleures. Qu’ainsi la Société dans son ensemble aura accès au plus large fonds possible de talents, au lieu de ne s’adresser qu’au sang bleu.

Les deux attitudes, telles qu’elles se sont différenciées en France sous les noms de Gauche et Droite, sont contrastées sur un certain nombre de perspectives plus ou moins étroitement liées entre elles. Pour la Droite, l’intervention de l’État dans « les affaires » est à éviter, car personne ne peut prétendre diriger les hasards des « opportunités » (avec cette signification, le terme est d’origine anglaise) ni l’astuce de ceux qui savent en profiter ; la dérégulation est un but constant, contre la Gauche qui veut au contraire que l’Etat intervienne dans les questions sociales, notamment dans l’enseignement et la santé publiques. Ces questions sont d’actualité depuis deux siècles au moins. Elles n’ont pas disparu.

Acte 2.

Le feu est au bois, mais les ustensiles en métal. Chez les Shertukpen à Rupa.

Les « Sauvages » qui cuisent la nourriture sur un feu de bois et ignorent la machine à laver, ont-ils des langues différentes des gens qui ont des machines à laver ? La réponse est oui. Sont-ils plus bêtes que nous, qui utilisons la table à repasser ? La réponse est non.

Les langues des populations rurales, de nos jours encore là où le mode de vie reste plus ou moins indifférent à la supérette, ont des lexiques, des expressions, des onomatopées, qui ont été créées pour rendre les outils plus familiers, plus maniables, pour rendre les travaux ruraux possibles, plus aisés, avec des chansons pour les valoriser. Ce ne sont pas seulement « des mots », qui n’en restent pas moins très importants : noms de fruits, de techniques pour les vins ou les laitages, les pâtures ou les toitures etc., mais aussi des « arts du langage » : jeux de mots, devinettes, astuces, métaphores heureuses ou allusions grossières, rythmes, chants, « tout un monde » qui peint pour une part une culture, et qui parfois survit alors même que les travaux ruraux ont beaucoup changé.

L’ancien et le nouveau selon les saisons. En forêt chez les Shertukpen de Shergaon.

Ce caractère pénétrant d’une langue, qui paraît adhérer si profondément à un mode de vie, n’est pas vrai que pour la vie rurale, ni que pour les populations de Bornéo ou d’Assam. Il est vrai aussi pour le monde ouvrier plus récent et, si l’on veut bien me croire, aussi pour « le monde » des employés du Tertiaire qui ont inventé, parfois sous la pression managériale mais parfois en sourdine, tout un petit trésor d’expressions qui paraissent classiques dans ce milieu, et même des façons de parler, des rythmes. Car les langues tiennent aussi à la vitesse à laquelle on les parle. Les employés des “majors”, des “grandes entreprises” ou des “PME”, les “indépendants avec SIRET”, ont eux aussi, par exemple à travers le jargon des sigles convenus comme des mots de passe, ou celui des termes anglais qui truffent leur vie professionnelle, l’impression d’avoir une langue où ils se retrouvent, comme le paysan du Quercy. Les deux phénomènes ne sont pas très différents.

Sous ce regard « socio-professionnel », on peut voir avec une certaine prudence la conviction qu’ont ces employés et surtout leurs “hiérarchies” (depuis longtemps on ne dit plus “les chefs”) d’être la génération montante. D’être les « modernes ». Ils rejouent à leur façon, parfois à leurs dépens, la conviction des philosophes de l’histoire du XIXe siècle qui, considérant les lointains Chinois comme arriérés par nature (comme le pensait le philosophe Hegel), ou voyant les voisins Turcs ou Russes comme féroces ou buveurs par définition, confondaient la prémisse et la conclusion en en déduisant qu’eux-mêmes étaient les Gagnants, avaient réussi dans l’épopée de l’histoire humaine, et possédaient la religion, le taux de change, et la langue qu’il fallait. La mesure de ce qui est lointain a changé depuis, mais la distance est bien là.

On peut ergoter. Chez les Turcs, il y a bien les terribles janissaires et les pachas mélancoliques, aussi les odalisques à l’œil peint ; et chez les Russes, il y a d’un côté les moujiks fainéants et buveurs, et de l’autre le goût noble du duel. Mais si vous commencez à discuter, on n’aura jamais fini.

Acte 3.

Il paraît qu’on a corrigé les récits pour enfants de l’écrivain Roald Dahl, pour qu’ils ne choquent pas les enfants d’aujourd’hui. En entendant cela, j’avais d’abord cru que monsieur Dahl était un auteur lubrique du XVe siècle, mais il semble que non : il est mort en 1990. Dans la polémique sur le sujet, nos voisins britanniques utilisent le terme bowdlerization, venu d’un monsieur Bowdler, qui publia en 1818 une édition expurgée des œuvres de Shakespeare.

Othello pleurant sur le cadavre de Desdémone. Détail d’un tableau de Slater, 1857.

Je suis content qu’on ait expurgé Shakespeare, car je l’ai un peu lu, et ce n’est pas à mettre entre toutes les mains. Des géants noirs y étranglent des femmes blanches, ce qui est impardonnable. Je suis aussi d’avis d’expurger la Chanson de Roland qui dit du mal de Mahomet, et d’interdire le Dictionnaire des idées reçues, qui dit du mal de tout le monde.

Je frémis en pensant qu’on trouve en France des éditions (de poche !) des œuvres d’un nommé Rabelais, avec des notes pour expliquer les grossièretés. On se demande où va le monde, si l’on ne protège pas la pureté des demoiselles, des damoiseaux, et de façon plus générale la pureté de tous ceux & celles qui sont purs. Notre époque, se hissant enfin au-dessus des miasmes des éditions normales, pourrait inaugurer une ère nouvelle où, après les Sauvages, les Barbares et les Civilisés, nous aurions les Censurés. Les mots ‘homme’ et ‘femme’, qui laissent deviner d’affreuses choses, seraient remplacés par ‘personne’ (on le fait déjà, pour anticiper), ‘gros’ et ‘gras’, ‘petit’ et ‘maigre’ seraient remplacés par ‘différemment propres’, et ‘chocolat’ serait dissous au profit de ‘produit’.

Les sens du mot ‘glaukos’ en grec ancien.

Le plus délicat (mais c’est entre nous) serait les couleurs. Blanc et Noir seraient nécessairement interdits, de peur de choquer ; Jaune vexerait de nombreuses personnes ; Bleu (en français) risque d’évoquer la ‘Gauloise bleue’ de notre enfance, ce qui est inconvenant, et blues risque d’évoquer une musique coloro-marquée. Orange est politiquement connoté1. Vert, en ce moment semble décent, mais on ne sait pas ce qui peut arriver ; en outre, telle religion peut s’en emparer, en faire un drapeau, et perturber les nouveau-nés.

Bref, je recommande vivement, pour éviter les ennuis que créent les différences, de tout repeindre en Glauque.

Conclusion

Nous n’aurions plus de débats. Nous nous tairions avec des mots faits pour les cacher. Resteraient les vrais problèmes : la pauvreté, la maladie, la souffrance et l’oubli. Et la sottise, qui nous empêcherait de les voir.

Les linguistes seraient abolis, parce qu’on n’aurait plus besoin qu’on nous dise comment sont les langues, mais comment elles doivent être.

NOTICES des images. (1) Ecorce, forêt de Shergaon, mars 2023. (2) La photo se trouve dans l’article Wikipedia. (3) Lors d’une cérémonie au temple de Rupa, février 2023. (4) En forêt, voir 1. (5) Source de l’image. (6) Article ‘glaukos’ dans le Dictionnaire grec-français de Bailly.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 10 mars). Le linguiste et le politique. Caramel. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7ej

  1. Ce billet est écrit en Inde. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search