Promenade en forêt

Ces photos ont été prises ces derniers jours dans les forêts autour de Shergaon, en pays shertukpen, entre 1900 et 2300 m d’altitude. Ce sont des forêts mixtes de chênes, de pins de l’Himalaya et de grands rhododendrons.

Nous étions à la fin février. Beaucoup de bruns et de gris magnifiques, sur les écorces, lichens, champignons. Des rouges apparaissent : les fleurs de rhodo, des troncs, des fougères épiphytes où l’on passe au bronze et à l’or.

C’est déjà le printemps, avec des fleurs colorées ou pâles. De l’année passée demeurent d’étranges ruines, fougères mortes, épais tapis de feuilles, et les mâts superbes des lis géants de l’Himalaya – que je réserve pour la fin !

Acte 1. Forêt

Ce n’est pas une « forêt profonde » comme dans les régions plus tropicales. Nous sommes à 27° de latitude Nord. Les Shertukpen distinguent pourtant et pang ; le second paysage est fait d’arbres clairsemés sur une pelouse plus rase ; le premier correspond mieux au nôtre, avec un sous-bois assez dense.

Interviennent l’humidité ou la proximité des cours d’eau. Les arbres les plus hauts sont des pins, des chênes, aussi des peupliers (kharsing). Les rhododendrons (khantak) atteignent 20m.

Beaucoup des arbres, grands ou petits sont porteurs de lichens et de mousses (que nous verrons ensuite), mais aussi de fougères épiphytes, qui poussent dans les creux et les embranchements des ramures.

Parmi les arbres ou plantes arbustives plus modestes, mais intéressantes, Lobsang Tashi Thungon a montré le saksim (Gaultheria fragrantissima) aux emplois multiples ; la feuille assez épaisse, écrasée entre les doigts, dégage une puissante odeur parfois associée aux pastilles Vicks !1 J’ai aussi retenu l’arbuste de l’anis étoilé (ci-contre), que les Shertukpen appellent bezao brelo.

L’image à gauche montre une branche de pin, du moins l’un des pins les plus communs dans la région, bichhi. L’arbre donne des choses utiles. D’abord les planches énormes dont on faisait les maisons ‘traditionnelles’.

De l’arbre mort, quand il est tombé en forêt, on tire de l’aubier de petits morceaux qui font d’excellentes allumettes. On les appelle bapchi.

Les écorces font un autre vaste sujet.

Acte 2. Feuilles et fougères

Ces grands arbres donnent d’épais tapis de feuilles mortes parsemés d’aiguilles de pin.

Une devinette shertukpen :

Si nous sommes habitués en Europe aux couleurs splendides des feuilles mortes, ici les fougères, santu, contribuent beaucoup.

Un des grands botanistes qui est passé à Shergaon, avant d’atteindre sa base à Dirang (où il est resté six mois) est Frank Kingdon-Ward (1885-1958).

Les parois verticales en forêt sont de véritables expositions de fougères sur six ou dix mètres de haut. Il est assez facile de voir qu’elles sont de plusieurs sortes.

Elles forment un habillage parfois compact, souvent élégant, et sont comme les véritables “gens de la forêt”.

Les fougères font partie de l’imaginaire des contes et légendes. Leurs poses, tombantes, dressées, leur désordre discipliné, leur taille parfois énorme, leurs crosses enroulées comme des petits chats quand elles commencent leur vie, leur silence – font qu’elles ne sont ni des “herbes”, ni des “plantes à fleur”, ni des “buissons” et encore moins des “arbres”.

Les fougères forment un royaume.

Acte 3. ‘Punpun’

En shertukpen, punpun est un lichen, peut-être certaines mousses2. Les punpun sont importants parce que beaucoup se mangent. Dans Caramel nous ne pourrons pas les manger.

Les lichens sont les lutins de la forêt : nombreux, souvent vivement colorés si l’on veut bien s’approcher, ils ont les formes étranges, désinvoltes et secrètes, qui marquent d’ordinaire les tout petits objets, ceux qui échappent en partie à la pesanteur. Leur vie même semble se conduire selon des rythmes propres.

Certains ressemblent à des écailles, d’autres à des cheveux. Ils cohabitent volontiers avec les mousses, colonisent les roches humides et les troncs.

Les lichens sont des prédateurs, si l’on veut. Mais qui ne l’est dans la nature ?

Comme les orchidées, ils se perchent dans des poches ici et là, exploitant des rebords de cavernes minuscules. Mais à la différence des plantes épiphytes ordinaires, qui colonisent les grands fûts, ils savent se coller aux roches comme des gants,

Lichen sur galet de rivière. Agrandi 2x.

plaquant sur la surface du minéral, qui a ses lois à elle, une texture d’un tout autre ordre.

Acte 4. Fleurs & fruits

Même à Shergaon où, de notoriété publique, il fait plus froid qu’à Rupa, le printemps avait commencé. L’an d’avant et l’an qui pousse se mélangent en combinaisons. Je vais faire un choix très serré parmi les couleurs en usage.

Commençons par le Mahonia (ci-dessus), une plante que je déteste. Passons vite aux primevères, gratmu minto. Il en existe de blanches, d’autres d’un mauve soutenu, et elles forment dans les sous-bois des collections heureuses, presque toujours en amas globulaires. Vous en avez donc une grande image.

Dans la famille “sous-bois”, vous serez peut-être surpris de découvrir la fraise, ci -dessous.

Revenons à l’exotique avec du jaune, qui forme de grands arbustes.

Les grands gagnants dans le genre “couleur”, si l’on veut que les couleurs soient voyantes, sont les rhododendrons, omniprésents. Les floraisons explosent dans le haut des arbres, en pleine lumière. Ici, ce sont surtout les rouges.

On peut manger les fleurs, faire des confitures ou des boissons avec les pétales. C’est un arbre très aimé. Sous la pluie, c’est un arbre réconfortant.

Il existe aussi des arbres aux fleurs roses, dont je ne sais pas le nom, très aimés cette fois des grappes d’oiseaux qui viennent y sautiller, se laissant tomber de branche en branche comme des écureuils diplômés, et buvant à plein bec dans les corolles complaisantes.

C’est une forêt aimable. Bien sûr, on y trouve parfois un peu des ours, mais pas beaucoup. Les fourrés possèdent leur dose de ronces pénibles, c’est vrai, et on comprend assez vite que les gens du cru trouvent le ‘dao’, le coupe-coupe, assez nécessaire – même si, comme partout ailleurs, cet engin a aussi un rôle d’affichage, en manifestant que les humains passeront quand même.

Acte 5. Formes

Mais enfin, vous n’êtes pas là pour vous promener dans un parc, ni allonger votre hamac en sirotant du vin de rhodo. Vous aurez donc maintenant quelques formes singulières. Dans ces cas-là, il faut être conscient du fait que la singularité est une combinaison de hasard entre l’objet-là et l’optique du matériel, la perspective et la distance. Quelques exemples seulement.

A droite, les deux feuilles minces revenant en ombrelle au-dessus de la fleur transformée en feu d’artifice, manifestent la grâce de l’objet presque sans poids, évidé, filiforme, et dont pourtant l’ensemble apparaît au premier coup d’œil comme un tout équilibré.

A ces volumes, on peut opposer les effets d’ombre chinoise que donnent les ciels couverts, comme ci-dessus les chatons de saule, ou ci-dessous le sommet d’un pin. Nous avons alors des à-plats, plus proches du dessin si l’on veut, en tout cas de la silhouette qui magnifie le dessin.

Ce n’est pas tellement que les formes droites soient absentes. Les hautes tiges rectilignes des plantes dressées, cherchant la lumière, sont souvent plus droites que des i. Les courbes à nos yeux harmonieuses ne sont ni plus ni moins fréquentes. Les aiguilles des pins de l’Himalaya, longues et tombantes, accompagnent avec aisance les verticales qui nous paraissent plus faciles à repérer sur le fond du décor. J’en donne un autre exemple ci-dessous.

Mais est-ce un décor, et y a-t-il un fond ? Sauf sans doute certaines graines, qui sont comme des êtres compressés, propres à rejaillir ensuite dans la vie végétale, la plupart des plantes, herbes, arbres, arbustes, buissons, créent leur volume en croissant.

La photographie ordinaire nous les fait voir de l’extérieur. Il y a aussi un intérieur, qu’on peut découvrir quand la plante est assez grosse.

Les plantes “agressives” forment un thème toujours aimé, surtout depuis le hamac dont je parlais plus haut. De même que le citadin apprend dans les livres ou dans les vidéos que l’araignée femelle mange souvent le mâle ou que la plante Drosera mange les mouches qui passent, et s’en réjouit comme de leçons vaguement salutaires, de même la plante-qui-pique, comme la Rose qui en est (en Occident) la forme sublimée, a-t-elle quelque chose de pédagogique. Rien n’approche autant la “leçon de choses” qu’une plante à l’aspect soigneusement terrifiant.

A l’opposé, nous avons le bonheur du spectacle, où cette fois notre œil et notre cervelle éduquée reconnaissent le schéma plus classique de la relation fructueuse entre l’objet et le décor. Les exemples peuvent être très nombreux, en fonction des humeurs du patient. En voici un, sur la droite.

Selon qu’il est Chinois ou Champenois, cervidé ou limaçon, sauterelle (toktorbu) ou papillon (champing), la lectrice ou le lecteur verront d’abord les rudes obliques de roches, les hampes déployées du végétal, portant tout en haut des grappes de virgules. Un agrandissement plus ample de l’image attirerait l’œil sur d’autres choses encore.

Acte 6. ‘lulubo’

Je crois bien que voici le premier ‘caramel’ avec un acte 6. Je vous avais promis Cardiocrinum giganteum (merci Lobsang Tashi !), ce monstre mort. Le nom shertukpen est lulubo, le lis géant de l’Himalaya. Il paraît que les fleurs sont blanches. Je n’en ai vu que les squelettes paradoxaux : de très hautes hampes sèches qui, jusque 2 m et 3 m de hauteur, bien au-dessus de moi, font grimper les gueules ouvertes des fruits, bourrés de graines à ailettes en forme de cœur.

Le lis se dit krinon en grec ancien et, marié à ce cœur nommé kardion dans la même langue, un botaniste savant a forgé le nom de genre Cardiocrinum.

Ni la plante, ni surtout les structures tout en haut, ne suggèrent de suaves romances. La plante est monstrueuse, par la taille d’abord, par les fruits ensuite, qui s’ouvrent en bouches dentées divisées en trois logements, chacun en deux compartiments, contenant des rangées de graines aussi soigneusement que des draps dans l’armoire à linge de votre grand-mère.

Sur la photo ci-dessous à gauche, les six compartiments sont presque vides, mais on peut voir sur la première image de ce billet qu’ils sont souvent pleins. Si la tige casse ou se plie, si un animal ou un coup de vent rompt la hampe, les petites ailettes se répandent sur le sol ou vont un peu plus loin.

Lulubo n’est pas la seule plante curieuse de la région. Elle est inféodée aux terrains humides proches des cours d’eau et pour la trouver, il faut connaître les bons coins, et chercher les milieux qui lui sont favorables.

Conclusion

Il est fort possible que les lecteurs botanistes sourient de cette promenade, surtout celles et ceux qui connaissent la région. Finissons donc modestement par une plante presque bleue.

NOTICES des images. Ces 35 photos ont été prises dans les collines autour de Shergaon (West Kameng District, Arunachal Pradesh, Inde) pendant 3 journées de promenade à la fin février 2023. Ces plantes n’appartiennent donc pas toutes exactement aux mêmes biotopes.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 5 mars). Promenade en forêt. Caramel. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7ei

  1. Ces pastilles ne contiennent pourtant pas le principal composant de l’huile essentielle tirée de la plante, le salicylate de méthyle. Merci Hélène ! []
  2. Plusieurs jours après la mise en ligne de ce billet, Prem ‘Jamchhu ‘ Wangja m’a écrit que, les Anciens ayant été consultés, la mousse se dit zongwat. Merci Jamchhu ! []

Une réflexion sur « Promenade en forêt »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search