Vouloir des ancêtres

Combien d’entre vous vivez là où vivaient vos grands-parents ? Est-ce pour compenser cet effacement des lieux dans l’espace, que nous en cherchons dans le temps ? Est-ce parce que nous sommes devenus migrants sur la terre, que nous désirons tant connaître nos origines ?

La Tempête de Giorgione (détail). Selon Salvatore Settis : Eve qui allaite Caïn.1

Si les Migrants d’aujourd’hui sont craints, c’est moins par la menace qu’ils représenteraient, que par le miroir qu’ils nous tendent : vous êtes comme nous ! Le premier roman à s’appeler Racines (Roots, 1976)2 était celui d’un noir américain cherchant ses ancêtres, esclaves d’origine africaine.

Acte 1.

Mais peu de gens lisent, dans la Bible, les tableaux généalogiques ! Les pages où l’on nous dit que X est fils de Y qui est fils de Z, sont lues par les poètes à cause des noms étranges, par les savants qui y trouvent des noms instructifs, et bien sûr par les gens de la famille.

Au début du livre, on trouve deux sortes de généalogies. La première sorte nous raconte que X « engendra Y ». Un exemple3 :

« Caïn connut sa femme, elle conçut et enfanta Hénoch. Comme il bâtissait une ville, il appela la ville du nom de son fils, Hénoch. A Hénoch naquit Irad, Irad engendra Mehouyaël et Mehouyaël engendra Methoushaël. Methoushaël engendra Lamech. (…) Adam connut encore sa femme et elle enfanta un fils. Elle l’appela du nom de Seth. »

Dans l’autre sorte de généalogie, les successions sont datées : des noms et des nombres. Exemple4 où j’écris les nombres en chiffres :

« Adam vécut 130 ans et il engendra un fils à sa ressemblance, à son image. Il l’appela du nom de Seth. Les jours d’Adam, après qu’il eut engendré Seth, furent de 800 ans. Il engendra des fils et des filles. Le total des jours que vécut Adam fut de 930 ans, et il mourut.
Seth vécut 105 ans et il engendra Énosh. Après qu’il eut engendré Énosh, Seth vécut 807 ans. Il engendra des fils et des filles. Le total des jours de Seth fut de 912 ans et il mourut. »

Acte 2.

Ce deuxième type de généalogie permet de construire des chronologies continues – et il y a tout lieu de penser qu’elles ont été faites dans ce but. En effet, si l’on appelle « 1 » la première année d’Adam, Seth naît en 130, et Énosh en 235 (130+105). On peut faire les additions. Dans le tableau ci-dessous, qui transcrit les indications du chapitre 5 de la Genèse, les colonnes A, B et C reportent les nombres donnés dans le chapitre, tandis que A’ et B’ donnent les additions qu’on peut faire pour construire une chronologie continue. La colonne ‘naît en’ reprend la colonne A’ par souci de clarté.

Généalogie chronologique selon le texte hébraïque.

Dans la Genèse, au chapitre 7, verset 6, on lit que « Noé était âgé de 600 ans quand eut lieu le Déluge, les eaux sur la terre. » On se rend compte que cette chronologie a été minutieusement pensée : quand le Déluge commence, nous en sommes en 1656 (depuis la « naissance » d’Adam), et les fils de Noé ont 100 ans. Mais le point subtil, c’est que le dernier des ancêtres vient de mourir, Mathusalem.

Une conséquence du très grand âge de ces personnages, c’est que tous les aïeux sont encore vivants à la naissance de Lamech en l’an 874, y compris Adam ! La plupart sont encore vivants à la naissance de Noé, en 1056, comme vous pouvez le vérifier dans le tableau ci-dessus. Après l’histoire du Déluge5 : « Noé vécut 350 ans après le Déluge. Le total des jours de Noé fut de 950 ans et il mourut ». A la mort de Noé, nous sommes donc en 2006.

Fernand Cormon, 1880, ‘Caïn fuyant avec sa famille’. Musée d’Orsay.

Il est clair qu’une chronologie de ce genre est habilement conçue pour harmoniser les événements les plus récents avec les plus anciens, dans le but d’obtenir un résultat plausible. Il n’est pas exclu que cette harmonisation ait nécessité l’aménagement plus ou moins sévère de certaines des histoires, quand elles étaient trop contradictoires.

Acte 3.

Il y a d’ailleurs eu plusieurs chronologies concurrentes en milieu juif, car la traduction juive de la Bible en grec, dite des Septante, donne des nombres un peu différents. Les différences sont en rouge dans le tableau ci-dessous.

Généalogie chronologique selon la traduction grecque des Septante.6

Il était probablement inévitable que des calendriers rivaux apparaissent. On voit que les deux tableaux sont presque toujours d’accord sur la durée de la vie des aïeux, mais presque jamais sur l’âge du père à la naissance du premier enfant7. Les décalages sont systématiquement d’un siècle pour les premiers aïeux, plus compliqués ensuite8. Mais la conséquence, c’est que toute la chronologie cumulative est de plus en plus décalée. En grec, Noé naît en 1642, tandis que dans le texte hébreu, il naît en 1056 !

Il va sans dire que les débats ont dû être rudes ; la littérature juive ancienne en porte la trace9. La généalogie du chapitre 10, dans la Genèse, (la « Table des peuples ») n’inclut pas de chronologie. Elle s’interrompt avec l’histoire de la Tour de Babel, et se poursuit au-delà dans le ch. 11, avec une généalogie cette fois pourvue d’une chronologie du second type ; elle nous mène jusqu’à Abraham.

Ensuite, le texte est semé d’indications chronologiques. Ainsi en Genèse 12, 4 nous apprenons que “Abram était âgé de 75 ans lorsqu’il sortit de Harran”, en 16, 16 que “Abram était âgé de 86 ans lorsque Hagar enfanta Ismaël à Abram” ; en 17, 1, qu’il a 99 ans lorsque Dieu lui apparaît ; en 23, 1 l’âge qu’avait Sarah lorsqu’elle mourut : 127 ans. Au chapitre 25, nous avons une généalogie chronologique à propos d’Ismaël.

Au chapitre 35, juste avant la notice nécrologique d’Isaac « vieux et rassasié de jours » (il avait vécu 180 ans), nous avons un de ces détails qui indiquaient, comme Spinoza l’avait remarqué10, que le texte était bien plus tardif que les événements qu’il rapporte11 : les nombreux cas où le narrateur fait remarquer que « encore de nos jours », tel lieu porte ce nom, ou au contraire qu’il en a changé :
« Rachel mourut, et elle fut mise au tombeau sur la route d’Éphratah (c’est Bethléem). Jacob érigea une stèle sur sa tombe : c’est la Stèle de la Tombe de Rachel jusqu’à ce jour. »

L’enjeu de ces chronologies était important. Si l’on parvenait à établir une chronologie plausible depuis Adam jusqu’aux derniers événements en date, cela permettait de trouver la date de la Création du monde ! Ou, si l’on préfère, la date à laquelle nous sommes, depuis la Création du monde. C’est – longtemps – sur ces calculs qu’on a « daté le monde », non seulement dans les séminaires religieux, mais dans les écoles qui en ont dépendu.

Lorsqu’on a commencé à comprendre la signification de la sédimentation des fonds marins, et pourquoi on trouvait des coquillages en montagne, Buffon a rencontré beaucoup de résistance au XVIIIe siècle, quand il a expliqué que cette affaire biblique de 5000 ou 6000 ans n’avait aucune chance d’être vraie !

Conclusion

Il est évident qu’on a raconté ces histoires d’Adam et de Noé bien avant de se préoccuper de leurs dates, ou de les rassembler dans le filet systématique d’une chronologie.

Il faut même constater que les calculateurs studieux qui ont tissé ces chronologies ne se rendaient pas compte, quand ils dataient le déluge ou enterraient Mathusalem, qu’ils prouvaient par leurs calculs qu’ils venaient à la fin de toutes ces histoires, puisqu’ils voulaient les emballer dans un seul paquet.

Qu’ils aient fait ou non partie de cette mouvance “mondialisante” dont nous avons parlé à propos d’Eratosthène12, quand le monde grec cherchait à établir une carte du monde et une chronologie du temps, il reste que leurs calculs nous ont étouffés longtemps.

N’oublions pas quelle immense espace nouveau, quels temps nouveaux, quelle respiration plus ample, nous donnaient les naturalistes du XVIIIe siècle, qui observaient la terre, les bêtes et les plantes.

NOTE sur les images. (1) La Tempête de Giorgione a fait l’objet de très nombreux commentaires et interprétations. Dans un essai magistral (voir la note), Salvatore Settis a parcouru ces interprétations de façon critique et, avec des preuves intéressantes, a proposé la sienne : la dame nue est Ève allaitant Caïn, et dans le tableau complet, Adam serait sur la gauche. (2) est une copie du Codex biblique de Léningrad, le seul manuscrit complet de la Bible. Le passage choisi ici est Genèse 5, 1-5. (3) Fernand Cormon (1845-1924), peintre à succès qui a formé beaucoup d’élèves, était le fils d’un auteur dramatique et d’une comédienne. L’un des succès majeurs du père a été ‘Les deux orphelines’. On ne peut pas ne pas y penser. (4) Le Tractatus theologico-politicus de Spinoza, publié en 1670, depuis longtemps traduit dans de nombreuses langues, est en deux parties. La première explore la façon dont la Bible a pu être rédigée et composée. C’était, à cette époque, une hardiesse qui pouvait vous coûter la vie. L’ouvrage ici illustré est un des plus beaux livres écrits sur Spinoza, celui (1896) du savant néerlandais K. O. Meinsma sur les amis du philosophe. Il a été traduit en français par Selinde Roosenburg et publié en 1983. (5) Les Époques de la nature est peut-être l’oeuvre la plus populaire de Buffon. En voici les premières lignes : “Comme dans l’histoire civile on consulte les titres, on recherche les médailles, on déchiffre les inscriptions antiques pour déterminer les époques des révolutions humaines et constater les dates des événements moraux ; de même, dans l’Histoire Naturelle, il faut fouiller les archives du monde, tirer des entrailles de la terre les vieux monuments, recueillir leurs débris et rassembler en un corps de preuves tous les indices des changements physiques qui peuvent nous faire remonter aux différents âges de la Nature.” C’est un des livres les plus importants de l’histoire des sciences.

  1. Salvatore Settis, 1987 (1978) L’Invention d’un tableau. Editions de Minuit. Traduit de l’italien par Olivier Christin. []
  2. Alex Haley (1921-1992), 1976, Roots: The Saga of an American Family. National Book Award en 1976 et Prix Pulitzer 1977. L’ouvrage a été traduit en français par Maud Sissung et publié chez Laffont en 1977. Il a donné lieu, aux Etats-Unis, à une polémique autour du sérieux de l’enquête menée par l’auteur et donc de savoir s’il fallait ranger l’ouvrage en ‘fiction’ ou ‘non-fiction’. []
  3. Genèse 4, 17-18 et 25 []
  4. Genèse 5, 3-8. Traduction Edouard Dhorme, Gallimard, coll. de la Pléiade. []
  5. En Genèse 9, 28-29. []
  6. Les noms des personnages , qui correspondent aux noms hébraïques, sont ici transcrits selon Marguerie Harl et al. 2010, La Bible d’Alexandrie LXX, 1 La Genèse, Cerf, Paris. Soulignons que tous les manuscrits grecs ne sont pas d’accord… []
  7. Donc pas d’accord non plus sur le nombre d’années qui restent à vivre au père après la naissance de l’enfant-témoin. []
  8. Le tableau ‘grec’ paraît plus cohérent, les chronologies de chacun des personnages se ressemblent davantage que dans la chronologie du texte hébraïque “massorétique”. Mais cette cohérence n’est pas un gage “d’authenticité”, si tant est que ce mot ait un sens ici. []
  9. Le tableau chronologique général, avec le résultat de tous ces calculs, a été mis en forme dans un ouvrage en hébreu , le Seder ‘Olam ‘Ordre du monde’. On le date du IIe siècle EC. Il couvre la chronologie depuis Adam jusqu’à Alexandre le Grand, et très succinctement pour la période suivante jusque Hadrien. []
  10. Les remarques de Spinoza sont dans la première partie, philologique, de son Traité théologico-politique. []
  11. Genèse 35, 19-20 []
  12. Billet du 18/08. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.