En famille

Nous avons vu comment étaient construits les noms officiels des Shertukpen, en montrant pourquoi bien souvent les surnoms sont plus utiles. Il arrive que, deux générations plus tard, on ne se souvienne que des surnoms.

En famille, les Shertukpen n’utilisent ni les noms ni les prénoms. Ils utilisent les termes de parenté. Chez nous, leur emploi est restreint : on dit ‘papa’ ou ‘maman’ en s’adressant à nos parents directs, et de façon affectueuse pour parler d’eux à autrui. Autrefois, dans les familles respectables, on appelait ses parents ‘Père’ et ‘Mère’.

Mais chez les Shertukpen, leur emploi est beaucoup plus fréquent. Voyons comment ils s’y prennent.

Acte 1. En famille (quand on est petit)

Pour lire les mots shertukpen1

Si vous croisez Asu Pengkhai (‘Grand-père Pengkhai’), vous ne lui dites pas Pengkhai, ni Asu Pengkhai, mais Asu ‘grand-père’ ; si vous appelez dans la maison votre sœur Sangge, vous lui dites Anu ! (‘Sœur’), et non pas Sangge. Et quand vous parlez d’eux à d’autres dans le cercle familial, vous dites aussi Asu et Anu ; vous ne dites pas leur nom, mais la relation de famille que vous avez avec eux. Tout le monde comprend très bien.

Si vous avez deux sœurs, la seconde est Anu chandu, qu’on abrège en Chandu ‘Petite’, tandis que souvent la plus grande restera Anu. Evidemment, dans une autre famille, on utilisera les mêmes mots, puisqu’il s’agit à nouveau du cercle de la famille.

En France aussi nous disons ‘Tonton a téléphoné’ (mais pas ‘Oncle a téléphoné’) et en famille c’est clair. Mais nous ne disons pas ‘Sœur t’a appelé’, sauf si c’est devenu un surnom (‘Sœurette t’a appelé’). Chez les Shertukpen, appeler les gens du cercle familial par leur nom ou surnom serait impoli ou étrange. Cela impliquerait que vous n’êtes pas de la famille, ou supposerait qu’ils n’en sont pas. Voici les termes essentiels pour vous orienter avant votre mariage :

Tous ces mots de parenté commencent par a-, sauf Chholo et Moro. On prend en compte l’âge relatif des oncles du côté du père, mais celui des tantes du côté de la mère. Il n’existe pas de termes collectifs comme par exemple notre ‘grands-parents’ ; on dit Asu-Abi.

Comme dans tous les schémas de ce type, le petit cercle est pour une personne féminine, le triangle pour une masculine. Une ligne horizontale marquée d’un petit cercle indique les mari & femme ; la verticale sous le petit cercle mène à l’horizontale au-dessus des enfants. Ici, les couleurs sont faites pour correspondre à ce qui est expliqué ci-dessous.

Comme la transmission du nom de clan se fait en ligne masculine, on peut facilement tracer les gens de notre tableau selon qu’ils sont (en rouge) ou non du clan du grand-père paternel. Dans cette lignée, le père et ses frères transmettent le clan, et chacun d’eux passe ce nom à ses enfants y compris les filles, jusqu’à leur mariage où elles passent dans un autre clan (+ > -). De même, les sœurs du père l’ont porté jusqu’à leur mariage. En revanche, la mère vient d’un clan distinct (- > +), celui de ses frères (et sœurs avant mariage), de même que la grand-mère paternelle venait d’un clan distinct.

Acte 2. Belle-famille

Visite protocolaire pour mariage.

Je ne veux pas décrire ici la question longue et difficile de l’arrangement des mariages, évoquée quand nous avons parlé des clans.

Le mariage est une question d’autant plus épineuse que les biens à transmettre sont importants. En outre, il existe un conflit latent, comme ailleurs en Inde, entre les droits assurés par la Constitution indienne, qui veut que les biens familiaux soient partagés également entre tous les héritiers, femmes & hommes, et les usages locaux, qui voient dans cette pratique la cause funeste de l’émiettement des biens. On devine l’ampleur de la question. Soyons modeste, et tenons-nous en à l’emploi des mots.

Car un jour il faudra vous marier. Il faut vous préparer un peu ; je vous fournis le vocabulaire :

Nyima Wangmu en train de regarder de vieilles photos. Elle est avec une de ses filles, Tracy, et le mari de celle-ci, Jambe, qui est du clan Tongchi.

Après le mariage, vous avez un conjoint et des beaux-parents, et rapidement des enfants ; c’est encore mieux s’il y a rapidement un garçon. Jusque dans les années 1980, les familles shertukpen pouvaient avoir de nombreux enfants. Le monsieur dont la photo était en tête du billet précédent, Yeshi Dorje du clan Thongdok s’est marié avec Nyima Wangmu du clan Thongon (photo ci-contre), et ils ont eu ensemble 8 enfants. Le premier est une fille, Pema Chhom née en 1960, dont une photo est également dans le précédent billet ; le dernier, qui est aussi une fille, est Pasang, née en 1981. A ma connaissance, aucun des 8 enfants n’a eu plus de 2 enfants.

Si vous avez appris par cœur le tableau de la belle-famille, vous avez remarqué que quand le mari appelle sa femme, il lui dit Azu !, qui est simplement le nom des sœurs de l’épouse ; le symétrique est vrai avec Ara !

Acte 3. Algèbres sociales

Un schéma de mariage préférentiel.
Tsering Dema du clan Thongdok, née en 1932. Elle est la sœur aînée de Yeshi Dorje Thondok dont nous venons de reparler. Elle a épousé Norbu du clan Wangja, décédé en 2005.

Il arrivait assez souvent que les fils épousaient des filles du clan de la mère. C’est ce que montre le schéma ci-dessus. En haut, vous avez un homme du clan B ; lui et sa femme ont deux enfants (au centre de la 2e ligne), une fille et un garçon, donc du clan B. Ils vont bien sûr épouser hors de leur clan. Supposons que la fille épouse un homme du clan A ; ils auront (sur la 3e ligne) des enfants du clan A et, s’ils ont un fils, il devra épouser hors du clan A. Ce fils épouse souvent de préférence une fille du frère de sa mère. Cette préférence permet aux hommes du clan A d’épouser de génération en génération des femmes du clan B. Mais c’est assez théorique, car la vie, comme vous le savez, est parfois plus compliquée.

Dans le cercle étroit de la famille nucléaire, il est fréquent que les parents s’adressent aux autres comme s’ils étaient eux-mêmes leurs enfants (voir Adresse 2) : vous appelez votre fils ‘frère’, votre fille ‘sœur’, votre épouse ‘mère’, votre époux ‘père’. Cette pratique n’est pas inconnue en France. Mais ici on le fait plus systématiquement, en appelant ses frères et sœurs ‘oncle’ ou ‘tante’. La conséquence (ou la cause) est que les deux parents, en utilisant la position de parenté de l’enfant, vont utiliser l’un et l’autre le même vocabulaire, et effacer les différences entre leurs positions.

Conclusion

En vous décrivant de la façon la plus claire possible ce vocabulaire, je me rends compte qu’il possède une qualité d’usage que je ne peux pas transmettre : c’est l’épaisseur double, humaine et sociale qu’il contribue à construire.

Les mariages sont des affaires à la fois communautaires et exclusives. C’est moins “les Shertukpen” ensemble qui sont en jeu, que certains clans. Mais puisque les usages sont communs aux clans shertukpen, on a l’impression d’une “mécanique sociale en fonctionnement”.

Cette impression doit être nuancée. Il est vrai qu’un mariage est un moment où les personnes âgées, surtout les femmes, affirment leur autorité. Ces femmes sont aussi des individus, pas seulement des mécanismes sociaux.

Mais surtout, l’usage réel de ce vocabulaire, quand on le sort des schémas qu’on a dû faire pour l’approcher, se révèle un lieu de chaleur familiale tout aussi bien que de structure sociale. Les schémas sont utiles, mais…

NOTICES des images (1) Ashreen Thonchhi. La photo est de Pascale Dollfus. (2) Plantes près de Rupa, fév. 2023. (3) Les tableaux de termes de parenté sont adaptés de mon livre Introduction to Sherdukpen Language, 2015. Le livre est disponible ici. (4) Les tableaux de parenté ont été conçus pour ce billet. (5) Mariage. (6) La photo de Nyima Wangmu, une de ses filles et le mari de celle-ci, a été prise à Itanagar en 2014, comme la photo du début du billet précédent. (7) Tsering Dema Wangja, née Thongdok. (8) Une dame au travail à Rupa, décembre 2016.



Citer ce billet
François Jacquesson (2023, 23 février). En famille. Caramel. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7eg

  1. Ces notations, qui sont approximatives, sont adaptées de celles de mon Introduction to Sherdukpen Language. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search