Vive le capitaine Haddock !

La réalité, ce n’est pas mal, mais la fiction, c’est bien mieux. Parce que c’est plus clair.

Dans la réalité, on passe un temps invraisemblable à désembrouiller des affaires compliquées, souvent sans intérêt particulier, alors que dans la Fiction, les mystères sont intéressants.

En outre, ils trouvent souvent leur solution. Mais les intrigues palpitantes sont aussi le fait des personnages qui les animent. C’est étonnant, bien sûr ; mais c’est comme ça.

Acte 1. Haddock

Le haddock, c’est de l’aiglefin. Il entre dans la composition du ‘fish & chips’ qui réjouit les Nordiques, et se pêche au large de la Scandinavie et jusqu’en Islande. Quant au Capitaine Haddock, il apparaît pendant la Guerre dans le Crabe aux pinces d’or1 – alors qu’il est le capitaine alcoolique et inconscient d’un cargo de trafiquants, le Karaboudjan.

Ses « rapports » avec l’alcool, surtout avec les alcools maritimes (rhum et whisky), mais aussi le rosé frais, seront la source de blagues franco-belges presque inépuisables, d’autant que Haddock est un brave, et aussi un brave homme.

Le professeur Tournesol n’embarque la saga qu’à l’occasion du Trésor de Rackham le Rouge2. Son personnage, inspiré du professeur Picard, héros du ballon et du bathyscaphe3, a déjà toute sa panoplie – et sa générosité spontanée qui permet à Haddock d’acheter le château de Moulinsart vers la fin de l’épisode. Ce qui, comme on sait, se révèlera décisif pour le succès de la chasse au trésor.

Bien. Ces rappels étant faits, venons-en à l’essentiel !

Dans le Trésor de Rackham le Rouge, il y a un célèbre épisode linguistique. Alors que nos héros explorent l’île désignée par les manuscrits superposés du Secret de la Licorne, l’album précédent, ils aperçoivent une statue en bois où ils reconnaissent le chevalier François de la Hadoque, l’ancêtre du Capitaine, lui-même fort semblable à son ancêtre, et donc à la statue en bois4.

Mais un autre indice, déterminant cette fois, assure nos héros que le chevalier-ancêtre est bien venu jusqu’ici. Les perroquets de l’île ont appris de leurs ancêtres perroquets-de-l’île les jurons typiques du Chevalier, les répètent abondamment, de sorte que le paysage sonore de cette île en principe exotique est soudain totalement « de chez nous ».5

Ainsi, les preuves visuelles et les preuves sonores encouragent nos héros dans leur quête.

Acte 2. Hérétique esclavagiste technocrate

Albert Algoud a composé dans un mini-album une sorte de ‘Haddock illustré’ où il a rassemblé L’intégrale des jurons du Capitaine Haddock6. Les jurons sont rangés par ordre alphabétique, pourvus de leur transcription en alphabet phonétique, et expliqués, avec des images.

Cela permet de considérer l’étendue du registre. Nous avons les insultes bon-enfant, ou même un peu Comtesse Rostopchine : bandit, chenapan, galopin, gredin, jocrisse etc.

Les mots savants mais inquiétants : anacoluthe, catachrèse, cyclotron, gyroscope, iconoclaste etc.

Les mots d’animaux (souvent savants aussi) : babouin, brontosaure, vieux cachalot, cercopithèque, cloporte, coléoptère, doryphore, grenouille, invertébrés, lépidoptères (!) etc.

Les mots étrangers amusants (beaucoup finissent avec un K exotik): bachi-bouzouk, bayadère, mamelouk, moujik etc.

Les composés audacieux : cornichons de zouaves de tonnerre de Brest, loup-garou à la graisse de renoncule etc.

Et les catégories : bougre de, espèce de, extrait de, fourbi de etc.

L’auteur de mes lignes n’a rien d’un spécialiste de Tintin, mais le linguiste ordinaire (qui est moi), humoriste ou pas, ne peut pas rester indifférent à la verve tantôt acide tantôt sodique du Capitaine.

Acte 3. Une encyclopédie mesurée du mauvais genre ?

Le Capitaine boit, certes. Il ne part jamais en voyage sans avoir des réserves. Nous le savons déjà.

Il fume, aussi. Depuis longtemps, le prêtre en chaire abomine la boisson, car elle retient les maris au troquet tandis que seules leurs dames viennent à la messe. Il est vrai qu’on pourrait accuser les prêtres de repousser les maris par des pratiques douteuses, et donc de les jeter dans les bras des spiritueux, plaisamment installés près du porche. Ensuite, la persécution des ivrognes s’est étendue, les romanciers ont décrit les bouges qui répandaient le malheur, l’ignorance, l’illettrisme, le chômage. Alors que l’eau procure tout l’inverse.

Malgré les protestations des vignerons, qui essaient de surmonter l’opprobre en affichant “la qualité”, puis “le terroir”, enfin les vraies valeurs de la France, la consommation d’alcool a baissé – au profit des champagnes australiens (!), des vins californiens (!!), et des appellations chinoises (布列斯特雷霆 !!!)7. Bientôt les Groenlandais vendront du Camembert, vous verrez !

Entre nous, le Capitaine boit un peu tout et n’importe quoi. Mais il est content quand c’est bon.

Le Capitaine fume la pipe. Autrefois, l’homme raisonnable et posé (le commissaire Maigret, par exemple) fumait la pipe. La pipe, moins fébrile que la cigarette, et dont on pourrait soutenir qu’elle en est l’inverse, réclame l’allumette longue, le loisir donc la pensée, et tient par vent debout – tandis que la cigarette s’insinue dans vos narines.

L’image pédagogique ci-contre, qu’on devrait afficher dans les classes, montre un journaliste fébrile et roublard, portant le chapeau citadin, fumant la cigarette au-dessus d’un verre à pied – tableau qui s’oppose aux deux braves marins, qui boivent certes, mais dans du verre ordinaire, fument la pipe, oui, mais portent la casquette et sont des gens bien.

La Capitaine n’est donc pas tout blanc : il jure, il boit, il fume. Mais de ce fait il est insoupçonnable. Tant de petits vices lui font une vraie vertu ! Ses excès même le blanchissent plus blanc que blanc. Il est bien au-dessus de l’onction sirupeuse des bien-pensants.

Quant à la pipe, que longtemps je n’ai qu’à peine vue car je la trouvais naturelle et de bon ton, ou en tout cas dans le ton, je crois que si l’on devait “flouter” ou “filouter” toutes les images où cette pipe se voit, afin de “l’invisibiliser”, on y perdrait plus qu’on y gagnerait – car comme j’ai dit, de petits vices sont moins dangereux que des vertus trop insolentes.

Conclusion

C’est sur ces mots de moralité, me semble-t-il, que nous pouvons conclure cette entrevue avec le Capitaine.

Nous le remercions de sa gentillesse, d’être un châtelain aimable qui nous laisse visiter son château, et qui pousse des cris vrais quand il a vraiment mal, ou est vraiment fâché.

NOTICE des images. (1) Le Secret de la Licorne, pl. 11. (2) Une bouteille à la mer : Le Crabe aux pinces d’or, pl. 19. (3) Devant la statue en bois : Le Trésor de Rackham le Rouge, pl. 28. (4) Les perroquets : Le Trésor de Rackham le Rouge, pl. 29. (5) Albert Algoud, 2013 (1991), L’intégrale des jurons du capitaine Haddock, Casterman. (6) Même ouvrage, p. 62. (7) Même ouvrage, p. 63. (8) Le Trésor de Rackham le Rouge, pl. 25. C’est une image qu’Hergé aimait bien. Elle lui semblait rassembler efficacement, en 3 plans successivement rapprochés, l’action qui vient vers nous. (9) Les Dupondt mâchant la chique, au lieu de fumer la pipe comme tout le monde : Le Trésor de Rackham le Rouge, pl. 01. (10) Le Trésor de Rackham le Rouge, pl. 15. (11) Un autre Capitaine avec sa pipe : Le Crabe aux pinces d’or, pl. 39.

  1. N°9, 1940-41, album en 1941, le dernier album à paraître d’abord en noir et blanc. []
  2. N°12, 1943, album en 1944. []
  3. Voir l’expo de la BNF sur la BD ! []
  4. Il y avait une autre statue illustre dans les Aventures de Tintin : le fétiche arumbaya de L’Oreille cassée (n°6, 1935-37). []
  5. La ‘transmission des langues’ par les perroquets bienveillants a déjà été évoquée dans Caramel : ‘Perroquet’ en février 2021. []
  6. Castermann 2013 (1991). []
  7. On me dit que cela signifie ‘Tonnerre de Brest’ en chinois ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search