Le mot « roman »

Le latin romanus signifie ‘romain’. Mais alors, pourquoi y a-t-il deux mots : romain qui veut dire ‘romain’ et roman qui veut dire autre chose ? Quel est le rapport entre ces récits qui racontent des histoires, les romans, et les Romains ? Est-ce que les Romains ont inventé les romans ?

Cette obscurité a assez duré : essayons d’y apporter une lueur !

Acte 1. Le roman existe-t-il ?

C’est vrai que le sort normal, en français du nord, d’un mot latin comme rōmānu (en italien romano), est romain. Par exemple le latin vānu donne fr. vain, ou encore latin pāne donne fr. pain. Très tôt au Moyen âge, les voyelles anciennes se sont fracturées : é est devenu éi comme dans peine, ó est devenu óu1 comme dans poule, a est devenu aè puis ai comme dans pain. Plus tard, ces prononciations ont encore changé, mais l’orthographe a « gelé » l’ancienne prononciation, qui date des VIe et VIIe siècles.2

Le second changement de prononciation, celui qui approche de près les prononciations actuelles (ei > è, ou > u, ai > i devant n)3 a eu lieu aux XIIe-XIIIe siècle : trop tard, l’orthographe était déjà fixée ! On voit que la ténacité, voire la pugnacité des défenseurs de l’orthographe ne date pas d’aujourd’hui !4

Bien. Nous découvrons en somme que roman ne devrait pas exister, puisque « le vrai mot normal » en français du nord, c’est romain. Alors, d’où sort le roman ?

Acte 2. De l’adverbe à la gloire.

Il semble que notre mot roman, qui est attesté au début du XIIe siècle pour désigner la langue du nord de la France, ait été conçu d’après l’adverbe románice, qui en latin du haut Moyen âge5 signifiait ‘en français’ par opposition à ‘en latin’. C’est donc un emprunt tardif au latin, à un moment où les changements phonétiques dont on a parlé pour romain avaient cessé.

Mais dès son apparition en 1120-1130, roman est un nom, plus du tout un adverbe. A propos d’un discours qu’on fait à un enfant, un personnage dit : [je] le fiz en ronmanz ; et l’on nous dit ailleurs que Wace de latin en romans mist ce que Theodimus escrist ‘mit de latin en roman ce que Theodimus écrivit’6. C’est le même Wace, vers 1155, qui semble employer le premier le mot au sens ‘d’œuvre en français’, pour son Brut, source de nombreux romans de chevalerie arthurienne. Vers 1230, le terme « devient officiel » en entrant dans les titres, pour le Romanz de la Rose.

Un manuscrit du Roman de Brut, de Wace. Le dernier vers est :
Fist maistre Gasse cest romans ‘Maître Gasse (Wace) fit ce roman’.

Le mot va rester attaché, pendant plusieurs siècles, aux intrigues aventureuses, surtout dans le genre belles dames et beaux chevaliers, monstres griffus et merlins barbus. Au XIIIe siècle en France, apparaissent les romans en prose, même si les romans en vers ont encore de très beaux jours devant eux. C’est cette littérature de fantaisie (et qui est encore une grande part de la ‘fantasy’ d’aujourd’hui), avec sa part de génie et sa part de conventions, ses grands et ses petits auteurs, qui est proliférante jusqu’au XVIIe siècle – lorsque Cervantès publie Don Quichotte (1605 et 1615).

On lit avec des sentiments mitigés le passage, au début du livre7, où les amis du héros enivré de romans jettent au feu toute cette littérature, et font grâce à quelques-uns. Peut-être y a-t-il dans la vertu destructrice du curé de Don Quichotte, lorsqu’il met au feu les romans pervers, un écho du vaste bûcher de livres de magie8, fait sous l’égide de saint Paul à Ephèse !

Comme on l’a dit, le roman d’aventures et d’amour n’a pas eu honte pour autant. Mais c’est vrai que le roman picaresque, depuis la Vida de Lazarillo de Tormes (1554) jusqu’à Laurence Sterne en passant par Grimmelshausen et bien d’autres, orientait la surprise et l’aventure d’une autre façon.

Acte 3. Le roman est-il moderne ?

Il existe des romans depuis très longtemps. La Bible hébraïque contient plusieurs ensembles romanesques, dont l’Histoire de Joseph est un bon exemple9. Joseph, qui a un talent pour interpréter les rêves, est jugé très arrogant par ses frères qui, hésitant à le tuer, le vendent à des marchands en route vers l’Egypte. Acheté par Putiphar, un baron du régime, Joseph refuse les avances de la mère de famille et se fait jeter en prison. Là, voyant l’avenir des co-détenus, il leur fait forte impression et l’un d’eux, libéré, indique à Pharaon les talents de Joseph, qu’on sort de sa prison. Il fera alors, prévoyant la hausse et la baisse des prix, une brillante carrière jusqu’à devenir le vizir incontournable… lorsqu’il voit arriver ses frères miséreux qui ne le reconnaissent pas ! La Bible contient d’autres romans, comme celui d’Esther, dont il existe de nombreuses versions.

Mais le roman prend son indépendance formelle10 dans l’Antiquité grecque. Cinq romans entiers nous sont parvenus, même si l’un d’eux, les Éphésiaques11, a pu être un peu abrégé12. Ce sont des romans d’amour et d’aventure, et de voyages aussi, avec des événements terribles et des sauvetages in extremis, mais très peu d’interventions divines : ce sont de vrais romans, où la vraisemblance joue à cache-cache avec l’improbable. Deux d’entre eux au moins, les Ethiopiques d’Héliodore et Daphnis et Chloé, sont des chefs d’œuvre.

Faut-il rappeler que, si nous laissons à part les épopées héroïques, largement distribuées sur la planète, bien des cultures ont produit des romans magnifiques. Parmi beaucoup d’exemples anciens, on peut citer la Chine avec ses Quatre Romans Célèbres, qui sont cinq, comme les Trois mousquetaires (entre XIVe et XVIIIe siècle) ; le Japon avec ce tour de force qu’est le Dit du Genji, d’une femme de lettres du XIe siècle. Ni l’Inde13 ni l’Iran n’ont manqué de romans d’amour et d’aventure ; il suffit de citer ceux de Nizâmi (XIIe siècle), par exemple Les sept Portraits.

Conclusion :

Prolonger cette liste n’a guère de sens dans un billet. Cela suffit à montrer que le goût de l’aventure, avec bien des variations entre la vie dure et les jolies choses, les prestiges de l’amour, la crainte de perdre et le bonheur possible de retrouver – sont au fond d’histoires à rebondissement qui construisent, depuis longtemps, une musique qui joue toute seule au cœur de nous.

La définition précise du « roman », on le sait bien, change avec les goûts ou les modes. Comme Cervantès l’a fait dans le Quichotte, on observe de temps à autre des révoltes contre la tradition romanesque quand on estime qu’elle s’affadit, se fige en mode d’emploi, prend le lecteur pour un abruti. Ces révoltes sont salutaires, je crois. Comme la plupart des révoltes de ce genre, comme Cervantès, elles conservent une sorte de tendresse pour le père qu’on veut « tuer ». Car, après le fantastique Quichotte, Cervantès écrivit avant de mourir ce roman d’aventure étonnant14, Les Travaux de Persille et Sigismonde – dont le titre même évoque les grands romans grecs de l’Antiquité.

NOTE sur les images. (1) est un détail d’une image de la planche 8, dans l’Enigme de l’Atlantide, d’Edgar P. Jacobs. (2) ce tableau est celui de Gaston Zink, dans son manuel Phonétique historique du français, PUF, p. 86. (3) La couverture de l’édition par Elizabeth Francis, en 1932, de La Vie de sainte Marguerite, de Wace. C’est là, à la fin (voir la note), que se trouve un des premiers emplois du mot ‘roman’ mais au sens de ‘langue française’. (4) Le manuscrit français 1450, daté vers 1240, se trouve à la BNF, et est accessible sur Gallica ici. L’image donne le bas à gauche du fol. 238 recto. (5) est la couverture du roman picaresque (publié en 1669) de Grimmelshausen, Les Aventures de Simplicius Simplicissimus, dans la collection bilingue d’Aubier-Montaigne dans l’édition et trad. de Maurice Colleville. (6) montre le roman en vers de Nizâmi, Les Sept portraits, édition et traduction du persan d’Isabelle de Gastines, Fayard, 2000. (7) est l’édition signalée en note de la trad. fr. de Persiles y Sigismunda, de Cervantès.

  1. Attention, ces deux lettres ont chacune leur sonorité : prononcer o+ou. []
  2. Il existe de nombreux manuels assez simples décrivant l’évolution de la prononciation entre l’époque latine et la nôtre, pour le français du nord. Par exemple Gaston Zink, Phonétique historique du français, PUF, 251 p. Un manuel analogue avec un sujet plus large est Michel Banniard, Du latin aux langues romanes, Armand Colin, 125 p. []
  3. C’est-à-dire que les deux sons e+i évoluent vers le son unique è, et que les deux sons o+ou évoluent vers le son ou. Devant n, comme pour romain, pain, vain etc., la simplification ain > in  a eu lieu aussi. []
  4. On trouvera un exposé modeste sur certaines raisons de l’écriture compliquée du français, en 3 parties : 1re partie, 2e partie, 3e partie. []
  5. Ce n’est pas un adverbe très courant. Dans la Patrologie latine, on le trouve deux fois. La première occurrence est dans le recueil des Premières coutumes du monastère de Cluny d’Udalricus (PL 149, 729B), II, 36 sur les ustensiles de cuisine. L’abbaye de Cluny a été fondée en 910, et Udalricus est mort en 1093. []
  6. Wace, 1932, Le Vie de sainte Marguerite, édition d’Elizabeth A. Francis, Champion (coll. Classiques Français du Moyen Âge), Paris. La citation est à la fin de l’œuvre, vv. 741-42. []
  7. Cervantès, Don Quichotte, I, 6. []
  8. Nouveau testament, Actes des apôtres, XIX, 19. []
  9. La naissance de Joseph est dite en Genèse 30, 22-24, mais le roman de Joseph est un peu plus loin, aux ch. 37-46. []
  10. On ne peut pas dire entre deux couvertures, parce que c’était encore l’époque où l’on écrivait sur des rouleaux de papyrus. []
  11. Sur ce roman, et les autres, on peut consulter ma petite description ‘Les Éphésiaques de Xénophon et le temps du roman, https://www.academia.edu/40284886/. Tous les romans grecs ont été récemment à nouveau traduits dans Romain Brethes et Jean-Philippe Guez, 2016, Romans grecs et latins, Les Belles Lettres. Sur les romans grecs anciens ou non, lire Henri Tonnet, 1996, Histoire du roman grec des origines à 1960, L’Harmattan. []
  12. et il existe par ailleurs des résumés qui nous sont parvenus []
  13. On trouvera un article détaillé sur l’intrigue d’un petit roman indien du début de notre ère. []
  14. Miguel de Cervantès, 1994, Les Travaux de Persille et Sigismonde, histoire septentrionale, trad. de l’espagnol par Maurice Molho, José Corti. Il existe bien sûr de nombreuses éditions en espagnol, dont celle de Carlos Romero Muñoz, Miguel de Cervantes, Los trabajos de Persiles y Sigismunda, Catedra, 3e éd. 2003. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.