Le camphre, tout un voyage !

Voici mes difficultés pour me renseigner sur l’histoire du mot ‘camphre’. La description de mon voyage peut être utile pour rappeler aux spécialistes qu’il y a les autres, et donner aux gens normaux un peu d’espoir.

Au départ, je voulais savoir quand le mot camphre avait commencé à s’écrire avec -ph-.

Acte 1 : l’oral ou l’écrit ?

On a mis des -ph- à de nombreux mots savants importés du grec, surtout dans des domaines comme la médecine ou la pharmacie. Le mot pharmacie vient d’un mot grec ancien pharmakeia (φαρμακεία) ‘collection de médicaments’. Mais en réalité, le mot français vient de la redécouverte du mot grec à la fin du Moyen âge, et on l’a d’abord (en 1314) écrit farmacie avec un F. On entendait le mot, et on le copiait. On entendait le son /f/, on écrivait F.

Un peu plus tard, à la Renaissance, on voulait faire romain. Les Romains avaient une lettre F, mais les gens cultivés savaient que le son du φ grec n’était pas vraiment celui du F latin : c’était un P avec une sorte de souffle, et ils l’écrivaient PH. Dans la langue latine populaire, les mots grecs avec ce φ étaient souvent prononcés avec un P. Le mot grec ‘amphore’ en latin se disait ampora, avec un diminutif ampulla qui a donné notre ampoule. Ce mot ampora était le mot populaire, courant. Les grammairiens qui éduquaient la jeunesse bourgeoise enseignaient qu’il fallait écrire amphora. A la Renaissance, suivant ce souci de la « langue soignée », on a essayé d’oublier le mot farmacie, et on l’a remplacé par pharmacie (attesté en 1579).

Quand les Latins d’autrefois voulaient écrire PH le φ grec, c’était si l’on veut un réflexe de classe (« nous, nous sommes éduqués ») qui s’appuyait sur un fait exact : le son du φ grec n’était pas exactement celui du F latin. Mais quand, à la Renaissance, on a voulu écrire pharmacie avec PH, on n’écoutait plus les Grecs, on lisait les Romains. C’était simplement du purisme. Et la leçon de l’écrit avait remplacé celle de l’oral.

Acte 2. L’Orient et l’Occident.

Et mon camphre ? Je savais déjà une partie de l’histoire1. Aux XIe et XIIe siècle, on avait traduit en latin beaucoup de textes scientifiques arabes. Parmi les textes qu’un de ces savants, Gérard de Crémone, avait traduits, se trouvait le Canon, une somme médicale et pharmaceutique que le savant arabe Avicenne avait rédigée un siècle plus tôt. Dans sa traduction, Gérard avait rencontré le terme arabe kāfūr et il l’avait rendu en latin par canfora – notre ‘camphre’, mais avec un F.

Gérard n’a pas transcrit un mot arabe inconnu ; cela aurait donné kafur. Il a reconnu un produit qu’il connaissait, et pour lequel il existait un mot latin. Or, personne dans l’Antiquité gréco-latine n’avait (autant qu’on le sache) entendu parler du camphre. Et même pour les voyageurs arabes du Moyen âge, ce n’était pas un mot de chez eux. Au Moyen orient, à Bagdad ou ailleurs, ils l’avaient emprunté au persan de l’époque, et en fait même en Inde où la chose était connue sous le nom (sanscrit) de karpūra ou (pracrit) de kappūra, il est possible que le mot ait été emprunté au malais kāpūr, car ce sont les Malais qui connaissaient le mieux l’industrie et le commerce du camphre. Mais, dans la langue arabe, il n’y a pas de son /p/ : le terme kāpūr a été entendu puis écrit kāfūr – et c’est ce mot qui est arrivé, avec la chose, en Méditerranée.

Oui, mais quand ? Est-ce Gérard de Crémone qui trouve le premier ce mot arabe ? Non, puisqu’il reconnaît dans ce mot (ou d’abord dans la chose s’il la voit) un mot latin qu’il connaissait, et qu’il n’a sans doute pas inventé : canfora.

Acte 3. Les choses se compliquent.

Dans le Dictionnaire historique de la langue française, qu’a dirigé Alain Rey, à l’article ‘camphre’ on nous explique (ci-dessus) que le mot français vient d’un mot latin médiéval camphora, « attesté depuis le IXe siècle sous la forme non nasalisée cafora. » C’est intéressant, car cafora ressemble plus à l’arabe que le mot (re)trouvé par Gérard de Crémone.

La substance de l’article provient du Französiches etymologisches Wörterbuch2. Ce Dictionnaire géant est numérisé3, et au volume 19, p. 77-78, on explique la question des langues qui ont ou n’ont pas le M (ou le N) dans camphre. Par exemple, le vieil italien cafúra ne l’a pas, et on peut penser que dans ces cas-là, on n’est pas passé par le latin canfora que connaissait Gérard de Crémone, mais par une source plus directement arabe. Où est cette source ?

Tout à la fin de l’article, dans la note 7, on lit (je traduis l’allemand) : Mlt. cafora attesté depuis le IXe siècle, ALatMA, 1930, 108. C’est un rébus ?

Mlt doit signifier ‘latin médiéval’, mais ALatMA ? L’ennui de cet ouvrage informatisé, c’est que je n’ai pas trouvé les pages des abréviations. J’ai « fait » « Alatma » ou « ALatMA » sur différents moteurs de recherche, avec un succès nul. Je voyais bien que Lat devait être ‘latin’ et MA ‘Moyen âge’, mais… rien.

Je suis allé chercher le livre de Pascale Bourgain, Le Latin médiéval4 et dans l’index bibliographique, mes yeux fatigués ont vu : Archivum latinitatis Medii Aevi. Victoire ! Cela pouvait correspondre à ALatMA, et en français, ceci signifie ‘Archives de la latinité médiévale’. Cette fois, les moteurs de recherche ont répondu au titre complet, et m’ont dirigé vers un périodique qui est maintenant siglé ALMA (et non plus ALatMA !) et est en ligne5. Deux minutes plus tard, au volume de l’année 1930, à la p. 108, j’étais dans un article d’Antoine Thomas, qui commentait de façon claire les notes publiées auparavant (1923) par un historien de la médecine, professeur à Leipzig, Henry E. Sigerist. Ses remarques sur ‘camphre’ sont ci-dessous.

Conclusion

Le voyage approche de son terme. A propos de ‘camphre’, Antoine Thomas rappelle que le manuscrit ‘E’ de Sigerist est du IXe siècle : c’est lui qui a cafora – la fameuse forme que nous cherchons, celle qui très tôt est venue de l’arabe. ‘E’ est le nom du manuscrit 44 de l’abbaye de Saint-Gall. C’était une abbaye très puissante et célèbre encore de nos jours : les scans de ses manuscrits sont en ligne6. Après deux bonnes heures, j’ai repéré où se trouvait, à la page 247, coupé en deux par le retour à la ligne, notre cafora.

Il y avait dès le IXe siècle des livres de médecine en latin où ‘camphre’ était arrivé de l’arabe, sans passer par les refontes plus tardives, dont témoigne l’œuvre de Gérard de Crémone.

Je ne sais pas ce dont il faut s’étonner le plus. Tant de documents sont en ligne ! y compris d’excellentes reproductions de très vieux manuscrits, ou de dictionnaires géants : c’est magnifique. Mais ce qui manque, ce sont souvent les outils pour s’orienter dans tout cela : les abréviations du titre d’un périodique savant, qui est aujourd’hui accessible sur le site de l’Académie des Inscriptions & Belles-Lettres, ont été plus difficiles à découvrir qu’un manuscrit d’il y a 1200 ans. Des trésors prodigieux sont disponibles ; les chemins pour s’y orienter sont souvent plus difficiles à trouver.

NOTE sur les images. Tout en haut, on trouve une représentation stylisée de la molécule de camphre. Source ici. (2) est un extrait de la page du dictionnaire latin-français de Gaffiot où l’on trouve ampora et ampulla. (3) est le début de l’article ‘camphre’ dans le dictionnaire cité dans le texte. (4) copie la 7e et dernière note de l’article du Französisches etymologisches Wörterbuch sur ‘camphre’, à l’entrée ‘kafur’. (5) est la jaquette du livre cité de Pascale Bourguin. (6) est la notule d’Antoine Thomas qui commente les remarques d’E. Sigerist sur le mot ‘camphre’ dans ses textes médicaux anciens. (7) est un détail de la p. 247 du manuscrit 44 de Saint-Gall.

  1. Voir F. Jacquesson, 1983, ‘L’Effet Caméléon’. Contact entre phonétique et sémantique : Traduction et transcription dans le lexique botanique d’Avicenne et de Gérard de Crémone. Médiévales 3, 28-39. Accessible ici ou ici. []
  2. Oeuvre surtout du philologue suisse Walter von Wartburg (1888-1971). Le Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique a accompagné l’œuvre à partir des années 1950, le CNRS depuis 1993. Le FEW a été achevé en 2002, il comprend 25 volumes. []
  3. Sur le site de l’ATILF, accessible ici. []
  4. Avec la collaboration de Marie-Clotilde Hubert. Brepols 2005, coll. L’Atelier du médiéviste, 10. []
  5. Voir l’accès ici. []
  6. Voir ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.