L’auto et le vélo

La plupart des mots retouchés par l’usage, métro, vélo, frigo, radio, hosto, facho, carbu, ciné, sympa, manif, appart, sont faits de deux syllabes.

C’est la bonne dose en français, comme en témoigne aussi la moyenne des prénoms en usage. C’est une grande différence d’avec l’anglais, où la tendance est nettement monosyllabique. On pourrait peut-être généraliser l’opposition : langues romanes / germaniques – mais cela demanderait une étude.

Voici une étude beaucoup plus modeste. Elle porte aussi sur l’usage des mots réels, en explorant quelques exemples. J’ai utilisé un nouvel outil, Gallicagram, dont je parlerai dans l’Acte 2. Commençons par les prénoms.

Notez le vélo.

Acte 1. Les prénoms et l’usage

Dans un précédent caramel1, j’avais listé les prénoms favoris en France et leur variation avec les années.

Les prénoms les plus donnés en France, 2021.

Il s’agissait entre autres de montrer, à la fin des années 1950, l’effondrement rapide du long règne de Jean et Marie. Dans les années qui ont suivi, des modes rapides ont modifié régulièrement le choix des prénoms, « forçant » les parents à chercher des modèles dans tous les coins. Mais on avait constaté que le rythme du changement s’était ensuite beaucoup ralenti, et nous avions conclu (en mai 2019) que nous étions entrés dans une période plus traditionaliste, malgré le choix plus ample des prénoms. Vous allez voir sur ce point que ce supplément d’enquête confirme cette tendance au “calme” – même si l’enquête d’aujourd’hui a un but différent.

Les outils de l’INSEE sont très utiles2, et ce sont eux qui sont utilisés ici. Voici d’abord, ci-dessus, le classement des dix prénoms les plus donnés en France en 2021. J’ai ajouté le nombre de syllabes3 et, dans la dernière ligne, il suffit d’additionner et de diviser par 10 pour trouver la moyenne.

Les prénoms le plus souvent donnés sur 20 ans, entre 2002 et 2021.

Il faut observer que la prononciation des prénoms peut varier un peu, et surtout que l’usage réel les remplace assez souvent par des formes plus courtes ou plus longues, très souvent dans le sens de la tendance aux 2 syllabes. Gabriel tend vers Gabi ; Jules vers Julot, etc. Des formes mono-syllabiques un peu ‘à l’anglaise’ se rencontrent aussi.

Voici maintenant (ci-dessus) le même type de tableau, avec la même source, mais avec les prénoms « gagnants » sur les 20 dernières années (de 2002 à 2021). On observe (1) que sur 20 ans les prénoms n’ont pas tellement changé, (2) que la tendance bi-syllabique est encore plus nette… et (3) que chez les garçons, 4 prénoms sur 10 finissent par -o.

Sur la situation en Italie, voir la note :4

Jules Goux sur une Ballot. Prix de l’ACF, Strasbourg en 1922.

Acte 2. L’auto

Comme on sait, auto est l’abréviation du mot automobile.

Le mot complet est clair : ‘qui se déplace par soi-même’, à la différence des voitures à chevaux ; et de ce point de vue l’abréviation auto paraît absurde puisque le préfixe auto- ‘par soi-même’ se trouve dans des dizaines de mots. N’empêche : personne ne se trompe sur le sens de auto. Exemple lumineux de la puissance de l’usage, bousculant l’étymologie sans remords !

Gallicagram : https://shiny.ens-paris-saclay.fr/app/gallicagram

Fangio sur le circuit de Monaco en 1957. L’auto est une Maserati 250.

Pour la discussion qui suit, j’ai utilisé Gallicagram5. C’est une sorte de moteur de recherche qui « fouille » les documents disponibles dans Gallica, l’ensemble de textes en accès libre en ligne donné par la Bibliothèque Nationale. Or, une grande partie des textes fournis par Gallica sont « océrisés », c’est-à-dire automatiquement dactylographiés par des procédés dits OCR6. Ces transpositions automatiques de textes imprimés sont plus ou moins fiables car, si la BNF s’efforce de corriger les erreurs, certaines impressions sont difficiles à lire, notamment les plus anciennes.7 Mais, en prenant des précautions, on obtient des résultats d’une fiabilité jamais atteinte auparavant.

Gallicagram parcourt donc la partie du fonds Gallica que vous lui demandez de parcourir, en fonction des requêtes que vous faites, par exemple si vous lui demandez le nombre d’occurrences d’un mot par année. Et il vous produit des graphiques comme ci-dessous. Un intérêt de Gallicagram est qu’il est conçu en particulier (mais pas seulement) pour parcourir les milliers de journaux traités par Gallica. Le graphe ci-dessous résulte de l’examen du secteur presse de Gallica (qu’on peut préciser, ou réduire à certains périodiques, si on le souhaite).

Gallicagramme indiquant les fréquences comparées de ‘auto’ et ‘automobile’ entre 1850 et 1950. Les deux ‘crans’ dus aux guerres sont très sensibles.

Notre graphe donne les courbes de fréquence pour automobile (en rouge) et auto (en bleu). Le tracé non-nul d’emploi en bleu depuis de début du graphique jusque vers 1890 tient aux erreurs d’océrisation, aux mots coupés en fin de ligne (comme ‘auto-rité’), aux mots ordinairement coupés (‘auto-da-fé’), qui font apparaître des cas de auto qui sont en dehors de notre enquête. L’intérêt majeur de l’outil est que si vous cliquez sur un point de la courbe, un autre onglet s’ouvre avec tous les documents de Gallica qui ont servi de source pour ce point du calcul ; vous pouvez donc vérifier la fiabilité de votre source – comme je l’ai fait quand je me suis aperçu qu’il y avait (en apparence) des auto avant les autos !

On voit donc que automobile apparaît un peu avant que la courbe auto ne grimpe, mais pas beaucoup avant. Il est possible de donner à la requête plus de précision et, ci-contre, on obtient des fréquences entre 1890 et 1905 mois par mois.

Je laisse aux spécialistes de l’histoire de l’automobile, bien sûr, le soin de nous décrire le contexte, et même d’aller préciser dans quels journaux le succès est constatable en premier ; mais le fait linguistique est intéressant. Il marque deux choses, et même trois : (1) d’abord le succès de l’automobile, qui acquiert très rapidement un surnom populaire relayé ou étayé par sa diffusion dans la presse ; (2) ensuite le fait que les mots abrègés, à ce moment-là de l’histoire du français, étaient déjà bi-syllabiques ; (3) c’est un exemple, ici bien sûr motivé, d’abréviation en -o.

Acte 3. Le vélo.

Gallicagramme dans la Presse entre 1860 et 1920. ‘Vélocipède’ apparaît en 1804.8

Le Gallicagramme ci-dessus présente les fréquences d’emploi de trois mots entre 1860 et 1920 : bicyclette (en bleu), vélo (en rouge) et vélocipède (en vert). En vérifiant les sources, on voit que vélocipède fait en effet une bosse verte un peu avant 18709. Gallica permet de trouver facilement une chanson d’Alexandre Flan, titrée Les Vélocipèdes (2 mai 1869), sur l’air de la Vénus aux carottes,10 dont je cite un extrait utile aux chercheurs :

Un véhicule à la mode partout
Et qu’il nous faut chanter, pour être en règle
Avec la mode, avec le nouveau goût,
D’une façon joyeuse autant qu’espiègle :
C’est ce dada qu’on rencontre à tout coup,
C’est cette fièvre encore sans remède ;
Or ça, chantons, de peur de faire un loup,
le fin vélo (bis), le fin vélocipède !

Un néo-vélo ? Avec deux, ou trois O.

C’est peut-être aussi une des tout premières apparitions de l’abréviation vélo, en tout cas une apparition propre à en diffuser l’emploi ! On notera aussi que, cette fois c’est encore pire : la coupe étymologique aurait été véloci-pède (rapide + pied), mais le terrible bi-syllabisme a encore frappé.

Notre graphe montre aussi, hélas, que la courbe verte fait un peu des bosses flasques, puis s’éteint misérablement vers 1910. Vélo, lui, ne se dégonfle pas (les premiers pneumatiques datent de 1888) et nous savons bien qu’il a devant lui une carrière magnifique.

Magnifique, mais populaire au fond, car voyez : bicyclette décolle vers 1886, et devient de façon fulgurante le terme officiel, le terme correct, écrit.

Le Gallicagramme ci-contre à gauche utilise la même requête et zoome sur la période 1880-1897, en ôtant le lissage des courbes, afin de montrer mieux le décollage des fréquences.

Pourtant, dans la Presse, là-encore le mot court va rejoindre le mot correct. Un dernier graphe nous le montre. J’ai choisi la période 1920 à 1960, en reprenant le lissage antérieur.

“Vous vous souvenez, n’est-ce pas, de ce Paris à demi-désert que l’on traversait en vélo-taxi ?”. Bande-annonce de ‘La Traversée de Paris’ (1956).

On y voit beaucoup de choses que, par souci de clarté, on peut énumérer : (a) ‘vélo’ monte pendant tout l’Entre-deux-guerres, alors que ‘bicyclette’ accuse un creux ; (b) la 2nde Guerre pousse d’abord les deux mots vers la hausse, en contribuant à diminuer l’écart, qui s’annule vers 1942. Le vélo est alors devenu le véhicule courant pour tout le monde, et l’essence est limitée ; (c) mais cette 2e moitié de la Guerre voit chuter (ensemble) les deux termes, qui vont rebondir un peu à la sortie de la Guerre jusque vers 1950, (d) avant de diminuer encore : l’auto se démocratise, le vélo devient le véhicule du ‘pauvre’. Nous savons, nous autres, que le vélo a encore un bel avenir…

En italien, l’abréviation courante est bici (2 syllabes), et en anglais bike (1 syllabe).

Acte 4. L’effet-stop de l’O

Toutes les abréviations courantes en deux syllabes ne sont pas en -o, mais beaucoup le sont : métro boulot dodo, et même moto. Pour certaines le -o se justifie comme pour métropolitain, motocyclette, ou narco-trafiquant, mais on reste perplexe avec hosto (hôpital) et frigo. Nous avons déjà remarqué cette tendance à propos de la coupe malavisée pour vélocipède.

Même dans les cas moins courants où la coupe est après 3 syllabes, on constate la même fonction de l’O-stop : collabo, on comprend la logique ; mais apéro, et mécano, métallo ? Pourquoi O ?

Mais d’abord : pourquoi métropolitain, par exemple ? C’est au départ, en latin d’Eglise, un adjectif fait sur le mot métropole. Et ce mot métropolis, célèbre grâce au film de Fritz Lang (1927), est un mot latin emprunté au grec ecclésiastique pour désigner une capitale régionale et siège d’un évêché ; c’est un mot composé métro-polis ‘ville mère’. Au bout du compte, ce métro- vient du mot grec pour ‘mère’ qui est μήτηρ mētēr, et non pas, comme dans métronome ! du grec μέτρον metron, qui signifie ‘mesure’. L’un et l’autre mots grecs, lorsqu’ils étaient premier terme d’un mot composé, se finissaient en O : par exemple mētro-didaktos ‘instruit par sa mère’, et metro-nomos ‘inspecteur des poids et mesures’. Cet usage du O pour indiquer que le mot est abrégé (et en principe relié au suivant) est donc d’origine grecque.

Les Romains ont suivi, et nous avons pris le pli en français. Voici quelques exemples de mots composés passés dans la langue courante, autrefois ou aujourd’hui, et dont le premier composant se termine en -o : nécromant (1565, d’après le grec), mélodrame (1762, d’après le grec), sociologie (1839, Auguste Comte, d’après latin et grec) ou plus récemment sociopathe (venu de l’anglais), mégalomane (1896, d’après le grec). Plusieurs de ces mots longs ont des formes réduites en O : mélo, socio, mégalo. Le dernier est en 3 syllabes (‘mégo’ serait amusant !), mais la plupart sont bi-syllabes déjà dans leur langue d’origine.

On ne peut pas exclure, par ailleurs, l’influence du suffixe populaire et très répandu en -ot11 : mégot, ragot, et même bachot12, qui donnent parfois des verbes dérivés : mégoter, ragoter, bachoter. On ne sait pas si mégot va disparaître avec la cigarette (là où celle-ci est poursuivie), ragoter n’est plus si courant, et bachot a pratiquement disparu au profit de ‘bac’.

En effet, comme on le dit souvent dans Caramel, l’origine des mots n’explique pas tout, et de loin ; l’histoire des mots se fait tous les jours. Il existe des dérivés en -ot qui sont anciens13, mais d’autres sont plus récents et peuvent « booster » la popularité du suffixe, ainsi de ‘poivrot’ :

Gallicagramme (dans la Presse) de ‘poivrot’ entre 1870 et 1970. La première occurrence connue est de 1837.

Le graphe montre bien, malgré la féroce échancrure de 14-18 qui résulte probablement d’une censure dans la Presse, la popularité énorme du mot, mais aussi le fait que cette popularité massive (a) n’est pas si ancienne (elle vient de l’usage argotique du mot ‘poivre’ pour ‘eau-de-vie’, semble-t-il), et (b) disparaît malgré tout. Le mot se dit encore, mais beaucoup moins : il a beaucoup perdu depuis les romans de Léo Malet ! Je viens encore de le trouver dans un texte d’Eddy Mitchell, né en 1942, sur son enfance14.

Conclusion

En somme, l’influence du suffixe productif -ot, lié à la fréquence des composés avec premier terme en -o, où l’usage pouvait couper, ont été des circonstances assez fortes pour le vélo, l’auto, la moto, et les autres. L’-o est souvent devenu un marqueur efficace d’abrègement, hors de tout souci étymologique.

Mais puisqu’il y a d’autres mots abrégés populaires, comme ciné ou clandé, boustif ou manif, il faut voir derrière tout cela la puissance du bi-syllabisme français, ce monstre rarement reconnu !

NOTICE sur les images (1) En tête de billet : un vélocipède de 1865. Source de l’image ici sur Gallica. (2) Une des nombreuses plaques publicitaire pour la Blédine. (3) Acte 2. Source de l’image, un peu recoupée, sur Gallica. (4) Juan Manuel Fangio et sa Maserati. L’image vient d’ici. (5) L’image du “néo-vélo” vient d’ici, à la date du 12/11/2014. (6) La Traversée de Paris, sorti en 1956, est un film mémorable de Claude Autant-Lara, avec Jean Gabin, Bourvil, Louis de Funès et beaucoup d’autres. Le scénario est adapté d’une nouvelle éponyme de Marcel Aymé (1946, puis 1947). Cette bande-annonce se trouve ici.



Citer ce billet
François Jacquesson (2022, 7 décembre). L’auto et le vélo. Caramel. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7e2

  1. ‘Votre prénom est-il le bon ?’ https://caramel.hypotheses.org/1280 []
  2. C’est le ‘Outil interactif sur les prénoms’, qui permet de rechercher, par année ou par groupe d’années, les prénoms depuis 1900. https://www.insee.fr/fr/statistiques/3532172 []
  3. On notera que j’ai compté 1 syllabe pour Louis, mais 2 pour Louise ; l’usage pour Louise varie, y compris pour la même personne. []
  4. La situation est très différente en Italie, par exemple, où les prénoms masculins de 3 syllabes sont fréquents ; bien sûr des abréviations familières sont aussi en usage. Le palmarès des prénoms donnés en 2020 est : Leonardo, Francesco, Alessandro, Lorenzo, Mattia, Tommaso, Gabriele, Andrea, Riccardo, Edoardo ; pour les filles : Sofia, Giulia, Aurora, Ginevra, Alice, Beatrice, Emma, Giorgia, Vittoria, Matilde. []
  5. Je remercie un collègue de la BNF, Olivier Jacquot, de m’avoir indiqué cet outil remarquable. []
  6. OCR = Optical character recognition, en français Reconnaissance optique de caractères. []
  7. Les concepteurs de Gallicagram ont évité le recours aux documents dont le taux de fiabilité leur paraissait insuffisant. Comme nous le verrons, c’est une appréciation difficile. []
  8. Le 1er brevet est déposé en 1818. []
  9. L’invention des pédales est des années 1860. Les premiers grands succès, et les premiers concours, datent de 1867. []
  10. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5758487v/f2.image.r=%22v%C3%A9locip%C3%A8de%22?rk=42918;4 []
  11. Quelques-uns parmi beaucoup d’autres : mendigot, gigot, parigot, flingot, cachot, manchot, margot, rabiot, fafiot, rafiot, chiot, loupiot, chariot. []
  12. Aucun des trois, pas plus que ‘poivrot’, ne se trouve dans A la Recherche du temps perdu. Les recherches lexicales dans l’ensemble de l’œuvre peuvent se faire ici. []
  13. Ainsi cuissot v. 1200, chariot 1285, gigot fin XIVe siècle, manchot 1502, cachot 1550. []
  14. Eddy Mitchell et Ralph Meyer, 2022, Des Lilas à Belleville, Ed. Dargaud. Les planches dessinées sont de Ralph Meyer, et le texte est repris d’une partie de P’tit Claude, Ed. L’Arbre à cames, 1994. []

Une réflexion sur « L’auto et le vélo »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search