Langage des fleurs et grammaire musicale

Il est détestable que des mots sérieux, comme ‘langue’, ‘langage’, ‘grammaire’, soient utilisés par des amateurs. Il vaudrait mieux interdire les mots sérieux, que les voir profanés par des artistes !

Irrité par ces amuseurs pervers, qui détournent le sens des mots, je me suis (avec un masque) penché sur l’usage. Je vais vous livrer mes statistiques et mes réflexions. Il ne semble pas que l’avenir promette plus que le passé.

Dans une ANNEXE détaillée, le lecteur trouvera la liste de tous les ouvrages qui forment la base de cette enquête, pour laquelle j’ai parcouru près de 7500 notices dans le catalogue de la Bibliothèque nationale. J’espère que cette liste inspirera des curieuses et des curieux !

Acte 1. L’étuve des nombres

Prenons d’abord un bain de nombres. C’est salutaire. Je suis allé voir le Catalogue de la Bibliothèque nationale. Comme vous savez, les éditeurs ont une obligation de Dépôt légal, et en principe TOUTES les publications sont à la BNF, même si certains types de publications, souvent intéressants, sont déposés loin de Paris faute de place. Où que soit la publication ‘en vrai’ (je parle des publications traditionnelles, sur papier), elle est référencée dans le catalogue.

J’ai donc consulté le catalogue de la BNF, par tranches de dix ans, en demandant à chaque fois qu’on me liste les ouvrages dont le titre contient le mot ‘grammaire’, ou le mot ‘langue’, ou le mot ‘langage’. J’ai commencé mon enquête en 1750-59, et l’ai achevée en 2010-19.

Le nombre d’ouvrages, pour chaque décennie de 1750-59 à 1970-79, dont le titre comporte le mot ‘grammaire’ (en bleu), ou ‘langue’ (orange), ou ‘langage’ (gris).

Le schéma ci-dessus ne nous mène que dans les années 1970 parce que ensuite, comme on le devine, le nombre des publications “s’envole” et aurait rendu illisible le début du graphique. Le tableau complet, avec tous les nombres, est donné à la fin de cet Acte, ci-dessous.

Bien sûr, le nombre total des publications françaises n’est pas le même dans les années 1750 ou, par exemple, 1850 ; et pour être parfait, il faudrait rapporter le nombre des publications avec ‘grammaire’ (par exemple) au nombre total, etc. Mais vous allez voir que, pour ce qui nous intéresse, on peut se passer de longs calculs de proportions. Le graphique ci-dessus est clairement en 4 phases chronologiques.

(1) les années 1750-1799, donc la 2e moitié du XVIIIe siècle, où les publications sont relativement peu nombreuses et où le mot dominant est ‘langue’ (en orange) ; le mot ‘langage’ (en gris) est très peu représenté.

(2) les années 1810-1869, où l’on observe une croissance constante des publications considérées ; mais cette fois c’est ‘grammaire’ (en bleu) qui est de plus en plus porteur.

(3) après un creux dû à la guerre de 1870, au siège de Paris, à la Commune, les affaires ne reprennent pas tant que ça, elles périclitent au contraire ! Bien sûr les creux des deux guerres mondiales sont nettement marqués, dans les années 1910 et surtout dans les années 1940, mais la décroissance est régulière. Elle s’accompagne d’une conversion de mode : le terme phare n’est plus ‘grammaire’ mais ‘langue’ ! Cette mode serait funeste aux affaires ?

(4) Après 1945, le nombre de titres repart à la hausse. Mais cela s’accompagne d’un phénomène nouveau : la fréquence de ‘langage’ dépasse celle de ‘grammaire’.

Le tableau ci-contre donne la suite des événements, entre 1960 et 2019. J’ai donné à nouveau les années 1960 et 1970, pour aider au raccord avec le tableau antérieur. On voit facilement que les années 1990 représentent une sorte d’hypertrophie éditoriale, uniquement à cause de ‘langue’.

L’explication est peut-être en partie semblable à l’hypertrophie plus tranquille et plus constante des années 1810-1860 avec le mot-phare ‘grammaire’.

De même que les ouvrages dotés du mot ‘grammaire’ dans leur titre étaient dans leur majorité des ouvrages scolaires, répondant à la diffusion massive et organisée de l’enseignement public, notamment du français bien sûr, de même l’envolée des années 1970-2000 correspond au “Collège unique” et à ce qu’on a appelé avec des accents plus ou moins élogieux la “massification” ou la “démocratisation” de l’enseignement. C’est du moins une partie de l’explication. D’autre part, il semble que l’intérêt pour les langues vivantes s’est aussi modifié. Comme nous l’avons remarqué ci-dessus, le mot ‘grammaire’ a perdu son attrait. Au temps de sa gloire, il était lié d’abord à l’apprentissage de l’orthographe, puis à l’analyse des phrases et de leurs constituants, ensuite au thème et à la version et au rôle important des “langues classiques” (latin et grec). En termes de nombre, il est maintenant largement concurrencé par ‘langage’.

Acte 2. La Grammaire musicale et la raison philosophique

Je suis triste de vous l’avouer : le mot ‘grammaire’, si célèbre autrefois, a été de ce fait usé et abusé. Je pourrais vous donner des détails et, si vous voulez, vous pourrez aller les lire par vous-même dans l’ANNEXE, où j’ai donné une liste importante d’ouvrages.

Je crois même avoir dans un coin (Je vais demander à Céleste, ma gouvernante, mais elle est absente un instant : partie boire un verre de blanc sec au bar le plus proche) une Grammaire du tapis. L’historien de l’art Aloïs Riegl (1858-1905) avait écrit une Historische Grammatik der bildenden Künste ‘Grammaire historique des arts plastiques’ et on sait que Fernand Braudel a publié en 1963 une Grammaire des civilisations ! On se demande où la grammaire n’est pas allée se nicher.

La mode immense de la notion (et du mot) de ‘grammaire’, d’abord dans la France du XIXe siècle, qui était celle de l’Éducation pour tous et de l’Empire colonial, celle de Jules Ferry, n’a d’abord été que très timidement partagée – sauf dans un domaine. Celui de la musique. Il y a eu très tôt des Grammaires musicales, et à partir des années 1830 elles se publient en grand nombre. Voici une liste des premières d’entre elles.

Ouvrages sur la musique dont le titre comporte le mot ‘grammaire’, entre 1820 et 1858. On voit que beaucoup sont accessibles grâce à Gallica.

Le lecteur verra, et le lecteur musicien verra encore mieux, qu’il s’agit d’ouvrages de pédagogie musicale. Le terme de ‘grammaire’ a eu en effet très tôt une connotation pédagogique très affirmée, à cause du contexte scolaire qui en portait la diffusion. Mais le lien spécial entre la musique et les lettres tient aussi (et souvent les préfaces explicitent ce point) au fait que la musique S’ÉCRIT. Les ouvrages donnés dans le tableau ci-dessus ne sont que les premiers d’entre eux ; la liste en ANNEXE en montre beaucoup d’autres.

Les musiciens n’ont pas été les seuls à emprunter le mot ‘grammaire’, dont l’efficacité pédagogique séduisait les auteurs. La vogue du mot, qui enfle dans la 2e moitié du XIXe siècle, alors même que son usage décroît en nombre, se marque par son accession au vaudeville, dans plusieurs comédies, dont celles de Labiche ou de Pierre, ou d’Hecquet-Boucran (1876), ou dans diverses grammaires de l’amour (Vémar 1857, Joubert 1869, Gabillaud 1888), sans parler de la grammaire conjugale de Chabot (1827, 1846). Distinguons (1885) la chansonnette ‘La grammaire de grand’mère’ (les deux mots pouvaient se prononcer de la même façon), paroles de Lebreton et Moreau, musique de Pourny.

Mais on trouve aussi des grammaires du blason (Gourdon de Genouillac 1853, Simon 1885), la grammaire de l’ornement de l’Anglais Owen Jones (1856), aussitôt traduite en français et reprise dans celle de Bourgoin (1880) ; la grammaire de l’ameublement de Havard (1884) ; la grammaire de la composition du typographe Toureaux (1884) ; et malheur à qui négligerait la grammaire de la photographie (1899), le manuel de Léon Gaumont !

les grammaires agricoles de Durand ou de Guillemin (1858) ou de Jean (1863) et la grammaire horticole de Leconte (1871) ; la grammaire chorégraphique d’Adice, restée manuscrite (1859) et celle de la danse et du bon ton de Giraudet (1900), la grammaire du télégraphe d’Escayrac (1862) avec une théorie des signaux ; la grammaire des électriciens de Gossart (1902).

la célèbre grammaire des arts du dessin de Charles Blanc (1867 et rééditée constamment), ou celle de Gélibert (1869), ou encore celle de Cernesson (1881), la grammaire du peintre de Recouvreur (1890) ou celle de Dauzats (1894) ; un peu plus tard la grammaire des arts de la soie d’Algoud (1912), et on doit citer les 3 volumes de la grammaire des couleurs de Guichard (1882) avec ses 765 planches coloriées !

Enfin, vers la fin du XIXe siècle et le début du suivant, on trouve non seulement la grammaire des échecs de Grommer (1906), mais une série continue de grammaires de la Bourse, qui apparemment ont eu du succès : celles de Revon (1889), de Robert-Milles (1892, réimprimée jusqu’à la Guerre), de Langlard (1894), de Victor Canon (1902).

*

Mais il y a eu aussi une mode inverse, qui tient au passé du XVIIIe siècle et aux physiocrates. Turgot et avant lui Maupertuis en 1748, avaient rédigé de petits traités où ils exposaient que nos idées risquaient d’être dépendantes des mots que nous avons pour les dire. Antoine Destutt de Tracy a essayé de décrire le contexte physique, sensuel, moral, où nos idées sont élaborées, et dans ses Eléments d’idéologie (où ce mot n’a pas le sens que nous lui connaissons aujourd’hui), il a fait une place importante à la ‘Grammaire générale’ (1803), c’est à dire la relation entre les idées et le langage, non seulement pour les mots, mais aussi pour les phrases.

Beaucoup des publications du début du XIXe siècle qui utilisent le mot ‘grammaire’ possèdent un accent philosophique très affirmé. Il ne s’agit pas des règles de la grammaire d’une langue donnée, mais des principes rationnels que la forme des langues nous permet de cerner, ou d’apercevoir. En voici une liste maladroite et incomplète pour le début du XIXe siècle.

Beaucoup de ces ouvrages, en France, s’efforcent aussi de considérer comment l’étude des propriétés du langage en général peuvent aider à comprendre la langue française. C’était déjà le propos de le ‘Grammaire de Port-Royal’, élaborée au XVIIe siècle par Arnaud & Lancelot.

Au long des années 1830, ce souci tend à disparaître. Les questions de grammaire générale, aujourd’hui de linguistique générale, ne sont pas abandonnées, mais prennent un tour moins abstrait, plus attentif aux langues vivantes du monde entier, dont en même temps de plus en plus de manuels et de descriptions sont publiés. De ce tournant dans les curiosités demeurées générales, on peut citer deux ouvrages très différents l’un de l’autre.

Non, vous ne rêvez pas : il s’agit bien du Charles Nodier, le bibliothécaire de l’Arsenal et auteur de contes fantastiques comme La Fée aux miettes, qui publia aussi (1808) un Dictionnaire raisonné des onomatopées françaises. Il est certainement l’un des tout premiers à utiliser le mot ‘linguistique’1. Quant à l’autre, Julius von Klaproth, c’est bien le voyageur en Chine et en Asie, l’auteur (1828) de la Chrestomathie mandchoue, le commentateur dans le Journal Asiatique de la formule ‘Om mani padme oum’, et surtout peut-être l’auteur du Nouveau Mithridate ou Classification de toutes les langues connues. Qui d’autre ?!

Acte 3. Langue et langage

L’écrivain tchèque Karel Čapek (1890-1938) publie en 1936 Válka s mloky ‘La Guerre des salamandres’, où les salamandres parlent.

La français est la plus belle langue du monde, comme chacun sait. Parmi ses nombreux avantages, elle distingue ‘langue’ et ‘langage’, alors que les anglophones n’ont que language. Nous disons ‘la langue anglaise’ ou ‘les langues de Madagascar’ ; dans de tels cas, ‘langage’ serait bizarre ou incorrect. L’ouvrage dirigé par Antoine Meillet et Marcel Cohen, Les Langues du monde (1re édition 1924), ne pourrait pas s’appeler ‘les langages du monde’.

Mais dès que la notion est prise au sens métaphorique ou figuré, nous avons tendance à utiliser plutôt ‘langage’ ou même ‘code’. Le langage des fleurs. Nous utilisons ‘langage’ s’il est question des enfants (‘le langage enfantin’), ou des jargons professionnels. Ou des codes et conventions que, par politesse, nous ornons du mot ‘langage’.

Sur cette lancée indécise, certains auteurs ont eu des audaces ! Une des plus célèbre est celle qu’on attribue à Jacques Lacan : ‘L’inconscient est structuré comme un langage’2. Lacan a conçu l’inconscient comme un langage, mais comme ‘langage’ est étranger à la linguistique dite “des langues”, ce que Lacan admet, le mot peut laisser dire beaucoup sans trop se compromettre.

Un des terrains de jeu récents du mot ‘langage’ est l’informatique et, depuis le début de la cybernétique, l’ambiguïté entretenue autour de l’expression “intelligence artificielle”. Ce n’est pas une question nouvelle. Les querelles autour de l’Homme-machine de Julien de La Mettrie (1748), ou même des conceptions ‘mécanistes’ de Descartes, qui pourtant déclare que l’homme possède une âme qui lui survit, reparaissent, mais dans un contexte bien différent.

Squelette d’une tortue marine disparue, Archelon ischyros.

Dans l’usage courant, le langage est ‘la capacité de s’exprimer’, sans qu’on décide a priori si c’est avec ou sans une langue. On pourra donc rêver sur la capacité de langage de certains animaux, surtout si l’on se sent proche d’eux, mais personne n’irait dire que tel chien ou telle tortue “parle”, même s’il réagit sélectivement à des signaux sonores, ou en produit lui-même. Je comprends sans phrase, si Céleste me fait les gros yeux, que j’ai encore fait une bêtise. De ce fait, ‘langue’ est réservée aux langues humaines, pourvues d’un appareillage complexe, tant phonatoire que récepteur dont chacun sait qu’ils n’avaient pas été prévus “au départ” pour faire ou écouter des discours ou des chansons.

Peu de gens pensent qu’en parlant avec une langue, on se borne à “émettre” et à “réceptionner”.

Conclusion

En effet, chaque lecteur ira sonder à sa manière, s’il le souhaite, les listes ci-dessus ou ci-dessous, où il trouvera des objets curieux, où le mot ‘grammaire’ n’est pas seulement à toutes les sauces, mais cuit, bouilli, rôti de bien des façons.

Mais qu’on soit, comme avec le solfège, tout près de l’écriture, ou qu’on soit très loin comme avec l’élégant graphisme des bouquets, il reste que les langues ont créé comme un amusant brouillard animé autour d’elles. Elles montrent que beaucoup de choses, de situations, d’événements “sont parlants”, et même parfois surtout quand ils se taisent !

ANNEXE

On trouvera ci-dessous, par ordre chronologique et groupées de dix ans en dix ans, toutes les références du Catalogue de la BNF entre 1820 et 1919, 1/ qui comportent le mot ‘grammaire’ dans leur titre, 2/ m’ont paru utiliser ce mot ‘grammaire’ avec un sens métaphorique, ou ne désignant pas clairement la grammaire d’une langue particulière. J’ai ajouté ‘GALLICA’ à chaque fois que l’ouvrage est consultable en ligne. J’ai parcouru 7465 notices pour aboutir à ce choix.

Pour retrouver le détail d’un ouvrage qui vous intéresse, et éventuellement le consulter en ligne, la méthode est la suivante. 1/ Accéder au catalogue de la BNF dans la version “recherche avancée“.

L’écran d’arrivée quand on va sur le Catalogue de la BNF, version ‘recherche avancée’

Vous aboutissez à un écran comme ci-dessus. 2/ Il suffit alors (a) de choisir ‘auteur’ dans le menu déroulant en rouge en 1 et de taper le nom de votre auteur dans la case centrale. Dans la case à droite, vous pouvez alors choisir ‘un des mots’ plutôt que ‘tous les mots’ (b) d’aller en dessous à ‘date de publication’ en 2, et de taper la date de la publication.

1820. J.-M. Renou. Essai sur l’analogie de la grammaire et de l’arithmétique, et notamment sur les rapports et proportions qui composent le discours.
1820, 1832, 1840. Bonifazio Asioli (1769-1832). Grammaire musicale par demandes et réponses, traduite de l’italien. GALLICA : 1840 3e éd. fr. corrigée.
1821. François Raynouard. Grammaire comparée des langues de l’Europe latine, dans leurs rapports avec la langue des troubadours. GALLICA
1822, 1836, 1837, 1838, 1840, 1842, 1848, 1859. Charles-Pierre Girault-Duvivier (1765-1832). Grammaire des grammaires, ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française. 10e éd. entièrement revue par P.-Auguste Lemaire. GALLICA : 1840, 9e éd.
1823. Société grammaticale de Paris. Recueil des annales de grammaire, sur l’idéologie des classifications des parties du discours ; l’art étymologique ; l’orthographe et la syntaxe ; les différentes méthodes d’enseignement etc.
1824, 1852. Antoine Silvestre de Sacy (1758-1838). Principes de grammaire générale, mis à la portée des enfants, et propres à servir d’introduction à l’étude de toutes les langues.
1824. François Boussi (1795-1868). La grammaire ramenée à ses principes naturels, ou Traité de grammaire générale appliquée à la langue française, par J.E. Serreau et F.-N. Boussi.  GALLICA.
1824, 1826, 1836. C.-P.-D. Michel (le Neuvillois). Grammaire transcendante, ou Du Verbe, sous le rapport de l’idéologie et de la diction.
1824. Ch.-Ant. Le François de Hautevesne. Grammaire universelle, classique et polémique.
1825-27. Antoine Destutt de Tracy (1754-1836). Eléments d’idéologie. I. Idéologie proprement dit, II. Grammaire, III-IV De la logique. 4 vol. in-18.
1826. Jean-Noël Blondin (1753-1832). Grammaire polyglotte, franaçaise, latine, italienne, espagnole, portugaise et anglaise. GALLICA.
1827. E.-Charles Chabot. Grammaire conjugale, ou Principes généraux à l’aide desquels on peut dresser la femme, par un petit-cousin des Lovelaces. – voir 1846 Jules Chabot.
1828. M. A. Metgé (1794-1871). Grammaire philosophique et raisonnée.
1828. Eléonore de Montlivault. Grammaire générale et philosophique. GALLICA.
1829. Léon Bezout (1797-1850 ?). Traité du langage et de la proposition, en particulier, considérée dans ses rapports avec la grammaire et la logique. GALLICA.

1830. François Barthe (1800-1863). Programme des leçons de logique et de grammaire générale faite à l’école de Saint-Cyr.
1830. Claude Lancelot (1615 ?-1695). Grammaire générale et raisonnée, contenant les fondements de l’art de parler, avec les remarques de Duclos. Nouvelle édition, suivie de la Logique, ou l’Art de penser.
1830, 1834. Prudent-Louis Aubéry du Boulley. Grammaire musicale ou Méthode analytique et raisonnée, pour apprendre et enseigner la lecture de la musique. 2e édition. GALLICA : 1830.
1832. Léon Robin (Abbé). Cours méthodique de grammaire générale.
1832. Julius von Klaproth (1783-1835). Aperçu de l’origine des diverses écritures de l’Ancien monde. Sous : Grammaire générale, Théorie des signes.
1834. Charles Nodier (1780-1844). Notions élémentaires de linguistique, ou Histoire abrégée de la parole et de l’écriture pour servir d’introduction à l’alphabet, à la grammaire et au dictionnaire.
1835. G. Pissin. Lettres à l’auteur des leçons de grammaire et de morale à l’usage des sourds-muets. 1re partie. GALLICA
1836-37. Daniel, Don Salvador. Grammaire philarmonique, ou Cours complet de musique, tomes I et II.
1836-1842. Martin Etchegoyen (1782-1843). De l’Unité, ou Aperçus philosophiques sur l’identité des principes de la science mathématique, de la grammaire générale et de la religion chrétienne.
1837. Jean-François Thurot (1768-1832). Œuvres posthumes de FR. Thurot : Leçons de grammaire et de logique. GALLICA
1837, 1850. Nicolas Bergier (1718-1790). Les Elémens primitifs des langues : découverts par la comparaison des racines de l’hébreu et celles du grec, du latin et du françaois. Nouvelle édition augmentée d’un Essai de grammaire générale. GALLICA : 1850.
1837, 1845, 1861, 1912. F. L. Durand. Petite grammaire musicale ou principes élémentaires de la musique exposés par demandes et réponses.  GALLICA : 1845. 1912 : Nouvelle édition revue par Gaston Choisnel.
1837, 1838. Jean-Georges Kastner (1810-1867). Grammaire musicale comprenant tous les principes élémentaires de musique, la mélodie, le rhythme, l’harmonie moderne et un aperçu succint des voix et des instruments, à l’usage des amateurs et des artistes. GALLICA / 1837.
1838. Victor Derode (1797-1867). Introduction à l’étude des langues, principes élémentaires de grammaire, 2e édition.
1839. Louis-Nicolas Bescherelle (1802-1883). La Grammaire des épiciers, ou Recueil de toutes les fautes qu’on peut commettre spécialement en matière d’épicerie relativement à la prononciation, par le Dr Sévérus Syntaxe, 2e édition.
1839. Adolphe Ledhuy (1803-18..). Nouveau manuel simplifié de musique, ou Grammaire contenant les principes de cet art, nouvelle édition.
1839. Joseph Mainzer (1801-1851). Ecole chorale contenant la grammaire musicale, la théorie des accords, le contrepoint, l’imitation, la fugue, etc. GALLICA
1839. Salvador Daniel (1787-1860 ?). Commentaire de l’alphabet musical et de la Grammaire philarmonique. GALLICA.
1839. Prudence Boissière (1806-1885). Grammaire rationnelle, ou Méthode pour introduire dans l’enseignement de la langue française l’exactitude et la précision des sciences mathématiques.
1839. Léon Vaïsse. Essai d’une grammaire symbolique à l’usage des sourds-muets, ou Démonstration des principes de l’analyse grammaticale au moyen d’un système de caractères indiquant les valeurs relatives des mots dans le discours. – Voir 1853. Léon Vaïsse.
1839. B. Wilhem (1781-1842). Programme général des études musicales établissant trois degrés d’instruction qui se rapportent à la lecture, à la grammaire et à la rhétorique dans l’étude des langues.

1840. Galaup. Théorie complète de l’expression de la pensée, 1° par les formes grammaticales ou la proposition (grammaire générale), 2° par les formes littéraires (humanités), 3° par les formes oratoires (rhétorique). 1er cahier, classe de troisième.
1840, 1852. Simon Jost. Grammaire polyglotte, ou Tableaux synoptiques comparés des langues française, allemande, anglaise, italienne, espagnole et hébraïque.
1840. Aristius Loüel. Grammaire musicale.
1840. Antoine Marmontel (1816-1898). Grammaire Populaire de musique ou Théorie raisonnée des principes.
1845. Adrien Martineau. Nouvelle grammaire de la langue musicale, mise en rapport avec la grammaire française, ou Principes de musique et de chant. GALLICA.
Albert Montémont (1788-1861). Grammaire générale, ou Philosophie des langues.
1844, 1845, 1855. Eugène Labiche. Deux papas très bien ou La Grammaire de Chicard, comédie vaudeville en un acte (1re représentation théâtre du Palais-Royal, 16 nov. 1844). GALLICA : 1845.
1845-1861. Léger Noël (1811-18..). La Clef de la langue et des sciences, ou Nouvelle grammaire française encyclopédique et morale. 5 vols. GALLICA.
1846. Jules Chabot de Bouin (1805-1857). Nouvelle grammaire conjugale, ou Principes généraux didactiques, à l’aide desquels on peut conduire et dresser une femme, la faire marcher au doigt et à l’œil, la rendre souple comme un gant et douce comme un mouton, précédés de considérations sur l’amour, les femmes et le mariage, par M. Octave de Saint-Ernest. – Voir 1827 : Charles Chabot
1847. Salvador Daniel (1787-1860 ?). Guide de l’instituteur pour l’enseignement du chant et commentaire de l’alphabet musical, du cours e plain-chant et de la grammaire philarmonique. GALLICA.
1847, 1861. Julien Martin (d’Angers) (1811-18..). Grammaire musicale, ou introduction aux solfèges, méthodes de chant et d’harmonie, 2e édition. GALLICA : 1847, 1861

1850. Auguste Mauvy. Nouvelle grammaire des grammaires, ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française, 2e éd.
1850. Arthur Halbert d’Angers. Le Tombeau des sorciers, ou la Cartomancie dévoilé ; suivie de la Grammaire d’amour. GALLICA.
1851. Mousnier (avocat à Nanates). La Grammaire sans régimes.
1852-53, 1861. Charles Letellier. Cours complet de langue universelle, I. Grammaire, II. Radicaux. GALLICA : 1852.
1853. Léon Vaïsse. De la parole considérée au double point de vue de la physiologie et de la grammaire. – voir 1839 Léon Vaïsse.
1853, 1861, 1877. Henri Gourdon de Genouillac (1826-1898). Grammaire héraldique, contenant la définition exacte de la science des armoiries, suivie d’un vocabulaire explicatif.
1854. Rémi Valade (1809-1890). Essai sur la grammaire du langage naturel des signes à l’usage des instituteurs de sourds-muets. GALLICA.
1854. Baudry. Chant romain, Grammaire populaire, ou l’art d’apprendre en très peu de temps les règles fixes du chant grégorien.
1854, 1857, 1861, 1872. Pierre (auteur dramatique). Théâtre de la jeune famille, contenant Le mois de Marie, Les jolies enfants, La leçon de grammaire etc. GALLICA : 1861.
1855. Saint-Hubert Théroulde. Principes de grammaire générale : théorie du verbe. 1857 : Théorie de la conjugaison appliquée spécialement aux verbes grecs. 1857 : Supplément à la théorie des temps.
1855-57, 1868. Adolphe Le Carpentier (1809-1869). Grammaire musicale divisée en 2 parties. GALLICA.
1856. Etienne Ferrand Blanc. Grammaire musicale, contenant les principes élémentaires de musique par demandes et par réponses.
1856. CL. Jeanmougin. Petite grammaire musicale, ou Premières notions de musique : indispensable aux personnes qui veulent apprendre à chanter ou à jouer d’un instrument. GALLICA.
1856. Charles Jean-Baptiste Amyot (1799-1866). De la Nature des pronoms, discussion historique et philologique de grammaire.
1856, 1865, 1868. Owen Jones (1809-1874). Grammar of Ornament. GALLICA : 1856
1856, 1858. Jacques-Louis de Wik Potel (1816-1869). L’Empire du nom, ou La Grammaire en action, drame classique en 4 actes.
1857. Bernardin Rahn. Spécimen d’une grammaire musicale.
1857, 1858., 1859. A. Vémar. (publiciste et satiriste) La Grammaire de l’amour, à l’usage des gens du monde et du demi-monde. GALLICA : 1859.
1858. A. Moreau. Petite grammaire musicale.
1858. Lucien de Rudelle. Grammaire primitive d’une langue commune à tous les peuples (pantos-dimou-glossa), destinée à faciliter les relations internationales dans les cinq parties du monde. GALLICA.
1858. Adolphe Durand Laîné (1794-18..). Grammaire agricole, ou Cours élémentaire d’agriculture, professé à l’école communale de Voreppe (Isère). GALLICA.
1858. Guillemin. Grammaire agricole, ou Traité élémentaire d’agriculture. GALLICA.
1858. Pierre Abraham Jônain (1799-1884). Essai de grammaire universelle, ou Analyse générale des langues réduites à leurs radicaux, et traduites les unes dans les autres au moyen d’une hémi-pasigraphie claire et simple., 2e éd. GALLICA.
1859. Stephen Morelot (1820-1899). Un chapitre de grammaire musicale : barbarisme, contre-sens, non-sens.
1859. Jean-Louis Vaïsse (1816-18..). Grammaire universelle des lois fondamentales qui régissent le monde physique et le monde moral.
1859-1870. G.-Léopold Adice. Théorie de la gymnastique de la danse théâtrale, avec une monographie des divers malaises (…) et un ms. intitulé ‘Grammaire et théorie chorégraphique’. GALLICA.

1860, 1861. Victor Tirpenne. Grammaire musicale, Méthode, Syntaxe, Vocabulaire.
1860, 1868, 1873. Auguste-Nicolas Seguin (18..-1885). La Grammaire du Baguasse : scène comique. Paroles de Joseph Arnaud, musique de A. N. Seguin.
1861. J.-R. Sentex. Grammaire musicale, ou Traité de musique à l’usage des chanteurs ou exécutant concernant les principes de la musique, de l’harmonie et de la transposition.
1861, 1865. Antoine Elwart (1808-1877). Lutrin et orphéon ou le plain-chant et la musique appris en chantant des chœurs, grammaire pratique. GALLICA : 1865
1862. Pierre d’Escayrac de Lauture (1826-1868). Grammaire du télégraphe, histoire et lois du langage, hypothèse d’une langue analytique et méthodique, grammaire analytique universelle des signaux.
1862. Victor-Gomer Chambellan (1816-1906). Grammaire pratique à l’usage des élèves sourds-mets de deuxième année.
1863. Jean (ancien instituteur rural). L’Agriculture enseignée par la grammaire, à l’usage des écoles rurales. GALLICA.
1864. Edouard Sommer (1822-1866). Premières notions de grammaire générale, ou Exposé des principes de la Méthode uniforme.
1864, 1865, 1885. Edouard Mouzin (1822-1894). Petite grammaire musicale à l’usage de tous les établissements d’instruction. Partie de l’élève, 2e édition. GALLICA : 1864, 1865.
1865. Charles Turpin et Charles Gounod. La Grammaire, paroles de Ch. Turpin et musique de Ch. Gounod.
1867, 1875, 1880, 1895, 1892, 1896. Eugène Labiche (1815-1888). La Grammaire, comédie vaudeville en 1 acte. GALLICA : 1867 Iconographie, 1892 Théâtre complet.
1867, 1870, 1876, 1881, 1882, 1886, 1888, 1892, 1895, 1897, 1908. Charles Blanc (1813-1882). Grammaire des arts du dessin, architecture, sculpture, peinture. Nouvelle édition. (1876, 1886, 1897 et 1908 GALLICA)
1869. Paul Gélibert. Eléments de la grammaire du dessin, corollaire de l’Orthographe linéaire universelle.
1869, 1870. P. Orobitg. Grammaire musicale.
1869. Arthur Joubert. La Grammaire de l’amour, poème fantaisiste.
1869. Charles Redouly. A, B, C de l’X. Grammaire et logique des mathématiques élémentaires, suivies d’exercices choisis et de notices biographiques.

1871. Louis Vian (18..-1884). La Particule nobiliaire. Grammaire, histoire, législation, civilité.
1871, 1889. J.-L. Leconte (pépiniériste à Dijon). Grammaire horticole, ou Cours élémentaire d’arboriculture, à l’usage des écoles et des commençants. GALLICA
1873. Lapierre. Grammaire musicale d’après le système Wilhem. Nouvelle édition. GALLICA.
1873. Auguste Pilati (1810-1877). La nouvelle Grammaire, scène comique, paroles de F. Duvert, musique d’A. Pilati.
1873. J.-Marius Rouvier. Grammaire musicale populaire, ou l’Art d’apprendre la musique sans professeur. GALLICA
1876. Paul Hecquet-Boucrand. La Grammaire, comédie instructive et récréative en 1 acte.
1876. Pierre Abraham Jônain (1799-1844). Mappemonde grammaticale, ou Grammaire graphique, dessinée, figurée aux yeux, universelle, applicable à toutes les langues alphabétiques.
1878, 1883. Jean-Pierre Brisset (1837-1919). La Grammaire logique, résolvant toutes les difficultés et faisant connaître par l’analyse de la parole la formation des langues et celle du genre humain.
1878, 1884. Jules Lefort (1822-1898), professeur de chant. Grammaire de la parole. 2e éd. revue et augmentée 1884. GALLICA (c’est un petit ouvrage de phonétique et de prononciation du français, puis d’introd. à la lecture).
1879. Alexandre Jaulain. La Grammaire du chant, ou l’Art de chanter mis à la portée de tout le monde.

1880. Jules Bourgoin (1838-1908). Grammaire élémentaire de l’ornement : pour servir à la théorie et à la pratique des arts et de l’enseignement.
1880, 1881, 1913. Alexandre Bisson (1848-1912) et Th. de Lajarte (1826-1890). Grammaire de la musique. (1880 GALLICA)
1881. Arsène Petit (avocat). Grammaire de la ponctuation (écriture-lecture).
1881, 1882. Léopold Cernesson (1831-1889). Grammaire du dessin, ouvrage destiné à l’enseignement du dessin appliqué aux arts.
1882. Edouard Guichard. La Grammaire de la couleur, sept-cent soixante-cinq planches coloriées représentant les principales nuances obtenues par le mélange des couleurs franches entre elles. Texte explicatif en français, allemand et anglais, donnant la formule mathématique de la composition de chacune des nuances reproduites, 3 vol. in-8°. GALLICA.
1882. Occide Jeanty, professeur à l’école centrale de musique de Haïti. Petite grammaire musicale. GALLICA
1882. Joseph Pothier (1835-1923). Une petite question de grammaire à propos de plain-chant. Etude présentée au Congrès d’Arezzo, par le R.P. Dom J. Pothier.
1882, 1886, 1912. Charles Blanc (1813-1882). Grammaire des arts décoratifs : décoration intérieure de la maison.
1883. Marie Astié de Valsayre (1846-1915). Mémoire sur l’utilité de l’enseignement de grammaire dans l’instruction de la femme, adressé à MM. les députés. GALLICA
1884. Paul Regnaud (1838-1910). Les Facteurs des formes du langage dans les langues indo-européennes. Esquisse d’une méthode pour l’étude de la grammaire historique. GALLICA.
1884. Spire Blondel (1836-1900). L’Art intime et le goût en France, grammaire de la curiosité. GALLICA.
1884. Léon-Louis Toureaux. Typographie : grammaire de la composition.
1884, 1887. Henry Havard (1838-1921). L’Art dans la maison : Grammaire de l’ameublement. GALLICA.
1885. E. Simon. Grammaire du blason, ou la Science des armoiries mises à la portée de tous.
1885. Charles Pourny (1835-1905). La Grammaire de grand’mère ! Chansonnette comique avec parlé. Paroles de G. Lebreton et H. Moreau, musique de Ch. Pourny.
1887. Alphonse Guyot. Principes de grammaire applicables à toutes les langues et spécialement appliqués à la langue française.
1888. Louis Gabillaud (1846-1899). La Nouvelle grammaire des amants.
1888. Alphonse Leveaux (A. Jolly) (1810-1893). ‘La Grammaire’, notes pour servir à l’histoire d’une pièce. GALLICA.
1889. Lucien Revon. La Grammaire de la Bourse, manuel théorique et pratique des opérations de bourse. GALLICA

1890. Adrien Recouvreur (1858-1944). Grammaire du peintre, discussion et règlementation du procédé en peinture.
1891. B. Saint-Marc (1822-). Petite grammaire des gens de lettres.
1891, 1895. Arsène Petit (avocat). Grammaire de la lecture à haute voix.
1891. Henri Issanchou. Clé du « Pantographe scriptolégique » et du « Loto mnémotechnique et orthographique », accompagné des premières notions verbales de grammaire.
1892. Georges Vallet. Grammaire harmonique, contenant les éléments de l’harmonie, du contrepoint, de la fugue et de la composition, op. 5.
1892. François-Alexis Cavaillé, ou Cavaillé-Massenet (18..-1935). Petite grammaire musicale, contenant en 10 chapitres les principes élémentaires de la musique.
1892, 1900, 1905, 1906, 1908, 1913. S. Robert-Milles. Grammaire de la bourse, traité pratique élémentaire des opérations de bourse (1906 sur GALLICA).
1893. Adrien Ralu. Etude stairique de la grammaire par le caporal Cascatonpif.
1894. J.-L. Riom. La Grammaire réformée, ou Nouvel enseignement grammatical, basé sur la nature, la logique, l’utilité et ayant pour but final l’éduction.
1894, 1895. L. B. Dauzats. La Grammaire du peintre, ou le Résumé complet de toutes les connaissances scientifiques et pratiques sur l’art de la peinture et la manière de peindre.
1894, 1899. Gaston de Langlard. La Bourses et ses opérations. Traité pratique élémentaire des opérations de bourse, avec la collaboration de l’auteur de la ‘Grammaire de la Bourse’.
1895. Cyrille Gabillot (1846-1920). Petite grammaire du dessin, à l’usage des écoles primaires et des autres établissements d’instruction, par A. Cougny et C. Gabillot.
1895, 1896, 1909. A.- J. Brétêcher (Abbé). Accompagnement du plain-chant et des cantiques populaires. Grammaire musicale des principes et des règles élémentaires de l’harmonie. 5e éd. revue et augmentée.
1896. Pierre Duplay (1842-1902). La Clé du parler gaga, grammaire gagasse. GALLICA.
1895, 1896. C. Cartaud (Abbé). Chant grégorien : grammaire élémentaire.
1897. Alberto Liptay (1859-1922). La Possibilité d’un idiome international sans grammaire.
1897. Louis Schmidt-Beauchez. Méthode naturelle pour apprendre les langues étrangères sans grammaire. Le russe sans grammaire, cours méthodique.
1899. Auguste Liot. Cours élémentaire de grammaire à l’usage des sourds-muets.
1899. Ernest-Julien Malteau (18..-1906). Grammaire musicale & contemporaine, renfermant les premiers principes de la musique à la chanson contemporaine.
1899. Léon Gaumont (1864-1946). Grammaire élémentaire de photographie pratique à l’usage des débutants amateurs, 3e éd.

1900. Henri Ollion (1878-1946). Philosophie de la grammaire : essai d’une détermination des catégories par l’analyse des procédés du langage.
1900, 1912. Eugène Giraudet (1861-19..). Traité de la danse, tome II. Grammaire de la danse et du bon ton à travers le monde et les siècles depuis le singe jusqu’à nos jours.
1901. Henry Poivet (Abbé). Petite grammaire musicale à l’usage des maisons d’éducation. GALLICA
1902. Victor Canon (18..-1910). Nouvelle Grammaire de la Bourse. Traité théorique et pratique des opérations de Bourse à terme et au comptant, conçu sur un plan nouveau.
1902, puis 1907. Remy de Gourmont (1858-1915). Le Problème du style, questions d’art, de littérature et de grammaire.
1903. Marie Guy. Grammaire de diction, traité pratique de l’art de dire et de lire.
1906. Jacques Grommer (1876-1928). La Grammaire des échecs.
1885 (anglais), 1907, 1913. John Henry Newman (1801-1890). La grammaire de l’assentiment (The Grammar of assent), trad. par Mme Gaston Paris. GALLICA : 1885.
1909. Alix Lenoel-Zevort. Grammaire de la diction et du chant : application pratique, exercices et extraits.
1909-1910. Emile Gossart. La Grammaire des électriciens enseignée aux débutants par expériences et mesures.

1910. Ernest Gouarne. Grammaire musicale, ou Méthode d’accompagnement, d’orchestration et de composition. Cours élémentaire.
1910. Pierre Larousse (1817-1875). Grammaire littéraire, ou Explications suivies d’exercices.
1912. Henri Algoud (1869-1951). Grammaire des arts de la soie.
1912. Karl Pearson (1857-1936). La Grammaire de la science : la Physique. Traduit sur la 3e éd. ang. par Lucien March.
1912. Paul Oudot et Jean Bletton. Grammaire chrysanthémiste, revue et corrigée. Cours élémentaire, moyen et supérieur.
1914. Désiré Mérigeault. Précis de grammaire musicale.
1918. Circulaire de quinzaine. Organe de la grammaire de la bourse. Revue financière bimensuelle.

NOTICES des images (1) Détail du début de la partition autographe de Mana (1935), d’André Jolivet. Mathias Auclair (dir.), 2018, Trésors de la musique classique, Partitions manuscrites XVIIe-XXIe siècle, p. 229. (2) au début de l’Acte 3 : ce portrait rapproché de salamandre provient d’ici. Le roman de Karel Čapek ‘La Guerre des salamandres’ a été traduit en français par Claudia Ancelot, Ed. Cambourakis, 2012. (3) L’image d’Archelon iskyros (il doit s’agir du squelette du Musée de Vienne) vient d’ici. Archelon était une tortue marine ; le géant terrestre équivalent, Testudo atlas, est moins amusant.



Citer ce billet
François Jacquesson (2022, 2 décembre). Langage des fleurs et grammaire musicale. Caramel. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7e1

  1. Volney fonda un Prix de linguistique, décerné à partir de 1835. []
  2. Dans un article sur le sujet, Norbert Bon (2018) indique une source avec deux dates distinctes : J. Lacan 1972, Encore, Seuil 1975, p. 20. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search