Les marchands du temple

Au milieu du XVIIe siècle, parmi une production très abondante, Jacob Jordaens peignit un Jésus chassant les marchands du temple, un thème en principe religieux mais qui devient sous son pinceau parfaitement comique.

Ce qui est fascinant dans son tableau (au Louvre), qui est selon les goûts abondant ou vulgaire, talentueux ou dissipé, c’est qu’on ne sait pas de qui il se moque, finalement. Jordaens était un fils de la bourgeoisie marchande d’Anvers, à l’époque de Rubens et Van Dyck.

De toute évidence, il était doué pour la peinture. Mais ‘Les Marchands du temple’, c’est une farce. Alors ?

Acte 1. Faisons connaissance

Jacob Jordaens, v. 1650, Jésus chassant les marchands du temple. Louvre.

Le tableau1 (288 x 436 cm) est un salmigondis invraisemblable, où l’on trouve vaguement des architectures supposées évoquer (grâce aux chérubins des chapiteaux) le Temple de Jérusalem ; quantités de personnages, la plupart équivoques ; des animaux en grand nombre aussi ; et même une superbe corbeille de légumes.

Les personnages : en jaune et (Jésus) bleu, les humains ; en rouge, les animaux.

Au moins 20 personnages, plus d’une quinzaine d’animaux, et bien sûr la corbeille de légumes et de fruits ci-contre.2

Il existe une gravure de l’atelier (?) de Jordaens sur le même sujet3, où l’on retrouve une partie des personnages : 16 seulement, et beaucoup moins d’animaux.

La disposition est inversée. Jésus levant son fouet est à droite, et chasse tout le monde vers la gauche comme dans le tableau, mais c’est à gauche que se trouve la baie ouverte, ce qui est plus cohérent. La femme portant la corbeille de fruits & légumes se trouve adossée à un montant du passage, comme dans notre tableau et – de ce fait – elle et Jésus ne sont pas côte à côte mais au contraire aux deux extrémités de la scène.

Acte 2. Les sources.

L’épisode est mentionné dans l’évangile dit de Marc, 11:15 (et presque identiquement dans Matthieu 21, 12-13)4 :

En entrant dans le Temple, il commença à chasser ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le Temple, il renversa les tables des changeurs et les sièges des vendeurs de colombes. Et il ne laissait personne transporter des affaires à travers le Temple. Et il enseignait, il leur disait : N’est-il pas écrit ‘Ma maison sera appelée maison de prière, pour toutes les nations ? ‘ Et vous en avez fait un antre de bandits !5

L’évangile de Luc (19, 45-46) est plus discret mais fournit la même citation. Le fouet, pittoresque instrument aimé des peintres, ne se trouve que dans l’évangile de Jean (2, 14-16), après l’histoire des Noces de Cana :

Il trouva dans le Temple les vendeurs de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs installés. Faisant un fouet6 avec des cordes, il les expulsa tous du temple, et les brebis et les bœufs, et il renversa la monnaie des changeurs et retourna leurs tables. Et il dit aux vendeurs de colombes : Enlevez cela d’ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de négoce.

Chez Jordaens, il y a cependant quelque chose d’étrange dans le parallèle évident entre le geste courroucé du vertueux Jésus, le bras levé brandissant mollement son martinet, et le geste plantureux de la “Jardinière”, nullement citée dans aucun évangile, mais glissée là avec joie par Jordaens.

Il existait en effet à l’entrée du Temple, à cette époque, des vendeurs de colombes, à cause du rite du rachat du Premier Né, celui-là même qui est mentionné pour Jésus bébé dans l’évangile de Luc 2, 24. Les changeurs existaient aussi, parce que les gens venaient au Temple depuis des provinces pourvues de monnaies différentes, et devaient donc acheter ces oiseaux. C’est à eux que les trois évangiles synoptiques font allusion. Jean est le seul, avec la hargne anti-juive qui lui est propre7, à transformer le temple en champ de foire !

Acte 3. Le champ de foire

Jordaens s’en donne à cœur joie ! Un des personnages les plus étonnants est le changeur renversé du premier plan : son siège bascule, il a les deux pieds en l’air, et une main dressée vers le haut tandis que, gymnaste accompli, l’autre main prend appui sur le sol parmi un chaos ludique de tables de change et de monnaies trébuchantes. Il y a même un rouleau de papier (du papier à cette époque ?) où on lit clairement les chiffres 307 (en chiffres arabes ?!). Il est évident que Jordaens ne joue pas à l’antiquaire consciencieux, ni ne s’efforce de reconstituer une scène de toute façon affabulée. Il aurait alors modifié tous les vêtements, les bœufs et les légumes…

Un autre personnage extraordinaire pour cette scène est (ci-contre) la vieille vendeuse de volaille, qui replace ses coqs dans leur case d’osier, au-dessus d’un autre énergumène les quatre fers en l’air. Sur la droite, une scène inspirée d’un antique triomphe de Bacchus, nous montre en haut un ample et gras personnage étreignant une superbe bouteille de métal, au-dessus d’un Silène grimaçant accroché au cou de son âne ordinaire8. Cette scène issue tout droit du répertoire de l’Antiquité grecque s’est infiltrée avec aisance dans le brouhaha.

Si l’on peut considérer que les personnages centraux, dont on vient de montrer quelques uns, sont des acteurs de cette comédie tonitruante, il y a aussi les spectateurs acteurs : à droite notre Jardinière, à gauche (ci-dessous) des vieillards amusés, et au fond deux potentats à l’air de moines chrétiens.

Celui de gauche, à bajoues et coiffé d’un béret, illustre le modèle large, tel qu’on le voyait sur les étiquettes de camembert ; celui de droite, dont le visage plus aigu est aussi mieux contrasté, est coiffé de rouge et représente le modèle étroit, plus anxieux et plus agressif !

Il est certain que nous devrions consacrer des images aux animaux. Jordaens semble avoir anticipé les “anti-spécistes” d’aujourd’hui en mêlant sans stigmatiser personne les bœufs et brebis dont parle l’évangile de Jean aux oiseaux multiples, sans oublier les ânes et les chiens dont il n’est question nulle part. Ni, pardonnez-moi d’insister, la corbeille végétale si vivement éclairée.

La lumière vient en effet de la droite, comme les ombres portées sur le sol, et tous les éclairements des personnages et des décors (la niche concave au fond, les ombres des colonnes) le montrent. La cause figurative est la vaste ouverture oblique sur la droite du tableau. Outre le museau du taureau de comice agricole, dont le contraste de couleur emplit à lui seul tout une bande verticale à droite, j’attire votre attention sur deux points.

(1) Le ciel. Les ciels sont difficiles à photographier sur les tableaux. Les ciels en vrai sont beaucoup plus faciles ; essayez et vous verrez. Les tons gris et jaunes de l’extrait ci-dessus sont beaucoup plus artificiels que ce que Jordaens a peint, qui est artificiel aussi, mais dans un autre genre.

(2) Le groupe des trois têtes des trois bonshommes dans l’entrée. Le barbu brun, le barbu blanc, et celui qui redresse le chef en arrière. Et ensuite, vous regardez comment Jordaens a groupé les têtes ailleurs dans son tableau. Bon voyage. A certains égards, c’est entre Titien et Tiepolo.

Conclusion

Il y a en ce moment une expo ‘Natures mortes’ au Louvre. On se dit que ce tableau de Jordaens, c’est tout le contraire ! Cela bouge partout, le cadre du tableau est à la peine pour tout contenir. C’était pareil quand Jordaens peignait sa famille, avec des enfants dans tous les coins. Il avait dix frères & sœurs. Surtout des sœurs. Lui-même a eu moins d’enfants, semble-t-il.

Les prétendues Natures mortes ne sont pas mortes. Le terme de ‘Nature morte’ est une étiquette infamante posée par la peinture académique qui exaltait (parce que c’était l’essentiel de ses commandes) la ‘peinture d’histoire’, avec des batailles, des héros, des hommes et femmes célèbres, qu’ils soient sortis de l’histoire ou de la mythologie.

Pour les natures mortes, en réalité on disait stilleven, ce qui signifiait ‘vie tranquille’ ; on aimerait dire : ‘c’est cool’ – car c’est le début manifeste du cocooning. On y peignait des fruits, des fleurs, encore des fleurs, ou alors des légumes, des poissons ou homards en période tolérante ou à défaut quelques crânes ; souvent des petites bêtes : lézards, scarabées, libellules, et bien sûr des papillons – surtout des Vanesses dont les couleurs étaient bien contrastées.

Encore aujourd’hui, les appareils-photos automatiques et les télémètres préfèrent les Vanesses ; on s’y reconnaît.

NOTICE sur les images.

Localisation du tableau. Louvre, côté Richelieu, 2e étage, salle 800.

(1) Balthasar van der Ast, 1640-1650, Fleurs dans une coupe en verre, coquillages, papillons et sauterelle, détail. Musée du Louvre. Le papillon est une Vanesse assez commune, le ‘Vulcain’, Vanessa atalanta L. (2) voir juste après. (3) est des adaptations du cliché fourni sur le site du Louvre, qui nous évite les reflets pénibles. (2 et 4 et 6 à 12 et 14) sont le tableau et des détails du tableau photographiés en nov. 2022, avec du mal : il y a une fenêtre sur la droite du tableau qui produit des reflets difficiles à maîtriser. Je m’y suis repris en deux séances successives au Louvre, par bonheur dans des salles qui ne semblent pas ameuter les foules. Il est clair que Rubens et son temps, “ce n’est pas le nôtre”. Si pestes & famines se reproduisent, peut-être verrons-nous d’un œil plus amical les humains gras et roses ? (5) La gravure est expliqué dans le texte et la note 3. (13) Au début de la conclusion : Abraham Mignon (1637-1679), après 1660, Fleurs, fruits, oiseaux et insectes sur un fond de ruines, avec une souris pénétrant dans un nid, détail. Musée du Louvre. Photo nov. 2022. Le papillon est une Vanesse commune, le ‘Paon du jour’, Inachis io L. (14) Est encore un détail du tableau, le rouleau marqué 307 dont il est question au début de l’Acte 3.

  1. https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010062150. []
  2. Il est possible que Frans Snyders ait peint certains des animaux ou des végétaux. Il l’a fait assez souvent pour Rubens, Jordaens ou Van Dyck. []
  3. On peut le voir ici. []
  4. Les traductions sont celles de l’édition d’Edouard Dhorme, Ed. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade. []
  5. La citation de Jésus vient d’Isaïe 56, 7 ‘car ma maison sera appelée maison de prière pour tous les peuples’ ; et la mention de ‘l’antre de bandits’ de Jérémie 7, 10-11 : ‘Est-ce une caverne de larrons à vos yeux, cette maison qui est appelée par mon nom ?’. []
  6. Le terme en grec est phragellion. C’est un emprunt au latin flagellum ‘fouet’, que nous connaissons en français avec flageller et aussi, à travers l’ancien français flaiel, par le mot fléau. Dans tout le Nouveau Testament (et dans toute la littérature grecque, peut-être), ce nom phragellion ne se trouve qu’ici, mais le verbe correspondant phragelloun (< latin flagellare) se retrouve dans la scène du supplice de Jésus, lorsqu’il est fouetté, Mathhieu 27, 26 ou Marc 15, 15. Quand l’évangile de Jean évoque la même scène de la Flagellation, en 19, 1, il utilise un verbe différent, emastigôsen ‘il le fit flageller’, où le verbe est fait sur le nom grec mastiks, pas sur le terme de l’usage romain. []
  7. Les évangiles synoptiques, c’est-à-dire ceux qui ont été attribués à Matthieu, Marc et Luc, ne désignent jamais ‘les juifs’ comme une nation à part ; ce qu’au contraire l’évangile de Jean fait systématiquement. Voir sur ce point ‘L’évangile de Jean et les bases de la judéophobie chrétienne’, accessible sur HAL-SHS (pour l’article complet, voir en haut à droite de la page sous la rubrique ‘fichier’) ; ou sur Academia. []
  8. Rubens et Van Dyck, à la même époque, ont peint des Silène ivre. Dans le Jardin du Luxembourg, à Paris près du Sénat, on trouve un groupe de Jules Dalou, Le Triomphe de Silène, qui est du plus bel effet. Silène y est monté sur son âne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search