Ératosthène et la mondialisation

Un jour, un historien en voyage à l’étranger s’aperçut que là-bas aussi les rois mouraient, qu’un autre succédait, et que ces listes d’années de règnes pouvaient s’adapter à celles qu’il pratiquait chez lui. Les repères étaient locaux, car les rois meurent hasardeusement, mais le principe était le même, et on pouvait donc rapprocher utilement des listes différentes.

Des pays distincts se retrouvaient confrontés, sans l’avoir vu venir, dans un rythme unique. La géographie s’emboîtait dans l’histoire. L’histoire se diversifiait dans la géographie – mais sans perdre son propos unique.

Acte 1.

Comme on comptait les ans selon les règnes, la 3e année du règne de Patapon III correspondait à la 2e année de la 65e Olympiade. On comprenait que ce qui avait une histoire, ce n’était pas seulement les rois ou les athlètes – c’était le monde entier, d’un seul tenant. Une seule histoire. Et cette découverte mettait alors complémentairement en évidence l’étonnant disparate des affaires humaines.

Cette découverte, qu’on peut lier par exemple au nom d’Ératosthène, est plus importante que celle de l’Amérique. L’assemblage, dans un cadre unique, de cultures distinctes par leur langue ou leurs manières de tables, est une découverte majeure de l’histoire humaine, car elle fonde l’idée d’humanité.

Ce qui rend possible les comparaisons, c’est le « projet chronologique » lui-même : le fait que tel potentat ou telle cité veuille constituer une histoire dans un cadre annuel. On se trouve au croisement de deux types de repères : les événements qu’on juge mémorables, et le cadre calendaire où les inscrire. Et sur les deux axes, « mémorables » et « calendaire », on se trouve porté au-delà de sa propre vie. Et même une vie infime aurait place dans le calendrier des jours et des années.

Acte 2.

Un autre caractère libérateur de cet effort comparatif, c’est qu’il libère de l’obsession des Origines. Chaque culture, chaque cité, chaque village, chaque famille, est vite plombé par la « quête » de son apparition, de sa naissance, comme si la découverte de sa naissance la justifiait : elle aurait enfin, à l’image de l’individu, des parents. De nos jours encore, on voit sans cesse des gens obsédés de l’origine du langage, de leur culture, etc.

Ce qui fait la différence dans cette découverte dont je parle, c’est que l’obsession s’efface devant les moyens de la raison, l’identification et l’usage d’un moyen rationnel de comparaison. Comparer, cela vous libère de l’obsession de vous-même.

Le nombre d’années des règnes est une façon subtile de combiner l’arrogance des puissants avec un calcul qui les dépasse. La notion de dynastie, qui permet de construire des séries continues dans un cadre générique, est une invention remarquable.

On la trouve dans l’Égypte ancienne, les Grecs le savent depuis Manéthon ; et dans les calculs de correspondance usuels en Mésopotamie, à peu près aux mêmes époques, et dont un historien dans le monde grec était Bérose. On pouvait comparer des pays dont on croyait qu’ils n’avaient rien de commun.

Et cet éclatement de l’obsession de soi, grâce à un cadre raisonnable, est aussi la voie pour découvrir à travers des catégories d’observation intelligentes1, ce qui est différent et ce qui ne l’est pas. Si vous savez qu’il existe de toute façon un monde commun, la différence des façons de s’asseoir, de manger, de parler, deviennent plus intéressantes parce qu’elles ne sont plus des évidences. L’ethnographie, avec l’histoire & la géographie, naît de la conviction que la planète est une.

Acte 3.

La chronique, les annales, le fait d’indiquer sur une liste chronologique ce qui se passe, telle éruption, telle éclipse, telle naissance, telle inondation, est en apparence le fait d’un seul pays. Mais en réalité, c’est le ressort de la mondialisation du savoir. Le terme de mondialisation a de nombreuses « couches de signification » aujourd’hui. Mais le mot a au moins deux sens distincts.

L’un est l’idée qu’on peut vendre la même chose à tout le monde, et que ce marché géant est l’occasion de faire des bénéfices géants aussi. Les profiteurs n’ont aucun intérêt à la diversité du monde, sinon pour vérifier qu’il reste des régions où la main d’œuvre sera bon marché, donc pauvre.

Mais il existe une autre mondialisation, qui est le contraire de l’uniformisation. C’est celle qui, en élaborant des cadres intellectuels utiles, permet de mieux comprendre ce qui est différent. Aussi longtemps qu’on n’a pas ces cadres, on croit que tout est différent chez les autres. Il est important de constater que non.

Cette mondialisation du cadre des connaissances s’est engagée dans l’Antiquité grecque, où une chronologie générale s’est mise en place, en même temps que l’idée d’un monde habité mesurable.

Acte 4.

Ératosthène était un astronome du IIIe siècle avant J.C. Vers -275, il prit la direction de la Bibliothèque d’Alexandrie. Il donna une mesure du tour de la terre exacte à 1% près, et dessina une des premières cartes de la Terre qui soit utilisable2. Intéressé par les chronologies égyptiennes, on sait qu’il avait aussi écrit sur les Olympiades. Il est probable que c’est lui qui a initié la comparaison des chronologies de différents états, pour obtenir une synthèse. Selon Clément d’Alexandrie3, c’est Apollodore de Cymè, ou bien lui, qui inventa le terme « grammaire » parce qu’il écrivit un traité en deux livres nommé Grammatika. Et selon Suétone4, il fut le premier à se faire nommer « philologue ».

Clément d’Alexandrie nous a aussi transmis5 la chronologie grecque d’Ératosthène :

De la Prise de Troie au retour des Héraklides : 80 ans
De là à l’établissement en Ionie, 60 ans
Ensuite jusqu’à la tutelle de Lycurgue, 159 ans
Jusqu’à l’année initiale de la 1re olympiade, 108 ans
De cette olympiade jusqu’à l’invasion de Xerxès, 297 ans
De là jusqu’au début de la guerre du Péloponèse, 48 ans
Jusqu’à la fin et la défaite d’Athènes, 27 ans
Et jusqu’à la bataille de Leuctre, 34 ans
Ensuite jusqu’à la mort de Philippe, 35 ans
Ensuite jusqu’à la mort d’Alexandre, 12 ans

Ératosthène est considéré par les historiens des sciences comme le fondateur, dans l’Antiquité, de la chronologie critique. Si nous avons quelque certitude sur les dates de nombreux personnages du monde grec, encore aujourd’hui, c’est souvent grâce à lui. Il n’est pas indifférent de remarquer que c’est le même esprit qui calcula aussi la mesure de la terre.

Conclusion

Je dois vous avouer que cet ensemble de faits, que je considère maintenant comme étant de première importance, est pour moi une découverte relativement tardive. Voici comment elle m’est venue.

J’ouvrais une encyclopédie et je trouvais, par exemple, qu’Alexandre le Grand était mort en 323 AEC, ou que Platon était mort vers 348 AEC, Eschyle en 456 etc. Je trouvais cela tout naturel : on savait tout !

Et un jour, je me suis demandé comment on pouvait avoir su des choses pareilles. J’étais incapable de réciter les dates de naissance même de mes grands-parents, dont je n’ai connu que deux sur quatre, c’est vrai. Comment, par Mathusalem ! avait-on une certitude quelconque sur des gens mort il y a 2000 ou 2500 ans ? Je me suis renseigné peu à peu, et j’ai découvert le réseau savant des chronologies élaborées autrefois. Aujourd’hui, j’ai voulu attirer l’attention sur ce domaine fondamental de la connaissance. Pas seulement pour la connaissance historique.

NOTES sur les images. (1) La Terre vue de l’espace. Source ici. (2) Dessin tiré de Keisai, 2011, Dessins abrégés, Présenté et traduit par Christophe Marquet. Légendes par Christophe Marquet et Estelle Leggeri-Bauer. Editions Philippe Picquier, p. 89. (3) Edition et traduction des écrits conservés de Manethon, translated by W.G.Waddell, 2004 (1940), Harvard University Press, coll. Loeb Classical Library. (4) Eusebii Pamphili Chronicon bipartitum, graeco-armeno-latinum, édition de Baptiste Aucher Ancyranus, Venise, éd. des Pères mekhitaristes, 1818, p. 9. Eusèbe, l’auteur d’une Histoire de l’Eglise (chrétienne) en grec, a aussi écrit une chronographie, basée sur des travaux antérieurs. Une partie de son oeuvre de chronographie n’est connue que par des traductions en arménien. (5) Un des rares papyrus conservant un fragment d’une poésie (scientifique !) d’Eratosthène, Hermès. Oxford, Sackler Library, source ici. (6) Les Chroniques mésopotamiennes, 2004 (1993), présentes et traduites par Jean-Jacques Glassner, Les Belles Lettres, coll. La Roue à livres.

Je voudrais ajouter une note de reconnaissance à l’égard de la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, qui permet à ses lecteurs l’accès aux Fragmente der grieschicher Historiker, sous la version informatisée. L’oeuvre initiale est celle de Félix Jacoby (1876-1959), qui rassembla, en parcourant de multiples auteurs de l’Antiquité gréco-latine, les citations qu’ils avaient faites des historiens anciens – que nous ne connaissons pas autrement.

  1. Je prends ici ‘intelligentes’ au sens propre, c’est-à-dire ‘qui permettent de comprendre’. []
  2. Voir le livre de Germaine Aujac, 2001, Ératosthène de Cyrène, le pionnier de la géographie. Sa mesure de la circonférence terrestre. Editions du CTHS. On le trouve facilement à la librairie de la BNF-Mitterand. Madame Aujac a écrit plusieurs livres sur la géographie dans l’Antiquité. []
  3. Clément, Stromates, I, 79 § 3. Jacoby FrGrHist 241 T8. []
  4. Vies des grammairiens, 10. Jacoby FrGrHist 241 T9. []
  5. Stromates I, 21, § 138. Jacoby FrGrHist 241 F1a. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.