Combien avez-vous de pattes ?

Chacun sait que l’homme se relève. Il se met debout, il « libère ses mains » et n’a plus que deux pieds. C’est pourquoi il peut tituber.

360 millions d’années avant nous, des sortes de poissons vaseux avaient sélectionné deux paires d’appui pour commencer à marcher. Quand ils sont « sortis de l’eau » avec quatre pattes et ont commencé à coloniser la terre ferme, il s’y trouvait déjà de nombreux êtres vivants, plantes et animaux.

Parmi ces derniers, un groupe important était celui des Insectes. Ils avaient effectué la même manœuvre avec six pattes, un peu auparavant, 400 millions d’années avant Caramel.

Remarques linguistiques à la fin du billet !

Acte 1. Le but du jeu

Beaucoup de pattes, puis 6 pattes pour les insectes, puis 4 pattes pour les Vertébrés tétrapodes, et 2 pattes pour l’homme bien élevé ; vue de cette façon très simplifiée, « l’évolution » est une plaisanterie : “c’est celui qui a le moins de pattes qui gagne”.

Pour ma part, je propose comme Premier de la classe le Skiapode. Ctésias de Cnide fut le premier à en parler, et c’est Pline qui nous rapporte l’histoire1 :

Il évoque une race d’hommes qui s’appelle les Monocoles [Unijambistes] qui n’ont qu’une jambe et qui sont d’une étonnante agilité au saut. D’après lui, on les appelle également Skiapodes [Ombripèdes] parce que, par grande chaleur, ils s’étendent à terre sur le dos et se protègent avec l’ombre de leur pied.

Vous pensez bien que ces créatures ont été repérées par les romanciers. Aristophane s’est amusé2 avec un mélange de skiapodes et de chameaux, mais c’était pour rire. Dans la Vie d’Apollonios de Tyane, selon Philostrate, Apollonios parvenu aux Indes nie l’existence des Skiapodes3, dont il attribue le récit à l’explorateur Scylax. Mais plus loin4, re-voici ces intéressants phénomènes :

Parmi les autres peuplades de l’Ethiopie, il y a aussi les Naamons, les Androphages, les Pygmées, les Skiapodes. Ces peuplades habitent sur les bords de l’Océan Ethiopique, où les voyageurs ne vont que malgré eux, et poussés par une tempête.

Dans la Saga d’Éric le Rouge, au XIe siècle en vieil islandais, on raconte que Thorfinn Karlsefni a rencontré en Amérique du Nord un dangereux einfœtingr ‘à un seul pied’. (le texte en langue originale est en note5.)

1Un matin, Karlsefni et ses compagnons virent à l’extrémité de la clairière une tache qui brillait devant eux 2et ils poussèrent des cris d’étonnement. 3Cette tache remuait et c’était un unipède. 4Il descendait la berge du fleuve près de laquelle ils avaient jeté l’ancre. 5Thorvald, fils d’Éric le rouge, était assis au gouvernail 6et l’unipède lui décocha une flèche dans le ventre. 7Thorvald arracha la flèche et dit ‘Il y a de la graisse dans mes entrailles. 8Nous avons pris de bonnes terres pour nous y établir mais nous ne pourrons guère en profiter’. 9Thorvald mourut de sa blessure un peu plus tard. 10L’unipède s’échappa et reprit le chemin du sud.

En amont au contraire, on peut supposer que plus la créature est archaïque, plus elle a de pattes ! Le centipède et le myriapode sont paléo-horrifiques. En tout cas, les bêtes à 8 pattes, comme les crabes et les crevettes, mais aussi les araignées, sont des candidats à cette « généalogie » de fantaisie.

Un iule. Tachypodoiulus albipes : ‘iule aux pieds rapides, avec pattes blanches’.

Acte 2. Fantaisie, oui ou non ?

Fantaisie pas tant que ça. L’ensemble de la question a deux entrées. D’une part, la capacité segmentaire, si l’on peut dire ; d’autre part, la sélection des segments. En effet, vous ne pouvez développer des membres ou pattes que par rapport à un axe qui comporte une série de segments.

Un tamanoir, se servant de ses pattes.

Pour les Vertébrés Tétrapodes6, les animaux à quatre pattes, les deux ceintures, pectorale pour les membres antérieurs et pelvienne pour les postérieurs, vont s’adapter à des endroits précis de la série des vertèbres7. Nous avons évoqué dans un caramel antérieur8 l’étonnante persistance du nombre des vertèbres cervicales chez les Mammifères. Les vertèbres cervicales sont celles qui précèdent la première vertèbre où s’appuient des côtes. Or, la ceinture pectorale vient se placer avant que les côtes ne commencent. Mais cela implique d’abord qu’il existe la série des vertèbres, sinon rien ne prend place ou ne s’appuie !

Un tamanoir. Il ne bouge pas.

Les membres antérieurs et postérieurs sont situés à des endroits particuliers de la série des vertèbres, qui vont plus loin des deux côtés : vers la tête et vers la queue. C’est normal pour l’équilibre : si les deux paires de pattes doivent supporter l’ensemble du corps, il ne faut pas qu’elles se trouvent aux deux extrémités, ni exactement au milieu.

Trois chenilles de Noctuelles (groupe de papillons nocturnes). En bas, la Noctuelle du troène ; au milieu, la Noctuelle veineuse ; en haut la larve pyrotechnique de la Cendrée noirâtre !

Dans le cas des Insectes9, qui ont six pattes, et aussi dans les cas des organismes « à huit pattes » et plus généralement dans le cas des Arthropodes, le corps est fait de segments (les métamères) initialement identiques, ensuite « spécialisés ». On le voit parfaitement avec les chenilles des papillons. De loin, elles ont l’air d’une sorte de ver, composé d’une série d’anneaux identiques. En réalité, sur ce modèle d’ensemble on constate en regardant de près que certains de ces anneaux sont spéciaux : la tête au début, avec des organes sensibles à la lumière et les mandibules, puis trois segments avec des paires de pattes pointues, puis dix segments dont plusieurs des derniers portent des paires de « fausses-pattes » ; à la fin, un anus qui rejette tout ce que cet « estomac ambulant » n’a pas digéré.

C’est cet examen sérieux qui permet de comprendre que quand le papillon adulte émerge de sa chrysalide, avec sa tête, ses six pattes sur un thorax, son abdomen plus long, et au bout l’organe reproducteur, il n’est pas une complète invention ! Tous ces éléments, sauf les ailes, sont compréhensibles à partir de l’examen de la chenille. Mais bien sûr, les ailes sont d’autant plus spectaculaires.

Chenille de Machaon [Photo du papillon adulte dans la notice des images], avec tous ses segments ! La tête est à droite et l’on voit bien les trois fines pattes du thorax, puis l’abdomen : après deux segments sans pattes du tout, d’autres segments munis de ‘fausses pattes’ grâce auxquelles la chenille peut s’accrocher au support.
Ce schéma compare les parties analogues des trois stades du papillon : (de haut en bas) la chenille, la chrysalide, l’adulte. (a) enveloppe chitineuse, (b) système digestif (essentiel pour la chenille !), (c) système circulatoire, (d)système nerveux, (e) organes sexuels internes (ici pour le mâle), (f) jabot. Le schéma n’indique pas les petits ensembles de cellules, présents dès la chenille, qui deviendront les ailes de l’adulte.

Acte 3. Le tube et la place des fonctions.

Si l’on voulait voir « l’animal basique » comme un tube composé d’anneaux successifs, il faudrait tout de même convenir de deux points décisifs. L’un, est que le tube est orienté : une chenille, et même un ver de terre10, avance dans un sens ; en général, la marche arrière n’est pas possible. L’autre point, qui est bien sûr lié au précédent, est que si les anneaux sont successifs, ils ne sont pas tous identiques.

Le tableau ci-contre montre une classification des Arthropodes11. Ces animaux sont constitués de séries d’éléments, mais dont certains font ceci et d’autres cela. Les plus anciens Arthropodes repérés avec certitude se placent au début des étages rocheux cambriens, vers 540 millions d’années avant nous. Ces massifs de roches très anciennes ont ensuite été scindés en plaques « voyageuses », de sorte que les fossiles se trouvent aussi bien au Canada qu’en Sibérie, ou au Kazakhstan ou au Yunnan chinois. Même en Grande Bretagne ! Evidemment, cela suppose que les chercheurs puissent avoir (eu) accès à ces roches anciennes, en général parce qu’elles ont été ultérieurement soulevées et érodées : ce qu’il y avait par-dessus a disparu.

Porphyromma (ici à la Grande Galerie du Museum, à Paris) est un Orthoptère, comme les criquets & sauterelles.

Le fait qu’on puisse concevoir au départ un modèle simple (une succession d’éléments semblables) paraît sympathique. Aller du plus simple au plus compliqué (quand ces éléments se différencient) semble normal et est rassurant. Ce n’est pas toujours vraiment ce qui s’est passé, parce que s’il existe bien des animaux où chaque segment (ou presque) porte une paire de pattes, ou même deux paires de pattes chez les Iules (comme dans l’iule illustré à la fin de l’Acte 1), il faut revoir un peu l’idée que moins on a de pattes et plus on est « évolué » !

Une façon facile de s’en rendre compte (outre les « fausses pattes » des chenilles) est de voir que les papillons, qui sont des insectes à 6 pattes, ne « descendent » pas des araignées à 8 pattes. Il s’agit de deux groupes tout différents, qu’on caractérise par le fait que les insectes ont de vraies mandibules mobiles, qui n’ont rien à voir avec par exemple les chélicères (les crocs à venin) des araignées – qui sont comparables aux antennes des crustacés ou des insectes !

Acte 4. De quoi je me mêle ?

Certains lecteurs se disent sans doute :

Bon, mais franchement où sont les langues dans cette affaire ?!
– Merci, chers certains lecteurs, d’avoir posé la question !

Enregistrement de : ‘Où sont les langues dans cette affaire ?’

A titre de comparaison, et sans prétention à y voir beaucoup plus, avez-vous remarqué que les phrases que nous faisons sont aussi des canaux constitués de mots successifs, eux aussi à la fois semblables et différents ? Les schémas sonores ci-dessus et ci-dessous, qui montrent les fréquences et l’intensité du son au long du temps pour chacune des phrases, montrent qu’il s’agit bien de segments successifs – comme des chenilles plus ou moins sveltes ! Mon propos pour finir est de sonder l’analogie.

Ci-dessous, deux enregistrements de “Mon propos pour finir est de sonder l’analogie”. Le premier est dit sur un ton assez didactique, avec des mots bien détachés. Le second est dit plus rapidement, de sorte que la liaison sonore dans “finir-est” s’entend bien. La conséquence est que les deux schémas sont assez différents – pour la même phrase.

mon pro-pos pour fi-nir est de son-der l’analogie.
mon pro-pos pour finirestdesonderl’analogie

Quand je dis « Mon propos pour finir est de sonder l’analogie », c’est une phrase ordinaire, avec sujet verbe et attribut du sujet. On dit (en grammaire du français) que cet attribut n’est pas un complément, parce que le verbe est « être » ; mais du point de vue syntaxique, cela se discute, car c’est peut-être trop tenir compte du sens du verbe, au détriment de la séquence des groupes de mots. On pourrait aussi déclarer que l’attribut est une sous-espèce de complément.

Dans beaucoup de langues (pas dans toutes) le verbe « s’accorde » avec son sujet, ce qui donne, à l’écrit surtout12, un centre d’énoncé assez facile à identifier – c’est d’ailleurs pourquoi les autres groupes nominaux sont renvoyés au rang de « compléments ». C’est aussi avec l’idée implicite, mais fragile, qu’un énoncé devrait avoir un sujet et un verbe, mais pas nécessairement de complément.

On voit qu’un énoncé est en effet une succession de mots, mais que les relations entre ces mots sont importantes et variées ; certains mots se groupent, et ces groupes se distribuent au long de la parole, ce qui permet de mieux identifier leur rôle : c’est ce qu’on essaie de décrire en grammaire par le mot de « fonction ». On voit aussi qu’un énoncé a un centre qui est souvent un verbe – sauf dans les dialogues, où les énoncés peuvent être abrégés. Cela donne aux énoncés un aspect constamment « virtuel » : comme s’il y avait un segment possible pour chaque fonction, mais que cette phrase complète, pleine, était bien souvent raccourcie par les connaissances implicites que les interlocuteurs (ou les lecteurs) ont déjà de la situation. De sorte que seuls certains segments sont « activés ».

Prenons un exemple. Au début du chapitre VII de La Danse de Gengis Cohn de Romain Gary, on lit ceci (ci-contre). Il est clair que nous sommes dans un moment que le chapitre prend en cours, ou dont le chapitre précédent a raconté le début. La phrase est en trois sections, avec trois verbes. La proposition finale, il serait capable de ne pas me voir, n’est compréhensible que parce que le début nous a fait comprendre que ‘me’ est le narrateur et que ‘il’ est ce monsieur Schatz. Ces raccourcis, manipulés par les pronoms, supposent des renseignements antérieurs mais, inversement, ces renseignements antérieurs ayant été donnés, il serait étrange (voire impossible) de les répéter : les pronoms sont ce qu’on attend – et l’énoncé abrégé est normal. Mais c’est Romain Gary, et la description d’une situation étrange et funambule !

On peut penser que dans le « style écrit » ordinaire, les phrases sont souvent plus complètes (et donc se rapprochent davantage d’un modèle), parce qu’on peut moins s’appuyer sur des connaissances implicites partagées. A la limite, là où l’on suppose n’avoir presque rien en commun avec autrui, les phrases doivent se rapprocher du modèle de l’énoncé complet. On peut donc faire l’hypothèse que le modèle de la “phrase complète” est prévu pour le cas d’une connivence minimale. La « phrase modèle », avec tous ces segments à la bonne place dans la chaîne, est une phrase prudente – et réelle.

Conclusion

La « phrase modèle », même si elle n’est pas si souvent mise à l’épreuve en entier, reste toujours disponible, surtout si l’on n’a pas abandonné l’habitude de la pratiquer de temps en temps (habitude que les langues écrites ravivent, ou entretiennent). Cette phrase modèle, pourvue de la possibilité de tous ses segments fonctionnels, est sans doute le plus souvent latente, mais elle est là. Elle se présente comme une série reproductible de segments arrangés l’un après l’autre.

L’idée de la comparaison avec les arthropodes, « les bêtes segmentées », n’est pas si absurde…

Machaon. Jardin botanique de Padoue. Juillet 2021.

NOTICE sur les images. (1) La photo (oct. 2022), prise à l’étage de la Grande Galerie du Muséum d’Histoire Naturelle (MNHN), à Paris, assemble une photo d’un fossile trouvé dans les schistes de Burgess (Colombie britannique, Canada) et un modèle reconstitué de l’animal qu’on y lit. Les fossiles, datés d’environ 500 millions d’années, sont parmi les plus anciens connus. Avec le commentaire suivant : ‘Sidneyia est l’un des nombreux arthropodes originaux qu’il est impossible de classer das l’un des grands groupes actuels d’arthropodes. Ce n’est donc ni un crustacé, ni un arachnide, ni un insecte…’ (2) Ce dessin d’un skiapode est dans la marge des Heures à l’usage des Antonins, manuscrit 84 de la Bibliothèque Municipale de Clermont-Ferrant (3e quart du XVe siècle), f. 094. Voir sur le site de l’IRHT, Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (CNRS), ici. (3) L’image de cet iule provient de là. (4) L’image de ce tamanoir vient d’ici, mais (5) ce tamanoir osseux est à la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée du Muséum, à Paris. Photo oct. 2022. (6) Ces belles images de chenilles proviennent de Heiko Bellmann, 2008 (2003), Quel est donc ce papillon, Ed. Nathan, p. 255. C’est Gérard Luquet, du Muséum, qui a fait la traduction. (7) L’image de cette chenille de Papilio machaon vient de cet endroit. (8) le schéma est dans V. J. Stanĕk, 1980 (1977), Encyclopédie des papillons, Ed. Gründ, traduction de Barbora Faure révisée par Georges Becker, p. 14. (8) ce tableau provient de Guillaume Lecointre & Hervé Le Guyader, 2017, Classification phylogénétique du vivant, 4e édition, Ed. Belin, tome 2, tableau 17. (9) Grande Galerie du Muséum d’Histoire Naturelle, à Paris. C’était une bonne idée d’exposer des insectes prélevés dans les collections du Muséum (à cela près que la Galerie d’exposition du Dpt d’Entomologie a fermé) ; mais dans ces vitrines-là, on ne les voit pas toujours bien, et leur grand nombre conjugué à leur petitesse fait que le public ne fait souvent que passer devant. Photo oct. 2022. (10) Romain Gary, 1967, La Danse de Gengis Cohn, Ed. Gallimard, coll. Folio, p. 61.



Citer ce billet
François Jacquesson (2022, 31 octobre). Combien avez-vous de pattes ? Caramel. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7dv

  1. Pline, Histoire naturelle, VII, 23. Idem hominum genus qui Monocoli vocarentur, singulis cruribus, mirae pernicitatis ad saltum ; eosdem Sciapodas vocari quod in majore aestu humi jacentes resupini umbra se pedum protegant. []
  2. Aristophane, Les Oiseaux, vers 1553. []
  3. Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, IV, 45 et 47. []
  4. Ibid. VI, 25. []
  5. J’ai numéroté les énoncés pour une comparaison plus facile avec la traduction. 1Ϸat var einn morgin, er þeir Karlsefni sá fyrir ofan rjóðrit flekk nǫkkurn, sem glitraði við þeim, 2ok œpðu þeir á þat. 3Ϸat hrœrðisk, ok var þat einfœtingr 4ok skauzk ofan á þann árbakkann, sem þeir lágu við. 5Ϸorvaldr Eiríksson rauða sat við stýri, 6ok skaut einfœtingr ǫr í smáþarma honum. 7Ϸorvaldr dró út ǫrina ok mælti : ‘Feitt er um ístruna. 8Gott land hǫfu vér fengit kostum, en þó megum vér varla njóta’. 9Ϸorvaldr dó af sári þessu litlu síðar. 10Ϸá hleypr einfœringr á braut ok suðr aptr. Ce texte vient de La Saga d’Éric le Rouge et Le Récit des Groenlandais, 1955, texte islandais avec introduction, traduction, notes, glossaire et cartes, par Maurice Gravier, Ed. Aubier, ch. XII de la Saga, p. 98-99. []
  6. Voir André Beaumont, Pierre Cassier et Daniel Richard, 2009, Biologie animale. Les Cordés : anatomie comparée des Vertébrés, 9e édition, Ed. Dunod. Sur le problème particulier de la “sortie de l’eau”, voir Michel Laurin, 2008, Systématique, paléontologie et biologie évolutive moderne. L’exemple de la sortie des eaux chez les vertébrés, Ed. Ellipses. []
  7. C’est une simplification. Car si la ceinture pelvienne est solidement attachée à la colonne vertébrale, la ceinture pectorale (ou scapulaire, celle des épaules et des membres antérieurs) ne l’est que par des muscles ; la clavicule vient reposer sur le haut du sternum, en avant. []
  8. Dans ‘Le Temps terroriste‘, surtout à l’Acte 3. []
  9. Pour le biologiste, et peut-être surtout le systématicien, ce passage des Chordés aux Arthropodes est étrange ; mais il ne s’agit pas ici de phylogénie ! []
  10. La ressemblance de la chenille avec le ver de terre est superficielle. La chenille EST un papillon même si cela paraît étrange ; plus exactement elle en est le stade larvaire indispensable. Au contraire, le ver de terre (le lombric Lumbricus terrestris) ne s’est jamais métamorphosé en quoi que ce soit. En réalité, le lombric est un Annélide, qui sont des animaux complètement métamérisés, c’est-à-dire fondamentalement divisés en segments et, du point de vue phylogénétique, sont assez proches des Mollusques. []
  11. Techniquement, il s’agit plutôt d’Euarthropodes. []
  12. Par exemple en français la plupart des verbes (mais pas nécessairement les plus fréquents) sont du 1er groupe. Or, au présent et à d’autres temps, la différence entre les 6 personnes de la conjugaison disparaît beaucoup à l’oral. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search