Voyelles et consonnes

Dites à un francophone qu’il y a 13 voyelles en français, et il vous dira : mais non, il y en a 5 : A E I O U, et peut-être Y.

Il faut en déduire que les Français ne parlent plus. Ils se contentent d’écrire, puisqu’ils parlent des lettres de l’alphabet, au lieu de parler des sons de la langue.

Ils devront vite admettre que pour beaucoup de “sons vocaliques”, il leur faut plusieurs lettres, comme ON, EU, EN, AI et que parfois il faut même ajouter des accents, É ou È. C’est que les 5 lettres, et même 6, ne suffisent pas pour toutes les voyelles.

Galerie de paléontologie du Muséum, un de mes crânes préférés. Quand personne ne me regarde, je lui dis : “Allez, un effort, prononce SPLASH”

Acte 1. Voyelles écrites ou prononcées

Cette méprise vient du fait que les petits Français découvrent le mot ‘voyelle’ dans le cadre de l’école où ils apprennent à écrire. On leur dit (avec raison, mais sans nuances) que dans l’alphabet il y a 5 (ou 6) voyelles A E I O U (Y) dans l’ordre alphabétique1 ; et que les autres sont des consonnes. Et que – ce dernier point est important – on fait une syllabe avec une voyelle seule ou avec une consonne et une voyelle, mais jamais avec une consonne toute seule. La morale de l’histoire est donc qu’il y a des voyelles A E I O U (Y), et des consonnes B C D F G H J K L M N P Q R S T V W X Z.

L’inconvénient de cette présentation des faits est qu’elle est fausse, parce qu’elle confond le registre graphique et le registre sonore2, et qu’elle emploie le mot ‘voyelle’ dans les deux cas. Par exemple : Q + U ne fait pas une syllabe, mais une consonne ! Il faut partir du sonore, parce qu’une langue se parle, même si on ne l’écrit pas. Les linguistes ne cessent de répéter (avec un succès modéré) qu’il existe dans le monde des milliers de langues qui ne sont jamais écrites, et qui pourtant sont parlées.3

Les lettres des alphabets (ou des autres systèmes graphiques) servent à noter les sons des langues4. Comme les lettres sont plus ou moins adaptées à ce sport difficile de noter ce que les gens disent, on a recours à de nombreuses ruses que les instituteurs connaissent bien, et qu’ils enseignent aux élèves. Ces ruses viennent du fait, par exemple, que pour noter les 13 ou 14 ou même 15 voyelles du français, 5 ou 6 lettres ne suffisent pas.

Exemples contrastifs pour 13 voyelles du français, après la consonne L.

Si l’on dit qu’une voyelle est un son qu’on peut prononcer tout seul et qu’on peut chanter sur plusieurs notes5, alors le minimum en français est 13 voyelles, celles qui sont illustrées (graphiquement !) dans le tableau ci-dessus après la consonne L. Personne ne niera, je crois, qu’on a là 13 voyelles différentes et que si l’on prend l’une pour l’autre, on obtient un mot différent.6

Peut-on dire qu’il barit ? C’est un mystère. Le garde-corps en fer forgé est nettement plus civilisé.

Acte 2. Géographie des voyelles

Personne ne niera non plus que les voyelles sont prononcées quelque part dans la bouche ouverte. Car si on ferme la bouche, on est bien embêté ! Mais on peut fermer le nez, cela marche quand même – plus ou moins bien, comme on va voir.

Chacun d’entre nous sera très content d’apprendre qu’il est un héros. Car dans un très petit espace (la bouche), il parvient à prononcer au moins 13 voyelles différentes ! Peut-être que “héros” est excessif, et que “virtuose” est un mot meilleur. On apprend dès qu’on est petit. Cela prend un peu de temps. Tout le monde sait que pour apprendre, il vaut mieux être petit, puisque ensuite on apprend moins bien ou moins vite. Le monde est mal fait parce que souvent, c’est quand on est grand qu’on aimerait apprendre.

Les savants ont exploré la bouche, la lampe à la main, et ont découvert des choses intéressantes. On peut vous en révéler deux.

(1) certaines voyelles sont prononcées sur l’avant de la bouche, par exemple dans ‘lit, les, laid’ ; d’autres vers le fond de la bouche, par exemple ‘loup, l’eau, long’ ; et d’autres encore entre les deux. C’est pourquoi dans le tableau ci-dessus, que je reprends ci-dessous, il y a trois colonnes différentes.

Même tableau, avec les régions dans la bouche

En fait, pour les voyelles formées au fond de la bouche, on constate que les lèvres se referment en même temps. Pas complètement bien sûr, mais elles ne s’étirent plus largement comme pour prononcer les voyelles de l’avant. C’est toute la bouche qui travaille !

Publicité pour la sortie de Pinocchio, 1883. Le long nez (parfois) de Pinocchio n’a rien à voir avec son nom.

(2) certaines voyelles réclament la participation du nez ; en réalité de tout l’ensemble du conduit nasal, qui forme une sorte de résonateur, comme dans certains instruments de musique. Mais en passant par là aussi, la voyelle prend une résonnance particulière, évidemment. L’air passe donc, pour les “voyelles nasales”, à la fois par la bouche et par le nez. Ce sont des voyelles exigeantes : il leur faut de la place.

L’air vient des poumons et, quand le voile du palais est abaissé peut résonner à la fois dans la bouche et les fosses nasales, qui forment une cavité importante.

Dans notre tableau, il s’agit des voyelles qui sont écrites avec un N : celles qu’on entend dans ‘lin, lent, long’. Je les ai écrites dans la même case qu’une autre voyelle (lin avec laid, lent avec la, long avec lo(rs)) parce que ce sont les mêmes voyelles, sauf que dans un cas le nez ne participe pas, et dans l’autre si.

Quand je dis “le nez”, j’exagère un peu parce que si vous fermez vos narines avec deux doigts, vous verrez (vous entendrez) que vos voyelles nasales sont quand même presque correctes. C’est qu’en fait, le conduit nasal a participé, sauf que l’air n’a pu sortir que par la bouche. On en déduit qu’en réalité, un petit clapet ferme l’ouverture des fosses nasales pour les “voyelles normales” et l’ouvre pour les “voyelles nasales”, de sorte que la cavité des fosses nasales est quand même disponible pour la résonance des voyelles nasales, même si l’air ne peut pas sortir par le nez.

Laurel & Hardy, et Lupe Velez, dans Hollywood Party, 1934. On se demande si des individus aussi différents peuvent se comprendre. Car leurs voyelles doivent être bien différentes ! Mais ils se comprennent quand même.

Acte 3. Voyelles en plus ou en moins

Quand on parle d’une voyelle, par exemple la voyelle de ‘loup’, c’est parce qu’elle est identifiée par contraste. Il ne faut pas la confondre avec celles de “lu” ou “l’eau”. On fait attention à prononcer avec suffisamment de netteté pour éviter les confusions. Mais d’une personne à l’autre, selon l’âge et la taille aussi, parfois selon les régions, la prononciation n’est pas exactement la même. Telle voyelle n’est pas prononcée exactement au même endroit de la bouche, peut-être avec les lèvres positionnées un peu différemment – car cela se joue à quelques millimètres : rappelez-vous que vous êtes un virtuose. Toutefois, aussi longtemps que vous distinguez les voyelles entre elles, on vous comprend. En réalité, en écoutant quelqu’un qu’on ne connaît pas, on apprend très vite à situer les différences entre ses voyelles – même s’il ne les prononce pas vraiment comme nous. En forçant un peu la note, on pourrait dire qu’on entend autant les différences que les voyelles.

Les voyelles (comme les autres sons) ont donc un peu de “jeu” : on n’est pas tenu de les prononcer exactement de la même façon à chaque fois, d’autant que cela dépend des sons qui précèdent ou suivent, ou de l’émotion, ou si c’est une question, ou un propos chuchoté ! On a un peu de marge. D’ailleurs, même le nombre de voyelles change d’une personne à l’autre.

A Paris, souvent les gens prononcent ‘patte’ et ‘pâte’ de la même façon. Pas moi. Donc je me moque des Parisiens et ils se moquent de moi. Dans le Sud de la France, il est fréquent qu’on prononce ‘dos’ et ‘do(rt)’ de la même façon. Les gens du Nord sont stupéfaits. Mais l’expérience montre qu’on parvient à se comprendre quand même. Plus ou moins.

Orang-outan mâle, photographié de dos. La mode est à trouver toutes ces bêtes sympathiques. C’est peut-être qu’elles ne peuvent rien répondre.

Car c’est une question de plus ou de moins : si ces différences dans la prononciation, dans le choix des mots, dans l’intonation de la phrase, deviennent trop nombreuses, on ne comprend plus. Mais il est difficile de situer exactement la barre du “trop”, d’autant qu’elle dépend beaucoup de l’accoutumance. Les Canadiens qui ont l’habitude d’entendre le “français de France”, ça va.

Acte 4. Et les consonnes ?

Il existe deux sortes de consonnes : celles qu’on peut faire durer, et les autres. Par exemple, vous pouvez faire durer SSSSSSS, ou CHHHHH, ou FFFFFFF. Mais vous ne pouvez pas faire durer T ou P. La différence est facile : cela dépend si l’air peut ou non passer.

Nous avons 19 consonnes en français d’aujourd’hui, avec peu de variation. Nous sommes plus stricts sur les consonnes, et c’est aussi pourquoi nous remarquons mieux la lenteur de leur mise au point chez les enfants. En outre, les enfants sont gênés par la double génération de leurs dents. Parmi ces consonnes, le tableau ci-dessous en donne 14 ou 15, d’abord avec des exemples pour fixer les idées (ou les oreilles), ensuite résumées.

14 (ou 15) consonnes du français

Dans plusieurs cases, j’ai placé deux consonnes. Car beaucoup vont par paires : la première est dite “sourde” et la seconde “sonore”. C’est dû au fait que pour les sonores (comme pour les voyelles nasales), on met en jeu le volume de la cavité nasale. Mais ce qui nous retient cette fois est autre chose.

Sur la première ligne, celle de P B T D C (ou K) G, le son est “articulé” en ce sens que l’espèce de conduit qui produit le son se ferme et ensuite s’ouvre. C’est évident avec P B parce qu’on voit les lèvres se fermer puis laisser passer l’air – et c’est à ce moment d’ouverture que la consonne se forme. Pour T D les lèvres ne se ferment pas, mais c’est avec l’application de la langue derrière les dents du haut que le canal d’air se ferme puis s’ouvre. Enfin, difficile à voir mais très sensible pour celui qui prononce, pour K G c’est dans l’arrière de la bouche (là où l’on a mal dans les angines !) que le canal se ferme puis s’ouvre. Ces six consonnes sont dites “occlusives” à cause de cette occlusion, cette fermeture, préliminaire à “l’explosion” très relative qui se produit ensuite.

Sur la seconde ligne, nous avons nos spirantes, celles qui peuvent être tenues longtemps même sans voyelle d’appui, grâce au sifflement que produit l’air qu’on fait sortir de la bouche. Et sur la troisième ligne, nous avons des consonnes nasales, qui elles aussi peuvent être tenues, mais à cause de la résonance qui accompagne l’air sortant par le nez. Et cette fois, si vous vous bouchez le nez, ça ne marche plus du tout !

Charlot et le gosse. ‘The Kid’, 1921.

*

Juste une remarque à propos de NG. Dans l’orthographe du français, le groupe NG est récent et accompagne l’emprunt de mots anglais comme parking. Mais le son est ancien en français quand il est suivi de i (ou y), et ce son composé est alors écrit GN par exemple dans ‘gnon’ ou même dans ‘montagne’. Autrefois, on l’écrivait IGN, et c’est resté dans certains noms communs comme ‘oignon’ ou dans le nom de Michel de Montaigne, en principe le mot ‘montagne’. Le son noté par GNON est différent (pour la plupart des locuteurs) du son noté par NION. Et ‘champignon’ ne se prononce pas comme si c’était “champinion”. C’est une des finesses (admirables, bien entendu) du français. Finir par les champignons, c’est de saison.

Conclusion

Selon les pays, la situation est un peu différente, mais en général les gens qui sont allés à l’école identifient les langues à leur orthographe, et pensent que les voyelles sont des lettres. Plusieurs raisons expliquent cette grave erreur.

Il y a d’abord le discrédit à l’égard de la parole, créé par les orthographes pour se distinguer de la “langue orale” , qu’on a pris l’habitude de prendre pour un patois mal famé. Seul l’écrit serait urbain, difficile, sérieux, chic. C’est pourquoi, quand c’est dans le journal, ça ne peut être que vrai… Malgré la radio et la télé, le préjugé demeure : l’écrit marquerait l’élite, serait la référence, et l’on constate souvent que les gens qui ne savent pas l’orthographe, ou la savent mal, sont très handicapés. Ils ont souvent honte.

Est-ce cause ou conséquence, il y a eu aussi (et cela dure) la volonté sociale des gens instruits de se différencier des analphabètes, des pauvres, des gueux. On veut bien respecter chez l’analphabète une sorte d’instinct robuste, des hasards créatifs. La preuve, c’est qu’il aime chanter, dit-on !

NOTICE sur les images. (1) L’image de ce panier de champignons (l’image seulement) m’a été envoyée par une amie juste à point pour ce billet. Je la remercie avec chaleur. (2) Galerie de paléontologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, à Paris. Nov. 2019. Sur cette photo, j’aime tout, même le E. (3) Carnotaurus sastrei, moulage. Il est ‘taurus’ parce qu’il a des cornes. Même endroit, même date. (4) Source de l’image. En italien, pinocchio rime (richement) avec finocchio ‘fenouil’. (5) le schéma des conduits utiles vient d’ici. (6) Source de l’image. (7) Voir plus haut. (8) Cette image, retouchée, du Kid provient d’ici.

  1. Les fameuses cinq voyelles ont servi de devise : Austriae est imperare orbi universo ‘Il revient à l’Autriche de commander au monde entier’. []
  2. Donc les lettres de l’alphabet et les phonèmes de la langue. Il faut cependant admettre qu’il est bien plus facile d’exposer, surtout à des enfants, les lettres de l’alphabet que les phonèmes de la langue. L’alphabet, c’est déjà compliqué. []
  3. Et à chaque fois que, auprès d’un public ordinaire (je veux dire : pas des linguistes), je rappelle ce fait, mes auditeurs français ont beaucoup de mal à comprendre que c’est possible ! J’explique alors que s’ils parlent français, c’est souvent parce que au moins un de leurs parents leur ont appris la langue quand ils étaient petits ; ils en conviennent (mais bien sûr il y a les cas de gens qui, petits, ont appris plusieurs langues). J’ajoute que les parents de leurs parents ont fait de même, et qu’ainsi nous remontons facilement à deux ou trois siècles, et qu’il est possible qu’à cette époque les membres de leur famille ne savaient pas tous écrire. Cependant, ils parlaient français tout de même. []
  4. Pour un exposé plus détaillé sur l’histoire de la notation des voyelles, voir ‘Les voyelles et l’alphabet‘ ou ‘L’Alphabet et le problème de l’écriture‘. []
  5. Les deux critères sont utiles, car comme on verra plus loin avec les spirantes, elles peuvent être prononcées toutes seules, mais pas chantées. []
  6. L’exemple ‘lieu’ n’est pas très bon. On pourrait prendre la dernière syllabe de ‘fabuleux’. De même l’exemple ‘lors’ a l’inconvénient d’ajouter une consonne R après la voyelle – mais là, je ne vois pas comment contourner la difficulté avec un autre mot. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (5 octobre 2022). Voyelles et consonnes. Caramel. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7dq


Une réflexion sur « Voyelles et consonnes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search