L’Ancien et le Nouveau

À l’initiative de Napoléon III, Georges Haussmann1 bouleversa l’urbanisme parisien dans les années 1853-1870. Le bilan a été très discuté. Un peu après, en 1888, le centre de Florence a été détruit.

Le propos est le même : élargir les voies, abattre les quartiers trop populaires, faire du centre un modèle de ville facile à contrôler, hygiénique, éclairée la nuit, riche : moderne. La méthode est pourtant différente : s’attaquer seulement au centre du centre, mais l’abattre entièrement.

Acte 1.

Vous voyez ci-dessus (et d’en haut) le centre historique de Florence. A l’intérieur du tracé jaune, on reconnaît le circuit de rues anciennes qui correspond aux remparts médiévaux. Les deux axes de la ville romaine (nord-sud et est-ouest sont marqués par les traits jaunes, et se retrouvent dans des rues actuelles. On reconnaît au NE Santa Maria del Fiore (le Duomo) avec son Baptistère octogonal, au sud la Piazza della Signoria, et au bord de l’image à droite la place Santa Croce. Au milieu de la ville ancienne : ce qui est aujourd’hui la Piazza della Repubblica2.

Cet agencement parfaitement perceptible d’en haut résulte d’une transformation profonde du centre-ville, exécutée à partir de 1888 sous le nom de Riordinamento3, selon un plan d’Odoardo Rimediotti. Il n’est pas difficile de comparer APRES (à gauche) et AVANT (à droite), en comparant les deux plans suivants.

Acte 2.

Cette vue d’en haut reprend le cadrage des dessins précédents.

Un des secteurs les plus intéressants de cette ville ancienne, correspondant aux sections G et L du schéma ci-dessus, avait comme beaucoup de centres-villes médiévaux l’aspect d’une medina, juste au nord du ‘Mercato Vecchio’, le vieux marché, recouvert aujourd’hui par la partie nord (P1) de la Piazza della Repubblica. C’était l’ancien ghetto juif, dont Cosme de Médicis avait décidé la clôture en 1570, sous la pression du pape Paul IV4. Cosme, en commençant par Pise, avait fait expulser les juifs de Toscane, d’abord au prétexte qu’ils manipulaient de l’argent (ce que les Monts de piété chrétiens faisaient aussi depuis la fin du XVe siècle, mais sans pouvoir rivaliser), ensuite en faisant faire un recensement, puis en imposant un signe distinctif à ceux qui restaient dans le ghetto. C’était sur le modèle du ghetto de Rome (1555) et à le suite de celui de Venise (1516) qui, dit-on, avait inauguré le nom de « ghetto ». Cosme avait choisi une zone insalubre et mal famée, dont il ne pouvait rien faire d’autre.

Les portes du ghetto de Florence ne tomberont vraiment qu’en 1848. La surpopulation forcée, la misère, les maladies qui prospéraient dans cette zone en plein cœur de la ville, n’avaient pas disparu aussitôt après 48. Les édiles trouvaient désolant l’exemple de cette infamie dans une ville si jolie, où les touristes venaient volontiers. Dans les années 1860, on voulut exploiter la zone en y fêtant un carnaval costumé « à l’orientale », mais le succès ne suffisait pas, malgré les ruelles étroites, les très vieux murs, les architectures merveilleusement alambiquées d’immeubles se rejoignant, s’épaulant, s’étouffant les uns les autres.

Le plan ci-dessus5 donne le relevé de l’ancien ghetto. Les endroits en jaune sont les ruelles et l’on constate qu’il n’y avait que trois ouvertures. J’ai ajouté les lignes rouges, qui donnent le tracé des deux îlots actuels G et L, ainsi que l’alignement des rues actuelles, bien plus larges et plus rectilignes que les ruelles d’autrefois.

Le côté nord de la Piazza della Repubblica. La façade à la place de l’ancien ghetto. On aperçoit à droite, tout proche, le campanile de Giotto à côté du Duomo.

De même que le quartier de la rue des Rosiers, à Paris, est à deux pas de l’ancienne Place royale (la place des Vosges), de même à Florence ce ghetto donnait sur la place de la cathédrale, le centre de la ville chrétienne. Mais à Paris, malgré des alignements significatifs, cette partie du Marais ne ressemble en rien aux immeubles énormes construit sur les ruines du ghetto florentin (voir ci-dessus). Beaucoup regrettent la disparition d’un patrimoine urbain qu’on aurait pu gérer autrement qu’en y installant ces mastodontes, symboles explicites du luxe et de la puissance, comme le montre l’affiche ci-dessus, où sont rapprochées la porte monumentale du côté ouest de la place, et la vie pleine de bulles des gens riches6!

Acte 3.

Le ghetto disparu de Florence n’est qu’un cas particulièrement aigu7 dans le bouleversement du riordinamento, comme l’ont décrit par exemple Stefano et Vincenzo Giannetti8. Les pulsations alternatives de destruction organisée et de fièvre bâtisseuse caractérisent beaucoup de villes, d’un bout du monde à l’autre. On pourrait certainement, avec des décalages chronologiques intéressants mais qui cachent aussi des similitudes profondes, les comparer utilement.

D’autre part, notre sensibilité d’aujourd’hui (en prenant cette formule avec la prudence nécessaire) reste dubitative devant ces grandes machines à façades néo-chose qu’on aimait imposer aux regards sur des places faites exprès. Mais il faudrait, pour sonder véritablement ces théâtres, pouvoir errer dans les couloirs des immeubles, vérifier les conduits, les cheminées, les adductions d’eau, les canalisations, quand on installa le gaz ou l’électricité, comment, si ces géants eurent d’emblée des ascenseurs et de quelle marque, en retrouver les plans parce qu’ils auront changé, eux aussi.

De sorte que le ventre de ces géants aux mille yeux glacés, n’est pas finalement sans rappeler, malgré l’absurde tentative pour les anéantir et en assassiner le souvenir, les medina des pauvres dont, par contrainte et par misère, on empilait les étages les uns sur les autres, les toits sur les escaliers, et où les incendies, les effondrements, les maladies, faisaient plus de morts et d’humiliation que les tapis où rampaient les procédures aux portes des puissants.

Je ne souhaite pas tenter de rehausser cette « méditation sur les ruines » (dont la plupart des touristes à Florence, et une partie des habitants, ne soupçonnent pas l’existence) par le style d’un grand écrivain disparu, mais à la fin des Émigrants, Max Sebald revient sur un thème qui l’a accompagné toute sa vie : les architectures gigantesques des potentats, et des sociétés portées par le modèle du potentat : les hôtels énormes s’étendant sur des paysages, devenant paysages, mangeant la vue comme un ogre mange des yeux, les palais titanesques en façades de pierres mais au-dedans de brique et de stuc, les tapis dégringolant comme ils peuvent les escaliers déclassés, comme
« la façade du Midland Hotel où Ferber, ces dernières années, depuis que ses revenus le lui permettaient, s’était loué une suite, et où moi-même j’avais pris une chambre pour le soir. Le Midland a été édifié vers la fin du siècle dernier (…) »9

Cette incursion soudaine mais pas inattendue de Sebald dans cette page, donne aux imagettes soigneuses que j’ai cherché à choisir, en lisant les travaux des historiens, une récursivité qui, elle, est inattendue : que veut-on faire quand l’illustration devient argumentaire, quand l’image devient un guide, un plan ? Alors même qu’on discute les plans des réformateurs.

NOTE sur le texte et quelques images. Ce billet doit vraiment beaucoup au livre de Stefano et Vincenzo Giannetti que j’ai cité. Leur ouvrage rassemble de nombreux plans, des images anciennes, des photos des opérations de destruction etc. Mon excuse pour avoir tant utilisé leur livre est que je pouvais, très modestement, contribuer à le faire connaître au public français. Il existe d’ailleurs, en italien, des livres et articles assez abondants sur cette question sensible du riordinamento.

  1. Je sais bien que tout le monde l’appelle ‘le baron Haussmann’, mais il paraît qu’il a refusé d’être duc. Aussi faut-il lui rendre son vrai nom : Georges Eugène Haussmann, 1809-1891. []
  2. Cette place exactement centrale ne porte ce nom que depuis 1946, comme nous l’apprend le guide de Roger Renaud, 2002 (souvent réimprimé), Per le vie di Firenze : Dodici itinerari storico-artistici, Giunti. Après sa transformation fin XIXe, elle s’est d’abord appelée ‘Piazza Vittorio Emmanuele II’. []
  3. Le mot signifie ‘réaménagement’, mais c’est un euphémisme, comme on va le voir. []
  4. Sur ce sujet, voir l’étude récente d’Ippolita Morgese, 2018, Nessuno sa di lui. Carlo Pitti, il vero artefice del ghetto ebraico di Firenze, Le Lettere. []
  5. On le trouve sur le site de ‘Rete archivi Piani urbanistici’ (RAPu) ici. []
  6. Cette vignette d’époque est extraite du livre de Stefano & Vincenzo Gianetti, p. 176. []
  7. Il faut ajouter que dans le quartier du riordinamento, tout n’a pas été détruit : on a conservé plusieurs immeubles anciens de bonne allure, ainsi du palazzo Strozzi (îlot N) ! mais on dû parfois en refaire les façades pour des raisons d’alignement. []
  8. S. e V. Giannetti, 2018, Il Mercato Vecchio e il Ghetto di Firenze. Com’era il cuore antico della Firenze scomparsa. Angelo Pontecorboli editore. []
  9. (…) an ein phantatisches Befestigungswerk erinnernde Fassade des Midland Hotels vor mir auftauchte, in dem Aurach in den letzten Jahren, seit seine Einkünfte es ihm erlaubten, eine Suite gemietet und wo auch ich für disen Abend ein Zimmer genommen hatte. Das Midland ist gegen das Ende des letzten Jahrhunderts gabaut (…). La traduction utilisée est celle de Patrick Charbonneau, Actes Sud, coll. Babel, 1999. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.