Le cri du paon

Le paon n’est pas de chez nous. Pourtant, il se pavane et, troublés, nous l’admirons. Cet animal exotique a même un nom : paon.

Le nom n’est pas banal non plus.

D’où sort ce nom, et l’animal, et depuis quand promène-t-il cet air de poule de luxe ? Ou plutôt de coq de luxe, puisque c’est lui qui fait la roue.

De grands savants ont un peu éclairci le chemin. Il reste beaucoup à faire. Chercheurs : au travail !

Acte 1. Paon

En français, le groupe de lettres -AON se prononce tantôt comme -AN (faon, paon, taon)1, tantôt comme A+ON (pharaon, machaon, lycaon). On voit à l’œil nu que ces trois mots de la deuxième série sont des mots empruntés au grec2, ce qui rend compte de leur traitement spécial. Car le traitement normal est celui des trois mots de la première série.

Le mot taon était en latin tabanu ou tabone – avec une variation ancienne qu’on attribue parfois à un emprunt à l’étrusque. La seconde forme a donné ensuite tavone puis tavon et c’est finalement l’effacement du son /w/ devant /o/ qui a amené la graphie TAON. Une évolution semblable, à partir du latin pavone a mené à PAON.

Rien de mystérieux jusqu’ici : l’orthographe AON pour le son /ɑ̃/ est un peu étrange parce qu’elle est limitée à quelques mots. C’est dû au fait que la séquence -avon- est assez longue pour être rare3, et qu’elle s’est réduite, via la prononciation ancienne /aũn/, à /ãn/ puis à /ã/ : beaucoup de lettres pour un seul son ! La prononciation s’est simplifiée entre XIIIe et XVIe siècle.

C’est d’autant moins mystérieux que l’italien d’aujourd’hui dit encore pavone, comme en latin.

Acte 2. Domaine de pavone.

Du point de vue de l’histoire des mots, ou de la lexicographie, le cas du paon est intéressant parce qu’il confronte des tendances distinctes et pour une part opposées. Le paon n’est pas un animal européen. Mais il a été importé depuis longtemps : il figure dans la littérature grecque ancienne, il est bien connu des écrivains latins ; on le trouve même (mais une seule fois) dans la Bible en hébreu. C’est un animal à la fois installé et exotique.

Aussi installé qu’il soit, il ne l’est que depuis qu’on l’accueille : généralement dans des parcs, où il est un acteur de premier ordre. Cela dépend donc de la mode des parcs et des jardins – un sujet passionnant. Dans son livre sur les jardins romains4, Pierre Grimal parle des paons. Et la peinture romaine montre souvent des paons.

Aucune langue d’Europe n’avait de mot pour ‘paon’, sauf dans ce cadre de jardin d’acclimatation. On constate que presque partout en Europe, le mot a été emprunté au latin.

Les noms du ‘paon’.
Pour les nombreuses langues qui utilisent d’autres alphabets, ils sont ici translittérés.

Dans la carte ci-dessus, tous les noms portés en lettres noires dépendent de près ou de loin du mot latin, pavone. Dans plusieurs cas, on a un mot composé, comme en anglais peacock (pea < pavone + cock) ou en suédois påfågel ( < pavone + fågel ‘oiseau’), ou bien un dérivé avec un suffixe comme dans certaines langues slaves, ainsi en russe pavlin (pav < pavone). Cela n’a rien d’étonnant : l’animal était inconnu, on a donc importé le nom avec l’animal, et comme le nom le plus évident en Europe était le nom latin, c’est lui qu’on a utilisé.

Dans la littérature latine, aux environs de l’an 400 on trouve une fable d’Avianus5 où la grue et le paon se querellent. Le paon est l’oiseau fétiche de la déesse Junon (en grec Héra). Dans la fable, le paon fait le malin en faisant la roue6. La grue ne peut pas rivaliser, mais elle a une réplique intéressante par le ton : oui, dit la grue, c’est superbe ; mais moi je vole, tandis que cette queue magnifique traîne à terre. En latin, l’apparition du mot pavone ‘paon’ n’est pas antérieure à Varron7 et Cicéron8., c’est-à-dire au Ier siècle AEC.

Le cas le plus intéressant est peut-être celui du grec. En grec moderne, on a παγώνι /paioni/ ou /paoni/, qui lui aussi dépend de pavone. Or, le grec ancien avait un mot différent : ταώς ‘taōs’9. Et c’est ce mot que nous trouvons aujourd’hui (sur notre carte, en rouge) en arabe, en turc, et en hébreu moderne.

Acte 3. D’où sort ce paon ?

Nous allons un instant laisser brûlante sur le feu la question des mots, pour nous occuper de la bête10. Tout le monde savait qu’elle venait des Indes – mais bien sûr la notion est assez floue. Aristophane écrit ses Acharniens vers 425 AEC : le mot ‘paon’ y apparaît11 et nous sommes un siècle avant l’expédition d’Alexandre le Grand (qui est “aux Indes” entre 330 et 326). Athénée raconte que l’orateur Antiphon (né vers 480 et mort en 410)12 avait écrit un livre Sur les paons, et il en ressort qu’à cette époque c’était une rareté. Ce sont pourtant les récits de Quinte-Curce, décrivant l’expédition d’Alexandre, qui disent13 :

De là, passant le fleuve, il s’avança au cœur de l’Inde. Il y avait des forêts qui s’étendaient presque à l’infini, obscurcies par de grands arbres s’élevant à une hauteur extraordinaire. (…) Le climat est sain car l’ombre tempère la violence du soleil et les eaux coulent en abondance des sources. (…) De là, à travers des endroits déserts, on arriva à l’Hiarotis. Une forêt ombreuse d’arbres ailleurs inconnus bordait ce fleuve, peuplée d’une foule de paons sauvages (agrestiumque pavonum multitudine).

Mais les membres de l’expédition d’Alexandre dont des récits nous ont été transmis par Arrien14 ou Strabon15, les Aristobule et les Onésicrite, s’ils nous parlent de ces traversées de fleuves, l’Akésinès et l’Hyarotis/Hydraotis, ne nous parlent pas des paons.16

Habitat du Pavo muticus.

On s’en console en étudiant les naturalistes d’aujourd’hui ! Les paons appartiennent à la famille des Phasianidés, qui est divisée en 3 sous-familles : celle des Rollulinés (dont la perdrix noire, et les torquéols), celle des Phasianinés (avec tragopans et lophophores, dindons et tétras, perdrix et faisans), celle des Pavoninés (avec les argus et les paons, les francolins et les coqs). Le paon acclimaté en Europe est le Pavo cristatus L. ‘paon bleu’, et il est proche du Pavo muticus L. 1766 ‘paon spicifère’, qui vit dans les régions coloriées en vert sur la petite carte. Le groupe assez étroit des ‘Pavonini’ comprend 5 espèces : notre paon, des oiseaux d’Asie du Sud-est de Sumatra et Bornéo, débordant au nord vers l’Inde et la Chine…

Afropavo congensis Chapin 1936. Zoo d’Anvers.

puis le Paon du Congo, découvert en 1936 seulement, et qui ressemble de façon convaincante à nos oiseaux bizarres. Or, tous les autres “fasianidés” sont asiatiques, de sorte que cette découverte a fait beaucoup de bruit ! Des études de toute sorte ont suivi, y compris sur l’ADN de cette pauvre bête et il a fallu se rendre à l’évidence : il s’agit bien d’une sorte de paon – ce qui, me direz-vous, au vu de l’image n’est pas très surprenant.

Pourtant, il ne fait pas de doute que notre paon à nous, celui des parcs et jardins par beau temps, provient de l’Asie du Sud d’autrefois. Savoir jusqu’où s’étendait son domaine naturel autrefois est une question très difficile parce qu’il faut calibrer “l’autrefois”. En effet, Cécile Mourer-Chauviré a retrouvé des os typiques de ce groupe d’oiseaux dans le Pliocène de Perpignan !17

Acte 4. Les mots et les bêtes

Dans l’acte 2, nous avons recueilli des noms qu’a portés ou qu’a encore le curieux animal. Mais nous savions que l’animal avait été importé. La facilité de l’expansion du nom latin pavone, ou de ses adaptations, reposait sur le fait que l’animal était tout nouveau, et pouvait sans difficulté importer son nom latin avec lui puisque sur place il n’avait pas d’autre nom.

Nous avons vu aussi qu’avait existé en grec ancien (pas en grec moderne) un nom différent, taōs, qui semble se retrouver18 en arabe, ṭāwūs, et par l’arabe largement diffusé jusqu’en Iran ou dans les langues turkes d’Asie. Le mot arabe a pu lui aussi se diffuser dans les régions d’Asie proche ou centrale où l’animal était inconnu, et peut-être même en Perse ou l’on dit aujourd’hui aussi طاووس tāwūs.

Représentation schématique de la diffusion de quelques noms du paon.

Naturellement, la discussion prend un tour tout différent – et c’est peut-être la “leçon” principale de ce caramel – quand nous approchons les régions d’où provient notre paon. Car cette fois, l’animal est chez lui, et les gens qui le connaissent ont pu lui donner tous les noms qu’ils voulaient !

On pense bien sûr (comme pour l’éléphant19) à chercher les noms que l’animal porte en Inde. Malgré les nationalismes, il faut se souvenir que l’Inde, c’est en fait les Indes, notamment pour les langues : langues du Nord, souvent liées au sanskrit, et langues du Sud, dites dravidiennes – et là, le problème du paon s’est posé assez tôt.

Le mot sanskrit, dans l’Inde d’autrefois (à peu près aux temps des Grecs et des Romains) pour le paon était mayūra.20 On retrouve facilement ce mot aujourd’hui dans les langues indo-aryennes de l’Est : mairā en Assam, maur au Bengale, maïra en Orissa, mais aussi dans les hautes montagnes de l’Ouest : maiyūr chez les Shina, selon Lorimer. Ailleurs dans les Indes du Nord, on a plutôt des formes contractées comme le hindi mor. Ce terme s’est diffusé parfois aussi dans l’Inde du sud21, en tamoul avec des formes comme mayil.

Rien de tout cela n’évoque le moins du monde ni notre ταώς ‘taōs’ grec d’autrefois ni son cousin arabe طَاوُوس ‘ṭāwūs’.

Le casse-tête ne s’arrête pas là. On trouve dans la Bible, une seule fois ! un mot étrange qui, selon les traducteurs anciens, signifie ‘paon’. C’est תכיים tukkiyim. Il se trouve dans les récits de la richesse du roi Salomon22 :

Les lignes du passage traduit ci-dessous.

C’est que le roi avait sur mer une flotte de Tarsis, avec la flotte de Hiram. Une fois tous les trois ans, la flotte de Tarsis arrivait, transportant de l’or et de l’argent, des ivoires, des singes, des paons.

Comme ce mot tukkiyim ne se trouve qu’ici (et dans un passage identique), nous ne saurions guère ce qu’il signifie, si nous n’avions les traductions anciennes. La plus intéressante pour nous (ci-contre) est un targoum araméen23 où on lit bien šen de-fîl we-qôfîm û-ṭewosîn ‘dent d’éléphant et singes et paons’, avec le mot fil pour ‘éléphant’, et le mot ṭewos ‘paon’, le même mot qu’en arabe. Des indications un peu plus techniques sont consultables ailleurs24.

Mais si la signification de ce mot hébreu rarissime était presque assurée, et si cela témoignait (comme au temps des Grecs de l’Antiquité) du succès international du paon ! d’où pouvait bien venir ce mot rare ? Wilhelm Gesenius, un grand hébraïsant, a soutenu avec vigueur25 l’idée plausible que ce mot venait d’une langue du sud de l’Inde. Il dit qu’en tamoul, togai signifie le paon, et que c’est de là qu’il faut partir. Si l’on consulte aujourd’hui le Dravidian Etymological Dictionary26, on trouve que le mot tamoul tōkai signifie ‘plume, plume du paon’. Si nous n’avons pas tout-à-fait le paon, nous en avons du moins la plume.

Conclusion

L’animal est unique : ce paon bleu, avec son aigrette en couronne et cette roue de plumes affichant tous ces yeux. Il n’y a qu’une espèce comme lui. Cela n’empêchait pas, bien entendu, chaque peuple ou groupe humain de lui donner le nom qu’il voulait, puisque le paon lui-même, que je sache, ne protestait jamais.

Cette situation aurait été ordinaire, si l’animal sublime n’avait captivé les humains, qui l’ont acclimaté ici et là. On empruntait peut-être le nom avec la bête ; mais l’entendait-on bien, ne le modelait-on pas à sa fantaisie, afin qu’il soit à la fois prononçable et étrange ? Les mots ne sont pas si fidèles.

Quant à la pavane, elle n’a rien à voir avec le paon. C’est une danse lente, dont Maurice Ravel a conçu une version bien à lui. Le mot vient de Padoue, qui en italien certes se dit Pàdova, mais en dialecte de là-bas, Padoue se dit Pava.


NOTICE sur les images. (1, 2, 4, 8 et 9) prises à Bagatelle en septembre 2022. (3) Cette carte est bien sûr incomplète ; mais elle peut suffire à montrer l’étonnante diffusion du mot latin pour cet animal rare. (5) Provient d’un détail d’une carte qui se trouve dans l’ouvrage cité L’Inde vue de Rome. (6) La carte de distribution de Pavo muticus vient d’ici. (7) Et celle-ci, du Paon du Congo, de là.

  1. Et le mot plus rare craon, soit comme nom de famille comme dans Pierre de Craon (la famille tient son nom de Craon, un village de Mayenne), soit comme nom de lieu dans le Craon de Ludes – un lieu dit au sud de Reims. Plus connue est la commune de Craonne (prononcer /kran/ comme ‘cranne’), totalement détruite pendant la 1re Guerre mondiale, et qui se rendit illustre à cause des mutineries de soldats qui sont la source de la Chanson de Craonne. []
  2. A l’oeil nu parce que l’orthographe le montre. Le mot pharaon comporte un PH typique des transcriptions latines de la lettre grecque φ, le ‘phi’. Le mot machaon (à l’origine le nom d’un médecin dans l’Iliade) appelle la même remarque mais à cause de CH transcription de χ, le ‘khi’ ou ‘chi’. Pour lycaon on voit ‘l’i grec’. []
  3. C’est un problème classique en cryptographie, mais ailleurs aussi, de mesurer si en effet les séquences sont d’autant plus rares qu’elles sont composées de plus d’éléments. J’ai du mal à comprendre pourquoi si peu de linguistes s’intéressent à ces questions fondamentales. []
  4. Pierre Grimal, 1984 (3e éd.), Les Jardins romains, Ed. Fayard. []
  5. Avianus, fable 15. []
  6. Et simul erectae circumdans tegmina caudae / sparserat arcanum sursus in astra iubar. ‘Et alors écartant la couverture de sa queue redressée / la splendeur secrète se déployait en haut de nouveau jusqu’aux cieux’. []
  7. Dan le De lingua latina 5,11, on trouve une liste qui rassemble pauo anser gallina columba ‘le paon, l’oie, la poule, la colombe/pigeon’. []
  8. De finibus 3, 5 : ut cauda pauoni ‘comme la queue pour le paon’. On le trouve ensuite chez Aulu Gelle 7, 16, et chez Pline 36, 159. []
  9. Pline l’Ancien, Histoire naturelle 37, 72 taos pauoni est similis ‘le taos est semblable au paon’. Voir aussi 37, 18. []
  10. Notre entreprise est modeste. Il existe de nombreuses publications, par exemple, sur les représentations figurées de paons dans les arts de l’Antiquité, chrétien, du moyen-âge, byzantin, sur la mythologie et la symbolique du paon etc. []
  11. Aristophane, Acharniens, v. 62-63 : ἄχθομαι ᾽γὼ πρέσβεσιν / καὶ τοῖς ταὧσι τοῖς τ᾽ ἀλαζονεύμασιν. ‘j’en ai assez des ambassadeurs, des paons et des arrogances’. []
  12. Voir Athénée Deipnosophistes, IX, 397. Chez le même Athénée, cette fois en V, 6-8, dans le récit pharaonique que Masurius, d’après l’Histoire d’Alexandrie de Callixène, fait du pavillon et du défilé triomphal organisé par Ptolémée Philomètor, on trouve par bonheur des paons en cage (V, 8 § 201b), avec des perroquets, des pintades et des faisans. Sur Athénée, voir Christian Jacob, 2020, Faut-il prendre les Deipnosophistes au sérieux ? Ed. Les Belles Lettres. []
  13. Cet extrait, Quinte-Curce 9, 1, se trouve dans Jacques André et Jean Filiozat, 2010 (1986), L’Inde vue de Rome, Ed. Belles Lettres, p. 58-61. []
  14. Arrien, Anabase, V, 21 puis VI, 1-5. []
  15. Strabon, XV, 1, 30 à propos des Kathaia. []
  16. Voir l’édition par Janick Auberger, 2001, des Historiens d’Alexandre, Ed. Belles Lettres : on y trouve les textes grecs nécessaires, édités, traduits et annotés. []
  17. Cécile Mourer-Chauviré, 1989, ‘A Peafowl (Aves, Galliformes) from the Pliocène of Perpignan’, in Paleontology 32/2, 439-446. La bibliographie de cette paléontologue est ici. []
  18. Le mot du grec ancien est un emprunt aussi, et Chantraîne rappelle, dans son Dictionnaire étymologique du grec, que les Athéniens prononçaient ce mot avec une sorte d’aspirée au milieu, quelque chose comme ‘tahos’. Mais le -s final du mot, tel que nous le connaissons, est le -s du cas nominatif. Faut-il imaginer que le s aurait d’abord fait partie du mot, et aurait été réinterpété comme -s de nominatif ? C’est possible. []
  19. Voir le billet ‘L’éléphant, c’est nous‘. []
  20. Turner, Comparative Dictionary of the Indo-Aryan Languages, n°9865. []
  21. Dravidian Etymological Dictionary N°4642, p. 410. []
  22. 1 Rois 10, 22, et dans un autre passage presque identique 2 Chroniques 9, 21 : C’est que le roi avait des vaisseaux qui allaient à Tarsis avec les serviteurs de Houram. Une fois tous les trois ans arrivaient les vaisseaux de Tarsis, transportant de l’or et de l’argent, des ivoires, des singes, des paons.” Pour “les paons”, le mot est orthographié avec une différence minime : תכיים dans 1 Rois et תוכיים dans 2 Chroniques. []
  23. Targoum de Jonathan, que Sperber éditait avec la vocalisation babylonienne de ses manuscrits. []
  24. Dans un document de 8 pages, ‘Le Problème du paon‘, en ligne. []
  25. Dans son Thesaurus, p. 1502. L’ouvrage peut être consulté en ligne. []
  26. Au n°3538, page 311. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
François Jacquesson (29 septembre 2022). Le cri du paon. Caramel. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7dp


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search