Les pieds nus

“Et les traces de pas ?”

Sleuth est un mot anglais1. Il est connu des cinéphiles parce que c’est le titre original du film de Joseph Mankiewicz (1972) qu’on appelle en français Le Limier.2 C’est aussi Mankiewicz qui réalisa, avec Bogart et Ava Gardner, La Comtesse aux pieds nus.

Dans le dictionnaire étymologique de l’anglais, de Walter Skeat, je trouve sleuth-hound ; on y renvoie à slot (2). Tout s’explique ! Car hound est un mot un peu ancien qui signifie ‘chien’ comme dans ‘Le Chien des Baskerville’ The Hound of the Baskervilles. De sorte que sleuth hound signifie un ‘chien limier’, un chien dont le flair est assez développé et entraîné pour suivre une piste, comme Toby dans Le Signe des Quatre3. Suivons la piste !

Voici l’article Slot (2) dans le dictionnaire de Skeat :

SLOT (2), la piste d’un cervidé. (Terme scandinave). Attesté dans le Glossaire de Blount, édition de 1674. On écrit aussi sleuth, comme dans le mot dérivé de l’écossais des Basses-terres sleuth-hound (dictionnaire de Jamieson). En Moyen anglais sleuth, une piste. Ainsi dans le Bruce de Barbour, VII, 21, et de là les orthographes slewth-hund, sleuth-hund, sloth-hund, un chien pour suivre le cerf, id. VI. 36, 484, 669. On écrit aussi sloth, Cursor Mundi 1254 ; Ormulum 1194. – Islandais slóð, une piste ou une trace dans la neige par exemple ; voir slœða, traîner, slœður, un vêtement qui traîne au sol. Lié au mot sleði, traîneau ; de la base germanique SLID, glisser (…)4

Comme dans un billet précédent (le 2 juin) où il était question de « traces » et de « signes », ce mot islandais slóð semble signifier ‘ce qui traîne par terre et laisse une trace’, cela peut être un vêtement long, mais aussi un patin de luge ou de traineau. Ce mot, qui devait se trouver ici et là dans les parlers germaniques du nord – et peut-être au départ nettement associé aux traces sur la neige ? – a été emprunté par des gens plus au sud comme terme de chasse. Là, il faut en effet le traquer ou le tracer.

Thomas Blount (1618-1679) était un érudit anglais, catholique à une époque où se déclarer catholique vous interdisait la plupart des emplois importants. Il s’en fallait de plusieurs décennies pour trouver l’Angleterre libérale (au sens normal, non économique, du terme) qui séduisit Voltaire5. Blount avait des rentes, et il employa son existence à devenir savant. Son livre le plus connu est sa Glossographia, or a Dictionary interpreting such hard Words, whether Hebrew, Greek, Latin, Italian, &c, that are now used in our refined English Tongue, &c., dont la 1re édition est de 16566. Même les premières éditions ont le mot slot ‘Terme de chasse, signifie l’aspect ou l’empreinte d’un pied de cervidé dans le sol’7.

Quant à John Barbour (1320-1395), c’est donc un écrivain anglais, qui s’employa à rendre en vers les actions de nobles écossais, ou nobles Écossais8, notamment Robert The Bruce (1274-1329). Le poème s’appelle The Brus et fut édité en 1870 par Walter Skeat, l’auteur du Dictionnaire étymologique dont nous parlions au début9. Il est divisé en 13 livres, et le 7e porte en titre : ‘Comment John of Lorne rechercha le bon roi Robert Bruce à l’aide d’un chien limier’, How Iohn of Lorne soucht the gud kyng Robert Bruce vyth the sleuth-hund. Ce n’est sans doute pas la première apparition d’un chien limier dans la littérature, mais l’épisode a du poids. Aux vers 20-2110, comme Skeat nous le disait plus haut, on trouve mention d’un sleuth hund et aussi de sleuth men : pas seulement un chien limier : des humains limiers aussi.

Le grand poète-historien contemporain de la trace et de la piste, c’est Carlo Ginzburg11. Il est sans cesse revenu sur son idée, multiforme et pleine de perspectives variées vers des horizons distrayants, avec ou sans forêts : depuis que l’homme est raisonnablement préhistorique, il survit parce qu’il est chasseur, et il n’est chasseur qu’autant qu’il connaît les traces ; que ce savoir des traces est le fil rouge de l’hominisation ; qu’on y suit ou y peut lire comme l’épopée de l’homme sémiotique, qui invente des symboles (une trace peut être un signe, mais est aussi un symbole parce qu’elle résume à sa façon la bête au bout de la piste), y trouve une manière d’écrire le monde parce qu’il le lit. Pardon pour cette phrase, je m’aperçois qu’elle se transpose en énoncés bizarres, aux limites de l’intelligible :
« écrire le monde parce qu’on l’y lit » ?
« écrire le monde parce qu’on le lit là » ?

Les Presses Universitaires de Liège ont utilement publié (2015) Le Signe des Trois : Dupin, Holmes, Pierce, un ouvrage qu’avaient dirigé Umberto Eco et Thomas A. Sebeok. C’est une traduction de la mouture américaine (1983), et très bienvenue. On y trouve de nombreuses contributions réjouissantes, dont une de Carlo Ginzburg qui s’appelle ‘A propos d’indices : Morelli, Freud et Sherlock Holmes’12. Ce qui nous remet en mémoire un personnage central de toute histoire des limiers – le grand, le mystérieux Giovanni Morelli.

NOTE sur les images. Les deux images en bandeau, en tête (1) et au milieu du billet (4) sont des détails de certaines images du talentueux et récent remake du Chien des Baskerville, sous le titre “décalé” The Hounds of Baskerville, avec B. Cumberbatch et Martin Freeman, réalisé pour BBC par Mark Gatiss et Stephen Moffat, 2012. L’image (1) est à 12’16” et l’acteur qui joue Henry Baskerville est Russel Tovey ; l’image (4) est à 9’22”, avec les trois acteurs : Holmes (B. Cumberbatch), Watson (M. Freeman) et Baskerville. (2) est la couverture de The First Book of Sherlock Holmes Stories, by Sir Arthur Conan Doyle, John Murray, 1950, qui traînait dans ma bibliothèque. Les autres images sont des couvertures de livres, beaucoup plus explicites, comme on fait maintenant. Bientôt, on trouvera l’ISBN en gros sous forme de code-barre, et le nom de l’auteur en tout petit quelque part.

  1. La prononciation est /slu:θ/, à peu près “slous” pour un francophone, voir le Daniel Jones ici. []
  2. Hermann (1897-1953, scénariste de Citizen Kane), leur sœur Erna (1901-1979) et Joseph (1909-1993) sont les enfants de Franz Mankiewicz et Johanna Blumenau, juifs émigrés en provenance d’Allemagne qui débarquèrent à New York en 1892. En 1954, Joseph Mankiewicz dirigea la réalisation de La Comtesse aux pieds nus (A Barefoot contessa) avec Humphrey Bogart et Ava Gardner. []
  3. C’est un autre des romans de Conan Doyle (1897) dont Sherlock Holmes est les héros. Chapitre 6 à la fin, et 7 []
  4. SLOT (2), the track of a deer. (Scand.) In Blount’s Gloss., ed. 1674. Also spelt sleuth, as in the derivative lowland Sc. sleuth-hound (Jamieson). M.E. sleuth, a track, Barbour’s Bruce, VII, 21 ; whence slewth-hund, sleuth-hund, sloth-hund, a hound for tracking deer, id. VI. 36, 484, 669. Also sloth, Cursor Mundi 1254 ; Ormulum 1194. – Icel. slóð, a track or trail in snow or the like ; cf. slœða, to trail, slœður, a gown that trails on the ground. Allied to sleði, a sledge ; from Teut. base SLID, to slide (…). []
  5. Voltaire publia ses Lettres philosophiques, ou Lettres anglaises en 1734. L’ouvrage parut anonyme et à Bâle. Voltaire avait vécu en Angleterre en 1726-28, et fit d’abord paraître à Londres en 1733, et en langue anglaise, les Letters concerning the English Nation. []
  6. On en trouve plusieurs éditions successives sur Google Books : 1661, 1670, 1707 []
  7. A term in hunting, and signifies the view or print of a stagsfoot in the ground’. Voyez ici l’original. []
  8. Qu’on me pardonne cette fantaisie francophile. Les savants en orthographe savent que si j’écris ‘nobles écossais’, le mot écossais est un adjectif qualifiant nobles qui est le nom ; tandis que si j’écris ‘nobles Écossais’, ce dernier mot est un nom comme le montre la majuscule du nom « ethnique » et nobles est donc alors un adjectif. []
  9. On en trouve plusieurs éditions en ligne. []
  10. Voir ici. []
  11. Carlo Ginzburg, né en 1939 à Turin, éminent historien et sémioticien, est le fils de Leone Ginzburg et de la romancière et traductrice Natalia Levi-Ginzburg. A cause d’un billet récent de Caramel, je crois bon de souligner, parmi ses nombreuses activités, ses publications sur la sorcellerie. []
  12. U. Eco et Th. A. Sebeok, 2015 (1983), Le Signe des Trois : Dupin, Holmes, Pierce. La contribution de C. Ginzburg, p. 101-138, est traduite par Viviane Huys. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.