Métamorphose

Ce mot savant mais courant désigne un changement de forme tel, qu’on ne reconnaîtrait pas A en regardant B, ou l’inverse. C’est plus qu’un changement, c’est une transformation. Mais le mystère, c’est que A et B sont le même.

Le mot peut être employé pour faire image, bien sûr, comme on fait avec des personnes qui ont beaucoup changé, ou comme a fait Kafka dans sa célèbre histoire, avec plus d’à-propos. Mais la situation fondamentale est toujours celle d’un insecte. Celle d’une chenille avec plein de pattes apparentes, qui, au terme d’un stage secret dans une chambre mystérieuse, devient un papillon qui s’envole.

Acte 1. Épopée de la chenille

Quand j’étais collégien, monsieur Dumas, notre professeur de Sciences naturelles en 4e, nous apprenait à fabriquer des boîtes à insectes, et à capturer intelligemment des bestioles que tout le monde méprisait et piétinait. Il y avait aussi mon copain Gérard R., qui en 5e, si mes souvenirs sont bons, avait eu un prix pour son excellente description de la germination du pois, avec dessins en couleur. Mais en 4e, évidemment, nous étions plus grands.

Les insectes, qui sont les êtres vivants les plus fréquents sur la planète, sont de deux sortes. Les Holométaboles et les Hétérométaboles. Les premiers mais pas les seconds, subissent au cours de leur développement une métamorphose.

Le cas le plus spectaculaire est celui des papillons. Le papillon est d’abord un œuf. En fait, TOUS les insectes sont d’abord des œufs. Certains sont très petits et, pendant des siècles, même des esprits instruits ont cru que les mouches et d’autres bêtes immondes résultaient de la « génération spontanée » : elles naissaient de rien, mais apparaissaient sur les pourritures. Les corps qui se décomposent produisaient spontanément ces créatures infectes. C’était étrange, mais longtemps on l’a cru. J’y reviendrai à l’acte 3.

Pour le cas du papillon, diurne ou nocturne1, qui est pondu sous forme d’œuf (comme l’indique spontanément le verbe « pondre » !), une toute petite chenille en sort, qui commence par manger l’enveloppe de l’œuf parce que c’est bon. Ensuite, fortifiée par ce tonique, elle mange la plante sur laquelle la maman prévoyante l’a pondue. Le cultivateur se désole. Avec un sourire hideux, il répand des produits toxiques, et on assassine en trois mois en France bien plus de papillons que tous les chasseurs de papillons du monde depuis qu’ils existent.

De temps à autre, la chenille mue. Sa peau se fend. Émerge une chenille plus neuve, plus grosse que l’enveloppe qu’elle rejette. Cette opération se répète à mesure que cet « estomac sur pattes » se nourrit, et à chaque fois la nouvelle chenille est un peu différente. Mais le procédé est régulier et répétitif, et d’étape en étape on reconnaît la bestiole. Ce n’est pas toujours si facile, car les couleurs peuvent changer, des appendices apparaissent ou disparaissent ; mais on s’y retrouve – surtout si on les élève soi-même ! On s’écrie : « oh, Nestorine est devenue jaune ! »

Un papillon décoratif mais présenté ‘à l’ancienne’ : avec le cocon. Le papillon fait 23 cm.2

Acte 2. Métamorphose

A la fin, la chenille s’accroche à une branchette, secrète entre ses mandibules un fil dont elle s’entoure pour ne pas tomber, puis sa dernière peau de chenille se fend. Et là, apparaît une sorte de capsule bizarre, nommée en latin des savants pupa, ce qui en latin tout court signifie ‘poupée’3. En français, on dit chrysalide. Les choses mijotent à l’intérieur de ce coffre-fort minuscule pendant quelques semaines.

Sort de là, tout gonflé et pataud, un papillon fripé. Il s’accroche au plus près, et prend forme au sens propre. L’abdomen se dégonfle et s’allonge, les ailes se déploient et s’affinent. De minute en minute apparaît un papillon. Un vrai : avec des ailes, 6 pattes comme il convient aux insectes, des antennes – tout le bagage, y compris sur les ailes ces motifs colorés qui le rendent identifiable, comme un blason affiché en plein ciel.

Chenille de Dasychira pudibunda L.

Mais qui reconnaîtrait, s’il n’avait de ses yeux vu, et eu la patience d’attendre, que la chenille et le papillon sont la même bestiole ? Si vous demandez autour de vous, vous verrez : au gré de la plupart, en effet le papillon vient d’une chenille, mais dire que c’est le même !

Quelle étrange carrière ! A peine sortie de l’œuf, la chenille mange. Elle dévore frénétiquement. Comme un pacha bien né, dont le but certain est de devenir de plus en plus énorme et convenable à son rang ! Mais à la différence du pacha des contes, la chenille n’explose pas. Elle se métamorphose. Elle ressort de sa gangue ténébreuse dans un déploiement de splendeur.

Le papillon est le stade adulte. Il ne grandit plus. Nabokov, dans le Don je crois, raconte qu’un vieux serviteur kazakh du père du narrateur, voyant ce dernier poursuivre de petits papillons, lui disait : « il est trop petit, attends qu’il grandisse ! » Mais non, l’adulte, l’imago comme disent les savants, ne grandira pas. Son rôle est la fécondation puis la ponte, de préférence dans un endroit favorable, comme on a vu au début.

Acte 3. Bêtes immondes

Ovide, dans ses Métamorphoses, racontait que4 :

Ne voyez-vous pas les corps qui sont tombés en dissolution par le temps ou par la chaleur, se convertir en insectes ? (…) la chenille agreste, comme l’ont remarqué les laboureurs, roule ses fils blancs sur une feuille et, s’enfermant dans le tissu qu’elle file, quitte sa forme et devient papillon.

Pline avait une idée plus agréable5 :

Beaucoup d’autres insectes ont une origine différente ; ainsi il en naît de la rosée. La rosée est, aux premiers jours du printemps, posée sur la feuille du chou, et, épaissie par le soleil, elle se réduit à la grosseur d’un grain de millet. Puis elle s’allonge en un petit ver (vermiculus parvus) qui, au bout de trois jours, devient une chenille (uruca, eruca). Les jours suivants elle croît, immobile et recouverte d’une enveloppe dure (duro cortice) ; elle ne se meut que si on la touche ; elle est entourée d’une toile d’araignée qu’on appelle chrysalide (chrysalidem) ; l’enveloppe se rompt, et le papillon (papilio) s’envole.

Comme en tête du billet, il s’agit d’une chenille de Machaon.

On a là toutes les étapes de la croissance invraisemblable de la bestiole, avec discrétion pour la métamorphose. Au Moyen âge, les érudits, qui semblent ne plus regarder les bêtes mais seulement les livres, perdent un peu les pédales. Vincent de Beauvais par exemple, dans son Miroir de la Nature au XIIIe siècle, consacre des sections différentes6 à la chenille et au papillon.

Les noms pour ‘papillon’ dans l’édition tardive (1634) du livre de Conrad Gesner sur les insectes.

A la Renaissance, même avant l’invention du microscope, on regarde les bêtes, et on ose le dire. Conrad Gesner (1516-1565) est mort avant d’avoir publié son livre sur les insectes. Ce sont des amis & collègues qui l’ont finalement publié… en 1634. Le chapitre XIV sur les papillons est plein d’intérêt. Gesner aimait donner les noms des animaux dans différentes langues. Pour le papillon, les éditeurs de son livre en donnent 12 : non seulement le grec (avec des variantes modernes) et le latin, le français, l’italien et 5 noms en allemand, et d’autres, mais aussi des langues plus orientales comme le hongrois et le polonais. Il y a aussi mention des noms en ‘Illyrie’, qui correspond à peu près à l’ancienne Yougoslavie, et outre des mots slaves (meteyl, motyl), on a pupiela, sans doute le nom du papillon dans la langue dalmate disparue depuis.

Gesner décrit bien (un peu comme Pline) les différentes étapes, et se moque des sots qui ont cru que les œufs étaient des crottes7 :

Finalement, ce qu’on a cru être des déjections, ce sont les œufs, dont sortent non pas de la vermine, mais de minuscules chenilles, et les papillons viennent des ‘capsules’ qu’elles font peu à peu.

Mais c’est vrai que le microscope de Jan Swammerdam (1637-1680) va modifier la perception qu’on a de la « métamorphose »8. Un épisode célèbre est, en 1669, la visite que lui fit Cosme II de Médicis. Au souverain de Florence, Swammerdam montra ce qu’on appelle aujourd’hui les ‘disques imaginaux’, c’est-à-dire, dans la larve, les parties qui vont donner les pattes, les ailes, ou d’autres éléments importants de l’adulte. Après ce grand savant, la notion de « génération spontanée » disparaît. Lavoisier n’est plus loin, avec son « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».9

La reconstitution du laboratoire de Lavoisier
au Conservatoire National des Arts et Métiers, Paris.

Remarque finale

Des travaux du savant hollandais, il résultait que les insectes « à transformation complète » (ou : holométaboles) passent par quatre stades, qu’on appelle en français : œuf, larve, pupe, imago – ou dans le cas des papillons : œuf, chenille, chrysalide, adulte. Ce qu’on appelle « un papillon » est donc l’ensemble de ce développement, même si le public hésite à dire, devant une chenille (comme celle qui est représentée en tête de ce billet) : oh, c’est un Machaon, ou encore une Piéride du chou, un Paon du jour !

l’Agrippine (Thysania agrippina) de Merian.

Cette hésitation se voit dans les livres qu’on publie sur les papillons. Les naturalistes savaient, après Swammerdam, que la chenille et le papillon sont un même insecte, et représentaient sur une même planche les différents stades, avec la chenille sur sa plante favorite. C’est ce qu’a fait magnifiquement Maria Sibylla Merian dans Métamorphoses des insectes de Surinam et dans son Jardin des chenilles10

Mais les manuels d’identification des papillons représentent souvent les papillons sans les chenilles ! Les photos ont souvent remplacé les dessins et les peintures. Or, s’il est possible d’assembler les divers stades de développement sur une planche dessinée, en photo c’est moins simple11. Il y a là, comme les spécialistes de l’illustration et de l’histoire des sciences le savent bien, un vaste sujet !

NOTICES sur les images (1) et (5) sont des chenilles de Machaon (Papilio machaon L.) photographiées par Pascale Dollfus (juillet 2022) à Tauves, Puy-de-Dôme. Merci Pascale, de me les avoir envoyées ! (2) Une représentation chèvre et chou, mi-dessin mi-photo dans l’adaptation russe du manuel de Lampert : K. Lampert’ et N. Volodkovskij, 1913, Atlas Baboček i gusenic, S. Peterburg, Ed. Devriena, p. 91. La légende de l’image dit : “Piéride du chou (Pieris brassicae L.). Papillon (babočka) fem. pondant des œufs, chenilles (gusenica) et chrysalides (kukolka)”. (3) Photo personnelle, juillet 2022. (4) Cette photo de la chenille de Dasychira pudibunda provient de V. J. Staněk, 2e ed. 1980 (1977), Encyclopédie des papillons, Ed. Gründ, traduit du tchèque par Barbora Faure, révision de Georges Becker, p. 318. (6) Voir le texte du billet. Cette page est accessible ici. (7) Voir la note à propos du livre (traduit en français) de J. Swammerdam. (8) Photo de mai 2022. (9) L’image non peinte est consultable ici. Cette image-ci vient de la page Wikipedia fr. sur Anna-Maria.



Citer ce billet
François Jacquesson (2022, 27 juillet). Métamorphose. Caramel. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7de

  1. Pline (28, 45) nomme papilio aussi bien les nocturnes. []
  2. Sur le développement d’Argema mittrei, voir la video d’Aimé Fournel sur Canal U. []
  3. Le mot grec numphē a le même sens. []
  4. Ovide, Métamorphoses, 15, 360. Nonne vides quaecumque mora fluidove calore / corpora tabuerint, in parva animalia verti ? (…) Quaeque solent canis frondes intexere filis / agrestes tineae (res observata colonis) / ferali mutant cum papilione figuram. Parmi les textes latins antiques, assez nombreux, qui décrivent quelle nuisance sont certains papillons pour les abeilles, celui de Columelle (9, 14, 8) désigne clairement la source de la confusion : « En outre, on enlèvera les teignes (tineae) si on en voit, on tuera les papillons (papiliones) qui se fixent ordinairement dans les rayons et nuisent beaucoup aux abeilles : car ils rongent la cire, et de leurs excréments (stercore suo) naissent ces vers (vermes) que nous appelons les teignes des ruches. » ? Columelle n’aime pas du tout les papillons, obscenum scarabei vel papilionis genus (9, 7) ! []
  5. Pline l’Ancien, Histoire naturelle 11, 37. Multa autem insecta et aliter nascuntur, atque in primis e rore. Insisdet his raphani folio primo vere et spissarus sole in magnitudinem milii cogitur. Inde prrigitur vermiculus parvus et truduo mox uruca quae adiectis diebus accrescit, immobilis, duro cortice, ad tactum tantum movetur, araneo accrete quam chrysalidem appellant. rupto deinde cortice volat papilio. []
  6. Speculum naturale, XX, 130 (eruca) et 150 (papilio). []
  7. Gesner et al, 1634, p. 88. Denique quae stercora putavit ova sunt, e quibus non vermes sed multiplices eruculae oriuntur, e quarum vicissim capsulis papiliones. Dans Insectorum sive minimorum animalium theatrum, Londres, commencé du vivant de Conrad Gesner et d’Edward Wotton, puis terminé par Thomas Moffett (1553-1604). C’est aussi dans ce livre qu’apparaît peut-être (j’espère que les spécialistes me corrigeront) la terme d’aurelia pour la chrysalide, qui a longtemps été en vogue en Grande-Bretagne, p. 87 : verno tempore apparent ex erucarum aureliis (…). L’ouvrage est en ligne ici. []
  8. Jean Swammerdam, 1682, Histoire générale des insectes, trad. fr. par Guillaume de Walcheren. Accessible ici. []
  9. On a souligné avec raison que la citation est fausse, car Lavoisier avait dit les choses tout autrement dans son Traité élémentaire de chimie, 1789, où il est d’abord question de la conservation des masses : “car rien ne se crée, ni dans les opérations de l’art, ni dans celles de la nature, et l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après l’opération ; que la qualité et la quantité des principes est la même, et qu’il n’y a que des changements, des modifications.” On a dit aussi, avec non moins de raison, que quelques philosophes de l’Antiquité grecques avaient fait l’hypothèse de cette conservation, mais dans un sens différent et plus large. []
  10. Metamorphosis insectarum Surinamensium (1705) et Erucarum ortus, alimentum et paradoxa metamorphosis (nouvelle édition 1718). Il existe un “caramel” sur Maria Sibylla Merian. []
  11. Je m’empresse d’ajouter que les manuels modernes sérieux ont toujours fait une place aux chenilles. Un livre comme celui de Tristan Lafranchis et coll., 2000, Les Papillons de jour de France de Belgique et Luxembourg avec leurs chenilles, Ed. Parthénope, leur fait systématiquement une place dans chaque notice, sous forme de dessin ce qui me parait astucieux. C’est le parti qu’avaient choisi D. J. Carter et l’illustrateur B. Hargreaves en 1986 pour leur Caterpillars of Butterflies and Moths in Britain and Europe, Ed. Collins. Le livre un peu plus récent de Heiko Bellmann, 2008 (2003 en allemand), Quel est donc ce papillon ? Ed. Nathan a courageusement choisi des photos même pour les chenilles ; avec une section à la fin du livre pour les plantes-hôtes. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search