Les jumeaux Remus & Remolus

Beaucoup de lecteurs vont dire : « Remolus ? » – mais non ! Romulus ! – et ils auront raison. Mais il faut avouer qu’ils ont tort d’avoir raison, car enfin, si les deux jumeaux sont « Remus et Romulus », ce serait plus simple avec « Remus et Romus ». Plus économique : une voyelle suffirait.

Ou si un suffixe est nécessaire, alors, qu’on l’ajoute au nom : « Romus et Romulus », ou bien « Remus et Remulus » ! Mais à quoi bon les distinguer deux fois, à la fois par la voyelle et par le suffixe ?!

On ne sait pas à quoi pensent les mythes, mais ils pensent trop ! Examinons froidement cette question.

Acte 1.

La vérité, c’est que je suis en train de lire Romulus vu de Constantinople (2018), de Dominique Briquel. Monsieur Briquel revient sur les deux jumeaux Romulus et Remus, ceux qui ont été allaités par la louve, dont un frère a tué l’autre, et dont le survivant est à l’origine de Rome. A l’époque romaine, ces deux garnements jouent un rôle dans le récit des origines de la ville qui est alors une puissance mondiale.

On trouve le récit assez détaillé chez trois auteurs anciens en particulier : Tite-Live et Denys d’Halicarnasse, qui ont vécu à l’époque de Jules César, et Plutarque qui a vécu au temps des empereurs romains1. Le premier a écrit en latin, les deux suivants en grec. Ces trois auteurs indiquent que de leur temps, il existait de nombreuses versions de cette affaire de jumeaux, et que de nombreux critiques avant eux avaient déjà cherché à démêler l’écheveau.

Mais tous les trois donnent les mêmes noms aux deux personnages, que ce soit en grec ou en latin : l’un est Remus avec un « e », l’autre est Romulus avec un « o » et un suffixe. Et quant à eux, ils sont en gros d’accord pour dire que c’est Romulus qui a tué Remus – et que pour cette raison Rome s’appelle Rome et non pas Rème. Mais, direz-vous encore, alors pourquoi Rome, et non pas Romule ? Et je vous approuve chaleureusement.

Acte 2.

Monsieur Briquel commence son livre par l’autre bout si je puis dire. Il nous rappelle que Constantin a fondé Constantinople, qui est devenue la capitale de l’empire romain. Qu’ensuite Rome et l’Italie ont été au pouvoir de divers groupes nouveaux, dits « barbares », et de groupes anciens qui ne l’étaient peut-être pas moins ; et que Rome a perdu presque tout son prestige. Contrairement à ce qu’on enseigne souvent en Europe occidentale (surtout en milieu catholique où Rome est parée de toutes les vertus), le grand centre de l’Europe a été Constantinople, devenue Byzance, pendant mille ans.

Que donc il est intéressant de regarder ce que les historiens et chroniqueurs byzantins ont fait des deux jumeaux « romains ». Dominique Briquel examine donc la plus ancienne des chroniques byzantines, celle de Jean Malalas ( Iōannēs Malalas, v. 491 – v. 578), sur ce sujet, puis de nombreux autres témoignages, dont beaucoup dépendent directement de celui de Malalas.

Quel nom donnent-ils à nos jumeaux ? Malalas lui-même, et une partie de la tradition qui dépend ou non de lui, les appelle Rōmos et Rēmos. Voilà une solution économique : un écart d’une voyelle. Et en poursuivant la lecture des textes dans son livre, on constate que d’autres auteurs, Jean d’Antioche et d’autres ensuite, dont Georges Kedrenos, ont choisi l’autre solution : Rōmos & Rōmulos : un écart d’un suffixe. Même les trois sources en langue syriaque qu’il produit suivent cette deuxième option : même voyelle, mais suffixe ajouté.

J’étais content : je trouvais ces auteurs byzantins raisonnables. Leurs solutions, que le bon sens recommandait, s’étaient installées dans leur tradition, en outrepassant ces misérables Romains qui avaient inventé Romulus et Remus. Maintenant, on peut se demander ce qui a pu se passer …

Acte 3.

Le soupçon fâcheux, c’est que le bon sens soit une invention tardive. Il est tellement clair que choisir une seule différence ( Rōmos et Rēmos avec voyelle ou bien Rōmos & Rōmulos avec suffixe) est plus économique… que ces auteurs byzantins, et Malalas en particulier, peuvent très bien être intervenus pour « corriger » la tradition latine. En effet, il est beaucoup plus vraisemblable que les érudits comme Malalas aient corrigé dans le sens de la rationalité ou de l’économie, que le contraire en inventant des fantaisies.

Je n’ai évidemment pas la prétention de sonder l’histoire de cette question. Je voudrais seulement souligner deux points, à cette occasion.

L’un, est qu’il est très heureux que des érudits comme Dominique Briquel nous proposent des documents complets, texte original, traduction et commentaires, sur une question curieuse – à propos de quoi il dit beaucoup d’autres choses que le point particulier que j’ai décrit aujourd’hui.

L’autre est que, vu depuis Byzance et depuis Jean Malalas, Romulus et Remus peuvent avoir moins d’importance que pour les Romains cinq siècles auparavant. Rome, pour la Byzance de Malalas, n’était qu’une ville de province arriérée et prétentieuse. Et ce changement de la perspective, en voyant les choses depuis Byzance, est bien sûr le terrain favorable à une certaine stylisation des faits, et des noms. Car les noms sont des faits aussi, susceptibles d’êtres reformulés comme on le voit.

Tite-Live, Les origines de Rome. Edition bilingue de Dominique Briquel, Gallimard, coll. Folio. 2007 (1998 pour la traduction).

NOTE sur les images. (1) La première image tout en haut est la célèbre louve romaine, au Musée du Capitole, à Rome. En 2008, certaines analyses ont montré que la fameuse louve, au lieu de dater de l’époque étrusque, était médiévale ; mais cette datation est débattue. Les deux bébés au-dessous sont d’époque Renaissance. (2) Dominique Briquel, avec la collaboration de Françoise Briquel-Chatonnet et , Muriel Debié, Jean-Hubert Sautel, 2018, Romulus vu de Constantinople. La Réécriture de la légende dans le monde byzantin : Jean Malalas et ses successeurs. Hermann, coll. Histoire et archéologie. Ce livre d’assez grand format (mon imagette l’a réduit) présente tous les textes dans la langue originale (grec ou syriaque), les traduit et les commente. Comme mes lecteurs le savent, je suis un grand fanatique des ouvrages bilingues ou plurilingues. (3) Monnaie du temps de l’empereur Constantin, entre 330 et 336. L’avers porte le buste de profil d’une déesse Rome casquée, et le revers, ici, la louve nourrissant les jumeaux. Source ici. (4) Pierre de Cortone, vers 1643, Romulus et Remus recueillis par Faustulus. Musée du Louvre. Voir la notice du Musée du Louvre ; image plus grande ici. On voit au premier plan une scène tendre où le bon Faustulus, berger d’opérette, amène à son foyer un des jumeaux, tandis qu’au fond de l’image l’autre est encore nourri par la louve.

  1. Tite-Live (né v. 60 AEC, m. 17 EC), Denys d’Halicarnasse (v. 60 AEC – apr. 8 AEC)  et Plutarque (v. 46 – v. 125). Le récit de Tite-Live est dans ses Histoires romaines, I, 3-16 ; celui de Denys dans ses Antiquités romaines, 1, 73 sqq.; le récit de Plutarque dans sa Vie de Romulus. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.