Les mots

Van Gogh, Campement de gitans avec caravanes. Gitan est un terme souvent utilisé par les gitans eux-mêmes, mais provoque parfois le soupçon des puristes. Gens du voyage ? Rrom ? Oui, pourquoi pas, mais pourquoi imposer une norme ? Et pourquoi seraient-ils tous identiques ?

On entend parfois dire que Esquimau est tabou : maintenant on dit Inuit ! Mais Inuit n’inclut pas les Esquimaux d’Alaska, qui sont des Yupiks.1 Quand vous croyez être “bien sous tout rapport” en disant inuit au lieu d’esquimau, vous excluez une partie des Esquimaux. Je ne suis pas sûr que Jean Malaurie place tant d’humeur dans le mot, alors que l’important, ce sont les gens.2

L’écriture « inclusive » voudrait contribuer à donner aux femmes leur place. On voudrait en faire une nouvelle norme. C’est faire beaucoup confiance aux mots, à l’orthographe et aux normes. Mieux vaut faire confiance aux femmes.

Acte 1. Gloire des noms

Le linguiste ne peut s’empêcher d’être dubitatif devant cette religion des mots. Car c’est de cela qu’il s’agit : les « noms » seraient des symboles magiques aptes à ligoter les démons du mépris, du racisme, de l’ostracisme ou du silence. J’ai peur que non, qu’ils ne suffisent pas. Je crains même qu’il n’y ait là une sorte de superstition.

 Le mot youpin a à peu près disparu ; la méfiance envers les juifs ne semble pas avoir disparu pour autant. Il semble qu’elle ne soit pas en manque de mots ; ou qu’en tout cas, le problème ne soit pas là. Delphine Horvilleur l’a rappelé dans ses Réflexions sur la question antisémite3. Elle veut dire que ce n’est pas un problème des juifs, mais le problème des autres, qui s’excitent constamment contre les juifs ; vous croyez qu’en oubliant youpin les antisémites vont devenir enfin raisonnables ?

On ne dit plus négro. En anglais d’où il vient, il a disparu de l’expression Negro spiritual, au profit de l’expression censurée spiritual4. Mais il vaut mieux (en français au moins) conserver negro spiritual qui est clair et n’indique aucun mépris ; et qu’aux Etats-Unis les Noirs ne meurent pas sous le genou des policiers. Le mot ne fait rien à l’affaire. Censurez un mot, un autre peut surgir.

Cela ne veut pas dire qu’il faut se laisser insulter. Mais cela veut dire que dans l’insulte, le plus important n’est pas le mot.

Acte 2. Le mot fluide, la société liquide

Nous voyons se répandre une sorte de “phobie des mots”, ou bien à l’inverse mais identique sur le fond, une sorte de poursuite du mot “correct”, “éthique”. Cela ressemble fort à une hypocrisie5. L’important n’est pas dans les mots, il est dans ce qu’on en fait. Se fixer sur les mots est une façon de dissimuler l’importance de ce qu’on en fait.

Cette soumission aux mots, et même à l’orthographe ! est un fétichisme étrange mais ancien et persistant. On a l’impression qu’en mettant ou en ôtant un terme particulier, on va prendre pouvoir sur le phénomène. C’est comme si vous pensiez qu’en voilant les corps, on ne les imaginera pas. Qu’en interdisant les mots jugés mauvais, les pensées et les actes deviennent bons. Comme dans le Brave new world d’Aldous Huxley, ou dans 1984 de George Orwell avec sa novlangue. Ou dans les pays où certains mots sont interdits – dans le discours public au moins.

Il n’est pas sûr qu’en effaçant tel mot, on aille très loin dans l’examen de la chose. Ou qu’en imposant un mot, on va résoudre la question. Dans un cas comme dans l’autre, il y a une substitution superstitieuse ou intéressée du mot, le mauvais à effacer ou le bon à imposer.

Acte 3. L’écriture dite inclusive

Quand on écrit « les étudiants sont priés de s’inscrire entre 4 et 10 juin », je ne crois pas que les étudiantes se sentent exclues. Car c’est l’usage actuel en français que le terme standard neutralise le sexe, ou le reste. Si vous dites “les musiciens ont été formidables”, vous n’excluez personne, ni les femmes ni les trompettistes, ni les maigres ni les vieux, parce que c’est l’ensemble du groupe qui est désigné par le mot.6

En revanche, lorsque le mot s’applique à une personne particulière, Bernard Cerquiglini a raison7 : il vaut mieux dire et écrire “la ministre” si c’est le cas, et féminiser les noms de métier ou de fonction quand il y a lieu8. Depuis plus d’un siècle, on dit “l’institutrice” quand il le faut9. On peut très bien dire ou écrire, à propos d’une femme, une auteure ou une autrice ; cela n’empêche pas la SACEM d’être en toute bonne foi, et pour tout le monde, la ‘Société des auteurs compositeurs et éditeurs de musique’. Anne Sylvestre en était. Barbara aussi.

Personne ne prétend qu’un titre dans la presse comme “les instituteurs sont réunis en congrès” exclut les institutrices. Ni, quand on écrit sous une photo de manifestation “les infirmières protestent contre le silence assourdissant des pouvoirs publics”, qu’il est bizarre qu’on voie aussi des infirmiers.

C’est ce que contestent, je crois, les tenants de l’écriture “inclusive”, qui nient que le terme standard “neutralise le sexe”, comme j’ai écrit plus haut. Ils souhaitent que dans les groupes humains, dans chaque cas, on fasse apparaître le masculin et le féminin du nom, voire du pronom, quand il désigne des personnes des deux sexes. Du fait qu’écrire systématiquement les noms aux deux genres10 est encombrant, ils proposent des systèmes d’abréviations.

Attirer l’attention sur les travers des usages sociaux est une bonne chose. Croire qu’on va agir grâce à une norme écrite laisse perplexe. C’est beaucoup croire aux mots et, dans ce cas, même aux abréviations. On peut bien sûr saisir les occasions de mentionner à propos de groupes de gens, qu’il ne s’agit pas que d’hommes, ou que de femmes. Mais sera-t-on plus intelligents ou plus fins avec une norme obligatoire ?

Conclusion

Les mots, même sifflés, chantés ou hululés, ne suffisent jamais. Les problèmes sociaux ne sont pas dans les mots, encore moins dans l’orthographe. Si l’on veut agir dans la société, un mouvement utile est de se débarrasser de cette crédulité.

L’égalité demande du respect, pas au sens de la déférence, mais de la politesse. La politesse possède des expressions différentes selon les cultures, et il est maladroit de croire qu’elle devrait s’exprimer partout pareil. En revanche, les mouvements qui expriment cette politesse, l’attention, le regard et les gestes attentifs, les façons de s’exprimer aussi, existent dans toutes les sociétés, et dans la littérature on peut les tracer depuis très longtemps. Il faut y porter attention en retour, et cela demande de se transporter hors de chez soi, de lire les livres d’autrefois, et de voyager en vrai. Là sont les sources d’une humanité nouvelle – pas dans la croyance aux normes lexicales ni à la magie orthographique.

  1. Le -s sur le singulier yupik. Dans la langue, le pluriel est yupit. []
  2. Malaurie écrit : “les Esquimaux polaires de Thulé”, au début de son livre célèbre Les derniers rois de Thulé. []
  3. Delphine Horvilleur, 2019, Réflexions sur la question antisémite, Grasset. Voir aussi Pascal Ory, 2021, De la haine du Juif, Ed. Bouquins, coll. essai. []
  4. Sur Wikipedia par exemple, vous trouvez un article français ‘Negro spiritual’, mais l’article anglais correspondant est ‘Spirituals’. []
  5. J’ai décrit ailleurs la douteuse rigueur qui, sous le nom de “bonnes pratiques”, voudrait que les noms de populations soient clean quand ils ont été choisis par les populations elles-mêmes. En apparence, ce n’est pas bête ; mais c’est naïf. D’abord parce que cela suppose que les populations aient soudain des contours nets. Ensuite parce que beaucoup de groupes ethniques ne se soucient pas nécessairement de se donner un nom, sauf pour s’appeler ‘les hommes’, et ont très souvent recours aux noms extérieurs, surtout quand ils s’adressent à des gens de l’extérieur. Enfin parce qu’il n’est pas si clair que le nom qu’on se donne à soi-même soit toujours le meilleur. []
  6. Comme lorsqu’on dit “les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits” ; si vous postulez que cet “hommes” exclut les femmes (ce qui est faux), et si vous écrivez “les hommes et les femmes naissent libres et égaux en droits”, vous changez le sens de la formule, qui assure alors l’égalité des droits entre hommes et femmes. La formule constitutionnelle, précisément, ne distingue pas de catégories mais vise l’universalité des humains. Vous devrez alors écrire : “hommes et femmes, tous sont libres et égaux en droits”, ce qui change moins le sens de l’original, mais présente aussi la suggestion d’une catégorisation a priori des humains. Or, c’est justement ce que la formule veut éviter, car si l’on insiste sur des catégories, chacun va vouloir que celles qu’il juge plus importantes soient aussi mises en évidence : riches et pauvres, par exemple, ou jeunes et vieux, etc. []
  7. Bernard Cerquiglini, 2018, La Ministre est enceinte, Ed. du Seuil. []
  8. Il existe un Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions, 1999. []
  9. A ce sujet, je remarque que dans le TLFi et ailleurs, quand on cherche les attestations les plus anciennes de institutrice, c’est difficile à trouver parce qu’on est renvoyé au terme instituteur. Je pense que que les historiens des mots de métier ou de fonction devraient être attentifs à cette question. Certains le sont. []
  10. Comme on le voit, j’utilise ici ‘genre’ dans son sens grammatical, quand il s’agit de mots ; comme, pour beaucoup de noms de personnes, c’est la différence des sexes qui est en cause à travers le genre des noms, j’utilise ici ‘sexe’ quand il s’agit des gens, et non plus des mots. Je sais bien qu’en anglais, le mot grammatical gender a souvent été généralisé pour éviter l’emploi jugé agressif du mot sex ; et qu’en français on a introduit le mot anglais en le francisant en ‘genre’ pour tenter de distinguer le ‘sexe biologique’ de ses représentations sociales, pour lesquelles on emploie alors le mot ‘genre’. []

2 réflexions sur « Les mots »

  1. Bonjour,
    Autant je suis complètement d’accord avec vos actes 1 et 2, un peu moins sur le 3, et je ne comprends pas votre conclusion – c’est probablement que je ne suis pas d’accord.
    Que les femmes ne se sentent pas exclues quand on dit “Les étudiants…”, c’est sans doute vrai ; cependant, pour expliquer cela, soit on considère que le masculin est équivalent au neutre, soit on considère qu’elles font automatiquement une traduction pour se dire que, bien qu’on parle des hommes, elles sont quand même concernées. Dans les deux cas il y a un problème.
    Dire le masculin est équivalent au neutre, c’est oublier que cette règle a été établie en argumentant que le masculin était supérieur au féminin, ce qui n’est pas vrai. Et dire que les femmes doivent faire une traduction… oui, mais cette traduction n’est pas forcément aussi évidente que dans les cas “simples”.
    Dans votre exemple “les musiciens ont été formidables”, censé ne pas exclure les femmes… bin si : il est connu que le milieu musical, particulièrement dans les orchestres classiques, a une forte tendance à les exclure. Vous dites que ça n’est pas de la faute du langage, certes, mais dans sa neutralité ou dans sa traduction une femme qui se sait exclue ne sait pas forcément comment comprendre ce “message” ou comment lui répondre.
    On ne sera pas plus intelligents avec une norme obligatoire… peut-être. Je suppose que vous pensez qu’une pratique serait plus appropriée, je le crois aussi. Que les mots ne suffisent jamais, ok, mais, au moins, vous, vous connaissez les mots et leur pratique un peu plus que les autres. Quelles sont donc ces façons de désigner de personnes particulières, de genre, d’autres formes de différences, par rapport à des généralités, des regroupements, ça il me semble que vous pourriez nous en parler, et dire comment, dans notre langue, nous pourrions les pratiquer ?
    En vous en remerciant par avance 🙂
    Cordialement.

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire, qui résume bien les difficultés auxquelles le linguiste se trouve confronté quand il raconte cette “affaire des genres” dans les langues qui en ont. Je ne peux pas argumenter sur ce que les gens ressentent de la question des genres grammaticaux en français, parce qu’il faudrait tenir compte de la grande diversité (souvent conflictuels entre eux !) des sentiments qui se font jour. Je ne veux pas dire que ces sentiments ne sont pas importants ; je veux simplement dire que le linguiste n’y peut rien.

      Je crois plus sage de discuter un point important d’histoire de la langue. Vous dites que la règle masculin=neutre a été établie parce que le masculin serait supérieur au féminin (et vous protestez avec raison) ; mais ce n’est pas ce qui s’est passé en fait. C’est même plutôt le contraire.

      Cela se voit par exemple dans les verbes dits impersonnels comme “il pleut”, “il faut”. Ce sont des créations d’époque française, car en latin et même en ancien français, on ne mettait pas de “il” devant ces verbes : ils n’avaient pas de sujet apparent. Un des changements clés dans l’histoire du français est la nécessité croissante, entre XIVe et XVIe siècle, de “mettre un sujet” à chaque verbe. Dans tous les cas où l’on a mis un, comme dans “il faut” ou même “il y a”, on a choisi “il” – jamais “elle”. Pourquoi ? Parce que “il” ne marquait aucun genre : c’est une marque par défaut, vide. De même quand on dit “Vois-tu ce que je vois ?”, le “ce” est neutre, mais pas parce que le masculin est supérieur, c’est parce que ce n’est pas un masculin. Dans tous ces cas, ce “masculin” est là pour la forme. On n’aurait jamais employé “elle”, parce que “elle” (s’il s’agit de personnes, évidemment) marque vraiment un féminin, pas n’importe quoi !
      Cordialement, François Jacquesson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search