Pentecôte et linguistique

La pentecôte est une fête chrétienne, greffée de bonne heure sur la fête juive des Semaines, Shavu’ot. Le nom de la fête chrétienne est grec, pentekostē, et signifie ‘cinquantième’, car la fête a lieu le 50e jour après Pâques. En 2022, Pâques tombait le dimanche 17 avril, 107e jour de l’année, et donc la Pentecôte le dimanche 5 juin, le 156e jour.1

Car dans l’Antiquité, quand on compte des dates et qu’on dit 50 jours plus tard, on compte le jour de départ et celui d’arrivée ; cela correspond donc à notre « + 49 », donc 7×7 jours ou 7 semaines plus tard.

La fête de la Pentecôte célèbre la « mission des apôtres », censés répandre la conviction nouvelle de par le monde. Comme le monde n’est pas entièrement grec, le livret des Actes des apôtres (placé juste après les quatre évangiles dans le Nouveau Testament) raconte un miracle : soudain, sur la tête de chacun des apôtres s’est allumée une langue de feu et ils ont instantanément appris les langues nécessaires.

C’est pratique !

Acte 1. Le texte en cause

L’histoire de la Pentecôte n’est pas racontée dans les évangiles, qui sont en gros des histoires juives mais, si l’on suit l’ordre habituel du Nouveau Testament, dans le livret suivant : les Actes des apôtres, au chapitre 2. Elle marque justement la différence d’avec les histoires des évangiles, qui concernaient la Palestine romaine et sont très inscrites dans le paysage et les références locales – puisque le but du miracle de la Pentecôte est de transformer certains compagnons de Jésus en « envoyés » – c’est le sens du mot grec apostolos source du mot français apôtre. (Chapitre 2, 1-4)2

« Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu quand soudain vint du ciel un bruit comme d’un violent coup de vent qui remplit toute la maison où ils étaient assis, et ils virent des langues, comme de feu, se partager et se poser sur chacun d’eux, et tous furent remplis de l’Esprit saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit saint leur donnait de les prononcer. »

La suite montre que c’était vraiment vrai, car des gens qui étaient venus de loin pour la fête des Semaines, ou des étrangers de nombreux pays, se mettent à comprendre ce que disaient les apôtres : « et comment chacun de nous les entend-il dans son dialecte maternel ? » (2, 8), tandis que d’autres prétendent (2,13) que c’est du charabia, et que ces gens sont ivres dès le matin.

Acte 2. Envoyés ou apôtres ? deux missions distinctes

L’Abondance, partie du monument funéraire de Colbert, à Saint-Eustache (Paris). Le personnage féminin s’inspire aussi de Marie au moment de la Pentecôte, comme le montre l’étrange protubérance au-dessus de son voile : c’est la flamme par quoi les langues s’imposent.

Le passage qui a précédé celui que j’ai cité ci-dessus concernait la liste officielle des apôtres. Dans les évangiles, il existe plusieurs listes de ceux qui sont presque toujours appelés « les Douze ». Et comme on sait, Judas en faisait partie. On le voit quand les peintres ont peint la Cène, le dernier repas commun de Jésus avec les Douze. La fin du chapitre 1 des Actes des apôtres, qui concerne donc les événements survenus après ceux des évangiles, est consacrée au choix d’un remplaçant pour Judas. On prie, on tire au sort, et c’est un certain Matthias qui est désigné. Les voici donc de nouveau Douze.

Car dans les évangiles eux-mêmes, le terme ‘apôtre’ (gr. apostolos) n’est pas fréquent. On le trouve une fois en Matthieu 10, 2, dans une liste de personnages à qui Jésus donne le pouvoir d’aller repousser les esprits impurs. Cette liste fait suite dans le récit à une série de miracles accomplis par Jésus lui-même, sans qu’il puisse satisfaire tout le monde ; aussi a-t-il l’idée de transmettre une partie de son pouvoir à des gens de confiance pour que, à eux tous (ils seront donc treize) ils soient plus efficaces.

Cette liste se trouve dans des circonstances analogues dans les trois évangiles synoptiques (Matthieu, Marc, Luc), mais avec des nuances – et la désignation des Douze diffère.3

Matthieu 10, 1-2. Et, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna pouvoir (sur les) esprits impurs de façon à les chasser et à guérir toute maladie et toute langueur. Or, des douze apôtres tels sont les noms (…)

Marc 3, 16. Et il fit les douze (…). Marc 6, 7. Et il appelle les douze et il commença à les envoyer (apostellein) deux à deux, et il leur donnait pouvoir sur les esprits impurs. (…)

Luc 6, 13-16 : il appela ses disciples et, en ayant choisi douze, qu’il nomma aussi apôtres [puis la liste des noms]. Luc 9,1. Or, ayant convoqué les douze, il leur donna puissance et pouvoir sur tous les démons, et de guérir les maladies.

Dans Matthieu, la traduction ci-dessus par ‘apôtres’ est un anachronisme ; mieux vaudrait traduire cet apostolōn par ‘envoyés’, comme dans la citation de Marc pour le verbe de la même famille de mots apostellein ‘envoyer’. Jésus envoie des disciples choisis guérir les gens. Il n’est pas question d’envoyer des ‘apôtres’ à travers le monde. La même remarque vaut pour le passage de Luc (6,12) : il s’agit des disciples envoyés pour guérir. Sans doute, il s’agit presque d’un titre, et en tout cas il correspond à un pouvoir spécifique.

De ce fait, l’épisode mystérieux et plus tardif rapporté dans le livret des Actes des apôtres, avec l’envoi des Douze disciples une fois la liste refondue, semble bien s’appuyer sur l’exemple de la mission des Douze envoyés par Jésus pour guérir les gens grâce à une part de son pouvoir magique. Mais dans l’épisode mystérieux des Actes des apôtres, qui démultiplie l’ambition de Jésus et l’étend au monde entier, il s’agit d’un pouvoir directement « infusé » par le Saint esprit dans un scénario différent, et la mission est tout autre.

Acte 3. Langues de feu

Venons-en aux polyglottes ! Voici le passage4, qui fait suite au premier que j’ai cité :

Et comment chacun de nous les entend-il dans son dialecte maternel ? Parthes et Mèdes, Élamites et habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont [la Mer noire] et d’Asie [mineure : l’Anatolie], de Phrygie et de Pamphylie, d’Egypte et des provinces de la Libye cyrénaïque, Romains en résidence, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons parler, dans nos langues, des grandeurs de Dieu.

Nous n’avons là ni les Japonais ni les Algonquins, mais enfin cela fait à coup sûr plus de douze. Si l’on veut y trouver une rationalité, il faut admettre que la bonne interprétation n’est PAS que chaque apôtre avait soudain appris une langue étrangère, une seule. Tous semblent les parler toutes. En même temps ? Ce serait bien du désordre.

Aussi, parmi les nombreuses hypothèses proposées à ce miracle linguistique, certains ont pensé que les apôtres – ils méritent cette fois bien ce nouveau titre – ne parlaient pas « des langues » mais « en langues », presque comme s’il n’y avait plus besoin de passer par les langues humaines pour se faire comprendre.5

Voici le mot à mot de la phrase-clé (2, 3-4) :

Le texte original est certainement en grec, car on voit à l’œuvre le jeu de mot entre les « langues comme de feu » et les « en d’autres langues » – qu’on peut conserver en français, où l’on dit aussi parfois que le feu ou les flammes semblent lécher les objets.

Giotto représente le miracle de la Pentecôte à la chapelle des Scrovegni, à Padoue (2 m x 1,85). Les ‘langues de feu’ sont comme des rayons descendus d’en haut, mais pas comme de petites flammes posées comme un chapeau.

Acte 4. Archéologie du miracle

Dans l’évangile selon Luc, on trouve en fait deux épisodes d’envoyés. Le premier est celui que nous avons vu plus haut, au chapitre 9. Jésus harassé par les foules de malheureux forme douze disciples spécialisés. « Et il les envoya (apesteilen – avec le même verbe ‘envoyer’, ici au passé) proclamer le règne de dieu et guérir. ». Ensuite les envoyés (apostoloi en 9, 10) reviennent faire leur rapport.

Mais apparemment cela ne suffit pas. Juste après, une foule énorme les suit partout, et c’est alors (dans Luc) que Jésus multiplie pains et poissons. La semaine suivante a lieu le miracle de la Transfiguration (9, 28-36), mais la foule n’a pas décroché, elle a grossi. Au début du chapitre 10 de Luc, on lit :

Après cela, le Seigneur en désigna encore soixante-dix autres et les envoya par deux devant sa face dans toute ville et lieu où lui-même devait venir.

Luc est le seul évangile où ce doublon figure. Mais, il y a plus curieux : de nombreux manuscrits ont « soixante-douze » au lieu de « soixante-dix ». Or, ce détail est décisif, car dans la tradition juive, les nations sont 72, parfois 70. Pourquoi 72 ? Citons Louis Ginzberg6, qui résume une légende particulière, à propos du catalogue biblique des nations en Genèse 10, c’est-à-dire entre l’histoire de Noé et du déluge, et celle de la Tour de Babel. Après le déluge, ne restent que Noé et sa famille. Noé a trois fils, qui sont évidemment les ancêtres de nous tous :

Ainsi furent répartis 104 pays et 99 îles parmi les 72 nations, chacune ayant sa langue propre, utilisant 16 sortes différentes de caractères pour l’écriture. Japheth reçut 40 pays, 33 îles, 22 langues et 5 sortes d’écritures ; à Ham (ou Cham) furent attribués 34 pays, 33 îles, 24 langues et 5 sortes d’écriture ; à Shem 26 pays, 33 îles, 26 langues et 6 sortes d’écriture – une série de caractères en plus à Shem qu’aux autres frères, la série supplémentaire étant l’hébreu.

C’est d’ailleurs pourquoi, plus tard lors de la traduction de la Bible en langue grecque, à Alexandrie, l’histoire fabuleuse de la Lettre d’Aristée rapporte qu’on a réuni 72 ou 70 traducteurs, et c’est pourquoi cette traduction grecque s’appelle « la Septante ».

Conclusion

La reprise de l’évangile de Luc au début de son chapitre 10, qui nous dit que Jésus envoie 70 ou 72 envoyés, repose sur cette tradition biblique : le nombre 70 ou 72 désigne la diversité des langues ou des populations du monde connu dans la tradition juive.

Dans les Actes des apôtres, quand les Douze reçoivent « le don des langues », nous recroisons ce thème – au profit des chrétiens « œcuméniques » !

Ceux qui sont intéressés par l’histoire des textes, l’histoire littéraire, l’histoire des thèmes pris et repris à travers les pays et les siècles, ne seront pas surpris. Ceux qui croient que l’œcuménisme7 n’appartient qu’à eux, le seront davantage ! Mais ce n’est pas grave : le plus ignorant est celui qui croit tout savoir !

NOTICE sur les images. (1) est le haut d’un tableau du Gréco, peint à la fin des années 1590. Le tableau est au musée du Prado, à Madrid. Source de l’image. (2) cette photo a été prise à Saint-Eustache début juin 2022. Merci à Anne ! (3) Au tout début du XIVe siècle, Giotto a peint à la chapelle des Scrovegni, à Padoue, un cycle de peintures qui part des parents de Marie (Joachim et Anna), passe par Marie, traverse la Vie du Christ, et s’achève sur le panneau de la Pentecôte. Source de l’image.



Citer ce billet
François Jacquesson (2022, 6 juin). Pentecôte et linguistique. Caramel. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m7d5

  1. Merci à mon correspondant, voir les commentaires. []
  2. Traduction de Michel Léturmy, Gallimard, coll. La Péiade. []
  3. Traduction de la Synopse de Benoit et Boismard. []
  4. Actes 2, 8-12, trad. Léturmy []
  5. Il existe une intéressante littérature sur cette question, qui touche souvent de près les adeptes, circonspects ou non, du paranormal. Mais on peut lire avec confiance Marina Yaguello qui, dans ses Langues imaginaires, 2006, Ed. du Seuil, consacre une partie du chapitre IX à la glossolalie et au “parler en langue(s)”. En 2013, Alessandra Pozzo, dans La Glossolalie en Occident (Ed. Les Belles Lettres), fait le tour de la question, non sans évoquer bien sûr Umberto Eco. []
  6. Louis Ginzberg, 1997, Les Légendes des Juifs, tome 1, p. 127. Traduit de l’anglais par Gabrielle Sed-Rajna. La source du passage cité est le Midrash ha-Gadol, une compilation des textes anciens qui existait au Yemen, redécouverte par les savants européens à partir de 1878. L’édition de ce qui concerne la Genèse a été faite par Salomon Schechter, Camridge 1902, et notre extrait est p. 182. Le texte publié par Schechter (en hébreu) est accessible ici. Ceux que cela intéresse doivent lire la note 72 de Ginzberg. []
  7. Le mot ‘oecuménisme’ est la francisation d’un mot grec oikoumenē qui signifie ‘la terre habitée’, le monde. En grec, le terme est géographique ou ethnographique, pas religieux. []

2 réflexions sur « Pentecôte et linguistique »

  1. Pâques est toujours un dimanche. C’est ça la raison pourquoi au christianisme on fête chaque semaine le dimanche au lieu du samedi. La pentecôte, elle aussi, est un dimanche.

    Dans beaucoup de pays à histoire chrétienne, les lundis après Pâques et la pentecôte sont des jours fériés aussi. Ce n’est que pour laisser ces fêtes si importantes durer deux jours. Pour Noël cet effet est déjà garanti par la fête du premier martyr, St Étienne, le 26 décembre.

    1. Oui, merci. Cela ne change pas le fait que 50e signifie notre “+49”, alors du dimanche au dimanche. Dans l’idée chrétienne, les trois jours entre la mort du Christ le vendredi et sa résurrection le dimanche suivent la même logique : vendredi-samedi-dimanche font trois jours, comme les trois jours où Jonas séjourna dans le ventre du gros poisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search