Un arrêt à la station Écritures

Dans notre enquête sur les langues qui changent, voici un billet consacré aux écritures. C’est parce que – jusqu’à l’invention des enregistrements audio ! – l’examen des langues anciennes repose sur des témoignages écrits.

Ces textes écrits, on les trouve sur des rouleaux ou des pages de livre, ou gravés sur la pierre, parfois sur d’autres matériaux. Il n’en reste pas beaucoup.

Enfin, il ne faut jamais oublier qu’une immense partie des langues, avant-hier comme aujourd’hui, n’a jamais été écrite. Et quand on juge des langues par leur « côté écrit », il faut être attentif à la tournure que donne l’écriture !

Un extrait sur pierre du fameux ‘Livre des morts’ de l’ancienne Egypte. Musée du Louvre.

Acte 1. Langue et écriture

Les savants qui s’efforcent de découvrir « quand l’homme a commencé à parler » utilisent divers arguments parallèles, mais jamais les langues, car les premiers témoignages linguistiques clairs et nets datent des systèmes graphiques notant des langues (ce que nous appelons des “écritures”), et les dates les plus anciennes sont vers 3300 AEC, donc avec un peu plus de 5000 ans d’âge, en Mésopotamie, peu après en Egypte, beaucoup plus tard en Chine (vers 1200 AEC) et en Inde (250 AEC).

On ne sait pas quand « l’homme a commencé à parler », mais la vraisemblance archéologique donne des dates de plusieurs dizaines de milliers d’années : très longtemps avant les premières écritures.

Le rhinocéros de la Grotte Chauvet

A titre d’indication, les peintures de la Grotte Chauvet datent d’environ 35.000 AEC. Personne ne croit plus que les langues que nous apercevons en Mésopotamie et en Egypte, sous prétexte que ce sont les premières à être écrites, seraient des témoins favoris des langues très anciennes. Ce sont des langues parmi d’autres, parmi les centaines ou peut-être les milliers de langues qui pouvaient exister alors (sur ce sujet, voir le prochain billet). Mais bien sûr, leur « banalité » au plan de l’histoire générale des langues n’enlève rien à la valeur du témoignage pour l’histoire des langues tout court.

Acte 2. Langues anciennes

En Europe et autour de la Méditerranée, les langues anciennes attestées sont nombreuses. Le tableau ci-dessous donne les dates d’apparition pour certaines des plus importantes. AEC = avant l’ère commune (= avant J.-C.) ; EC = ère commune. Le nombre en chiffres romains est le siècle de première attestation, en gros. Les plus anciennes sont donc en haut du tableau.

Les mentions IE ‘Indo-européens’ ou CS ‘chamito-sémitique’
désignent des groupements de langues établis sur des critères d’affinité linguistique.

Ce tableau ne doit pas être vu comme un « tableau d’honneur », car si les dates essentielles sont assurées, il existe souvent des inscriptions dont la date est difficile à confirmer. J’ai laissé de côté la Mésopotamie et l’Egypte, et des langues peu connues ou attestées par un nombre moins grand d’inscriptions (louvite, sabéen, tartessien, osque, lépontique, etc.). Soulignons encore une fois qu’il s’agit des dates des premiers témoignages écrits : pas des langues elles-mêmes qui, sous des formes diverses, sont plus anciennes.

Le mycénien, dont l’écriture spéciale n’a été déchiffrée qu’en 1952, est une forme de langue grecque. L’écriture (le « linéaire B ») est très différente de l’alphabet grec qui s’imposera plus tard, et rend la comparaison difficile dans le détail avec les dialectes grecs de l’Antiquité classique. Mais qu’il s’agisse d’une langue grecque est parfaitement clair. Le grec est donc attesté avant le chinois – dussent nos amis chinois (du moins les plus nationalistes d’entre eux) en être affreusement jaloux !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Lineaire-B-500x326.jpg.
Une partie du syllabaire dit ‘Linéaire B’.
On appelle ‘syllabaire’ les systèmes graphiques qui ont (à peu près) autant de signes différents que de syllabes possibles. Il y a donc plus de signes dans un syllabaire que dans un alphabet. En linéaire B, outre le syllabaire, il existe d’autres signes.

Acte 3. Le son, le sens, et les images dans les écritures

L’écriture du mycénien cherche à être phonétique : à noter ‘le son’. Mais elle n’est pas que cela, car il existe aussi en mycénien des signes qui indiquent ‘le sens’. C’est pourquoi l’écriture du phénicien, qui est le modèle un peu plus tard des écritures grecques, étrusques, latines et de bien d’autres, a eu tant de succès : on n’y trouve plus de signe précisant le sens de ce dont on parle, et elle est nettement phonétique1. C’est un cas assez rare, parce que les écritures sont souvent “mixtes” : notant tantôt ‘le son’, tantôt ‘le sens’. Voici un exemple en hittite.

Copie d’un texte hittite, extrait des Annales du roi Murshili II.
Le hittite, écrit en cunéiformes, se lit de gauche à droite.

Dans le texte ci-dessus2, c’est le début de la 2e ligne qui nous intéresse : vous le voyez agrandi ci-contre. On y lit 5 signes successifs. D’abord un signe bien séparé, qui est URU ; ensuite deux fois les mêmes deux caractères, qui se lisent ga-aš-ga-aš3 ou ga-ash-ga-ash si vous préférez. Il s’agit du nom de la ville de Gashga, avec un suffixe -aš indiquant que c’est le sujet du verbe (le nominatif). Mais dans cette écriture, il n’y a pas de majuscule : comment sait-on que c’est un nom propre, et qu’il s’agit d’une ville ? Grâce au signe URU au début qui signifie “ville” mais ne se prononce pas. On a donc un signe URU qui note ‘le sens’ (mais ici ne se prononce pas) puis quatre signes qui notent ‘le son’ – et donc bien sûr se prononcent !

La Mésopotamie, comme chacun sait, a été avec l’Egypte un foyer de création de systèmes graphiques variés et qu’on peut dire « mixtes » : une partie des signes représentait des sons de la langue, et une autre partie donnait des indications sur le sens du mot, ou de l’énoncé. C’est aussi un système « mixte » qui s’est développé ensuite en Chine. C’est compréhensible : comme la notation du son était approximative, elle pouvait suggérer plusieurs mots se prononçant à peu près de la même façon ; il était donc astucieux d’y joindre un signe indiquant à quel genre de chose on a affaire : cela permettait de préciser.

En Mésopotamie et Egypte, on assiste à une spécialisation des caractères : certains notent du son, certains notent du sens, qu’il soit grammatical (par exemple : le pluriel en égyptien) ou sémantique (par exemple : “humain” ou “bovidé” – ou comme ci-dessus en hittite : “nom de ville”). Mais en chinois, du moins dans l’écriture qui s’est normalisée, très souvent chaque caractère est lui-même mixte, avec une partie ‘son’ et une partie ‘sens’.

En fait en chinois, la partie ‘son’ ne suffit pas pour lire le caractère, c’est seulement une indication sonore, comme une rime. La partie ‘sens’ est souvent appelée la clé, et est indispensable. Le caractère est composé des deux parties, qu’on ne peut pas séparer : elles sont étroitement liées dans l’écriture, comme on voit ci-dessous, que j’emprunte au livre de Viviane Alleton.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Alleton-A-500x449.jpg.
La “clé” donne une indication sur ‘le sens’, pas sur la prononciation. Par exemple, en 6A qui se lit wen et signifie “interroger”, ‘le son’ est indiqué par les deux parties symétriques de part et d’autre du petit carré. Ces deux parties viennent du caractère men qui signifie une “porte”, comme le montre le dessin des deux vantaux de la porte ! Wen et men font une rime, ou plutôt une assonance. Quant au petit carré, il représente une “bouche (humaine)” et suggère la notion de parole. Très astucieux !
Le pouvoir des images. Une partie de la liste des hiéroglyphes égyptiens désignant des oiseaux, dans Gardiner.

Les deux tendances, écritures avec ‘sens’ et ‘son’, et écritures seulement avec ‘son’ ont l’une et l’autre avantages et inconvénients. Si vous voulez noter ‘le sens’, ce ne sera possible qu’avec des choses ou concepts faciles à dessiner ; sinon, cela devient si allusif qu’il faut avoir appris le caractère4, qui n’est plus assez suggestif par lui-même. Mais l’avantage, est que si votre arrière-arrière petit neveu cent ans plus tard, ou les gens de la province voisine, prononcent le mot autrement, cela n’a pas d’importance : chacun prononce à sa façon, et on reste d’accord sur l’objet. Le dessin pertinent reste efficace.

L’avantage de « noter le son », est qu’on peut tout noter, y compris ce qui ne se dessine pas : on peut vraiment noter ce qu’on dit – et c’est pourquoi ce système a pesé plus lourd. L’inconvénient, est que vous fixez l’orthographe d’un mot dont la prononciation change selon les temps et les lieux et que, fatalement, cinq cents ans plus tard l’orthographe de mots comme œuf ou cent paraît vraiment étrange ! Et là, nos amis chinois peuvent sourire !

Conclusion

Inscriptions anciennes d’Arabie et du Yemen. Musée du Louvre. La plaque d’albâtre d’où vient la 1re image de ce billet est en bas à droite.

Nous allons revenir à nos langues, qui changent et qui ne changent pas – mais on voit que les écritures sont loin d’être des instruments parfaits. On est très contents de les avoir, nous sommes d’accord !

On a dit, non sans raison, que les écritures ont modifié les cultures humaines, parce que la possibilité du “document”, de “l’archive”, mobilise ou oriente notre mémoire d’une autre façon, et tend à organiser nos sociétés autrement. Oui, en partie.

Pourtant, l’essentiel de nos pratiques du langage n’est pas écrit du tout. Les spécialistes des langues anciennes aimeraient bien, de temps en temps, dégeler un vieux Grec ou un vieux Sumérien, pour entendre quel bruit fait ce qu’il dit ! On serait certainement surpris.

N.B. Celles et ceux qui sont intéressés par l’alphabet latin, son histoire, ses avantages et ses inconvénients, peuvent lire ‘L’alphabet et le problème de l’écriture‘, un exposé illustré de 16 pages, avec une bibliographie.

NOTE sur les images. (1) Dalle d’albâtre du Yemen, 1er siècle EC, royaume de Qataban. Musée du Louvre, OA 21124. Photo avril 2022. Le texte commence par le nom de celui qui a fait faire la plaque, Rathad’il fils de Mâti’um. On lit de droite à gauche, en partant d’en haut. Le premier mot, qui est visible ici, est rtd’l, puis vient le trait vertical séparant le mot suivant ; on lit encore bn ‘fils’ avant la barre suivante. (2) Montant de porte égyptien. Tombeau de Houy le cadet, règne de Séthi Ier, XIIIe siècle av. JC. L’inscription est une prière au Soleil qui se trouve au ch. 15 du recueil qu’on nomme le Livre des morts. Musée du Louvre. Photo août 2017. (3) Source de l’image. Des mesures concordantes ont permis de dater vers 35.000 AEC les très nombreuses peintures de la grotte Chauvet, découverte en 1994. C’est un des sites peints les plus anciens au monde. (4) Pierre-Yves Lambert, 2003, La langue gauloise, édition revue et augmentée, Editions Errances. On y trouve une description linguistique faite en termes clairs, puis des inscriptions choisies, transcrites et traduites, illustrées et commentées. (5) Ce tableau (partiel) provient de cette page. Le linéaire B comporte à la fois des signes phonétiques et des signes sémantiques. La découverte des tablettes et le déchiffrement ont été décrits dans : John Chadwick, 1972, Le Déchiffrement du linéaire B, Gallimard, trad. de l’anglais par Pierre Ruffel. (6 et 7) Extraits du livre de Theo Van den Hout, voir la note. On a pris l’habitude d’écrire en majuscule, comme ici URU, les signes empruntés à l’akkadien ou, comme ici, au sumérien, et qui dans la tradition cunéiforme sont lus dans la langue courante (et non pas dans dans la langue d’où vient le signe) ou notent le sens. (8) Est extrait de Viviane Alleton, 2008, L’Ecriture chinoise. Le défi de la modernité, Ed. Albin Michel, p. 46. (9) Alan Gardiner, 1957 (3e éd.), Egyptian Grammar, Oxford University Press, p. 470. (10) Photo d’avril 2022.

  1. J’ai discuté le détail de ces questions, à propos de la notation des voyelles, dans un document ‘Les voyelles et l’alphabet‘. []
  2. Cet exemple est tiré du livre de Theo Van den Hout, 2011, The Elements of Hittite, Cambridge University Press, p. 133. []
  3. Le petit “clou” pointant vers la droite se lit aš (la lettre š se lit comme le ch de cheval). []
  4. On peut utiliser des façons de suggérer un sens abstrait, ainsi en chinois avec 人 « homme » dessinant les jambes d’un homme qui marche ; mais ces dessins sont très conventionnels : il faut les apprendre, les regarder ne suffit pas ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.