Pourquoi Caramel ?

 Les savants disent que le mot « caramel » apparaît en français à la fin du XVIIe siècle – siècle où, comme on sait, le français a fait de nombreux emprunts à l’espagnol (plus exactement : au castillan)1. En effet, il existe en castillan un mot caramel, ou caramelo qui… vient du portugais – où ce mot signifierait aussi ‘un glaçon’. Mais encore ?

Eh bien ce mot portugais viendrait à son tour du latin. Mais en latin, il faut avouer que calamellus n’a rien à voir avec camellus ‘chameau’, mais avec calamus ‘roseau, chalumeau’. A cause de la forme de fil du roseau : en versant le caramel fondu, mais qui solidifie, on obtient un fil épais, comme un roseau, ou comme certains glaçons le long des gouttières. 

Quel rapport avec ce carnet ? Mais, avec ‘calame’ bien sûr. Car un ‘calame’, c’est une sorte de stylo. Un roseau avec de l’encre permettait d’écrire. En latin de l’Antiquité, on appelait calamus les roseaux, et des instruments en forme de roseau. Cicéron écrivant à son ami Atticus nous dit qu’il va calamum sumere ‘prendre la plume’.

Plumier moderne. Origine : Ouzbékistan.

Bon, nous en voici au grec, puisque les Romains ont emprunté le mot aux Grecs. Le mot existe toujours en grec d’aujourd’hui, où kalami signifie ‘roseau’. En grec ancien, le mot est ignoré d’Homère, mais se trouve chez Hérodote, et ensuite. Il signifiait, comme un peu plus tard en latin, à la fois ‘roseau’ et des objets variés évoquant le ‘roseau’, y compris des ‘cannes à pêche’ ; et le stylo. En grec de l’Antiquité tardive, le mot a eu de très nombreux dérivés de « bureautique », notamment kalamarion qui peut signifier ‘un calmar’, oui, mais aussi un plumier ou un encrier.

En arabe moderne, le mot qalam signifie ‘crayon, stylo’.  Mais le mot est ancien dans la langue arabe : il signifiait auparavant ‘roseau, roseau taillé pour écrire’, comme chez les Grecs et les Romains. Il existe une sourate du Coran, la 68e, qui s’appelle Al-qalam ‘le calame’, et le terme a des significations philosophiques et théologiques particulières dans la culture musulmane. 

Le mot existe aussi en hébreu. Pas en hébreu biblique, mais un peu plus tard. Dans le Talmud, on discute pour savoir ce qu’on peut transporter pendant le jour férié où l’on ne doit pas travailler, donc rien transporter2. Pour l’encre, on peut porter la quantité pour écrire deux lettres, pas plus ; et combien de roseau ? Pas plus que ce qu’il faut pour faire un calame qolmos (< grec kalamos).

Ce mot calamus-kalamos-qolmos-qalam, on voit bien qu’il a eu un grand succès. Et ‘calamité’ ? Nous verrons cela une autre fois !

Citez ce billet : "Pourquoi Caramel ?", par François Jacquesson. Publié dans Caramel, le 19/01/2019. Lien : https://caramel.hypotheses.org/161.
  1. En italien, le mot caramella n’apparaît qu’au XIXe siècle, emprunté au français. []
  2. Talmud de Babylone, traité Shabbat, 80ab []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.