Ève, née d’un mot

“Elle n’avait pas de nombril” James Joyce, Ulysse.1

Aphrodite ou Vénus, qui selon Lucrèce est notre mère à tous, est née de l’onde, comme dans le tableau infiniment fascinant de Botticelli. Ève notre mère est née d’un mot2.

D’un mot manquant, c’est vrai.

Marina Yaguello, dans son livre sur les Langues imaginaires3, avait placé à l’entrée du chapitre Quatre cette citation de la Genèse, dans la Bible :

« Les animaux vinrent en la présence d’Adam. Il les vit, et donna à chacun son nom véritable. »

Elle a certainement souri de cette histoire assez invraisemblable pour devenir poétique. Il est très rare que nous sachions QUI a donné tel nom à telle chose (ou pas-chose)4. Car même si c’est à une époque récente, le plus souvent le succès du mot efface le souvenir de son créateur. La situation d’Adam en train de nommer les bêtes a parfois inspiré les peintres, et ce défilé animalier fait une sorte de zoo qui préfigure l’arche de Noé. D’ailleurs, s’il a fallu sauver les animaux, n’était-ce pas parce qu’ils avaient un nom ?

Eva prima Pandora5

Acte 1.

La traduction de Marina Yaguello, raccourcie, triche un peu. Le texte hébreu dit ceci6 :

« Alors Yahvé Elohim forma du sol7 tout animal des champs et tout oiseau des cieux, il les amena vers l’homme pour voir comment il les appellerait et pour que tout animal vivant ait pour nom celui dont l’homme l’appellerait. »

Il y a plusieurs différences importantes avec la version raccourcie. Les animaux ne viennent pas d’eux-mêmes : Dieu les amène, et sa raison pour le faire est une curiosité explicite. Il n’est pas question de « nom véritable » – seulement de nom.

Mais surtout, « Adam » n’est pas un nom propre, parce qu’il a un article, ha-adam. En hébreu aucun nom propre ne peut avoir d’article8. C’est ce qui explique la suite de l’histoire9 :

« L’homme [ha-adam] appela donc de leur nom, les oiseaux des cieux, tous les animaux des champs. Mais pour l’homme, on ne trouva pas une aide qui fût semblable à lui. »

La situation est donc celle-ci : « l’adam » prononce des noms pour les animaux que Dieu lui amène, mais il ne défile pas devant lui-même. Il reste donc sans nom. D’où la suite de l’histoire !10 :

« Alors Yahvé Elohim fit tomber une torpeur sur l’homme et celui-ci s’endormit. Il prit une de ses côtes et enferma de la chair à sa place. Yahvé Elohim bâtit en femme la côte qu’il avait prise de l’homme. Il l’amena vers l’homme et l’homme dit : ‘Cette fois, celle-ci est l’os de mes os et la chair de ma chair. Celle-ci on l’appellera Femme parce que d’un homme celle-ci a été prise. »

La première idée bien sûr, est de dire : très bien, l’homme va avoir une créature comme lui devant les yeux puisque Yahvé Elohim « amena vers l’homme » cette créature comme il a auparavant amené les animaux. Il pourra la nommer – ou bien d’ailleurs celle-ci pourra le nommer. Ils auront enfin, lui et l’autre, un nom. Ou deux.

Acte 2.

D’abord, l’homme reconnaît que celle-ci11 est comme lui. Ensuite il lui donne un nom, iššah, en expliquant (mot-à-mot) : « parce que de a été prise celle-ci ». La manœuvre du narrateur est rusée car l’homme ne s’aperçoit pas que, par cette pirouette, il s’est donné un nom à lui-même.

Mais la morale de cette étrange histoire, c’est qu’ils n’ont pas les noms qu’on croit : ils s’appellent Ich et Ichchah ! Ce sont les mots qui, en hébreu, signifient ‘homme’ et ‘femme’. Ce mot Ich signifie ‘homme’ au sens de ‘humain mâle’ ; car pour ‘homme’ au sens général de ‘créature humaine’, sans détermination sexuelle, on dit en principe… adam.

Pour Masolino, le serpent a tête humaine.

Dans la suite immédiate de l’histoire, quand le narrateur (qui sait ce qu’il va raconter ensuite) remarque que nos deux naïfs sont nus et qu’ils n’ont pas honte, il écrit ha-adam we-išt-ô : ‘l’adam et sa femme’, et c’est de cette façon qu’ils vont être désignés dans la suite : quand le serpent parle, quand elle donne le fruit, quand ils se cachent et que Yahvé Elohim appelle l’homme qui se cache, quand il dénonce sa femme. Bref, le mot adam a toujours l’article, le nom iššah aussi, et pas question du nom Ève, ni d’ailleurs d’Adam comme nom propre.

C’est à la fin de toute l’histoire, une fois que Dieu a énoncé ses diverses punitions pour tout le monde, que le narrateur ajoute (Gen 3, 20)12 :

« L’adam appela sa femme Ḥawwah parce que c’est elle qui était la mère de tout vivant. »

Dire que Ève est la mère de tout ce qui vit, pardonnez-moi, cela me paraît un peu trop ! – mais Rachi nous rassure et dit : c’est parce qu’elle donne la vie. Quand (il y a environ 2200 ans) on a traduit ce passage en grec, ce nom Ḥawwah a été rendu par Zoé, parce que zōē en grec, c’est ‘la vie’. Mais les latins, eux, n’ont pas voulu traduire (par exemple par Vita), ou n’ont pas osé : ils ont essayé de rendre phonétiquement un mot qu’ils entendaient de travers, et le résultat est Eva.

NOTE sur les images d’Ève

Chez les chrétiens, il existe deux domaines favoris pour représenter Ève. L’un est l’histoire du Paradis perdu, où Ève s’illustre comme substitut du “Tentateur” auprès de l’adam, puis comme compagne dans le couple lors de la Faute et de ses conséquences. L’autre est l’histoire (apocryphe) qui décrit la descente du Christ aux enfers pour en ramener nos “premiers parents”. Hors de ces deux épisodes, Ève n’existe pas. Pourtant, elle a longtemps symbolisé toutes les critiques portées contre les femmes : curieuse, pleine d’initiative, séductrice, rebelle. Elle symbolise au fond tout ce que notre siècle, depuis la fin de la 2e Guerre mondiale, aspire à proposer comme le territoire de l’Homme, femelle ou mâle.

NOTE sur les illustrations de ce billet

(1) La Naissance de Vénus, de Botticelli (1485) est conservée à la Galerie des Offices, à Florence. (2) Le mystérieux tableau ‘Eva Prima Pandora’, de Jean Cousin l’Ancien (vers 1550), un des trésors du Louvre, a suscité bien des curiosités. Voir Jean-Claude Schmitt (dir.), 2001, Eve & Pandora, La Création de la première femme. Gallimard, coll. Le Temps des images ; Cécile Scailliérez (dir.), 2013, Jean Cousin, père et fils. Une famille de peintres au XVIe siècle. Louvre éditions. L’histoire de Pandora ou en français Pandore, dans la mythologie grecque, a en effet plus que des points communs avec celle d’Eve : c’est elle qui ouvre la boîte défendue. (3 & 4) Albrecht Dürer est souvent revenu sur Adam et Eve au moment de la Tentation, avec l’Arbre/serpent au milieu. L’illustration la plus célèbre est l’extraordinaire gravure de 1504, dont on a en (4) un détail, voir ici : le serpent a sur la tête quatre fanions comme un paon ou un escargot, et au pied de l’arbre on a des créatures qui ressemblent à des chats ou des lapins ; mais il a aussi peint le même sujet (1507, au Prado à Madrid, voir ici). (5) La chapelle Brancacci, à Santa Maria del Carmine à Florence, permet d’opposer (peut-être un peu trop facilement) deux conceptions picturales de l’épisode d’Adam & Eve chassés du Paradis. L’une est celle de Masolino, vers 1425, illustrée ici par un détail ; mais celle qui est le plus souvent représentée est la version de Masaccio, voir ici.

  1. Spouse and helpmate of Adam Kadmon : Heva, naked Eve. She had no navel. Gaze. Belly without blemish, bulging big, a buckler of taut vellum, no, whiteheaped corn, orient and immortal, standing from everlasting to ever- lasting. Womb of sin. James Joyce, 1922, Ulysses, chapter 3. []
  2. Voir aussi le billet du 10 février 2019 ‘Pourquoi le diable est un serpent’, et celui du 22 février ‘A cache-cache avec le diable’ []
  3. Marina Yaguello, 2006 (1984), Les Langues imaginaires. Mythes, utopies, fantasmes, chimères et fictions linguistiques. Seuil, coll. La Couleur des idées. []
  4. Il est question de cette étrangeté dans François Jacquesson, 2008, L’Anti-code. Une exploration de l’histoire des langues et des idées qu’on en a. Honoré Champion. []
  5. Sur l’audace qui consiste à représenter des femmes nues dans la peinture, voir l’exposition La Joconde nue, à Chantilly, et le catalogue : Mathieu Deldicque (dir.), 2019, La Joconde nue. In Fine éditions d’art, Domaine de Chantilly, Institut de France. []
  6. Gen 2, 19, traduction d’Edouard Dhorme, dans l’édition de la collection de La Pléiade. []
  7. Comme on peut le vérifier dans le texte hébreu donné dans le billet, le mot traduit par ‘sol’ est ha-adamah, de sorte que le mot ha-adam en a très souvent été rapproché : cet adam a (Genèse 2, 7) été fabriqué comme ‘apar min ha-adamah ‘poussière (prise) du sol (ou: de la terre)’. Il est vrai qu’on rapproche aussi le mot adam du mot adom ‘rouge’, qu’on peut à son tour rapprocher du mot dam ‘sang’. J’utilise le mot ‘rapprocher’ pour souligner qu’il ne s’agit pas forcément d’étymologie scientifique. []
  8. On trouvera des explications plus détaillées et une comparaison avec la traduction grecque des Septante dans F. Jacquesson (2017), Adam et Eve, le triomphe du nom propre, ici. []
  9. Gen 2, 20 []
  10. Gen 2, 21-23 []
  11. zôt, pronom féminin. []
  12. Dans toute la Bible, le mot Ḥawwah n’apparaît que deux fois, ici et en Genèse 4, 1. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.