L’Affaire de l’olivier

Noé est là, sur son arche avec sa ménagerie flottante. Ils sont aussi sept humains en plus de Noé, peut-être huit s’il y a un passager clandestin.

On ne voyait partout que de l’eau. On était bien content d’être en bateau, même à l’étroit.

Et comme vous savez, un jour il s’arrêta de pleuvoir. Le texte dit “Dieu se souvint de Noé”. C’était une bonne idée – si un souvenir est une idée.

Mais nous n’étions pas tirés d’affaire : il a fallu encore des mois pour pouvoir crier “Terre ! terre !” Je peux vous le dire : on n’était pas très rassurés.

Les commentateurs musulmans, surtout après Tabarî, ont voulu donner de nombreux détails sur l’arche de Noé !

Acte 1. La profondeur de l’arche

Nous allons dans un instant parler de la colombe et du corbeau, mais avant cela, je veux vous faire part d’un calcul qu’expliqua Rachi1, qui fut champenois plus que moi.

Rachi, le grand savant juif dont les explications accompagnent la lecture de la Bible et du Talmud, vivait au XIe siècle. Dans ses explications, quand il le trouve utile, il utilise des mots français de son temps – pour que ses lecteurs comprennent mieux. Car l’hébreu, c’est parfois de l’hébreu. En fait, pour beaucoup de vieux mots français, c’est grâce à Rachi que nous savons qu’ils sont si vieux car il est le plus ancien auteur à nous les dire.

Notre Rachi, qui dit-on était vigneron, a donc fait des calculs à propos de l’arche de Noé. Je vais adapter les noms des mois2 pour que ce soit plus clair, en leur donnant un numéro. Le déluge, nous dit la Bible, commence en II 17 (17e jour du 2e mois de l’année), dure 40 jours donc jusqu’en III 27. A ce moment, le niveau d’eau dépasse toute terre de 15 coudées. Ce niveau dure 150 jours, ce qui nous mène au IX 1. Alors, le niveau diminue. L’arche touche le sol en IX 16 mais on ne voit apparaître les sommets qu’en X 1. C’est marqué, c’est donc vrai.

Dans le narthex de la basilique Saint Marc, à Venise, une arcature “raconte” l’histoire de l’arche. Sur un côté (ici en haut et à l’envers), on voit les discussions, la construction, et deux images où les animaux entrent. A l’endroit, on voit le déluge, puis Noé lâchant la colombe, le retour de la colombe, la sortie des gens et des animaux sous l’arc en ciel de l’alliance, et en bas le sacrifice que fait Noé tandis que les animaux repeuplent la Terre.

Or, nous dit Rachi, puisqu’il y a 60 jours entre le moment où le niveau commence à baisser (IX 1) et le moment où l’on voit la terre (XI 1), et que cela correspond à 15 coudées, on peut supposer que le niveau a baissé d’une coudée en 4 jours. Donc s’il faut 44 jours entre le moment où l’arche touche (IX 16) et le moment où on la voit entière puisqu’on voit le sol (XI 1), c’est que l’arche a un tirant d’eau de 11 coudées. Pas vrai ?

La coudée est la distance entre la pointe du coude et l’extrémité de la main. Il faut bien sûr normaliser cette distance pour qu’elle soit utile à tous. Disons une coudée de 40 cm. Cela nous donne un tirant d’eau de 4,40 m. Cela fait une très grosse péniche, mais quand même : on pouvait y mettre tous les couples d’êtres vivants ? Je vous laisse en débattre parce que ce qui est passionnant dans ce calcul, à mon avis, ce n’est pas son résultat (qui ne repose pas sur des données très fiables !) mais qu’on l’ait fait.

Noé fait entrer les paons. Derrière lui, on reconnait des perruches à collier, peut-être les colombes, des craves (des corbeaux à bec rouge), des canards-spatule, des pies…

Acte 2. Le corbeau et la colombe

Quarante jours après qu’on a commencé à voir un peu autre chose que de l’eau, Noé ouvre la fenêtre de l’arche.3

7 Il lâche le corbeau qui part et revient jusqu’à l’assèchement des eaux de sur la terre, 8 et il lâche la colombe loin de lui voir l’allègement des eaux de sur la surface du sol 9 et la colombe ne trouve pas de repos pour la plante de son pied et elle revient à lui à l’arche parce que [il y a] l’eau sur la surface de toute la terre et il envoie sa main et la prend et la fait venir à lui à l’arche. 10 Il attend encore sept autres jours et il recommence à envoyer la colombe depuis l’arche 11 et la colombe revient à lui au moment du soir et c’est une pousse d’olivier qu’elle a arrachée avec sa bouche et Noé comprend que les eaux se sont allégées de sur la terre.

Tout cela est “transparent”, surtout qu’il y a du soleil. Le corbeau ne trouve pas à se poser, et donc revient. Ensuite, Noé envoie une colombe en se disant que si elle peut se poser, elle ne reviendra pas, mais c’est raté. Encore sept jours plus tard (ce qui suggère qu’il avait attendu sept jours aussi pour le premier lâcher de colombe) la colombe revient avec la célèbre pousse d’olivier : la végétation renaît. Eh oui : dans l’arche, on nous dit que Noé avait dû embarquer les animaux, mais il n’a jamais été question des végétaux.

Pendant que le corbeau est occupé avec les charognes qui flottent, Noé lâche la colombe. Dans le texte biblique, on ne dit pas de mal du corbeau. Rachi est moins aimable : “le corbeau va et ne cesse de tourner autour de l’arche, sans faire sa mission ; il soupçonnait sa femme.”

En hébreu, ces deux oiseaux sont הָעֹרֵב (ha-‘oréb) et הַיּוֹנָה (ha-yônah). Les juifs d’Alexandrie, en composant une traduction en grec au IIIe siècle AEC, ont traduit κόρακα koraka ‘le corbeau’ et περιστεράν péristéran, mais ce dernier mot signifie autant ‘pigeon’ que ‘colombe’ – de sorte que nous ne savons pas exactement quel oiseau la tradition juive d’Alexandrie voyait sous le terme biblique !

Pour nous aujourd’hui, un pigeon n’est pas une colombe : le pigeon a un plumage complexe, plutôt sombre, avec un cou “gorge de pigeon” chatoyant ; la colombe est blanche. En latin, sept siècles après la traduction juive en grec, Jérôme a traduit par corvum et columbam, mais pour être franc, la columba latine est encore aussi bien le pigeon que la colombe – à quoi s’ajoute le fait que l’un comme l’autre ayant fait l’objet d’élevages sélectifs assez tôt (Darwin en a élevé beaucoup, mais il n’était pas le premier), il est difficile de bien savoir à quoi tout cela ressemblait.

Ce qui est certain, c’est que dans ce passage biblique, à aucun moment on n’oppose le noir corbeau à la blanche colombe. Ce contraste est plus tardif. Michel Pastoureau a bien sûr raison de lui donner son importance pour le Moyen âge, où la paire d’oiseaux devient une sorte de paradigme du contraste noir / blanc. Mais pour Noé, non !

Acte 3. La pousse d’olivier

Certaines traductions parlent de “feuille d’olivier”, d’autres de “rameau d’olivier” – comme dans les dessins que fit Picasso dans les années 19504.

Un olivier du ‘Jardin de Gethsémani’. Cette pièce de terre, acquise par les franciscains au XVIIe siècle, veut être l’endroit de l’épisode des évangiles. Gethsémani est un toponyme hébraïque ou araméen qui signifie ‘Pressoir à huile’.

Les deux traductions supposent un olivier déjà en feuilles. Plus ou moins, bien sûr, car de toute façon nous ne sommes pas en train d’analyser un texte historique, mais de commenter un texte littéraire. En réalité, le texte hébraïque a עֲלֵה-זַיִת ‘aléh zayit. Le deuxième mot, zayit signifie ‘olivier, olive’, tout comme l’arabe zaytûn (en arabe, zayt est plutôt ‘l’huile d’olive’). Le premier mot ‘aléh est lié au verbe ‘alah ‘monter, grimper’, et il signifie au départ moins une ‘feuille’5 qu’une ‘pousse’.

C’est plus logique. Sans vouloir revenir aux calculs de Rachi ! il est plus vraisemblable de supposer une simple pousse, surgie aimablement du limon spongieux, qu’un arbre véritable pourvu de rameaux. D’autant que les oliviers, qui vivent vieux, ne poussent pas très vite.

Je me suis souvent demandé, comme tout le monde, pourquoi le narrateur de cette histoire avait d’abord fait surgir un olivier si peu vraisemblable. On attendait plutôt de ces herbes coriaces qui poussent vite sur les talus, comme l’hysope biblique. Ou de celles qui, mises en dormance comme disent superbement les botanistes, se “réveillent” comme les princesses au premier soleil. Mais l’olivier ! Pourquoi l’olivier ?

Maintenant, nous avons “intégré l’image” et peu de gens sont étonnés que la branche d’olivier soit devenue un symbole de paix au-dessus des conflits – un symbole plus heureux que le “drapeau blanc” du renoncement. Mais pourquoi l’olivier ? Il est vrai qu’en pays méditerranéen, l’olive est une sorte de symbole de la nature nourricière : le pain, l’olive, le sel quand on peut. Tout cela est vrai.

L’olivier d’Agrigente. Il a 500 ou 600 ans.

Conclusion

Il y a aussi l’image du vieil olivier. Si vous vous promenez sur le “Mont des oliviers”, au delà du ravin à l’est de la Vieille Ville de Jérusalem, vous grimpez le long de pentes en effet pourvues de vieux oliviers auxquels la légende attribue un âge “mathusalémique”. Vous vous promenez entre ces arbres plutôt sympathiques, comme vous feriez en Grèce, à Epidaure ou à Delphes.

On essaie de vous convaincre qu’ils sont archi-vieux, qu’ils ont vu descendre Jésus et Judas avec les troupes ce soir là (avec les lanternes que les peintres plus tard ont essayé d’allumer dans la nuit). Cela dit surtout qu’on a confiance en l’olivier. Quand on trouve un olivier, les choses s’arrangent.

Il y a à Agrigente, en Sicile, un très vieil olivier.

NOTE sur les images. (1) et (3 à 5) Ces photos de “l’histoire de l’arche de Noé” dans le narthex de Saint-Marc datent de décembre 2015. (2) Cette image où Noé, apparemment peu sensible aux pluies du déluge, accompagne un best of d’animaux débarrassés de leur conjoint, vient de là. (6) la photo de l’olivier à Gethsémani a été prise en avril 2016. (7) Celle de l’olivier d’Agrigente est de février 2020.

  1. Rachi est son surnom, fabriqué comme un acronyme avec les premières lettres (en hébreu) de Rabbi Salomon fils d’Isaac. Salomon est l’adaptation en latin puis en français du nom Shlomo ou Chlomo, et c’est pourquoi Ra-Ch-I. []
  2. Les mois qu’utilise Rachi sont ceux de son temps, dont l’usage commence après l’Exil ; les noms des mois sont d’origine assyrienne et leur durée varie entre 29 et 30 jours. Ce sont donc des mois lunaires, ce qui impose l’usage d’un mois supplémentaire. []
  3. Le passage traduit ensuite est en Genèse 8, 7-11. J’ai fait une traduction qui essaie de “coller” au texte. []
  4. Ces dessins de colombe avec des rameaux d’olivier avaient été faits par Picasso à la demande d’Aragon, qui s’en servait pour les affiches des Congrès du Conseil Mondial de la Paix. La première affiche, celle de 1949, comportait en réalité une lithographie de Matisse. Picasso faisait de nouveaux dessins pour chacun des Congrès ; il a utilisé le motif aussi dans d’autres circonstances. []
  5. En hébreu moderne, le mot signifie ‘feuille’. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.