Gribouiller et griffonner

Notre mot français écrire provient d’un mot latin scribere qui voulait dire à peu près la même chose, mais dont la proximité est plus claire avec des mots comme griffonner ou gribouiller. Ces deux mots donnent l’idée de « écrire mal », mais avec une nuance : griffonner est plus « écrire sans soin » ou même « faire un dessin », tandis que gribouiller évoque quelque chose d’illisible.

Couverture du n°70 de la revue Terrain (détail), dédié aux écritures. Automne 2018

Ces deux mots – c’est intéressant à remarquer – valent aussi bien pour l’écriture que pour le dessin, ou voient l’une comme une forme de l’autre. C’est vrai aussi dans le verbe grec graphein, où l’on retrouve bien le GRIF/GRIB/GRABH, et qui signifie autant « dessiner, peindre » que « écrire ». En revanche en latin, puis en français, les mots scribere et écrire excluent le dessin ou la peinture.

On écrit pourtant avec des petits dessins, qu’il s’agisse de « caractères » comme pour le chinois ou les kanji japonais, ou de lettres. On a beaucoup écrit sur l’histoire et « l’origine » des lettres, dont on peut en effet parfois montrer qu’il s’agissait de dessins simplifiés. Mais l’essentiel dans les lettres, et dans une certaine mesure aussi dans les « caractères », c’est qu’ils se sont affranchis de leur origine figurative. C’est grâce à cette indépendance qu’on peut s’en servir pour écrire n’importe quoi.

Dans la plupart des systèmes graphiques qui notent des langues, au moins une partie des éléments du système notent non pas des choses, mais des sons. C’est-à-dire que le point fondamental, c’est la langue qu’on parle – et qu’on entend.

C’est une conquête très étonnante, si l’on veut bien y réfléchir. Car des sons, c’est très difficile à dessiner ! Cela n’a pas de forme visible et même sur les instruments modernes qui permettent plus ou moins d’en observer certaines caractéristiques, on ne peut pas dire qu’on les « voit ». Ci-dessous, un enregistrement de la phrase “Je n’y comprends rien !”

Sprectrogramme de la même phrase. Ce n’est guère “lisible”… mais on trouvera des indications de “lecture” en bas de ce billet !

Parce que c’est un coup d’audace étonnant, les lettres ou les collections de signes constituées en « syllabaires » ou en « alphabets » ont en général été précieusement conservées. Cela se voit bien dans le caractère traditionnel de l’alphabet que nous utilisons en France, qui est une forme très proche de l’alphabet qu’utilisaient les Romains il y a plus de deux mille ans. Nous avons même conservé l’ordre alphabétique ancien, qui a plus de trois mille ans. Nous utilisons des crayons, des stylos, des claviers pour les ordinateurs, oui, mais regardez les lettres sur votre écran : elles ont peu changé depuis des siècles et, pour ce qui concerne leur forme en majuscules et leur ordre alphabétique, un écolier les retrouve très facilement sur une inscription latine.

Celle qui est illustrée ci-dessous est médiévale, mais on voit que la difficulté n’est pas dans les lettres, qu’on reconnaît facilement ; elle est plutôt dans le fait que les mots ne sont pas séparés, et bien sûr que c’est en langue latine.

Diptyque de Rambona (détail). Fin du IXe siècle. Musées du Vatican. ROMVLVS ET REMVLVS A LVPA NUTRITI : “Romulus et Remulus nourris par la louve.”

L’inconvénient de cette tradition apparaît clairement dans deux cas classiques. Le premier, dont j’ai parlé dans d’autres billets, c’est que quand la prononciation de la langue change, la façon d’écrire peut ne pas suivre. Le second, c’est que quand on veut écrire une langue qui ne l’était pas, les alphabets traditionnels ne sont pas forcément à la hauteur. C’est ce qui s’est produit avec les langues slaves – inconnues dans l’Antiquité gréco-latine.

On a eu recours à deux procédés distincts. D’une part, on a conçu, au IXe siècle, des alphabets nouveaux : l’alphabet glagolitique et l’alphabet cyrillique (illustrés ci-contre, le cyrillique est à gauche) – seul ce dernier est encore utilisé aujourd’hui ; cela ne signifie pas nécessairement qu’on a totalement tout inventé ‘from the scratch’ comme disent nos voisins anglais. En l’occurrence, l’alphabet grec a beaucoup servi de modèle. Mais ce qui était ingénieux, c’était de se rendre compte qu’il ne suffisait pas, et d’inventer des lettres qui puissent noter distinctement des sons distincts.

D’autre part, surtout dans la zone d’influence du christianisme romain, on a utilisé l’alphabet latin. Mais on a fini, au XVe siècle, par se rendre compte qu’il fallait améliorer l’outil. On observe deux moments d’élaboration, et selon deux tendances distinctes. D’un côté en Bohême, Moravie et Slovaquie, donc pour ce que nous appelons aujourd’hui le tchèque et le slovaque, Jean Hus a eu l’idée d’utiliser des petits signes spéciaux pour compléter certains lettres. Ces signes, bien conçus, sont encore utilisés aujourd’hui, à peine changés à la fin du XVIe siècle par la modification du point au-dessus de la lettre en ‘haček’, le circonflexe inversé comme pour š et ž.

Mais plus au nord, pour le polonais et le sorabe, peut-être pour des raisons idéologiques, mais aussi pour des raisons propres au système sonore de la langue polonaise, on a utilisé à la fois des signes diacritiques (des petits points ou traits supplémentaires comme Jean Hus) comme dans ś ou ć, et des ‘digraphes’ (c’est-à-dire deux lettres pour un seul son) comme avec sz (pour notre ch, le š tchèque) ou cz (pour notre tch, le č).

On se rend très bien compte aujourd’hui, parce qu’on écrit beaucoup avec des claviers, des avantages et des inconvénients des deux tendances. Modifier une lettre en y ajoutant des petits signes, comme on fait d’ailleurs en arabe, est avantageux par exemple parce que cela prend moins de place, mais si on exagère cela peut devenir confus. Comme dans tous les systèmes graphiques, il faut trouver un équilibre entre la diversité et la clarté. L’autre option, composer plusieurs lettres pour un seul son comme en allemand (sch, ch), est plus claire et n’exige pas de caractères spéciaux, mais peut devenir assez vite encombrante !

Mais d’autres inventeurs, comme ici la magnifique plaque gravée en sabéen (Arabie du Sud, Ier ou IIe siècle) conservée au Louvre, ont dessiné des caractères nouveaux. C’est une autre histoire.

NOTE sur les illustrations.

(1) Le “gribouillis” en tête de billet est l’analyse des fréquences dans “Je n’y comprends rien” qui est enregistré plus loin. Lui et le spectrogramme ont été obtenus avec le logiciel Praat. (2) Le numéro 70 de la revue d’anthropologie Terrain, consacré aux écritures et notamment à ses formes contemporaines partout dans le monde, a été coordonné par Olivier Morin et Pierre Déléage. (3) L’illustration verticale est le titre de l’album japonais Jinbutsu ryakuga-shiki ‘Personnages dans le style du dessin abrégé’ de Kuwagata Keisai. Cet album du fonds Jacques Doucet est conservé à la bibliothèque de l’INHA à Paris. Il est photographié et expliqué dans : Keisai, 2017, Dessins abrégés, Présenté et traduit par Christophe Marquet, légendes par Christophe Marquet et Estelle Leggeri-Bauer, Editions Philippe Picquier. (4) le spectrogramme est expliqué ci-dessous en annexe. (5) Le diptyque de Rambona, conservé aux Musées du Vatican, Inv. 62442, est un petit diptyque d’ivoire provenant d’Italie méridionale. (6) Les alphabets cyrillique et glagolitique succinctement illustrés ici proviennent, ainsi que beaucoup d’informations sur le sujet, de la contribution de Paul Cubberley, Alphabets and Transliteration, à l’ouvrage collectif The Slavonic Languages dirigé par Bernard Comrie et Greville G. Corbett, Routledge 2002 (1993), 20-59. (7) Le socle de calcaire avec l’inscription sabéenne est au Louvre, AO 4973.

Annexe à propos du spectrogramme.

Le diagramme est chronologique, de gauche à droite comme pour la lecture. Les zones plus ou moins sombres représentent l’apparition plus ou moins intense du son, et permettent d’en étudier certaines caractéristiques. D’une façon générale, les voyelles sont bien représentées par une masse sombre en bas, et les consonnes sont marquées par des barres verticales sombres. Les groupes sonores se “voient” aussi dans le gribouillis :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.