Perroquet

Peut-on faire le tour des perroquets ?

Le perroquet est un animal étrange. Par sa relative rareté, par ses couleurs souvent presque terrifiantes, un perroquet est une image. On le “voit”.

Mais c’est aussi un animal qui parle. Qui a appris, et qui répète. Un animal intelligent.

C’est une image qui parle.

Contributions d’amie et d’ami vers la fin !

Acte 1. Présence du perroquet

Le perroquet est parfait. Il est à lui seul tout un iconotexte symbolique. Il est une hyper-image : ses couleurs, son bec casse-noisette, son volume souvent, parfois le gris fabuleux de son plumage – et la difficulté de le classer.

À chaque fois que vous ouvrez une encyclopédie, on vous explique que ces confusions entre perruche et perroquet, ara et cacatoès, tous ces noms divers qu’on a donnés à ces bêtes reflètent divers moments ou facettes de notre stupeur, mais pas l’histoire des perroquets1. Notre vocabulaire est celui des touristes.

Pour ma part, et pour défendre mes lectrices et lecteurs, je dirais que tous ces reproches qu’on nous faits, avec ces mots hétéroclites, ne démontrent qu’une chose : nous avons raison.

En effet, que disent tous ces mots ? Ils disent notre étonnement, notre émerveillement (mais où est le mal ?) et notre prudence pour prendre dans nos bras ces bestioles stupéfiantes.

Nous n’avons peut-être pas les bons mots. Mais si nous n’avions pas ces mots qui sont paraît-il de travers et inconvenants – les perroquets n’existeraient pas !

Je ne parle évidemment pas des Psittacidés des savants, qui existeraient quand même, bien sûr. Je parle de l’image fabuleuse que ces créatures ont créée, en vrai, en nous.

Acte 2. Paroles du perroquet

Hergé. Les Bijoux de la Castafiore, pl. 10, détail.

J’ai annoncé un iconotexte symbolique, et jusqu’à présent j’ai parlé de l’image. Mais il y a un texte. Le perroquet parle, ou du moins produit des sons où il imite des paroles, que parfois nous reconnaissons. De nombreuses fictions ont utilisé ce trésor.

Les perroquets interviennent au moins dans deux épisodes de Tintin & Milou. Dans Les Bijoux de la Castafiore, en 1963, la cantatrice offre un perroquet au capitaine Haddock afin de le distraire dans sa convalescence. Mais bien avant, dans l’Oreille cassée (1937 en noir et blanc dans le Petit Vingtième)2, un perroquet joue un rôle essentiel parce qu’il a mémorisé la dernière phrase d’un mourant.

Denis Guedj a publié en 1998 son Théorème du perroquet. Je ne veux pas révéler ce qui s’y dit, mais un perroquet qui parle joue un rôle dans cette savante affaire.

L’exemple le plus émouvant est celui d’Alexandre de Humboldt. Pendant son voyage en Amérique du Sud, 1799-1804, il remonte le fleuve Orénoque et, près des rapides des Atures, parvient à la caverne d’Ataruipe, sous un vaste surplomb de roche.3

Là est le tombeau d’une race éteinte. Nous avons compté environ six cents squelettes bien conservés : ils sont renfermés dans un nombre égal de corbeilles tressées avec les nervures des feuilles de palmier. Ces corbeilles que les indiens nomment mapires, forment des espèces de sacs carrés dont la dimension varie suivant l’âge des morts. (…) Il existe une tradition chez les Indiens Guareca, d’après laquelle les courageux Atures, pressés par des Caraïbes anthropophages, se réfugièrent dans les rochers des Cataractes, séjour lugubre où périt toute la race, sans laisser de traces de la langue qu’elle avait parlée4.

Il est à supposer que la dernière famille des Atures ne s’est éteinte que longtemps après ; car à Maypures, chose bizarre ! vit encore un vieux perroquet que personne, disent les naturels, ne peut comprendre, parce qu’il parle la langue des Atures.

Quand Michel Pastoureau a récemment (2021) publié son Corbeau, il nous a rappelé dans l’Introduction que le corbeau, surtout le Grand Corbeau qui fait l’objet de son livre, l’intriguait et le passionnait depuis plus de 50 ans. Je m’amuse à imaginer qu’il a appris la langue des Grands Corbeaux, avec qui il discute facétieusement quand il en a l’occasion. Ses enquêtes sur les animaux unissent l’imaginaire et la nature, l’univers autour de nous et ce que l’univers dit en nous. Le Grand Corbeau, un animal aujourd’hui presque rare, était perçu aux époques anciennes comme intelligent et loquace. Dans la fable célèbre de La Fontaine, il est vaincu par le renard qui joue sur sa vanité, mais le fait qu’on le flatte sur son chant est une moquerie et un contrepoint du fait qu’il parle.

Aussi étrange que cela puisse paraître, avant que les perroquets n’entrent en scène en Europe, d’abord dans les ménageries des Grands de ce monde, et très lentement plus avant, le corbeau apparaît comme un proto-perroquet. Quelle étrangeté ! Cet animal tout noir, presque bleu à force d’être noir, opposé à cette prodigieuse explosion colorée.

Acte 3. Nouveauté du perroquet

Les noms des perroquets sont devenus divers, à mesure que grandissait la curiosité pour cette sorte d’animaux. Le mot perroquet lui-même n’est pas très ancien : sous la forme paroquet il est attesté à la fin du XIVe siècle en français, et il semble comme d’autres termes en Europe (anglais parrot ‘perroquet’ ou parakeet ‘perruche’), souvent via l’espagnol paraquito comme le montre le diminutif, provenir du (pré)nom Pierre.

Ce mot “moderne” est lié à une seconde diffusion de ces oiseaux, dont témoignent vers 1435 la Vierge au chanoine van Paele de Van Eyck (il s’agit d’une perruche à collier) et, un peu plus tard vers 1450, la gravure de Schongauer la Vierge au perroquet5.

Schongauer, vers 1450. La Vierge au perroquet (détail).

Le perroquet était devenu, en Europe, un oiseau de compagnie dès la 2e moitié du XIIIe siècle. Dans les représentations figurées en couleur, il est toujours vert6 et quand on peut discerner l’oiseau, il s’agit d’une perruche. A ce moment, il ne s’appelait pas encore perroquet ou perruche : il s’appelait papegai.7. On ignore l’origine de ce terme bizarre, qui n’a certainement rien à voir avec des papes gais ! Il se retrouve en grec médiéval papagas, qui a peut-être servi de passage au mot arabe ببغاء babaġā’ ‘perroquet’ ? Ce mot arabe n’a pas non plus d’origine claire.

On a pensé parfois8 que le terme arabe pouvait provenir du persan, parce qu’en persan on trouve babghâ considéré comme la ‘forme arabe’ et bapghâ considéré comme la ‘forme persane’ ; mais en persan, le mot ordinaire pour ‘perroquet’ est طوطى tûtî9

A vrai dire, le terme en latin autrefois, psittacus, était emprunté au grec ancien ψιττακός psittakos, sur lequel Chantraîne (dont je copie l’article ci-contre) restait prudent. Le mot grec, absent des auteurs les plus anciens10, est lui aussi un emprunt. On trouve au début du IIIe siècle EC, dans la Galerie de tableaux de Philostrate, la description fictive d’une peinture où figurent11 :

dans une cage tressée un perroquet et une pie qui, comme des sirènes, font retentir l’Île de leurs chants. Celle-ci chante ce qu’elle sait par elle-même, celui-là ce qu’il apprend.

Comme les témoignages anciens désignent l’Inde comme origine de l’oiseau (ou du commerce des oiseaux12 ), on comprend que les philologues aient cherché en Inde s’il se trouvait un mot utile. Pline dit même : India hanc avem mittit, siptacen vocat ‘C’est l’Inde qui envoie cet oiseau, elle l’appelle siptace‘.13 Pour ces emprunts faits par les marchands liés à la Méditerranée, mieux vaudrait chercher dans les langues dravidiennes du sud de l’Inde ?14 Wartburg notait qu’en castillan et portugais, outre papagayo et papagaio, on dit familièrement loro et louro, d’un mot lûri15, forme dialectale ou déformée du mot malais nûri ‘perroquet’. Le mot malais ou sa variante apparaissent dès le XVe siècle en Inde.16. C’est de ce mot d’Espagne qu’on a fait le dérivé loriquet qui désigne un type de perroquet.

On se consolera (?) avec le mot ara, qui désigne de gros perroquets très colorés du Brésil. André Thévet (1558) est le premier à transcrire le mot tupi arara, sous la forme arat. Le mot complet sera réintroduit par des auteurs sourcilleux (1651), mais sans succès devant la forme ara qui est encore la nôtre.

Conclusion

Certains de ces animaux, trop pourchassés à cause du prix qu’en offrent d’avides collectionneurs, ont disparu ou vont incessamment disparaître. Il en va de même du rhinocéros et du pangolin : triste destin que d’être désiré !

Le désir semble créer autour de nous des figures de cire qui prolifèrent aux dépens de la vie. Comprenez-moi bien : je ne suis pas hostile aux zoos, qui au contraire sont, quand ils sont bien tenus, des endroits essentiels pour la préservation des animaux rares, et bien souvent parmi les seuls endroits où l’on puisse les voir en vrai. Car malgré l’admiration qu’on peut avoir pour les photos ou les films documentaires, quel émerveillement de voir de vrais animaux !

A Paris !

D’autres oiseaux au contraire se répandent étrangement. Les perruches, notoirement, gagnent. On en voit à Paris (ci-contre à gauche), et des amis m’en envoient (ci-contre à droite) des photos de Rome, prises dans les Jardins de la Villa Borghese.

A Rome !

Je me souviens qu’à Tachkent, il y a une quinzaine d’années, nous étions envahis d’Acridotheres tristis, le ‘Martin triste’ qui depuis moins de 50 ans remontait de l’Inde à travers l’Oxus.

Les perroquets, qui autrefois faisaient la bouche bée des Cœurs simples17, seront bientôt monnaie courante. Peut-être Caramel est-il déjà un peu en retard ?

NOTE sur les images. (1) est un Agapornis personata du zoo d’Auckland, source de l’image. (2) est un Eclectus roratus femelle (le mâle est vert) du zoo de Yogyakarta, au centre de Java, source de l’image. (3) est un Ara chloroptera, source de l’image. (4) extrait des Bijoux de la Castafiore, pl. 10 et (5) de l’Oreille cassée, pl. 12. (6) Cette partie de la carte du Haut-Orénoque, qui est d’Alexandre de Humboldt, se trouve ici. (7) Cette carte de la région dont il est question dans le texte se trouve à l’entrée du ch. II ‘Cataractes de l’Orénoque’, p. 256, de la traduction citée. (8) Cette image un peu éclaircie et recoupée d’un perroquet jaco se trouve là. (9) L’image de la Vierge au perroquet provient de l’ouvrage cité en note 4. (10) l’Ara rouge est devenu le “perroquet type”, source de l’image. (11) L’image, recoupée, provient d’ici. (12) Cette image de perruche parisienne est de Pascale Dollfus (13) La photo de ce monstre romain est de Serge Barbier. Je les remercie tous deux affectueusement !

  1. Il semble que les naturalistes, concernant les Psittacidés, ne soient pas non plus très sûrs de leurs classifications. Voir la partie ‘Histoire de l’études Psittaciformes, dans l’article Wikipedia ‘Psittaciformes’. []
  2. Celles et ceux qui veulent voir le perroquet en noir et blanc peuvent consulter ici. []
  3. Le texte que je copie ci-dessous est celui de la traduction Galuski de la 3e édition (1849) des Tableaux de la nature, pp. 285-287. La première édition était de 1808. []
  4. Il est clair, pour moi du moins, que les étudiants en Sciences du langage qui ne connaissent pas cette histoire presque par cœur doivent être être réorientés vers des disciplines plus molles. []
  5. Voir Thérèse Burollet et Sophie Renouard de Bussierre (commissaires de l’exposition), 1991, Martin Schongauer, Maître de la gravure rhénane, Musée du Petit Palais. La Vierge au perroquet est p. 110-111 ; l’éléphant, qui porte nue tour comme la pièce d’échec, p. 210-211. []
  6. Michel Pastoureau, 2011, Bestiaires du Moyen âge, Seuil, p. 48. []
  7. Le Franzosische etymologisches Wörterbuch, Orient. s.v. babbaga, donne les premières occurrences en 1155, et liste une série d’orthographes divergentes. Il propose pour le moyen-français plutôt papegau(t).) Le mot se retrouve en castillan papagayo, en italien pappagallo dès la fin du XIIIe siècle ((Et il est emprunté en allemand Papagei. []
  8. Andras Rajki, 2005, Arabic Etymological Dictionary, s.v. babgha. []
  9. Jean-Jacques Desmaisons, 1908, Dictionnaire arabe-français, Rome. Tome 1, p. 249. []
  10. La plus ancienne occurrence semble être chez Aristote, dans l’Histoire des animaux. []
  11. A la fin de II, 17, la description ‘Les Îles’. Trad. Bougot, voir Philostrate, 2004, La Galerie de tableaux, Ed. Les Belles lettres, coll. La Roue à livres. La citation est p. 93. []
  12. Ainsi Pausanias, II, 28. []
  13. Pline, Histoire naturelle, 10, 117. Voir Jacques André, 1967, Les Noms d’oiseaux en latin, Klincksieck, p. 134, qui souligne que la forme siptacen suppose un intermédiaire grec. []
  14. Par exemple dans le Dravidian Etymological Dictionary, ici. ? []
  15. FEW 19, p. 15, note 5. Il renvoie à Dalgado 1, 533b, et au Hobson-Jobson 521b, s.v. lory. []
  16. Mais le mot malais en question, ‘nori’ dans le texte latin de Poggio Conti, est traduit par lui lucidos ‘brillants’, ce qui suppose qu’il ramenait le terme au mot persan ‘lumière’ ! []
  17. L’allusion est à la nouvelle de Flaubert ‘Un cœur simple’, le plus souvent publiée dans le recueil des Trois contes (1877) ; un perroquet empaillé y joue un rôle finalement mystique ; Marion Lainé en a tiré un film homonyme, avec Sandrine Bonnaire, en 2008. Julian Barnes a transformé prodigieusement la bête dans son essai-roman Le Perroquet de Flaubert (1984), traduit en français avec talent par Jean Guiloineau. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.