Morose

Le mot a tout pour déplaire, et je ne voulais pas en parler. Il parle de lui-même, dans tous les sens de l’expression.

J’ai l’intention de faire court. D’abréger.

Ce mot ne devrait pas exister, il est idiot.

D’après Littré, il signifie « Qui est d’humeur chagrine ».

Acte 1. Ne devrait pas exister

Spongilla lacustris, une éponge.

Le mot est un emprunt savant au latin mōrōsus. Or, ces finales latines en –ōsus donnent régulièrement des finales françaises en –eux (autrefois écrit –eus), fém. –euse. Par exemple : libidinōsus & libidineux, populōsus & populeux, vapōrōsus & vaporeux. Ensuite, comme souvent, le suffixe a « pris son indépendance » et les francophones l’ont utilisé sans se soucier du latin, même si le nom de base se trouvait être d’origine latine, comme dans : ferreux, goûteux, heureux & malheureux, spongieux et sirupeux etc.

Il est vrai que nous avons en français aussi des mots en -ose, outre notre morose. Ce sont presque tous des noms de maladie ! Les exemples viennent par douzaines, et si vous êtes médecin, vous devez en rêver la nuit. Quelques exemples : arthrose (et ses nombreux composés), virose (même remarque), chlorose, ostéo– et autres –poroses, sinistrose et névrose, psychose et hématose et tréponématose, fribromatose et myxomatose – j’arrête là, je crois que cela suffit.

On est tout étonné de voir dans ce long défilé quelques mots plus gais : prose, rose, chose ! Et après tout, même métempsychose qui n’est pas une vraie maladie.

Vous me direz (avec raison) que cet –ose là, n’est pas latin, mais grec. Chacun sait qu’on a fabriqué des quantités de mots savants à partir de mots latins ou grecs, et l’on raconte avec bienveillance que c’était parce que le lexique ordinaire n’avait pas les mots dont les savants avaient besoin1. En effet, le suffixe à l’origine est en grec -ōsis, et c’est un suffixe de nom, pas d’adjectif.

Nous pouvons donc revenir à notre adjectif morose, qui du latin morōsus devrait être moreux – et ne l’est pas. C’est donc non pas une évolution normale, qui aurait donné sans doute moreux, mais un emprunt tardif au mot latin, qu’on a copié. Et on constate en vérité que le mot n’apparaît qu’au XVIIe siècle. Très souvent, il entre dans la locution humeur morose, être d’humeur morose.

Acte 2. Il nous crée des complications fâcheuses

Je vois déjà dans la salle de nombreuses mains se lever, et même quelques poings ! « Comment, comment ! vous écriez-vous, mais bien sûr que –euse fait des noms, tout autant que –eur. Car certes il y a charmeur, mais aussi charmeuse.  Aussi chômeur et chômeuse. »

Enfer ! Nous voici dans les affres des mots-à-genre. Ceux qui irritent tant les Américains, du fait qu’en anglais les mots n’ont pas de genre, et que visitant la Vieille Europe, ils en découvrent les mœurs dépravées.

Bon, affrontons le sujet. En latin, nous avions en effet de nombreux noms finissant en -or. Ils ont le plus souvent produit, en France du Nord, des noms en -eur :  ainsi pavor & peur, terror & terreur, calor & chaleur etc. La plus célèbre de toutes les exceptions est amor & amour parce qu’en France du Sud ou dans les pays occitans ce -or latin donnait –our, comme dans Adour et Rocamadour – et c’est le Sud, les poètes et les humains occitanophones, qui ont donné au mot tout son éclat. Dans le Nord, ils ont emprunté le mot, et l’éclat.

En latin, on avait par exemple un mot cantor (ou cantore) ‘chanteur’ ; l’homologue féminin était cantrix (ou cantrice). C’est de ce duo qu’on a tiré en français des paires comme instituteur / institutrice. En réalité, dans des cas de ce genre, il ne s’agit pas d’un suffixe -or, mais d’un suffixe -tor servant à former des noms de métier. Il est clair que ce n’est pas le latin cantrice qui a donné chanteuse, dont le féminin français a été produit en ajoutant un -e… à quoi ? Si cela avait été à chanteur, on aurait chanteure qui serait possible, comme nous disons maintenant docteure et docteur.

Notre suffixe –ōsus de morōsus ‘morose’ avait en latin un féminin régulier en -ōsa. De sorte que par exemple le couple formōsus / formōsa ‘beau / belle’, comme en castillan hermoso / hermosa est très courant. En français, cela a donné -eus (plus tard écrit –eux) / -euse : fâcheux / fâcheuse. Et c’est de là qu’on a récupéré le féminin chanteuse pour chanteur.

Ce qui est bien avec morose, c’est que le féminin est morose.

Acte 3. Ce mot ne veut rien dire.

Quand je dis que je « suis d’humeur morose », cela ne signifie pas : “bon, là, je suis un peu bas, mais si je regarde les infos à la télé, ça va passer.”

Non, cela désigne une humeur hélas plus durable, et où mes proches risquent de soupçonner une déprime. A mon prochain anniversaire, ils vont penser à moi et m’enverront un mail gentil, comme on faisait autrefois avec les cartes postales. Par exemple sur le ton « Sommes sur la plage. Pensons bien à toi. Biz. »

Evidemment, ce genre de correspondance assomme davantage l’individu morose. Il descend en lui-même, songe, et ne remonte pas. Son peu de foi dans le monde, s’incruste en lui. S’il voyait les choses jusqu’alors en couleurs, elles s’éteignent peu à peu, en passant par des phases fades très déplaisantes. Des pastels délavés. Des sortes de couleurs au rebut.

Le mot latin, morōsus, figurez-vous, appartient au même groupe de mots que mores ‘les mœurs’. Comme le mot mœurs est devenu assez suspect en français, personne n’est étonné. Songez seulement à la Police des mœurs ! En latin aussi, le mot mos ou more (ici au singulier) désignait bien l’usage, l’habitude caractéristique, avec cette connotation de quelque chose qui dure, et assez souvent avec le soupçon de quelque chose de pas clair ; pas très clean. Bien sûr il y avait le mos maiorum ‘l’usage des ancêtres’, éminemment respectable – mais enfin le mot revenait surtout quand il s’agissait de décrire les habitudes étranges des autres. Alors…

Donc, sans surprise : morose, c’est quand ça ne va pas, quand ça ne tourne pas rond. Vous avez des idées noires. Il vous vient l’idée de visiter les catacombes, d’arrêter vos dons aux Œuvres, de résilier vos abonnements. Un matin, vous cherchez le numéro de téléphone de votre notaire. Vous trouvez sur le web comment faire un testament. Vous découvrez avec stupeur que c’est facile !

Conclusion

On croit toujours que les mots sont innocents, que les coupables sont les hommes, les sujets, les locuteurs. A mesure que s’alourdit prodigieusement mon expérience, je viens à en douter. Je soupçonne qu’il existe des mots graves, des termes dangereux.

S’il y avait encore aux Dictionnaires des « pages roses », là où l’on cachait les mots sanscrits et quechuas, c’est bien sûr là que je conseillerais de ranger celui-ci : morose.

NOTE sur les images. (1) C’est une vision suprématiste de la Coccinelle de Marcel Gotlib. Dans Caramel, j’ai longuement pris la coccinelle en exemple, déjà. Notamment là. Mais peu d’animaux, dans la Fable Moderne, ont atteint à la grandeur ou du reste à la notoriété de la Coccinelle-de-Gotlib. Comme la notoriété est une affaire un brin visqueuse, je ne crois pas inutile d’y contribuer en dédiant ce billet morose à la mémoire de Marcel Gotlib. L’image de la coccinelle vient de là. (2) Une image d’une vraie éponge, que j’ai choisie pour sa repoussante qualité fluo. (3) La plupart des dictionnaires sont ordonnés par ordre alphabétique du début des mots. Cela contribue très efficacement à l’idée assez stupide que le début des mots est plus important que le fin. De ce fait, dans une langue comme le français où les suffixes ont une importance culturelle, sémantique et historique extraordinaire, on les néglige presque toujours. Je suis outré. Pourquoi en étais-je là ? Ah oui, à cause d’ose. La rose. (4) Guy Bertin et Bernard Moulin, avec Pierre Bréchet, 1998, Grammaire provençale et cartes linguistiques, Co-éditeurs : Comitat sestian d’estudis occitans, CREO Provença, diffusé par Edisud. (5) Jean Anglade, 1977 (1921), Grammaire de l’ancien provençal, Editions Klincksieck. (6) Jacky Quétard et Sanae Kushibiki, 2020, Je t’écris du Japon. Histoire de la carte postale japonaise colorisée, Ed. Elytis (avec le soutien de la Fondation d’entreprise La Poste).

  1. Or, la science consiste aussi à apercevoir des distinctions là où l’œil ordinaire voit toujours la même chose. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.