La lettre et l’image

Dans la réalisation des BD, on trouve souvent des binômes, dont un exemple classique en France est René Goscinny et Albert Uderzo. On peut considérer que Uderzo a fait l’image et Goscinny le scénario, l’histoire. Uderzo, né en 1927, est un fils d’immigrés italiens ;  Goscinny (1926-1977) était un fils d’immigrés juifs polonais – en polonais ‘gościnny’ signifie “accueillant, hospitalier”. Ce qui prouve que l’immigration contribue à faire la France.

Cette fois-ci, puisque je suis à Sanok dans le sud-est de la Pologne, dans les Basses-Carpathes, je voudrais raconter d’abord une histoire de texte, ensuite une histoire d’images.

Le texte bilingue (grec à g., latin à dr.) Cathédrale de Cefalù, Sicile. XIIe siècle.

Mon histoire de textes vient de la fréquence, au musée de Sanok ou ailleurs, d’un tableau chrétien qu’on appelle souvent le “Christ pantocrator” : c’est un personnage en buste, l’air digne et droit, tenant un livre dans sa main gauche. Ce livre est souvent ouvert, et on peut y lire un texte assez court. Il en existe des exemples anciens (en Grèce) où le texte est en grec, ou en Sicile où c’est en grec et en latin1.

Texte slavon. Image 1.

Mais ici dans l’est de la Pologne, à un endroit où se rejoignent les deux rites chrétiens majeurs en Europe, le rite occidental (ici le catholique polonais, en alphabet latin) et le rite oriental (ici byzantin uniate, rattaché à Rome mais en alphabet cyrillique), ce texte peut varier.

Ce n’est pas tant le texte qui va nous retenir, que l’image qu’il produit. Je ne lis pas le slavon d’église, et c’est l’effet graphique que je voudrais illustrer.

J’ai donné des numéros aux images, et on trouvera les références en bas. L’image 1 est un exemple bien écrit du XVIIIe siècle. Le texte est proprement distribué sur les deux pages bien ouvertes. Le livre est tenu bien droit, mais les doigts se resserrent si peu fermement sur la page qu’on se demande comment cela tient.

Texte slavon. Image 2.

Un autre exemple est l’image 2, qui est du milieu du XVIIe siècle. Je l’ai choisie parce que, comme dans l’exemple du XIIe siècle à Cefalù, les doigts du Christ mordent largement sur la page et le peintre a distribué les lettres et les doigts d’une façon un peu différente. S’il fallait illustrer le “débat entre l’image et la lettre”, quelles images pourraient mieux le faire que cette rivalité entre doigts et lettres !

Texte slavon. Image 3.

Dans mon dernier exemple sur ce thème, la main saisit le livre par le haut. Je ne sais pas si c’est parce que le peintre a trouvé que cela en augmentait l’autorité. Car le plus souvent dans les images récentes, le Christ pantocrator “tout puissant” prend sagement le livre par dessous, pour mieux le porter.

Maintenant, laissons (peut-être) les textes. Au musée de Sanok, on trouve une salle consacrée à un artiste contemporain, Marian Kruczek (1927-1983). J’ai choisi un exemple de ses œuvres “vertigineuses”. Je ne sais pas s’il les aurait appelées de cette façon, mais je voudrais expliquer par là que quand on reste loin, on voit de nombreux détails, et que quand on s’approche on en voit tout autant. L’oeuvre, qui est de 1969, a deux noms, un nom polonais Wesoła polana basi et un nom anglais The jolly glade of catskins.

NOTE sur les images.
Image 1 : Pantocrator (détail) provenant de Cisowiec, XVIIIe siècle. Musée de Sanok. Image 2 : Deesis provenant de Krempna, 1643. Musée de l’icône du Skansen, à Sanok. Image 3 : panneau central d’une iconostase d’Ustianowa, 1698. Musée de l’icône du Skansen, à Sanok.

  1. En Grèce à Hosios Loukas et à Cefalù, le texte est celui de l’évangile de Jean 8,12: ‘Je suis la lumière du monde. Qui me suit ne marche pas dans l’obscurité mais aura la lumière de vie.’ On trouve aussi assez souvent celui de Matthieu 11,28. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.