Écrire dans les images

En visitant le Musée Erazm Ciołek, à Cracovie, on peut regarder de nombreux grands retables qui proviennent souvent d’autels des églises de la région. Au XVe siècle, on était « bavard », et la mode était d’accompagner les personnages de phylactères, c’est-à-dire de bandes déroulées où sont inscrits leur nom, ou ce qu’ils disent. Ce sont les deux motifs les plus fréquents.

Mais quand il y a beaucoup de personnages, il faut faire attention de ne pas emmêler tous ces phylactères-banderoles, comme ci-contre ! Et on va voir qu’il y a des exemples amusants.

Nous finirons par des exemples juifs, pour montrer comment les préoccupations sont différentes à l’égard des textes écrits.

L’exemple donné ci-dessus montre le côté droit du panneau principal d’un retable, vers 1470. Dans le panneau entier, Jésus est au centre et lui aussi porte une banderole qui part du bout de sa main droite. Il ordonne à ses douze apôtres d’aller évangéliser le monde entier. L’image comporte donc 13 personnages : Jésus au centre et 6 apôtres de chaque côté, chacun avec une banderole. Le peintre a choisi de faire partir la banderole de chacun depuis sa main et, pour éviter la confusion, de diriger vers le bas celles des apôtres du premier plan. Sur chaque banderole, on a indiqué le nom du personnage et celui de la région où il est envoyé. Ainsi, pour ceux d’en bas : Jacques le Mineur à Jérusalem ; André en Achaïe.

Le détail ci-dessus montre que la ligne d’écriture part d’en haut, et est lisible pour le personnage en bleu : S. Iacobus minor Iherosolimam (traduit plus haut). Pour l’inscription du personnage en rouge, il faut vraiment se tordre le cou pour lire de haut en bas : S. Andreas in Achaiam.

Mais il existe des cas plus étranges. Le panneau ci-contre est attaché au côté du panneau précédent. Le personnage est en train d’écrire, et la banderole, suivant l’usage, semble sortir de sa bouche. Il ne s’agit pas de ce qu’il dit, mais de son nom : Sanctus Ambrosius, et la partie invisible enroulée ensuite cache probalement le mot episcopus. C’est donc ‘Saint Ambroise évêque’. Mais comme le latin s’écrit de gauche à droite, et qu’ici on va de droite à gauche, l’inscription est la tête en bas…

Un autre retable du même musée présente “la sainte parenté”. Un goût croissant pour exposer les liens familiaux, à partir du XIVe siècle, a fait que certains peintres ont voulu rassembler sur un seul tableau toute la famille de Jésus, malgré les désaccords sur la question.

Le tableau n’est facile, ni à photographier, ni à commenter : il comporte au moins vingt personnages, chacun avec sa banderole ! En outre, plusieurs dames sont en train de lire des livres largement ouverts. Je ne vais pas tout décrire, mais seulement deux petits endroits. D’abord une bande autour du livre de la dame au manteau rouge.

On voit qu’il n’y a pas de vraie écriture sur le livre, seulement des traits noirs ou rouges. En revanche, la dame porte autour du bras la banderole avec la mention Maria Salomea ; c’est donc l’une des “trois Maries” dont il est question dans les évangiles. Le petit garçon à gauche, qu’elle semble caresser entre ses doigts très fins est S. Johannes evangelista, Jean l’évangéliste. C’était un secteur assez facile à démêler.

Vous pouvez voir ci-contre le détail de l’angle en haut à gauche. Cette fois, les têtes se pressent les unes contre les autres, et les banderoles passent où elles peuvent pour trouver une place ! Certaines n’y parviennent pas vraiment, comme pour le bébé qui est placé sur le bord gauche, juste derrière l’homme au turban.

C’est exactement le même problème que dans les photographies de groupe, notamment les photos de famille : il faut que chacun trouve une place et ensuite, une autre place pour son nom. Mais dans le cas qui nous intéresse, le peintre n’a pas figé les attitudes comme pour une photo. On a en réalité une imitation très réussie de désordre naturel.

J’ai promis de donner à la fin un exemple très différent. Cracovie, et surtout le faubourg de Kasimierz avant la Shoah, ont été des centres importants et très vivants de vie juive, avec des maisons d’édition et bien sûr des synagogues. Cette vie a presque entièrement disparu, comme on sait ; elle renaît très modestement depuis quelques années. Parmi les synagogues qui ont été transformées en musées, il y a la synagogue Haute, rue Józefa, dont les murs ont conservé des traces d’une ancienne décoration très intéressante.

Ci-contre à gauche, on aperçoit le renfoncement d’une fenêtre et une partie de mur préservée. On a d’abord l’impression que c’est couvert d’écriture. Mais c’est à cause de ma photo, qui n’est pas très bonne, et parce que les couleurs sont affadies. Car si l’on regarde mieux (et c’est ce qu’essaie de rendre le dernier cliché ci-dessous), on voit les cadres décorés qui entourent chacun de ces vastes panneaux d’écriture.

La fameuse “interdiction de l’image”, dont je parlerai sans doute une autre fois, n’était pas si exclusive dans l’Antiquité. Les pavages de mosaïques de plusieurs synagogues anciennes retrouvées par les archéologues, ou bien les peintures de celle de Doura-Europos, sur l’Euphrate, montrent des représentations d’objets et de personnages. Mais enfin, peut-être aussi en réaction aux coutumes chrétiennes, il est vrai qu’ensuite la décoration des synagogues évite les personnages, puis les animaux. Les motifs floraux souvent géométrisés deviennent prépondérants – et l’écriture !

NOTE sur les illustrations.
Les deux retables utilisés au début de ce billet sont tous deux conservés au Musée du palais d’Erazm Ciołek, à Cracovie (Pologne). Le premier provient de l’église de Mikuszovice et a été peint vers 1470. Le second provient d’Ołpiny et a été peint vers 1510. Le petite ville de Kazimierz, qui devint un faubourg de Cracovie (un bras de rivière les séparait autrefois) a été fondée au XIVe siècle. La population juive qui habitait la partie nord-ouest de Cracovie, menacée par des émeutes, fut déplacée à la fin du XVe siècle dans une partie de Kazimierz, et fut anéantie entre 1939 et 1943. Comme j’ai dit plus haut, les photos ont été prises dans la synagogue Haute.


Une réflexion sur « Écrire dans les images »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.