Les caramels préférés

Caramel n’est pas un programme, mais une succession de billets. Ils sont coordonnées par des idées que nous évoquerons à la fin.

Je propose dans celui-ci, en début d’année 2022, d’examiner les caramels que jusqu’ici les lecteurs ont préférés, puis mon propre choix.

Grâce aux collègues d’Hypothèses et à des rédacteurs ou rédactrices d’autres carnets, à des lectrices et lecteurs, Caramel – toujours prêt à la “recherche sur le vif” ! – propose une brève “Autoscopie”.

Acte 1. Le “choix” des lecteurs

Dans ce titre, le mot “choix” est écrit entre guillemets parce que les lecteurs sont divers, et que leurs critères le sont plus encore. On ne peut pas prendre le croisement de tout cela, à quoi s’ajoutent bien des hasards, pour un “choix”. Ce n’est pas vraiment un choix, et encore moins un “classement”.

Mais la sociologie nous a appris que le croisement de volontés singulières donnait, si on l’observait avec sympathie et finesse, lieu à des observations intéressantes ; c’est pourquoi je propose aux lecteurs, en retour, ce “résultat”. Du reste, nous même, notre singularité personnelle, nous sommes aussi pour une part le résultat de pressions nombreuses et de médiations fortuites.

Ci-dessous, le tableau des caramels qui ont été consultés plus de 500 fois, à la date du 31 décembre 2021. Cela ne signifie pas qu’ils aient été lus en entier, bien sûr, mais personne ne sait ce que pense un lecteur, ni où il s’arrête pendant sa lecture. Les billets sont rangés par ordre de nombre décroissant de consultations. La date de mise en ligne est indiquée parce que de nombreux caramels anciens sont consultés souvent, de sorte que l’ancienneté donne l’occasion d’une plus grande consultation. Les titres sont parfois abrégés.

La “référence” est le numéro sous lequel on y accède : par exemple en tapant https://caramel.hypotheses.org/10050 on arrive à ‘Chasses aux trésors’, et il suffit d’y substituer une autre référence pour arriver au caramel correspondant.

On peut faire des typologies de ces billets. Certains billets peuvent être vus comme plus “informatifs”, au sens où ils parcourent de façon soigneuse un micro-sujet particulier ; l’exemple ici serait ‘Le sens du bois‘. D’autres sont plus “revendicatifs”, le plus souvent pour des raisons épistémologiques, c’est-à-dire qui tiennent à la façon dont nous considérons les sciences, leur statut, leurs relations entre elles ; l’exemple ici serait ‘Guerre des lettres et des chiffres‘.

Acte 2. Un choix mi-moi mi-autrui

Quelques observations sur la liste qui précède.

(1) Je pense que la plupart de ceux qui sont le plus consultés le méritent. Merci, chères lectrices & chers lecteurs. Mais il suffit d’aller voir les trois premiers pour comprendre que les raisons de l’attention qui leur est portée ne forment pas du tout un “portrait robot du lecteur”.

(2) Le nombre des consultations, cependant, est aussi le résultat de modes anciennes ou modernes. Mais là encore, on s’aperçoit (après Georg Simmel et Ferdinand de Saussure) que la mode est un objet plein d’intérêt, et respectable.

(3) Les caramels dévolus explicitement à la linguistique au sens universitaire, par exemple ‘Où sont passées les racines ?‘ ou ‘Tant de langues différentes ?!‘ sont très présents, mais aussi les sciences du langage sous des formes moins accentuées, ainsi de certains de mes préférés : ‘Les Noms des petites bêtes‘ ou ‘Le camphre, tout un voyage !‘.

(4) Un certain nombre de caramels se sont fait une niche durable, alors qu’ils n’ont pas de passeport très clair. Des exemples dont je suis moi même surpris, mais avec bonheur, sont ‘Le goupil et le loup‘, ou encore ‘Brodsky et Venise‘.

Dans Caramel, il est question de langues, d’écritures, mais aussi de symboles graphiques divers et plus généralement de “langage”. C’est ce qu’illustre l’image à gauche, avec des signes pour des noms, pour des transports réguliers, pour des heures et sous différents formats : linéaires, circulaires etc.

On y trouve des romans ou des poèmes, des films, des tableaux, des opéras et d’autres objets de “culture & communication”. Cette diversité d’approche déroute certains lecteurs qui attendent “de la linguistique”. De la linguistique il y en a bien sûr, et beaucoup, mais souvent sous des éclairages inattendus.

Cette diversité attire d’autres lecteurs qui visitent Caramel plus ou moins par hasard, et que retient l’aspect “enquête” ou “découverte” de certains billets. C’est pourquoi le “choix des lecteurs” présenté dans l’Acte 1 tient à des motivations trop diverses pour être un “classement”.

Acte 3. Les miens

Mes préférences ne tiennent pas à un thème particulier qui serait secrètement ou discrètement mon favori. Un de mes caramels préférés est ‘Témoigner de la vie‘ avec son final à la Prévert. D’autres caramels traitent un thème analogue, comme ‘L’image, est-ce mal ?‘, mais ‘Témoigner de la vie’ me paraît mieux. Il est aussi une évocation de Roland & Sabrina Michaud.

Les images jouent un rôle déterminant ; je m’en suis expliqué un peu dans la page ‘Caramel, pourquoi et comment‘. Pour le son, un des bons exemples se trouve dans un des premiers caramels ‘L’O de treseaur‘, où le mérite n’est pas du tout le mien. Pour notre amusement partagé, le re-voici !

J’ai un faible pour les caramels “féministes”. Par exemple l’éloge de cette femme de premier plan que fut ‘Maria Sybilla Merian‘. Et d’autres comme ‘La fée dérobée‘ ; ‘Eve née d’un mot‘ ; ‘Eloge de la femme fatale‘ ; ‘Pour Callisto la Grande Ourse‘ ; ‘La femme adultère‘ ; ‘Enlèvement au sérail‘ ; ‘Tuez le dragon‘ et, peut-être mon préféré parmi eux, ‘Calypso, la femme cachée‘, aussi à cause du tableau fantastique de Jan Breughel. D’autres ensuite. Bien sûr, les lectrices & lecteurs peuvent discuter le caractère “féministe” de ces billets.

J’aime faire des compliments. Il y a beaucoup d’occasions. Avec Van Gulik dans ‘L’Amour dans mon dialecte‘ ; le peintre Claude Gelée dans ‘Le soleil en face‘ ; Peter Falk dans ‘Columbo et l’énigme‘ ; sur un ton différent dans ‘Le Cercle rouge‘. Ou les éloges fréquents de la traduction et des traducteurs, ainsi dans le caramel “à succès” ‘En vérité je vous le dis‘ ! La tâche est facile : on se laisse porter par ses admirations.

Conclusion

“Caramel” est fidèle à son propos : langage et sciences humaines. On dira avec raison que “le langage, c’est déjà bien vaste !” Les sciences humaines aussi !

Mais puisqu’on parle si souvent de “pluridisciplinarité” et qu’on peut si rarement la pratiquer, Caramel explore certaines voies possibles, quitte à indiquer quelques voies impossibles !

NOTE sur les images. (1) Feuille dans l’ambre. Collection du château de Malbork, en Pologne. Photo sept. 2021. (2) Même endroit, une porte d’une maison ancienne, dans la cour extérieure. (3) En Pologne. (4) L’atelier des marionnettistes Napoli, à Catane (Sicile), nov. 2021. La plaque à droite porte l’inscription : ‘Per Natale Napoli, che mosse da mago i fili dei nostri sogni, la citta’ di Catania con gratitudine, a dieci anni dalla scomparsa. 1994.’ Comme nous arrivions, par hasard, en même temps que le fils Napoli, il nous a invités à entrer. Nous avons vu l’atelier, magnifique, et on nous a montré un cahier où le grand-père notait les synopsis de ses spectacles pour chaque soirée successive. Si vous vous renseignez ‘on line’, il faut écrire par exemple ‘Natale Napoli (puparo)’.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.