Le guépard et le geai

On croit parfois que l’orthographe se résume à l’alphabet qu’on emploie. Comme si une série de symboles, les lettres, suffisait à capturer les sons d’une langue. Les symboles sont indispensables, oui, mais la manière de s’en servir… c’est toute une cuisine.

Les lettres conservent pour une part leur usage d’autrefois , mais en réalité il a fallu beaucoup inventer, et souvent. Les prononciations ont changé, et des sons nouveaux sont nés. Les sons que nous notons ‘z’, ‘ch’, ‘j’, comme dans zoo, chair, je, n’existaient pas en latin.

Je voudrais attirer l’attention sur un tout petit domaine dans la vaste question des usages graphiques1. Celui du guépard et du geai.

Acte 1.

Burt Lancaster en Prince Salinas, dans ‘Le Guépard’ de Visconti.

La lettre G notait autrefois le ‘g dur’, celui de gare ou de gué, de gui ou de goret. Le mot ancien qui a donné notre français geler, le mot latin gelāre, se prononçait avec un ‘g dur’, comme si nous écrivions « guélâré ». En français moderne, le G devant E et I se prononce comme un ‘j’, comme dans gens ou dans gigogne. Si l’on veut obtenir un ‘g dur’ il faut ajouter un U.

Pour le son ‘dur’, G suffit devant A, O, U ; mais il faut GU devant E et I, comme dans guépard ou dans gui. Inversement, comment fait-on si l’on veut une sonorité ‘j’ devant A, O, U ? On utilise GE, comme dans geai ou Georges.

On se pose alors plusieurs questions. (1) Pourquoi a-t-on des usages graphiques si différents devant A, O, U, et devant E, I ? (2) Pourquoi a-t-on GU dans un cas, GE dans l’autre ?

Acte 2.

Comparons avec les solutions qui se sont imposées en italien. Le même phénomène en fonction des deux groupes de voyelles a eu lieu en italien, où G+A gatto (‘chat’) se dit ‘gatto’ mais où G+E gettone (‘jeton’) se dit ‘djéttoné’. Voici l’orthographe italienne, selon qu’on veut conserver le son ‘dur’ devant E, I, ou inversement qu’on veut conserver le son ‘mou’ devant A, O, U :

Un guépard de chasse

On constate donc deux choses, pour nos deux questions successives :

(1) l’italien a, comme le français, fait une différence nette entre les voyelles A, O, U d’une part, et les voyelles E, I d’autre part. En gros, devant A, O, U la sonorité ancienne (‘g dur’) a été conservée, mais devant E, I la sonorité ancienne a été transformée.
(2) Là où le français écrit GE et GU pour les exceptions, l’italien choisit GI et GH.

C’est le même alphabet qui est utilisé, mais l’usage qu’on en a fait est bien différent.

Acte 3.

Revenons à la 1re de nos deux questions, qui repose sur un phénomène semblable en français et en italien : devant A, O, U, les sonorités dures anciennes ont été conservées (G sonne comme dans gare), mais devant E, I, les sonorités ont « explosé » : ‘g’ est devenu ‘dj’ en italien, et en français ‘dj’ (autrefois) puis ‘j’ (français moderne). Le ‘g’ de géant s’est autrefois prononcé ‘dj’ en français comme en italien : on disait djian – et c’est à ce moment que les Anglais nous ont emprunté le mot, en anglais actuel giant (proncé ‘djayant’).

En somme, le ‘g’ dur a été conservé devant les voyelles ‘a’, ‘o’, ‘u’, qu’on prononce à l’arrière de la bouche, mais dans beaucoup de langues romanes d’Europe il est devenu ‘dj’ devant les voyelles ‘e’ et ‘i’. Pourquoi ?

L’explication est très simple. C’est que ‘g’ est une consonne prononcée plutôt dans l’arrière de la bouche. Donc, quand vient ensuite une voyelle comme ‘a’ qui est prononcée dans la même région, tout va bien. Mais quand vient ensuite une voyelle comme ‘é’ ou ‘i’ qui est prononcée vers l’avant de la bouche, il y a une contradiction et souvent « ça casse ». Quand on prononce une consonne, en général on anticipe la prononciation de la voyelle qui vient avec. Donc, quand on prononce une consonne « d’arrière » comme ‘g’ en anticipant une voyelle « d’avant » comme ‘i’, la consonne est déformée et se transforme.

Il est donc normal que la consonne ‘g’ ait évolué de façon différente, selon qu’elle était devant des voyelles « d’arrrière » comme elle, ou bien « d’avant ». C’était tellement naturel qu’en fait, dans l’orthographe, la même consonne est restée écrite : le même G pour gorille et pour girolle. C’est dans les mots exceptionnels comme guépard (son dur devant E) ou geai (son mou devant A) qu’il a fallu trouver des solutions orthographiques. Mais cela, c’était dans un second temps, plus tard. Et c’est pourquoi les solutions adoptées ont été différentes en français et en italien.

Récompense

Qui aurait pensé qu’il a fallu inventer tant de solutions ingénieuses ? Pour nous reposer de toutes ces complications, qu’est-ce que ce guépard ? Vous connaissez peut-être le roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa qui porte ce nom Il Gattopardo, en français Le Guépard ; ou le film qu’en a tiré Visconti. Le guépard a longtemps été un animal semi-fabuleux, une de ces bêtes qui sont autant une image qu’un animal, telles qu’on en met sur les armoiries, les blasons. En italien : gattopardo – qui est clairement un composé de gatto ‘chat’ et de pardo (quelque chose comme ‘panthère’), composé comme le français léopard (lion et pardo). Mais on remarque avec curiosité que le gué- de guépard cache très bien le ‘chat’ de gatto.

Quant au geai, il est peut-être encore plus étrange. Beaucoup pensent que ce nom d’oiseau provient de Gaius, qui était en latin un nom propre, un prénom. Dans les dictionnaires italiens bilingues, on donne ghiandaia pour ‘geai’. Le mot italien (en latin glandāria) évoque un oiseau qui se nourrit de glands. Toutefois, le nom de cet oiseau n’est pas le même dans toute l’Italie. Il arrive que des variantes de ghiandaia désignent la ‘pie’, qui est d’habitude la gazza ladra, ‘la pie voleuse’ comme dans l’opéra de Rossini.

L’image du geai en tête d’article vient du site Wikipedia italien pour ‘Garrulus glandarius’, le geai des chênes. Les deux images en bandeau sont deux détails de moments différents du film de Visconti, Il Garttopardo, en français Le Guépard (1963), qui reçut la palme d’or à Cannes la même année. Il est basé sur le célèbre roman du même nom, de G. Tomasi di Lampedusa (1896-1957), qui avait paru en 1958 grâce à Giorgio Bassani, mais après la mort de l’auteur. Le roman avait reçu le pris Strega en 1959. L’image du guépard ensuite, qui provient de l’article Wikipedia français ‘guépard’, montre un ‘guépard royal’, une forme particulière qui se rencontre en Afrique du Sud et au Zimbabwe ; en Inde, le nom ordinaire du guépard est cheetah ; je me souviens que l’un d’eux était tombé dans un puits chez un ami, à Guwahati. On l’avait endormi, sorti du puits, et emmené au zoo.

  1. Celles ou ceux qui veulent en savoir un peu plus sur l’orthographe du français peuvent aller voir ma petite description en 3 épisodes gradués : 1er épisode, 2e épisode, 3e épisode ; ou des explications sur l’histoire de l’alphabet []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.