Médor et l’amour

Médor est un sujet souvent discuté, même un peu rebattu. L’Amour au contraire est un sujet très neuf : nous pourrons en parler à notre aise.

Pour les Français, Médor est un nom de chien. Déjà au XVIIIe siècle, c’était un nom de chien. Mais en réalité, Médor avait d’abord été le nom du soldat sans grade, mais très mignon, dont la fille de l’Empereur de Chine tomba amoureuse. Plus tard, Médor devint empereur de Chine à son tour, même si les Chinois l’ignorent. Une fonction de ce billet est d’annoncer à la Chine cette nouvelle étonnante.

Il sera donc question de Médor et d’Amour.

Rintintin.

Acte 1. Qui est Médor ?

Pour la plupart des francophones, Médor est un nom de chien. Ou plutôt était. Car si l’on observe les noms que les gens donnent à leur chien, Médor est rare car « cela fait trop chien ». Le nom était peut-être tellement devenu commun qu’il était devenu un nom commun : un médor ?

Les heureux propriétaires ont préféré Rintintin, Milou, ou d’autres petits noms doux1.

La notoriété de Médor est attestée par un épisode secondaire des Trois Glorieuses, le 29 juillet 1830. De nombreuses personnes ont été tuées dans l’assaut des Tuileries, et sont ensuite enterrées à l’angle de la colonnade du Louvre2. Un chien vient s’installer là, auquel on donna le nom de Médor. Supposant que le chien venait à la tombe de son maître, les citoyens sont émus de cette fidélité, et lui font une niche et même des chansons.3. Médor était alors un nom de chien « classique ».

En 1757, quand Douchet et Beauzée rédigent l’article ‘Générique’ de l’Encyclopédie, ils donnent l’exemple suivant :

On peut remonter de l’individu au genre suprême, ou descendre du genre suprême à l’individu, en passant par tous les degrés différenciels intermédiaires : Médor, chien, animal, substance, être, voilà la gradation ascendante.

Médor était donc le nom typique du chien. En 1793, une estampe montre clairement que Médor est un chien4. Mais en 1750, quand Corrette composant des chansons populaires, publie ‘L’Amphigoury, vaudeville’, Médor est encore un amant humain :5

Jeunes beautés quand un Médor
Que votre rigueur désespère
Veut se poignarder et qu’il sort
Pour se jeter dans la rivière…

Le nom passe encore pour celui de l’amant classique en 1761, dans les chansons que publient Pierre Gosse et Nicolas van Daalen : « Tantôt sur ce bord / Le beau Médor… »6

C’est une époque où les romans italiens sont bien connus, et font l’étoffe un peu froissée de nombreux opéras. En 1749, Carl Heinrich Graun avait encore produit un Angelica e Medoro, et le personnage de Médor (Medoro en italien) se retrouve chez d’autres compositeurs ensuite : Piccinni en 1764 et 1778, et surtout Haydn en 1782 avec l’Orlando paladino, qui eut un grand succès7.

L’opéra reprend (voir ci-dessous l’Acte 2) le thème de l’amour partagé d’Angélique et Médor, entravé par les poursuites furibondes de Roland (Orlando). Les malheurs sont évités grâce à la magicienne Alcine8. Notre Médor y est un amoureux constant, mais vite effrayé.

On peut conclure : le nom du chien vient de celui de l’amant fidèle.

Acte 2. Alors, Médor ?

Villa Valmarana ai Nani. Deux des tableaux de Tiepolo sur Angélique & Médor.

Médor était d’abord un personnage du Roland furieux de l’Arioste. Avec son copain de régiment Cloridan, comme lui obscur troupier venu de Cyrénaïque9, ils sont sous les ordres de Dardinel, leur jeune chef bien-aimé. Pendant un assaut très sanglant près de Paris10, Dardinel est resté mort sur le terrain, tué par le paladin Renaud11. La nuit venue, les deux soldats décident d’aller récupérer le corps de leur chef.

Cloridan, grand chasseur toute sa vie,
Était robuste et svelte de personne ;
Médor avait la joue blanche et rosée,
Toute plaisante en son âge nouvelle :
Parmi les gens venus à cette emprise,
Face n’était plus charmante et plus belle ;
Ah, les yeux noirs ! des cheveux la blondeur !
Un ange, en bref, du suprême des Chœurs.12

Médor ne supporte pas l’idée que son chef soit mangé par les loups et les corbeaux. Il explique à Cloridan qu’il va tenter d’aller le chercher. Stupéfait de tant d’amour, Cloridan l’accompagne. Le rude Cloridan profite de la nuit pour occire une série de guerriers ennemis, qui ronflaient dans la quiétude d’une victoire discutable. Suit une description du champ de bataille, sur un mode moins héroïque. Apparaît la lune. Médor lui fait une prière :

Ô sainte Dive, ô toi que nos anciens
Très justement ont appelée triforme,
Car au ciel, sur la terre et aux enfers,
Tu montres tes beautés sous plusieurs formes,
Et dans les bois, de fauves et de monstres,
Va poursuivant, chasseresse, les traces,
Montre-moi où mon roi gît par mi tant,
Lui qui suivit ton étude en vivant.13

La lune répond à sa prière, belle et nue. Elle éclaire la ville de Paris et aussi Dardinel mort, que Médor reconnaît à ses armoiries, rouge & blanc. Les deux amis emportent le corps. Mais l’aube arrive, et voici que Zerbin (Zerbino), noble soudard français, rentrant au camp, aperçoit les deux compères. Lui et ses cavaliers se mettent à leur poursuite.

En ce temps-là se trouvait une sylve,
Antique, ombreuse d’arbres, de buissons,
Qui comme un labyrinthe s’entremêle
D’étroits sentiers seuls battus par les bêtes14.
Les deux païens l’espèrent tant amie
Qu’elle les cache en ses rameaux occultes.15

Un détail de l’illustration du chant 19 de l’Orlando furioso, édition de 1560. On voit ici Médor (ME) portant Dardinel (DAR) tandis qu’à droite approche Zerbin (ZER) à cheval et qu’à gauche s’enfuit Cloridan (CLO). La scène est un peu confuse, malgré l’indication écrite, et j’ai entouré en jaune le cheval de Zerbin, le cadavre de Dardinel en rouge, et Médor peu visible en vert. L’autre partie de l’image, invisible ici (mais voir ma note sur cette image) reprend les mêmes personnages dans un moment ultérieur, où Zerbin blesse Médor.

Cloridan a trouvé abri en forêt en abandonnant le cadavre, mais il s’aperçoit que Médor ne l’a pas suivi. Il revient sur ses pas et voit Médor, chargé du corps du chef, encerclé par les cavaliers ennemis. Médor harcelé a fini par poser le corps de Dardinel mais, dit l’Arioste, comme l’animal défendant ses petits, fait front comme il peut. Cloridan aide son ami en tirant des flèches sur les assaillants, qu’il détourne vers lui. Mais Zerbin attrape par ses cheveux blonds Médor déjà blessé et allait l’achever ; il voit sa jeunesse et sa beauté. Médor explique, en termes choisis, la piété qui le pousse à enterrer son chef. Cloridan sort du bois et, venant secourir Médor, se fait tuer ; après quoi les assaillants s’en vont, laissant Cloridan mort et Médor seulement blessé.

[Sur les sources de cet épisode célèbre, voir l’Annexe 1.]
[Sur les noms des personnages, voir l’Annexe 3.]

Cette fois, c’est Angélique qui écrit.

Certes, Médor serait mort aussi de ses blessures, si Angélique ne l’avait vu dans le matin qui s’étend. Elle en tombe amoureuse, le recueille, le prend avec elle auprès des paysans chez qui elle s’abrite. C’est dans leur retraite rurale, à l’abri des regards pendant quelque temps, que la fille de l’Empereur de Chine16 soigne son amant. Et c’est là, à mesure qu’il se remet, que l’amoureux Médor couvre chaque écorce des noms emmêlés de leur amour à deux.17

Peut-être le nom Angélique est-il écrit en chinois, et le nom Médor en arabe puisqu’il est un guerrier sarrasin. Mais on peut s’arranger.

Une scène centrale de l’histoire de Tristan et Iseut. Ils vont s’aimer, mais c’est qu’ils ont bu un philtre magique. Sont-ils coupables ?

Acte 3. L’amour ! Examen hâtif d’un produit bizarre.

Dans l’amour, on constate d’abord avec embarras que l’objet n’a que peu d’importance, en ce sens qu’il peut être divers. On peut aimer un individu du sexe opposé, du même sexe, un chien ou un chat, sa maman ou sainte Ursule, ou son pays ou la Planète, l’air pur ; on peut, dit-on, aimer l’Amour lui-même. Il est facile de documenter ces possibilités. On s’aime aussi soi-même, qu’il s’agisse d’amour propre, ou non. D’autres possibilités sont connues des juristes et des médecins.

Il paraît donc difficile de décrire l’amour à partir de ses objets. On peut en déduire qu’il s’agit d’une passion : d’un sentiment qui affecte le sujet. Cela explique aussi que le sujet en question puisse aimer sans réponse. « L’important c’est d’aimer », noble pensée qui n’est attestée qu’assez tard, ce dont les esprits positifs concluront que l’humanité fait des progrès, du moins dans l’abnégation.

Il est même remarquable qu’à l’amour d’un sujet, il y ait parfois une réponse. Ce geste partagé est si inattendu qu’on le croit souvent magique, dans le « coup de foudre ». Le coup de foudre est fréquent dans les romans, aussi bien dans l’Antiquité qu’au Moyen âge quand, à partir du XIIe siècle, les femmes commencent à avoir part à la parole. L’histoire de Tristan et Iseut repose sur la surprise et l’épreuve du coup de foudre, dissimulé dans une potion qu’ils boivent. Le thème sera repris dans le roman de Lancelot, quand ce chevalier tombe amoureux (sans potion) de la reine Guenièvre, qui est la femme de son roi.

Une autre scène célèbre de l’histoire de Tristan et Iseut. Ils se donnent rendez-vous sous un arbre qui ombrage une fontaine. Mais le roi Marc, le mari d’Iseut, est caché dans l’arbre. Dans cette image sur ivoire, il a beau être caché, on le voit très bien. Or, nos amants voient son reflet dans l’au de la vasque, ils se font signe et échappent cette fois encore à la menace. Le graveur a représenté nettement le reflet du visage de Marc, en bas. Avec la couronne.

Dans les versions de l’histoire de Tristan et Iseut, celle du Lai du chèvrefeuille de Marie de France (fin XIIe siècle) mérite notre attention18. Tristan, chassé du royaume, est trop malheureux : il revient dans la forêt d’autrefois. Le soir, il est recueilli par des paysans (comme Angélique et Médor, bien plus tard), qui lui parlent du passage prochain du cortège royal. Tristan va d’avance sur la route du défilé : il grave son nom sur une branche de coudrier. Il explique dans son message qu’il ne peut plus vivre sans elle, et qu’ils sont comme le chèvrefeuille enroulé autour du coudrier.

Bele amie, si est de nus
Ne vus sanz moi, ne jeo sanz vus

Belle amie, il en est ainsi de nous :
Ni vous sans moi, ni moi sans vous19.

En passant, la reine voit le message, descend de cheval, et ils peuvent se parler.

Cette découverte de l’insolence20 de l’amour n’était pas une découverte en soi ; c’était une découverte sociale. Les époques où le « coup de foudre » n’apparaît pas au grand jour ne peuvent guère témoigner qu’il n’existait pas. Mais les romans montrent ce qu’on met en scène de préférence, dès qu’on le peut. Là aussi, au fond, on peint ce qu’on aime. On écrit dans les livres, comme sur l’écorce, les mots qu’on peut.

Acte 4. Médor et l’amour

Dans l’histoire d’Angélique et de Médor, comme dans celle de Médor et son ami soldat, et de leur chef, nous trouvons une ébauche de cartographie, si l’on peut dire : d’un côté la Surprise de l’amour, d’autre part la Fidélité tenace. La ferveur et la fidélité.

Mais de même que, dans l’histoire de Médor, l’amour inattendu est côté Angélique et la fidélité corporatiste côté Dardinel, le fer et le manche ne s’emboîtent pas toujours : la surprise affolée de l’amour, séditieuse et troublante, ne s’allie pas si bien à la confiance fidèle… Si ces histoires nous parlent tant, c’est souvent comme un sirop des fruits d’un paradis meilleur. Car l’amour est amer21, etc.

De même qu’auparavant Zerbin avait laissé retomber son épée sans frapper à mort l’adolescent respectable, de même une heure plus tard Angélique le trouve émouvant et beau. Dans son cas, l’amour fou est transformé en destinée grandiose autant que lointaine. Le jeune et tendre Médor sera empereur de Chine, et cette destinée a séduit des poètes plus tardifs, qui ont essayé de décrire ce destin farfelu. L’Arioste avait laissé dans l’ombre l’avenir d’un amour si fidèle.

[Sur Médor empereur de Chine, voir l’Annexe 2.]

De nombreux moralistes ont exalté « les feux de l’amour », le regard incandescent, la passion et cetera. D’autres moralistes ont décrit la douceur des amours installées, le confort de la confiance. Les uns ont persiflé le regard stupéfait des amoureux ; les autres les époux vieillis, les sudoku du soir sous l’horloge comtoise « Qui dit oui, qui dit non »22. On n’a pas l’impression que les uns aient vraiment parlé avec les autres. En Europe moderne, du moins, la césure entre l’un et l’autre demeure une sorte de défi mystérieux, mais aussi un sujet de blagues cocasses.

L’échantillonnage de situations produit par Médor est plus vaste et plus intéressant que cette rencontre entre l’amoureux transi et les époux comblés. On y voit passer l’ami dévoué au risque d’y laisser sa peau, le gars fidèle à son chef, la porosité entre l’amitié masculine et des versions plus ‘homo’, si l’on veut, mais qui peuvent être simplement solides. La confiance et la fidélité sont des valeurs des troupes, beaucoup plus que des amants. Si j’étais sûr qu’il n’y ait pas d’enfant dans la salle, ne dirais-je pas au soldat : à l’arrière tu batifoles, mais au front on serre les rangs ?

Bien avant la Carte de Tendre, qui a des côtés de distraction pour Bains de mer, Médor dessine, sur les troncs d’arbre et dans l’imaginaire romanesque, la topographie malicieuse et sérieuse de l’Arioste – qui a le bonheur d’être tout sauf un donneur de leçon.

Conclusion

Roland Barthes a essayé de dire23 que l’amour, c’était toujours la même chose, et le livre a été plutôt bien reçu. Quand Elisabeth Badinter a écrit L’Amour en plus24, au contraire, beaucoup de gens se sont trouvés outragés.

On veut toujours se justifier par l’objet de l’amour, alors qu’en fait c’est le sujet qu’il faut examiner. Mais le sujet ne veut pas : il ne veut voir que ce qu’il aime. C’est gentil de sa part.

On a la chance de rencontrer des écrivains adroits, pas trop raides sur leurs étriers, et qui distribuent dans leur roman, non pas un dépliant publicitaire, mais une gamme romanesque toute chaude et fraîche pour que Cervantès lui secoue les puces dans Don Quichotte.

Annexe 1 : sources de l’épisode Médor, Cloridan et Dardinel.

Nisus et Euryale, vers 1825, par Jean-Baptiste Roman, au Louvre.

Dans l’Enéide de Virgile25, rédigée avant 19 AEC, Nisus est un guerrier un peu plus âgé que son ami Euryale ; tous deux sont des compagnons d’Enée, le héros du poème. Lors d’une expédition nocturne contre les Rutules du roi Turnus, Nisus & Euryale traversent le camp des ennemis endormis, où ils font un discret carnage. Mais Volcens, adjoint de Turnus qui revenait avec ses hommes aperçoit le reflet de la lune sur le casque d’Euryale. Euryale est encerclé ; Nisus, qui avait fui, voit qu’Euryale ne l’a pas suivi, revient sur ses pas, jette ses javelots. Volcens tue Euryale, puis est tué par Nisus, qui périt à son tour. L’épisode est devenu ensuite, avec celui de David & Jonathan, un des exemples classiques de l’érotisme masculin.

Dans la Thébaïde de Stace26, un siècle plus tard, le contexte est cette fois celui de la guerre contre Thèbes. Le chef des deux guerriers est Tydée, qui est resté sur le champ de bataille et ‘que peut-être tiennent déjà les oiseaux et les chiens de Thèbes’. Hoplée explique à Dymas que le souvenir de son chef le poursuit. La prière de Dymas à la lune est un modèle que l’Arioste a suivi de très près. Grâce à la lueur bienveillante, les deux personnages retrouvent Tydée et le chargent sur leurs épaules. Bientôt le jour se lève. Une troupe de cavaliers dirigée par Amphion, qui faisait une ronde, les aperçoit. Hoplée est d’abord frappé à mort. Dymas hésite entre le combat et la prière, mais la colère l’emporte. Vient la comparaison avec la lionne défendant ses petits. Le voici blessé, et il a recours à la prière. Amphion lui propose alors la vie, mais au prix des secrets de son camp. Dymas retourne contre lui son épée et se tue sur le corps de celui qu’il était allé rechercher.

Annexe 2. Médor empereur de Chine

La suite de l’épisode de Médor & Angélique à la campagne est bien connue. Roland, amoureux d’Angélique, arrive par malheur dans les parages, découvre les graffiti du bonheur, devient fou-dingue, furioso. Il cherche partout les deux amants en fuite. Mais en fuite ils sont vraiment car l’Arioste les a « exfiltrés » même du livre qu’il écrit. Ils ne sont plus nulle part. Il a seulement écrit que si quelqu’un le voulait bien, il pourrait continuer leurs aventures.

Au début du livre fondateur de Boiardo, Angelica qui a vaincu le sorcier Malagise (Malagigi chez l’Arioste) l’envoie enchaîné chez son père, ‘au-delà des Indes dans le Cathay’, c’est-à-dire en Chine27. La dernière apparition d’Angélique et Médor, plus tard dans le Roland furieux de l’Arioste est vers la fin du roman28 quand Malagigi, libéré depuis longtemps de sa prison et revenu en Europe, informé par un démon spécialiste en amours, raconte au paladin Renaud qu’Angélique “s’était donnée entière à un jeune Africain” et qu’elle naviguait en ce moment vers l’Inde. De fait, quand plus tôt29, dans une moment de désespoir, Angélique avait confié aux vents son histoire, elle avait expliqué qu’Agrican avait défait au combat Galafron son père Ch’in India del Cataio era gran Cane ‘qui en Inde était grand khan du Cathay’. Ce qui complique la tâche du géographe. Par ailleurs, Gradasse est roi des Sères ou des Séricans30 mais aussi des Arabes nabatéens, ce qui ne nous aide que peu. Peut-être que Inde n’est qu’un mot pour ‘Orient’ ?

Les aventures de Médor seront racontées dans la tragédie Il Medoro de Giovanni Delfino (1617-1699). Delfino devint cardinal de l’Eglise romaine, et ses tragédies (Cleopatra, Creso [Crésus], Lucrezia, et la nôtre) ne furent publiées qu’en 1730, et mieux en 173331. Dans son Medoro, on retrouve Cloridano et Zerbino, et bien sûr Angelica. Delfino avait inventé que Medoro, pour gagner les grâces des puissants souverains et de la famille de sa femme, découvre qu’il est le fils du prince chinois Arbace…

Un écrivain plus tardif a « relevé le défi » ou, plus exactement car c’était un homme modeste et gentil, s’est pris de passion pour Angélique et Médor. Gaetano Palombi (1755-1826)32 a passé une grande partie de son existence à écrire en vingt chants son Medoro coronato ‘Médor couronné’. Son livre, publié en 1828 peu après sa mort33, décrit la suite des aventures d’Angélique et Médor, qui à la fin épouse Angelica et devient empereur de Chine.

Annexe 3. Les noms des héros.

Hormis le chef Dardinello, les trois autres personnages, Cloridano, Medoro et le chef ennemi Zerbino, sont des inventions de l’Arioste.

Dardinello, le chef sarrasin, est déjà présent dans le Roland amoureux de Bioardo, en 1483, mais ni dans l’Entrée d’Espagne ni dans la Spagna. : il est le fils d’Almonte, roi d’Azumara34. Le nom Dardinel n’a pas d’histoire claire. Almonte est tué par Roland dès la Chanson d’Aspremont, et c’est de lui que Roland tient l’épée Durandal. Le Roland amoureux de Boiardo suit cette tradition concernant Almonte, fils d’Agolant, qu’on trouvait dans le roman en vers franco-italien La Spagna (I 24, 36, 39) où Marsilio rappelle l’époque où en Aspramonte s’intallèrent Agolante et son fils Almonte.  Azumara ou Zumara, dont il n’est pas question avant le Roland amoureux, serait Azemmour (‘olive(s)’ en berbère) sur la côte marocaine au sud de Casablanca, à 15 km au NE d’El-Jadida. La petite ville, qui avait été florissante, arrive dans l’orbite portugaise au XVe siècle, et fait l’objet d’un traité en 1486, 3 ans après la première publication d’Orlando innamorato ; elle est conquise en 1513.

Zerbino, qui est un mot d’origine arabe, a deux sens en italien. D’une part et à date ancienne, provenant d’un زربية zirbiy ‘tapis’, il a donné le zerbino qui signifie ‘paillasson’. Mais d’autre part provenant de ğarbî ‘habitant de Djerba’ (Djerba : جربة, anciennement dite Gerbi ou Zerbi), il s’est répandu comme nom propre dès avant l’Arioste, qui lui a donné sa notoriété, avec même un dérivé zerbinetto, un petit jeune homme d’une élégance affichée. Zerbino est en effet décrit dans le Roland furieux comme un très bel homme.

Cloridan, qui semble aussi être une invention de l’Arioste, évoque le nom de la plus célèbre Clorinde (Clorinda) du Tasse, bien connue grâce à Monteverdi, qui mit en musique (1624) le Combattimento di Tancredi e Clorinda. Mais le nom de Clorinda est postérieur à celui de Cloridan. Clorinda a été un prénom en Italie (et en Corse et dans le Sud de la France) jusque dans les années 1900, quelques-uns encore au début des années 1920.

Enfin, Médor, Medoro, n’a pas d’étymologie connue35. Il ne semble pas exister, dans l’Antiquité gréco-latine ni dans les épopées romanesques en français et en italien qui ont nourri Boiardo et Ariosto, de personnage de ce nom ; les spécialistes sont d’avis que le nom a été inventé par l’Arioste.


NOTE sur les images (1) Cette leçon d’écriture avec deux mains droites, est un détail de Angélique et Médor, une gravure de Raphael Morghen, d’après un tableau de Teodoro Matteini. Source de l’image, ici. (2) Le premier Rintintin, une photo très “studio”, datée 1938. La photo provient de l’article Wkipedia français ‘Rintintin (acteur canin)‘, qui mentionne aussi que Pérec se souvenait de Rintintin. (3) ce court extrait de la page de ‘l’Ecyclopédie de Diderot & d’Alembert’ où se trouve l’article “Générique” a été trouvée grâce au site Enccre de l’Académie des Sciences. (4) la source de l’image de la chanson est indiquée dans la note 5. (5) La Villa Valmara ai Nani, près de Vicenza (Vicence), en Italie. Le corps central du bâtiment comprend quatre salles dont les peintures, toutes de G.B. Tiepolo, illustrent successivement l’Iliade, le Roland furieux, l’Enéide et la Jérusalem délivrée. Ma photo est de mai 2017. (6) On trouve sur Gallica (merci Gallica !) un accès à l’édition Valgrisi de 1560, qui présente l’intérêt de donner avant chaque chant des illustrations pleine page, par G.B. Dossi, de plusieurs épisodes marquants du chant qui s’ouvre. Notre page, la page 200 [vue 228] est ici. Il existe de nombreux travaux sur les illustrations du Roland furieux, dont Michel Paoli et Monica Preti (dirs.), 2012, L’Arioste et les arts, Louvre éditions, qui faisait suite à un colloque. Il y a eu un autre colloque en France, à Caen, qui a donné lieu à Ilaria Andreoli (dir.), 2013, Exercices furieux, A partir de l’édition de l’Orlando furioso De Franceschi (Venise 1584), co-publié par l’Université de Caen et Peter Lang. Sur l’édition Valgrisi, il existe un article en ligne de Stéphane Lojkine, dans Rubriques, les Cahiers d’Ut pictura 18, à cette adresse. Cet article est proche du thème d’une partie de notre billet. (7) Villa Valmara ai Nani, voir notice 5 ci-dessus. (8) Cette image du manuscrit (du XVe siècle) BNF français 112, fol. 239r, se trouve aussi, avec sa marge sur l’article Wikipedia ‘Tristan et Yseut‘. (9) On trouve dans le même article une copie de cette scène gravée sur un pan de coffret d’ivoire (ver 1350), conservé au Louvre.

  1. Les sites qui donnent les noms de chien les plus utilisés en France ne sont pas tous d’accord. Il n’existe pas “d’état-civil des chiens”, ce qui rend les comptes hasardeux. D’autre part, “les plus utilisés” est une notion un peu floue : il vaudrait mieux essayer de cerner ceux qui ont donnés telle année. une des listes donne en tête : Snoopy, Tina, Sam, Sally, Ulysse, Chipie, Rocky, Roxane, Max, Princesse. Une autre liste donne : Nala, Maya, Lucky, Luna, Joy, Naya, Max, Jack, Jazz, Marley. []
  2. Le document officiel de la création de la colonne de Juillet (Place de la Bastille), où figurent les noms des 503 victimes officielles des Trois (journées) glorieuses, mentionne une fosse provisoire creusée pour 32 morts, ‘devant la colonnade du Louvre, dans l’enclos du Jardin de l’Infante’. Ce jardin était situé entre le Louvre et la Seine. Il a disparu au moment où, sur décision de Malraux, on a créé en 1963 les fossés de la colonnade. []
  3. Voir la relation anonyme ‘Médor ou le chien du Louvre‘, 1831. []
  4. Médor a été mon consolateur pendant la route, il a plus d’une fois léché des larmes tombées sur mes mains.’ []
  5. Voir sur Gallica, Jeunes beautés quand un Médor’. []
  6. Voir ici. []
  7. Cet opéra est plein de surprises. Lors de la première, le rôle de Medoro était tenu par Prospero Braghetti, sur qui on peut consulter ‘Quell’ Usignolo : le site des premiers interprètes baroques et classiques’. []
  8. Voir le billet ‘Alcine et Armide‘. []
  9. D’oscura stirpe nati in Tolomitta XVIII 165. []
  10. 80 000 morts, dit l’Arioste : XVIII 162. []
  11. XVIII 148-154. []
  12. XVIII 166. Trad. Orcel. []
  13. XVIII 184, trad. Orcel. []
  14. Di stretti calli e sol da bestie culti. En français, une piste suivie par des animaux est une sente, pas un sentier. Mais ce n’est certes pas moi qui oserait faire la leçon à Michel Orcel ! Qui du reste utilise ‘sente’ en XIX 3. []
  15. XVIII 192, trad. Orcel. []
  16. Angelica est un des nombreux personnages que l’Arioste a empruntés au Roland amoureux (Orlando innamorato) de son prédécesseur, Boiardo. Au début du poème de Boiardo, la jolie Angélique arrive à la cour de Charlemagne avec son frère Argail, pour promettre qu’elle appartiendra à celui des paladins qui vaincra son frère. Peu après, le magicien Malagise (ou : Malagigi) découvre qu’ils sont les enfants du roi Galafron ‘le chien maudit’. Le magicien s’efforce alors de rejoindre Angélique. Il la retrouve endormie, veut la tuer, mais elle est trop belle, et d’ailleurs protégée par son anneau magique. Alors qu’il veut la violer, elle se réveille et le fait prisonnier. Convoquant des esprits, elle leur ordonne d’emporter Malagise enchaîné “par delà l’Inde et la Tartarie jusque dans le Cathay, dans cette grande ville où règne mon père Galafron.” (1-I 52). []
  17. Le thème des graffiti sur écorce, qui aura un grand succès chez les dessinateurs et les peintres, sera repris dans le As you like it de Shakespeare. Le thème se trouve dans la source de Shakespeare, la Rosalynde de Thomas Lodge (avant 1590). []
  18. D’autant que pour ce qui est de noms ensuite donnés aux enfants, Tristan est celui des chevaliers de la Table ronde qui a eu le plus de succès en France. Dans son Armorial des chevaliers de la Table Ronde (Ed. Le Léopard d’Or, 2e éd. 2006, p. 65-68), Michel Pastoureau explique que d’après le dépouillement de 40.000 sceaux antérieurs à 1501, Tristan est le prénom ou le surnom le plus répandu, parmi ceux de la Table Ronde, loin devant Lancelot qui est le second. []
  19. Les Lais de Marie de France, éd. de Jean Rychner, coll. Des Classiques Français du Moyen Âge, 1973, p. 153. []
  20. L’emploi ici du mot insolence est au sens étymologique de ‘quelque chose qui sort de l’habitude’. []
  21. Le poème qui a rendu cette formule célèbre (ou l’inverse) est celui de Marbeuf (1596-1645). Le meilleur du poème est dans les deux tercets finaux : voir par exemple ici. []
  22. La citation est à une chanson de Jacques Brel, Les Vieux. []
  23. Dans ses Fragments d’un discours amoureux, 1977. []
  24. Elisabeth Badinter, 1980, L’Amour en plus, Histoire de l’amour maternel, XVIIe-XXe siècle, Ed. Flammarion. Le livre part du constat qu’au début de la période étudiée, un très grand nombre d’enfants étaient donnés en nourrice dès après la naissance, et souvent pour des années, avant d’être placés en internat pour des études. Son intervention en 1980 dans ‘Apostrophes’, l’émission de Bernard Pivot, est accessible ici. []
  25. IX, 176 sqq. []
  26. X, 347 sqq. []
  27. Yule et Burnell, dans leur Hobson-Jobson, au mot ‘Cathay’ ont donné une intéressante série de citations historiques. La plus ancienne (1247) est dans le récit en latin de Jean de Plan-Carpin, qui parle de Kitai. Guillaume de Rubrouk, lui aussi voyageur en viste au grand Khan de Mongolie, quelques années plus tard (1253) parle de Cataya. Le nom vient de la dynasrie des Khitan, que les Chinois ont appelée Liao, qui a régné sur la Chine entre 907 et 1115 ou 1125. []
  28. XLII 38-39. []
  29. VIII 43. []
  30. Les Sères, Sêres en grec ancien, sont cités par Pausanias, Strabon et Lucien ; on considère souvent que cette population a un rapport avec les Chinois d’autrefois. []
  31. Les tragédies de Delfino sont accessibles en ligne. []
  32. Gaetano Palombi, né à Cascia en Ombrie, fit des études à Rome avant de gagner sa vie comme professeur. []
  33. Publié par ses neveux, l’ouvrage est consultable en ligne. []
  34. Boiardo, 2-XXII 26. []
  35. On a proposé, mais sans convaincre, tantôt des origines grecques, qui ne sont pas attestées, tantôt des origines germaniques, qui ne sont pas vraisemblables. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.