Roman et romain

On a deux mots en français : roman, romain. Tous deux « proviennent » du latin romanu ‘romain’. Comment cela ?

En outre, les deux mots n’ont pas du tout le même sens. Roman n’est pas romain ou romaine. Pourquoi ?

Nous allons explorer cela, d’abord en pistant les changements sonores entre latin et français – ou en repérant les chemins de traverse échappant à cette piste ; ensuite en regardant ce qui a produit le sens littéraire alors nouveau du mot ‘roman’.

Acte 1. Chute de voyelles

En latin normal1, un habitant de Rome, Roma, s’appelait un romanus2. Le -s à la fin est une caractéristique de sa fonction dans la phrase : on l’indique par habitude, mais il ne joue pas de rôle dans l’histoire du mot, qui donc est romanu. Le -u à la fin est conservé dans certains dialectes italiens, dans le Sud et en Sicile mais pas seulement, comme le montre la carte ci-dessous ; en revanche dans le Centre de l’Italie, on est passé à -o : c’est la forme retenue dans la norme italienne, qui repose sur des parlers centraux. Le Nord de l’Italie, comme le français du nord, a souvent laissé choir la voyelle finale.3

Cette carte a été établie d’après la carte 403 ‘Battere il ferro’ de l’Atlas linguistique de l’Italie. Les points colorés par mes soins, qui correspondent chacun à un point d’enquête, ne sont distinctifs que pour la fin du mot. Sicile et Sardaigne ont été déplacées pour les besoins de la mise en page.

En français du Nord, se sont produites deux modifications successives, la première modification concerne à la fois romaine et romain, la deuxième concernant seulement romain.

Dans romanu, ou au féminin romana, on avait un N entre deux voyelles. Ce groupe -ANU  ou -ANA est devenu -AINU ou -AINA, avec -AIN- prononcé “aïn”, ce dont notre orthographe témoigne encore aujourd’hui.

Au cours du Moyen âge en ‘ancien français’, ce -AIN- prononcé « aïn » a changé pour « èïn ». C’est seulement à partir du XIVe siècle, pendant ce que les linguistes historiens appellent le ‘moyen français’, que ce « èïn » s’est simplifié en « èn », la prononciation que nous avons aujourd’hui dans romaine. Notre orthographe , sur de nombreux points, s’est figée entre XIIe et XIIIe siècle !

La deuxième modification ne touche que romain. En Italie comme en France le -u final du latin a souvent disparu. Dans romain, il ne reste rien du -U d’autrefois. Mais dans romaine, le -e est la trace du -A d’autrefois, et ce -e a été prononcé jusqu’au XVIe siècle. Je parle de la France du Nord, car chacun sait que dans le Sud, nous prononçons encore ce -e final.

Aussi longtemps que notre N est resté entre voyelles dans -ANU et -ANA, ou même dans -AINU et -AINA, tout allait bien : on entendait un « n ». Mais quand, au masculin romain, la voyelle finale tombe, le N n’est plus entre deux voyelles, il se trouve en fin de mot. Alors, il disparaît à son tour ! Ce qui reste du N dans romain, c’est que la voyelle a été « nasalisée ».

Les voyelles nasalisées sont un trait caractéristique en français. En français du nord, nous avons trois ou quatre « voyelles nasales », même si l’orthographe brouille les cartes. J’ajoute une colonne pour les notations de l’Alphabet Phonétique International (API)4.

Pour ces voyelles nasalisées, l’orthographe ne sous aide pas beaucoup, parce que, nous l’avons vu, elle est ancienne et ne tient pas souvent compte des phénomènes intervenus depuis lors. Les trois « voyelles nasales » majeures (« an » /ɑ̃/, « in » /ɛ̃/, « on » /ɔ̃/), sont les versions nasalisées des trois voyelles « a », « è », « o » : /ɑ/, /ε/, /ɔ/. Cela signifie que tous les mots se terminant en AN ou EN se prononcent /ɑ̃/, tous ceux qui se terminent par ON se prononcent /ɔ̃/, et, comme dans romain, ceux qui se terminent par IN ou AIN ou EIN se prononcent /ɛ̃/. C’est une des premières choses qu’on doit comprendre quand on apprend à lire.

Dans tout cela, il n’y a de place nulle part pour le mot roman

Acte 2. Le roman bien de chez nous.

Dans le cas des mots avec N vers la fin, ainsi dans romanu ou romana, l’effacement du -o donnait un N final, tandis que le maintien du -a laissait un N entre deux voyelles. Il a existé une 3e possibilité, et c’est elle qui est à la source de notre roman.

Le Dictionnaire du latin médiéval de Du Cange nous dit5 qu’on utilisait les mots romane ou romanice pour ‘en langue normale’, par opposition au latin. On recommandait par exemple, si un converti ou même un moine ne savait pas lire, qu’on lui parle et qu’il fasse sa confession romane ‘en langue romane’. Chez le savant Ulrich, rédacteur des coutumes de l’ordre de Cluny, on lit à propos des ustensiles de cuisine qu’on a droit à deux paires de palmaria comme on dit ‘en langue romane’ (romanice) pour saisir sans se brûler les objets tirés du feu.

C’est ce romanice qui expliquerait6 que, quand le mot ‘roman’ apparaît en français, au XIIe siècle, ce soit d’abord avec la graphie romanz ou romans. Ce -z ou -s final est la trace d’une consonne, sans doute quelque chose comme « romanc » car le -i- devant le C a dû s’effacer très tôt. Donc notre N, celui que nous avons étudié dans romain et romaine, n’était plus entre deux voyelles. Conclusion : la modification du A en AI ne s’est pas faite, et le A est resté A. Nous avons roman, et non romain.

En revanche, de ce -z/s final on a pensé qu’il était la trace d’un T (et non pas C) qu’on n’entendait plus, car c’était le cas le plus fréquent pour un -s après un N. Par exemple on écrivait un enfant mais des enfans ; et cela jusqu’au XVIIIe siècle. Dès lors, l’autre modification, celle qui menait à la nasalisation de la voyelle en fin de mot, s’est bien faite, puisqu’il n’y avait plus de consonne audible après le N ; celui-ci a pu disparaître après avoir “nasalisé” la voyelle.

Acte 3. Autres mots en -an

Il existe en français de nombreux mots mots en -ain, comme dans le tableau ci-dessous, et ils dérivent pour la plupart, comme on l’a vu, de mots latins en -ANU, même si l’on observe d’amusantes diversions, par exemple le féminin copine.

Mais il existe aussi de nombreux mots en -an, comme ci-dessous :

Ces mots-là ont différentes histoires, mais deux groupes nous intéressent. (1) une grande partie de ces mots terminés par -an sont arrivés en français hors de l’influence du latin, et souvent à la période que les historiens appellent ‘moderne’ (après le Moyen âge). Des mots comme chaman, dolman, turcoman, ottoman, birman, firman, talisman etc. ne proviennent pas du latin : ce sont très souvent des emprunts à une langue étrangère. Outre les emprunts à l’arabe, au turc ottoman, au tamoul (catamaran), notons par exemple chaman (fin XVIIe siècle) emprunté au russe, chenapan (XVIe) et écran (XIIIe) au néerlandais, etc. Des mots comme an, antan (ante annus) viennent bien du latin, mais le mot annu ‘an, année’ avait deux NN et non pas un seul ; faisan est la graphie moderne (XVIe) d’un mot longtemps écrit faisant et qui donc échappé à la 1re modification (‘anu’ > ‘ainu’).

(2) Un autre groupe important7 est celui du suffixe -an, notamment pour les adjectifs dérivés de toponymes, rhénan, andorran, parmesan (Parme), valaisan, orviétan (Orvieto), et beaucoup d’autres comme cordouan, mosellan etc. Ce suffixe provient bien du latin -ANU et était bien connu en latin, c’est pourquoi nous avons aussi (voir le tableau précédent) romain, roumain, toulousain, syracusain, tibétain, etc. Il existe en français une grande variété de dérivés de ce genre : -ien parisien, -ois rémois, -ais nantais et d’autres. Dans cette gamme, le suffixe -an est relativement récent et paraît bien avoir été emprunté au latin d’école puis francisé, avec l’appui de mots empruntés à l’italien (parmigiano, cortegiano) ou à l’espagnol (toledano, sevillano)8.

Acte 4. Mais alors, c’est quoi un roman ?

Il est vrai que le mot roman a plusieurs sens. L’un d’eux, quand le mot est adjectif, désigne une époque du Moyen âge, quand on dit l’art roman, une chapelle romane. Il désigne justement l’époque où l’on a commencé à utiliser le mot roman pour désigner la langue normale, par opposition au latin. C’était paradoxal, puisque roman « provient », si l’on veut, de romanu ‘romain’. Mais dans l’histoire des mots, ce n’est pas seulement l’origine qui compte, c’est tout le trajet.

Carte simplifiée de la diffusion des textes écrits de la légende arthurienne.

Au XIIe siècle en France, l’emploi du mot roman pour désigner la langue ordinaire, vivante, s’est imposé sans difficulté. Il s’est même imposé en langue latine, comme on l’a vu avec romane ou romanice. C’est aussi parce que c’est l’époque où la littérature en langue ordinaire vient sur le devant de la scène. On a continué d’avoir une littérature en latin, langue savante, oui, mais les grands romans du XIIe siècle sont en roman, pas en latin : ceux de Chrétien de Troyes sur les aventures des chevaliers de la Table Ronde, ceux des aventures de Tristan et Iseut, le Roman d’Alexandre ou le Roman de Troie. Et non seulement ils vont s’imposer dans les cours des puissants et des nobles francophones, mais on va les traduire ou les adapter dans une grande partie de l’Europe. C’est pourquoi le mot de roman au sens de ‘fiction narrative’ (en vers ou en prose) va se répandre bien au-delà des langues ‘romanes’ où le mot est apparu.

Le sens moderne du mot ‘roman’, en littérature, repose donc sur le court moment de coïncidence entre l’émergence d’un genre littéraire et la langue où il est apparu.

Il faudrait même dire : ‘l’émergence de la célébrité d’un genre littéraire’. Parce que si la coïncidence dont on vient de parler permet d’identifier le ‘roman’ comme genre littéraire, on voit très vite qu’il a existé des romans bien avant. En latin il y a le Satyricon de Pétrone et l’Âne d’or d’Apulée, en grec plusieurs romans d’amour et d’aventure assez longs9, dans la Bible il y a le ‘roman de Joseph’, et d’autres.10

La définition du roman par ‘fiction narrative’ couvre en réalité un spectre bien plus vaste, qui va de la ‘nouvelle’, un genre bref largement attesté par exemple chez Lucien de Samosate, ou dans le livre d’Esther ou celui de Judith11, à ‘l’épopée’. Il est difficile de définir l’épopée, mais il est clair que l’Odyssée est aussi bien un roman, et on ne voit pas ce qui empêcherait l’Iliade d’en être un autre, ni les textes du « cycle » de Gilgamesh, ou d’Atra-Hasis (le modèle mésopotamien du Noé biblique). Non plus en quoi bien des ‘contes’ seraient radicalement distincts des ‘nouvelles’. Dans certains cas, la désignation de ‘conte’ ou ‘d’épopée’ a des implications politiques que, du point de vue littéraire, on aurait du mal à justifier.

Conclusion

Le roman, tel qu’il « est né » au XIIe siècle, en français d’époque, est donc une invention à double détente. En son lieu et en son temps, il permet d’identifier la nouveauté sur la scène publique d’un genre glorieux, dont les exemples vont se répandre comme des traînées de poudre à travers l’Europe et plus loin encore.

Mais il permet aussi de repérer toute la dimension de la ‘fiction narrative’, qui jusqu’alors passait pour un des modes discrets du divertissement, ou bien – prise au sérieux et chassant bien loin d’elle l’idée qu’elle soit fiction – un mode de la revendication « identitaire » : Gilgamesh, c’est nous ; l’Iliade, c’est nous, l’Énéide, c’est tout à fait nous, etc. à foison.

Le « concept » de fiction narrative remodèle les territoires littéraires, souvent inféodés au politique. Depuis les genres nobles, guerriers et exaltés, jusqu’aux genres domestiques et discrets, voire honteux, le roman au sens large a créé une nouvelle plate-forme intellectuelle autant qu’amusante, d’une immense portée.

NOTE sur les images. (1) Le poète latin Ovide, qui a vécu inconfortablement à la jointure des années AEC et EC, écrivit des lettres fictives d’amoureuses célèbres à leur amant ; il en fit, autant qu’on sache, un recueil qui s’appelle Les Héroïdes. Il y a 15 lettres d’une femme à un homme, puis 3 lettres d’un homme à une femme avec la réponse de celle-ci. Il existe à la BNF un manuscrit célèbre, le ms. fr. 875, daté 1497, qui contient une traduction française, ornée de portraits des écrivaines par un peintre de grand talent, Robinet Testard. Ce manuscrit est visible sur Gallica. Bien sûr, le peintre n’avait aucune idée de l’aspect réel de ces dames ; il a fait de beaux portraits, évocateurs aussi grâce au décor. J’ai choisi ici, en le recoupant, le portrait de Médée qui écrit à Jason ; c’est la 12e lettre du recueil. (2) Cette carte provient de l’Atlas linguistique de l’Italie, voir la note. Je me suis borné à poser une pastille colorée sur chacun des points d’enquête en fonction de la fin du mot attesté. Quelques cas, très peu, sortent de la répartition en quatre proposée ici. Soulignons que ce classement n’implique rien des évolutions particulières au corps du mot, notamment ce qui concerne le F initial. (3) Chrétien de Troyes, 1990, Le Conte du Graal ou le Roman de Perceval, Edition du manuscrit 354 de Berne, trad. critique, présentation et notes de Charles Méla, Le Livre de Poche, coll. Lettres gothiques. (4) Cette carte se trouve à la fin du volume La Légende arthurienne. Le Graal et la Table ronde, édition établie sous la direction de Danielle Régnier-Bohler, Ed. Robert Laffont, coll. Bouquins. La carte, p. 1186-87, porte le titre ‘Carte de la diffusion de la légende arthurienne en Europe’. La carte elle-même est accompagnée d’un commentaire et d’une liste d’auteurs. Voici le début du commentaire : ‘Cette carte […] indique les principaux axes de la circulation des textes écrits. Celle-ci a fait l’objet, ne l’oublions pas, de nombreuses controverses parmi les érudits. Il faut savoir aussi qu’il a existé très tôt une intense transmission orale de la légende.’ (5) Sont représentés (a) au-dessous Romans grecs et latins, sous la direction de Romain Brethes et Jean-Philippe Guez, Les Belles lettres, coll. Editio minor, 2016, 1234 p. Il s’agit de traductions fr. (b) Au-dessus, l’un des volumes de Lucien : Lucien, 2017, Jouer avec les mots, Introd., traduction et notes d’Anne-Marie Ozanam, Ed. Les Belles lettres, coll. Classiques en poche. Comporte texte grec et traduction fr.

  1. J’ai déjà abordé ce sujet dans un billet précédent. On trouvera ici une description plus détaillée et orientée d’une autre façon. []
  2. En fait, un rōmānus car en latin la différence entre voyelles longues et brèves a une importance. []
  3. https://navigais-web.pd.istc.cnr.it/ carte 403 ‘battere il ferro’. []
  4. L’API est un code technique adopté par la communauté savante internationale, sous l’influence notamment de Paul Passy. Il consiste à donner à des sons des langues un symbole technique, inspiré souvent par les alphabets occidentaux mais, en principe, libre de leur influence. A l’inverse des traditions orthographiques comme celle du français ou (pire encore !) de l’anglais, qui notent tantôt le même son de façons différentes, tantôt des sons différents de la même façon, le principe fondamental de l’API est de toujours noter le même son de la même façon, par le même symbole. Dans le cas des voyelles nasalisées, les inventeurs de l’API ont, de façon adroite et économique, résolu de les noter en ajoutant un tilde au-dessus de la voyelle correspondante. Les sons utilisés par les locuteurs dans les langues du monde, même s’ils sont loin d’être infinis, sont cependant nombreux, de sorte que l’API, sous ses formes récentes, a fini par devenir riche et compliqué. Pour une adaptation à la langue française, voir ici. []
  5. On peut en trouver une version en ligne, par exemple ici qui donne aussi une page d’aide pour l’utilisateur . La page de ‘Menestrel’ est également utile. []
  6. Voir l’article ‘roman’ du TLFi : Dans la page du TLFi il faut aller tout en bas à la rubrique Etymologie et histoire. La fin de cette rubrique renvoie aussi au FEW tome 10, p. 454b : il s’agit du Französisches Etymologisches Wörterbuch. []
  7. Sur l’importance des suffixes dans l’histoire de la langue française, voir la caramel ‘La création des mots‘. []
  8. L’adjectif pour Cordoue, en espagnol Córdoba, est plutôt Cordobès. []
  9. Pour ces romans grecs de l’Antiquité, voir le billet ‘Elle et lui’ []
  10. Voir par exemple dans Caramel ‘le roman de Jonas‘. []
  11. Sur la nouvelle qui raconte l’histoire de Judith, voir le billet ‘La Veuve Courage []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.