Votre prénom est-il le bon ?

Votre prénom n’est plus au top. En 2017, Emma devance Louise, et Gabriel devance Louis1. En 2016, c’était la même chose pour les filles, mais côté garçons on avait Gabriel devant Jules : Louis en 5e position. Vous trouverez plus bas toutes les révélations sur ce sujet.

La mode est un sujet frivole. Mais c’est le seul sujet qui dure. Les journalistes changent de gros titre tous les jours, et ils doivent savoir ce qu’ils font. Si je veux savoir où en sont les sujets qui nous hantent2, même la presse mensuelle fait défaut. Il y a comme un trou noir entre l’actualité et l’encyclopédie, même en ligne. Comment faire le vrai lien entre aujourd’hui et hier ? Une méthode consiste à regarder comment vont les prénoms.

Acte 1.

On fait un premier constat facile : depuis très longtemps, les garçons s’appelaient Jean et les filles Marie. Quand l’INSEE commence ses relevés, en 1900, c’est le cas : Le trio gagnant chez les filles est Marie, Jeanne, Marguerite, avec une très forte avance pour Marie (48 726) devant Jeanne (13 983) et Marguerite (8 059). Le trio masculin est Jean (14 107), Louis (9 057) et Pierre (7 460) : l’avance de Jean est confortable, mais les prénoms masculins sont plus resserrés que les féminins, où Marie triomphe haut la main.

Voyez la suite, de dix ans en dix ans, sauf à la fin :

Donc, pendant une cinquantaine d’années les comparses peuvent varier un peu, mais les favoris demeurent. Si j’ai indiqué 1957 au lieu de 1959, c’est parce que dans ces années-là, justement, les choses se mettent à bouger.

En 1955, Marie passe derrière Martine (qui la talonnait de près en 1954), mais de peu : Marie est donné 20 070 fois, contre Martine 20 846 ; Marie repasse en tête jusqu’en 1958. En 1959, le déclassement est plus sévère : Marie est à 16 765 derrière Brigitte à 18 166. Même si Brigitte n’est qu’un feu de paille (le prénom sombre ensuite rapidement), il aura été un artisan sérieux de la percée contre les habitudes, et Marie ne s’en remettra pas : le prénom passe de mode après cela.

Côté masculin, on observe le même phénomène au même moment. Jean caracole en tête jusqu’en 1957, mais à cette date son avance n’a plus rien de confortable : il est à 22 457 pendant que Patrick est à 21 061 et Philippe très près derrière, 20 748. Jean perd la tête entre 1958 et 1960 – dans les mêmes années que Marie – et sort du trio gagnant en 1961.

On peut dire sans crainte qu’une période est en train de se clore. Les jeunes mères & pères qui, peut-être étroitement surveillés par les grands-parents, avaient jusqu’alors suivi « la tradition », maintenant osent en sortir. Que vont-ils faire ?

Acte 2.

A partir du moment où il n’y a plus de norme nationale « évidente », on retombe sur d’autres normes, plus souples : les modes. Elles sont d’une certaine façon plus nationales qu’avant, car la disparité entre régions diminue (ce sont les années télé). Ces modes peuvent être activées par n’importe quoi, mais en général il y a un modèle : une actrice, un acteur, ou une autre variété de célébrité – à laquelle on est stupéfait de constater que les parents cèdent très volontiers. On est pris entre la volonté d’être correct, et celle d’être original.

Mais le « règne de la mode » n’est pas aléatoire. Et c’est ce qui rend les statistiques de prénoms si intéressantes. Tantôt la mode change vite, tantôt – comme maintenant dans les années 2010 – elle change très lentement. Il est clair que les modèles sont alors de types différents.

La liste ci-dessus donne, de deux ans en deux ans, les trios de tête entre 1962 et 1980. Nous voyons que dans les premières années les prénoms les plus choisis retiennent au moins deux choix de la série antérieure. Par exemple en 1964 nous trouvons Sylvie et Isabelle qui étaient déjà là en 1962 ; côté masculin, cela se vérifie pour Philippe et Eric. Les choses changent, donc, mais doucement, sans heurt. Cela se vérifie dans toutes ces années jusqu’en 1978 pour les garçons (Sébastien et David étaient là en 1976) et aussi en 1980 (Nicolas et Sébastien étaient là en 1978) ; côté fille, cela se vérifie jusqu’en 1978 (Céline et Stéphanie étaient là en 1976), mais pas en 1980.  Toutefois, on constate que les prénoms en tête changent tous les 5 ou 6 ans : beaucoup plus vite que lorsque Jean et Marie menaient la danse.

Ensuite, on peut suivre des phases, où tel prénom conquiert doucement la 1re place, puis la cède avec autant de calme.

Chez les filles, nous voyons Aurélie arriver en 1980, gagner le 2nd rang l’année suivante, puis la tête entre 1982 et 1986, puis quitte la tête en 1987, et le trio ensuite. Chez les garçons, phénomène analogue pour Julien : 3e place en 1979-80, 2e place en 1981-82, puis il passe devant Nicolas en 1983, reste en tête jusqu’en 1988, puis passe en 2e place, puis en 3e, puis sort du trio. En 1988, Julien est donné à 12 452 enfants, en 1989 à 10 735, en 1990 à 9419 : le déclassement est réel, mais sans drame.

Car une autre donnée importante de ce type d’examen, c’est qu’à la différence de ce qui se passait avec Marie et Jean, qui ont été longtemps très loin devant les autres prénoms, le peloton de tête est maintenant très serré. Les mouvements sont donc des mouvements de fond, qui amènent doucement tel prénom en tête, puis le retirent au profit d’un autre qui était déjà très bien placé : pas de surprise météorique.

Le prénom qui ressemblerait le plus à une surprise est Kevin : en tête en 1989 (11 374 enfants), il n’était que 5e en 1988 (8 394), 10e en 1987 (6 742), 17e en 1986 (4 880). On voit pourtant que même dans ce cas, on observe une montée progressive. Kevin reste en tête jusqu’en 1994 mais avec seulement 9 889 enfants, et à cette date il est suivi de très près par Nicolas, Alexandre et Thomas – ce dernier occupant la scène jusqu’en 2001.

Pendant ces années-là, on observe chez les filles des mouvements lents du même genre. Marine & Laura, puis Laura & Manon, puis surtout Léa & Manon assoient leurs règnes tranquilles. Léa, qui montrait déjà son nez en 1996 à la 6e place, occupe ensuite avec Manon la tête pendant près de dix ans – un fait dont on peut voir la rareté. Pendant les mêmes années, Thomas prend la tête (1996-2001) puis la cède à Lucas. Toute cette période est très traditionaliste3.

Acte 3.

Voici maintenant les prénoms qui récemment ont été le plus donnés. Je reprends 2003-04, et je vais jusqu’en 2017, où s’arrêtent les statistiques de l’INSEE4

Chez les filles, on voit que Emma apparaît dans le peloton de tête en 2003, s’impose en tête en 2005  jusqu’à nos jours, malgré un léger recul en 2014-15 : une très longue carrière ! Chez les garçons, on observe à peine plus de variété : Lucas est longtemps en 2e position, après Enzo, puis s’impose à peu près jusqu’en 2014, où Gabriel lui succède.

Notre époque est donc la plus traditionnelle depuis l’Après-guerre. Les parents sont bien sûr persuadés que leur Rita ou leur Quasimodo sont les plus beaux, et que leur prénom est magnifique et original. Laissons-les le croire. Ce qui importe au sociolinguiste ou au linguiste, ce n’est pas tant le prénom que sa stabilité : qu’il s’agisse de Barnabé ou Bicyclette n’a aucune importance car c’est un fait local et ponctuel qui peut être déclenché par presque n’importe quoi ; mais que Barnabé dure deux ans, ou bien douze, voilà qui est bien plus intéressant et significatif.

En revanche, ce qui reste mystérieux, c’est de savoir si la longue carrière d’un prénom (et les périodes correspondent à peu près pour les garçons et pour les filles) marque une quiétude réelle, ou un anxieux désir de quiétude.

  1. Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3532172. []
  2. Par exemple : les conséquences actuelles des bombardements atomiques ? Sait-on où est l’homme qui stoppa les chars du défilé de Tiananmen ? Comment va le Kossovo ? []
  3. Il faut noter aussi que l’âge du premier enfant, pour les femmes, a beaucoup changé : vers 24 ans en 1975, vers 26 ans en 1989, 28 ans en 2008, 28, 5 ans en 2015. Voir : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2668280. []
  4. A la date où je rédige ceci. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.