Jacopone a-t-il écrit le Stabat mater ?

Le Stabat mater est un poème chrétien du Moyen âge, écrit en latin, qui a été mis en musique plus de deux cents fois. Certains compositeurs, comme Pergolèse, sont surtout connus par leur Stabat mater. Mais parmi les illustres, on peut facilement en nommer une dizaine : Pierluigi da Palestrina, Vivaldi, Scarlatti (les deux), Bach d’après Pergolese, Haydn, Schubert, Rossini, Liszt, Verdi…

Jacopone de Todi est un héros d’Umberto Eco, mais il a existé en vrai (vers 1230 – 1306). Après la mort de sa jeune femme, en 1268, il devient un fidèle pauvre de François d’Assise († 1226), est excommunié (1297) pour avoir pris parti contre un pape, est mis en prison après le siège de Palestrina, est gracié par le pape suivant (1303). Il a écrit une centaine de poèmes en italien d’Ombrie, les laudes – monument majeur de l’ancienne littérature italienne.

L’église chrétienne de langue latine avait autrefois intégré dans la liturgie des grandes fêtes certaines hymnes latines1, sous le nom de séquences. Plusieurs sont célèbres : Dies irae dies illa, Stabat mater lacrimosa, Veni creator spiritus, Vexilla regis prodeunt. La publication du Missel romain en 1570, qui uniformisait l’usage dans l’Eglise catholique romaine, rejeta toutes les séquences sauf quatre2. Le Stabat mater ne faisait pas partie des quatre. Mais il était si célèbre qu’il fut réintroduit en 1727.

Le personnage central du poème est Marie, la mère de Jésus, qui est debout au pied de la croix où son fils est crucifié. Les vers brefs et denses du poème donnent à la scène une intensité dramatique dont beaucoup de peintres ont joué aussi. Dans la plupart des tableaux représentant la crucifixion, on voit au pied de la croix, de part et d’autre, Marie et Jean, le plus jeune des apôtres. Cette disposition correspond à l’une des dernières paroles de Jésus mourant, où il dit à sa mère de prendre Jean pour fils, et à Jean de prendre Marie pour mère3. Or, dans le poème latin, fait de vingt strophes de trois vers chacune, il n’est pas question de Jean : seulement de Marie et de son fils et, à partir de la strophe 9 – juste après que Jésus meurt – le narrateur ou auteur du poème qui intervient. Voici la strophe 8 :

Vidit suum dulcem natum / moriendo desolatum / dum emisit spiritum.
Elle a vu son doux enfant / affligé en mourant / quand il a rendu l’esprit.

Et ici souvent, les compositeurs observent un silence4. La strophe 9 :

Eia Mater fons amoris / me sentire vim doloris / fac ut tecum lugeam
Ah mère, source d’amour / fais que je sente la force de la douleur / pour je sois en deuil avec toi.

C’est à ce moment qu’intervient un « je » d’auteur, qui va accompagner la mère en pleurs presque jusqu’à la fin du poème ; dans les deux dernières strophes, après qu’il a été question du Jour du Jugement, l’auteur s’adresse directement à Jésus. Le pieux fidèle, empruntant la voix du poète, s’adresse à Marie puis à Jésus, afin de participer au deuil, et mériter le salut. La même technique se retrouve dans le Dies irae qui évoque le Jugement dernier, puis introduit un auteur-narrateur à la strophe 75.

Il ne fait aucun doute que cet élan de dévotion personnelle à l’égard, ou par le truchement, de Marie est un courant profond au XIIIe siècle – celui qu’immortalise par ailleurs la couleur désormais bleue du manteau de la Vierge, comme l’a montré Michel Pastoureau6. Les béguinages du Nord de l’Europe chrétienne montrent une autre forme de cette tendance dans les options féminines de la piété, comme dans les poèmes d’Hadewijch d’Anvers7, qui sont les premiers témoins de la poésie lyrique en néerlandais – et d’une certaine façon les contreparties des laudes de Jacopone de Todi, en Ombrie. Ce dernier a-t-il vraiment écrit le Stabat mater ?

Stabat mater dolorosa / juxta crucem lacrimosa / dum pendebat filius
La mère était debout douloureuse / en pleurs près de la croix / pendant que pendait le fils

Tombe de Jacopone, à Todi.

Cesarino Ruini, dans un congrès en 2006, a révélé qu’il existait une version ancienne du Stabat mater dans un graduel8 des Dominicains de Bologne, à la fin du XIIIe siècle. Jusqu’alors, explique-t-il dans l’article qui a fait suite à son exposé9, on savait seulement que le Stabat mater avait été utilisé dans certaines liturgies avant le milieu du XVe siècle. Le texte retrouvé, antérieur donc à ceux qu’on connaissait jusqu’ici, et qui pouvaient varier sensiblement dans les détails, appartient à une tradition régionale d’Emilie ou du Veneto, ce qui semble exclure l’attribution à Jacopone – qui n’avait d’ailleurs jamais été très solide. Nous laisserons aux spécialistes ce débat pourtant passionnant. Le graduel retrouvé par monsieur Ruini ne donne pas de nom d’auteur.

Qu’est-ce qu’un poème anonyme ? A l’époque des grandes émotions nationales en Europe du Nord10, lorsque les poésies épiques germaniques étaient attribuées par des penseurs enthousiastes (mais aussi aveugles qu’Homère) à des peuples tout entiers, on n’aurait pas hésité à attribuer le Stabat mater à l’âme de quelque chose. Il faut pourtant bien que cette âme ait eu une voix, ait su le latin, et ait senti que l’émotion des mots pouvait être audacieusement survoltée par le rythme des vers.

Note sur les illustrations. (1) Le bandeau est un détail du Calvaire d’Antonello da Messina (vers 1475), Musée royal des beaux-arts, Anvers. (2) Détail de la Pietà ‘Martinengo’ de Giovanni Bellini (vers 1505), Gallerie dell’Accademia, Venise. (3) Le Calvaire, Giovanni Bellini (vers 1465), Musée du Louvre.

  1. Le mot est féminin dans ce cas, parce que le genre grammatical féminin du mot latin hymnae, lui-même calqué du grec, est respecté. []
  2. Victimae paschali laudes de Wipon de Bourgogne (XIe siècle) pour la Pâque de la résurrection, Veni sancte spiritus (XIIe siècle) pour les messes de l’Ascension et de l’Esprit saint, Lauda Sion salvatorem (1264) de Thomas d’Aquin pour la fête du Corpus Christi, Dies irae de Thomas de Celano (XIIIe siècle) pour la messe des défunts. []
  3. Ces instructions sont propres à l’évangile de Jean, 19:26-27. []
  4. Tous les compositeurs qui ont mis le chant en musique n’ont pas conservé les 20 strophes. Pergolese, par exemple, n’a retenu que les strophes 1 à 5, 8 à 11, 16, 18 et 20. Le choix de Vivaldi est plus succinct encore. []
  5. Ni le poème de Thomas d’Aquin, qui expose le dogme de la transubstantiation, ni le Veni sancte spiritus, ni même le Victimae paschali laudes (où Marie est pourtant questionnée par un « nous »), ne sont conçus de cette façon « participative ». []
  6. Michel Pastoureau, 2000, Bleu. Histoire d’une couleur, Seuil, chapitre 2. []
  7. Hadewijch d’Anvers, 2019, Les Chants, Edition intégrale et traduction inédite, Albin Michel. Il s’agit de l’édition de Veerle Fraeters et Frank Willaert, avec une reconstitution des mélodies par Louis Peter Grijp. Traduction du (moyen) néerlandais par Daniel Cunin. []
  8. En contexte chrétien, un graduel est un livre liturgique qui rassemble des chants grégoriens pour les messes. []
  9. Voir : http://riviste.paviauniversitypress.it/index.php/phi/article/view/616/601 []
  10. Un livre essentiel sur cette question est Alain Schnapp, 1993, La Conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Editions Carré, coll. Le Livre de Poche, Références. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.