La création des mots

L’anémélectroreculepédalicoupeventombroso- paracloucycle (1893). Le nom de l’engin n’inclut pas le drapeau français, qui est jugé naturel. Je suppose que le ‘Spirit of ecstasy’ à l’avant des Rolls-Royce (depuis 1911) s’est inspiré de ce détail.

Nous utilisons sans cesse des mots nouveaux, le plus souvent parce que c’est utile : ‘Tu m’envoies un mail ?’ Parfois par jeu.

Ces innovations peuvent être des emprunts en tout temps et en tout lieu : jupe et pyjama par exemple ; des formations savantes, emprunts aussi comme le récent cluster, ou formés de mots grecs ou autres, ou d’acronymes, comme les noms de médicaments ou de maladie.

Il y a aussi les dérivations. On connaît le mot de base, et on lui ajoute quelque chose. Le mot grève (=gravier) est ancien ; mais faire grève ne date que de 1805, et son dérivé gréviste de 1844 ; antigréviste de 1928. Les dérivations peuvent être très postérieures au mot de base : on peut en créer quand on veut.

Acte 1. Une affaire louche

L’étude de la dérivation est une science. Soit le mot dortoir. Le francophone se dit : ‘c’est là où l’on dort’. Ce n’est vrai que dans un sens, car s’il est vrai que dans un dortoir on dort, ce n’est pas vrai que ‘là où l’on dort’ est toujours un dortoir. En outre, pour ce qui nous concerne, le mot est étrange. Pourquoi ?

Parce que normalement le nom en –oir est dérivé sur le thème simple du verbe : bav-er > bav-oir, sal-er > sal-oir, mir-er > mir-oir, démêl-er > démêl-oir, parl-er > parl-oir, mour-ir > mour-oir. Ce principe simple devrait nous donner dorm-ir > dorm-oir. Ce principe, outre qu’il est intéressant en soi (comment forme-t-on les dérivés ?) est intéressant aussi négativement : il montre qu’avec le jeu « Cherchez l’intrus », l’intrus est dortoir.

La réponse est que dortoir est le résultat en France du mot latin dormitorium ‘dormitoire, dortoir’. En langue latine, le mot date de l’Antiquité mais n’est pas très ancien. Il se trouve chez Pline, mais comme adjectif dans une expression ‘salle dortoire’ (comme en anglais sleeping-room). On trouve cela dans un passage stupéfiant où il s’agit de remèdes pour guérir un patient malade de la rate1 :

On emploie encore la cendre d’escargot avec de la graine de lin et d’ortie, et du miel, jusqu’à guérison complète ; un lézard vert suspendu vivant dans un pot, à l’entrée de la chambre à coucher (cubiculum dormitorium) du malade, qui, en entrant et sortant, doit toucher l’animal de la main ; la cendre de la tête d’un hibou incorporée à un onguent ; le miel dans lequel des abeilles sont mortes ; l’araignée, et surtout l’araignée loup.

Ce mot dormitorium reste un adjectif dans l’antiquité tardive2. Le mot ne devient un nom que dans l’usage des moines, au Moyen âge3. A la fin du XIIe siècle, il apparaît prudemment en français. Mais l’usage vivant en français ne retient de ces mots anciens que les syllabes accentuées :  dórmitórium > dor(mi)tor(ium) > dortoir. Autrement dit, ce mot dortoir n’est pas une formation dérivée française, mais une formation dérivée latine, qui a donné un mot français. CQFD.

Acte 2. L’inégalité des langues devant la dérivation

Variété des diminutifs dans les régions d’expression allemande.

Les langues sont très inégales dans leur ferveur pour la dérivation – même en se cantonnant à l’Europe. On peut assez facilement sonder des dérivés de sens « diminutif » ou « gentil » (les grammairiens, qui répugnent à la tendresse, les appellent des ‘hypocoristiques’). En allemand, les suffixes ‘diminutifs’ sont -chen, ou -lein, avec des variantes régionales importantes, comme le montre la carte. Ils sont aussi ‘gentils’ : quand on dit Schatzile ‘petit trésor’, c’est gentil. En anglais, c’est beaucoup moins évident. On a certes sweetie, Barbie pour Barbara, Debbie pour Debora etc.

Il est vrai que ce n’est pas si simple de se renseigner, parce que les dictionnaires censurent tous les dérivés populaires dès qu’ils paraissent argotiques, de sorte que c’est seulement quand arsouille ou connard sont apparus suffisamment dans la presse ou dans des titres d’ouvrages qu’on peut les trouver dans des listes.

Voici quelques exemples en français, avec des listes incomplètes.

L’enquête gentille par questionnaires, auprès des jeunes gens ou des moins jeunes, ne donnerait pas des résultats bien riches, si l’on ne tombait de temps à autre chez un individu plus loquace, plus savant ou plus déluré. C’est un domaine où chacun de nous reconnaît beaucoup de mots comme familiers sans pourtant les pratiquer tous les jours. C’est aussi une façon intéressante de sonder si tel étranger connaît vraiment bien le français…

Certains de ces termes ont donné à leur tour des dérivés : chambardement, jobardise, rancarder, s’encanailler et plusieurs autres verbes qui sont faciles à dénicher d’après la liste ci-dessus. Certains possèdent des variantes, souvent régionales à l’origine. Enfin, si beaucoup des mots ci-dessus ont une coloration argotique ou populaire4, d’autres sont passés (ou sont tout court) dans l’usage le plus normal : cravache, coqueluche, capuche, pagaille, volaille, bredouille, grenouille, citrouille – par exemple.

L’anglais ou l’allemand, le finnois ou le russe, semblent très faibles en fait de dérivés populaires, même pour les prénoms qui présentent le cas particulier de la forme courte pour l’emploi familier. Ainsi en russe de Léna pour Yéléna (Hélène), Sacha pour Alexander, Assia pour Anastasia, Macha pour Maria, Petya pour Pyotr (Pierre) etc. Ce ne sont pas des dérivés par accroissement ; plutôt l’inverse ! En outre, si ces formes sont ‘familières’ au sens strict parce que réservées à l’emploi en famille ou entre amis, elles n’ont aucune tonalité ‘familière’ au sens de l’argot. En russe comme dans beaucoup de langues, il existe des dérivés particuliers pour les noms de certaines relations de parenté : mat’ ‘mère’, est le mot normal pour parler de la mère de quelqu’un ; comme en français, on utilisera volontiers mama s’il s’agit de sa mère à soi : c’est le mot avec lequel on s’adresse à elle5 ; mais en russe, il y aussi des « mots gentils » comme mamotchka qui n’ont pas vraiment d’équivalent en français.

Bien entendu, il existe des braves gens partout, et les expressions salées ou un peu fortes existent aussi. Mais dans beaucoup de langues, le parler populaire emprunte d’autres voies : il y aura un autre mot, ou un sens caché d’un mot courant, pas un dérivé du premier6. On aura sans doute andouille au sens de ‘humain benêt, stupide’ même si le terme choisi est par exemple un légume, mais pas fripouille comme dérivé de fripe. Du reste, dans bien des cas, ce n’est pas le langage qui est convoqué.

Qui a dit que la chauve-souris était chauve ? Pas plus que ne l’est la souris. Ici, un petit vampire.

Acte 3. Mots préfixés

La dérivation est donc une adjonction à un mot de certaines syllabes qui n’ont pas de signification particulière et ne changent pas le centre du mot. Un croisement est un dérivé, avec un suffixe –ment qu’on retrouve dans de très nombreux autres mots faits essentiellement sur des verbes (panser et pansement, charger et chargement, etc.). Mais un chassé-croisé est un mot composé. En français, les composés sont fréquents aussi : gobe-mouche et sainte-nitouche, chauve-souris et tord-boyau, pas-de-porte et marie-couche-toi-là. Mais les dérivés sont plus nombreux, plus faciles à former et peut-être à ‘décoder’.

On se dit que les dérivés avec suffixe sont plus fréquents que ceux construits avec un préfixe. Ceux-ci sont fréquents, mais généralement plus savants. A la différence des suffixes qui n’ont pas de sens par eux-mêmes (mais souvent une ‘coloration sociale’), les préfixes en ont un, au moins au départ. Les mots qui en résultent sont donc à mi-chemin entre les dérivés suffixés que nous avons vus, et les mots composés. Presque tous les préfixés courants sont faits avec des préfixes latins ou grecs :

les latins, comme : pré-, post-, in-, ex-, ad-, super-, infra- ;
les grecs, comme : anti-, péri-, cata-, ana-, para-, a- (négatif) et d’autres.

Certains des termes formés de cette façon sont techniques (catadioptre, 1917), ou littéraires (le plus drôle étant l’anglais preposterous, fait avec pre– et post– et désignant quelque chose d’absurde). Bien sûr, certains des mots formés de cette façon sont devenus courants : paradoxe, catastrophe ou postérieur, ou même infra-rouge ou ultra-violet. Un cas amusant est supérette, qui s’explique certainement comme une un diminutif de supermarché. Parfois, il est possible de distinguer le préfixe d’origine latine et l’équivalent français : surhomme est « français » (avec sur– < latin super) et super-héros est vaguement « latin », en vérité emprunté à l’anglo-américain !

Il faut faire une place spéciale à une gamme brève mais intéressante :
barbouiller, farfouiller, gargouiller, tartouiller.
On ne peut pas y voir un préfixe, puisque le son initial est copié du corps du mot. On peut dire que c’est une sorte de schéma sonore créatif. Mais son extension est très limitée.

Conclusion

Ce n’est pas toujours vrai, mais en français on observe une opposition entre l’innovation disons « populaire »7, qui se fera au bout du mot, et l’innovation savante, qui se fait plutôt par préfixation au début. Le locuteur francophone qui n’a pas de prétention savante innove plutôt « vers l’aval », vers la fin du mot ; ou bien avec des composés inventifs, ou avec des trouvailles comme ‘un(e) clope’.

Il existe bien sûr des études sur ces questions, au moins depuis le Traité de la formation des mots composés dans la langue française, d’Arsène Darmesteter, publié après sa mort en 1893. Mais elles souffrent d’être à l’écart de la curiosité vampirique pour « l’origine des langues » !

Car la composition et la dérivation montrent que les innovations se font, non pas à partir de racines abstraites, mais de mots concrets ; c’est vrai aussi quand on emprunte des mots à d’autres langues. Et il est probable qu’il en va ainsi depuis très longtemps…

NOTE sur les images. (1) Christophe publia en feuilleton, à partir de 1893, la BD culte L’Idée fixe du savant Cosinus, que le monde entier nous envie. L’ouvrage parut en volume en 1899 (Gallica propose une édition de 1900 ; nous guidons le lecteur vers la p. 155.). Dans un des épisodes, le savant Cosinus invente un véhicule complexe, et le dote d’un nom savant. Je ne sais pas comment le nom va apparaître si vous regardez Caramel sur votre téléphone. Je vais hypnotiser des amies pour qu’elles traduisent le nom du véhicule en chinois et en japonais. Ce sera beaucoup plus intéressant que de traduire Le Petit Prince en 200 langues. (2) Cette image de dortoir, datée de février 2005, vient de là. Il s’agit de ‘Barracks at Fort Christiansvaern, Christiansted, St. Croix, USVI’, d’un site Cumulus Clouds. (3) Je tire cette carte de Werner König (et cartes de Hans-Joachim Paul), 1981 (4e édition), Dtv-Atlas zur deutschen Sprache, Deutsche Taschenbuch Verlag, p. 157. La légende de la carte est ‘Das Diminutivsuffix in den Mundarten des ehemaligen deutschen Sprachgebiets’. (4) Une édition biblingue de la nouvelle ‘Assia’ de Tourguéniev, traduite et annotée par Edith Scherrer, Folio-bilingue, 2018. (5) La photo provient de la page Wikipedia ‘Desmodus rotundus‘. Cette bestiole, adulte, fait 9 cm de long et 18 cm d’envergure. Elle se nourrit de sang et peut courir au sol. On l’appelle ‘vampire commun’. Le mot vampire, comme le fait littéraire, sont pleins d’intérêt. Le mot est probablement turc à l’origine, langue où le mot uber signifie ‘sorcière’ (c’est sans doute ce qui explique le slogan ‘uber eats’) ; puis on le trouve ensuite en russe upyr’ et en serbe vampir ; de là le mot passe en allemand, puis en français, puis (sans doute) en anglais. (6) Une des illustrations (n°8) des Songes drôlatiques de Pantagruel, paru chez l’éditeur Richard Breton en 1565. Mon but en proposant cette illustration est de faire comprendre le caractère parfois « hétéroclite » de la dérivation. Le terme hétéroclitique a un sens particulier et intéressant en linguistique historique.

  1. Item coclearum cinerem cum semine lini et urticae addito melle, donec persanet. liberat et lacerta uiridis uiua in olla ante cubiculum dormitorium eius, cui medeatur, suspensa, ut egrediens reuertensque attingat manu, cinis e capite bubonis cum unguento, mel, in quo apes sint mortuae, araneus et maxime qui lycos uocatur. Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, XXX, 17. Encore dormitorium cubiculum dans une lettre de son neveu, Pline le Jeune, V, 6. Voir aussi la description de sa maison en II, 17 avec l’expression dormitorium membrum ‘le secteur des chambres à coucher’ []
  2. Chez Sidoine Apollinaire, II, 2 []
  3. Ainsi chez Bède le Vénérable, Vie de saint Cuthbert, ch. 16. []
  4. D’autres suffixe courants sont plus argotiques, par exemple –ouze (ou –ouse) dans barbouze, tantouze, etc. []
  5. Dans certaines langues slaves, ces mots-là ont conservé un vocatif particulier. []
  6. Une tentative brève mais renseignée et intéressante pour le japonais est Marc Bernabé, 2017, Le japonais en manga. Cours élémentaire de japonais au travers du manga, Glénat, qui a consacré un chapitre, p. 210-215, à cette question difficile. []
  7. Il va de soi que ce mot n’a aucun caractère arrogant ; il vaut dans le contraste qu’il forme avec « savant », de même que celui-ci avec celui-là. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.